Dieu et la science

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

Dieu et la science

Message par vertgandazert le Lun 14 Mai - 9:39

Rappel du premier message :



Bonjour, je vous propose de continuer ce fil sur le nouveau forum.
Je suis frappé par les similitudes entre ce qui m'apparait comme les trois éléments fondamentaux de l'univers:
* l'espace
*l'énergie
*la conscience, l'information...

En effet la science, constate et mesure leurs effets, mais elle est incapable de les définir et de les comprendre vraiment, quels curieux paradoxes?
avatar
vertgandazert
Quetzálcoatl

Buffle
Messages : 91
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Nantes
Emploi/loisirs : vivre pour comprendre et aimer
Humeur : bonne

Revenir en haut Aller en bas


Re: Dieu et la science

Message par tangolinos le Dim 9 Sep - 21:40

HIHI.... la lumière se déplace-t-elle plus vite dans l' espace contracté ou dans l' espace dilaté ? Very Happy

tangolinos
Épiméthée

Messages : 219
Date d'inscription : 13/05/2018


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par Sofiane le Dim 9 Sep - 21:40

Non seulement, la théorie de la relativité a été éprouvée de nombreuses fois, mais en plus, à l'heure actuelle, tient encore parfaitement la route.
avatar
Sofiane
Modérateur

Cheval
Messages : 741
Date d'inscription : 24/05/2018

Localisation : Le Jardin de roses
Emploi/loisirs : Les romans policiers
Humeur : Curieuse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par tangolinos le Dim 9 Sep - 21:48

La théorie de la relativité est un bisness pour les chercheurs relativistes... ils ne cessent de courir après des crédits pour trouver les preuves de cette théorie... ça fait un siècle que les médias brandissent l' idée que les scientifiques ont enfin trouvé la preuve de cette théorie... et sans cesse les crédits tombent pour redire et encore redire que voilà la preuve...
avatar
tangolinos
Épiméthée

Dragon
Messages : 219
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : landes
Humeur : aléatoire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par Sofiane le Dim 9 Sep - 21:52

Tangolinos,

Pourrais-tu nommer les noms de ces chercheurs relativistes ?
avatar
Sofiane
Modérateur

Cheval
Messages : 741
Date d'inscription : 24/05/2018

Localisation : Le Jardin de roses
Emploi/loisirs : Les romans policiers
Humeur : Curieuse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par tangolinos le Dim 9 Sep - 21:57

Salut Sofiane
j' ai eu quelques entretiens avec certaines personnalités scientifiques à ce sujet... et vois-tu j' ai bien compris que la France était encore gouvernée par la féodalité, et comme je ne suis pas Don Quichotte je ne vais pas me permettre de jouer avec le vent pour contredire le mouvement des moulins à vent.
avatar
tangolinos
Épiméthée

Dragon
Messages : 219
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : landes
Humeur : aléatoire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par Hakaan le Dim 9 Sep - 22:01

oui si tu le dis ça doit être vrai, surtout avec une telle démonstration
avatar
Hakaan
Admin

Rat
Messages : 1034
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : ¯\_(ツ)_/¯

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par Azaël le Dim 9 Sep - 23:25

@vertgandazert a écrit:@Sofiane, l'univers s'est mis à produire de la matière juste après le big bang, soit il y a environ 13.7 milliards d'années.
Alors lorsque l'on constate que l'univers observable mesure environ  46  milliards d'années lumière  de diamétre, cela veut dire que l'on observe de la matière à environ 23 milliards d'années lumière de l'endroit originel du big bang.
Ce que je ne comprends pas, c'est comment de la matière s'est transportée de 23 milliards d'années lumières en seulement 13.7  milliards d'années au maximun.
Cela implique forcément une vitesse supérieure à celle de la lumière???
Que ce déplacement soit dû à une sorte de vague de l'espace en gonflement, ne change pas cette donnée, il a bel et bien fallu dépasser la vitesse de la lumière de presque le double.
C'est très dérangeant et paradoxal, imaginez un observateur extérieur, il se cognerait dans une matière invisible, puisqu'elle voyage plus vite que la lumière, elle arriverait avant son image....


Cela vient d'une confusion entre la position apparente de l'objet et sa position réelle.
Prenons un objet situé à 13,7 milliards d'années de la terre quand il émet sa lumière. C'est l'objet le plus lointain observable puisque sa lumière va mettre 13,7 milliards d'années à nous parvenir soit presque l'âge de l'univers. Sauf que pendant ces 13,7 milliards d'années, l'objet va s'éloigner de nous à une vitesse moyenne plus grande que celle de la lumière et sa position réelle au moment où on l'observe sur terre est à environ 46 milliards d'années lumière. C'est pour cela qu'on dit que l'univers observable fait 46 milliards d'années lumière de rayon mais tout ce qu'on y observe à été créé il y a moins de 13,7 milliards d'années...
avatar
Azaël
Rhéa

Rat
Messages : 1409
Date d'inscription : 12/05/2018

Localisation : καρδία

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par vertgandazert le Lun 10 Sep - 10:31

Je ne veux pas chipoter, mais un jour cette belle théorie de la RG, qui rappelons le fonctionne et est en quelque sorte prouvée, par de multiples observations, sera encore approfondie et espérons le développée et complétée.
En attendant, cette expansion rapide de l'espace, m'interpelle, je comprends bien qu'elle permet d'expliquer comment des objets se retrouvent plus éloignés, que la distance parcourue par la lumière depuis ce fameux allumage du big bang, puisqu'il faut ajouter à leur vitesse de déplacement celle de l'agrandissement de l'espace.
En fait c'est le référentiel qui change, donc la RG et sa vitesse limite de la lumière est sauve...
Il n'empêche, cela n'éclaircit pas cette fameuse notion d'espace, cela veut au moins dire que depuis le big bang il gonfle presque à la vitesse de la lumière, puisqu'il se serait agrandi de 26 milliards d'années lumière en 13.7 milliards d'années...
Cela fait donc pour sa vitesse d'expansion, environ 95% de la vitesse de la lumière( 13.7/13=0.9489), c'est beaucoup, beaucoup...
Au fait dans quoi se développe cet espace qui se crée au fur et à mesure de son expansion?
avatar
vertgandazert
Quetzálcoatl

Buffle
Messages : 91
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Nantes
Emploi/loisirs : vivre pour comprendre et aimer
Humeur : bonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par Loryan le Lun 10 Sep - 10:50

@tangolinos a écrit:La théorie de la relativité est un bisness pour les chercheurs relativistes... ils ne cessent de courir après des crédits pour trouver les preuves de cette théorie... ça fait un siècle que les médias brandissent l' idée que les scientifiques ont enfin trouvé la preuve de cette théorie... et sans cesse les crédits tombent pour redire et encore redire que voilà la preuve...

A travers cela je pose une question légèrement HS, mais quelle est la logique de ne financer que ce qui fini par être prouvé, puisque la définition même de la rechercher est d'explorer des théories sans forcément savoir si elles seront vérifiées ou non.

L'histoire ne fini par retenir que les découvertes, cependant très souvent il est nécessaire d'explorer diverses théories dont la majeur partie finie en cul de sac ou en fausseté pour trouver un bon chemin.
Et encore, le temps de la recherche est long.
On peut explorer 100 ans une piste qui se vérifie régulièrement pour aboutir sur quelque chose de faux et repartir au point de départ.

Si on ne finançait que ce qui est certain, on ne financerait pas grand chose, que ce soit en science, en art, en économie ou en religion.

Il faut peut-être admettre que la théorie de la relativité ne s'appliquerait pas qu'à l'univers sunny

Loryan
Épiméthée

Chien
Messages : 174
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par Sofiane le Lun 10 Sep - 10:57

Vertgandazert,

La communauté scientifique a pu observer, dans un premier temps, une décélération de l'Univers (pendant les 7 milliards d'années-lumière à partir du Big bang). Puis, cette dernière a observé une accélération de l'Univers, expliquant ainsi son expansion. Cette accélération serait générée par l'énergie noire. C'est du moins son postulat. Toutefois, comme personne n'est encore capable de décrire l'énergie noire, votre question demeure sans réponse.
avatar
Sofiane
Modérateur

Cheval
Messages : 741
Date d'inscription : 24/05/2018

Localisation : Le Jardin de roses
Emploi/loisirs : Les romans policiers
Humeur : Curieuse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par Azaël le Lun 10 Sep - 11:22

Note hors sujet : Sofiane je suis navré mais je crois que tu dois le "pouce rouge" ci-dessus à mes gros doigts boudinés sur l'écran de mon téléphone...
Je suis relativement mécontent d'avoir utilisé ce système d'évaluation sans le faire exprès depuis que j'avais dit que je ne l'utiliserais pas et encore plus pour une évaluation négative...
Pardon pour le vocabulaire mais merd. quoi, pfuu...
avatar
Azaël
Rhéa

Rat
Messages : 1409
Date d'inscription : 12/05/2018

Localisation : καρδία

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par vertgandazert le Lun 10 Sep - 21:09

Sofiane, oui l'univers n'est pas statique, alors se pose avec acuité la question de qu'est ce qui le fait changer?
L'on constate avec le big bang et depuis, une immense énergie, une fantastique création de matière, une complexification incroyable de cette matière, tout cela dans un univers en expansion qui s'accélère....
Cela signifie au moins que l'univers obéit à des lois diverses et changeantes.
La science s'efforce de les découvrir, merci, elle y parvient.
Mais force est de constater, qu'elle est aussi bien souvent bloquée.
Par exemple, invoquer le hasard pour expliquer la complexification de la matière vivante et son évolution, c'est quand même assez ridicule, c'est comme cette matière noire, pour ne pas contredire la théorie de la relativité générale, par ailleurs si géniale...
avatar
vertgandazert
Quetzálcoatl

Buffle
Messages : 91
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Nantes
Emploi/loisirs : vivre pour comprendre et aimer
Humeur : bonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par vertgandazert le Mar 11 Sep - 10:24

J'ai ouvert ce sujet, non pas pour opposer la science à Dieu, ce que font bien des matérialistes, ou l'inverse ce que font encore des religieux,mais aucontraire, pour rechercher et exposer des voies de convergence, possible.
Alors évidemment un univers avec un début, c'est bien sûr un indice fort, d'une causalité externe, à cet univers dont nous faisons partie.
Quand en plus nous constatons que cet univers, n'est pas statique, mais en changement perpétuel, il redevient assez légitime de se demander, ce qui le fait ainsi changer.
C'est bien le rôle de la science de répondre à ces questions fondamentales, en recherchant justement les lois qui régissent, les différents aspects de ce qui nous entoure et nous constitue.
A commencer par l'espace, c'est tout le génie d'Einstein, d'avoir proposé de relier l'espace et le temps et de comprendre que l'espace était comme une toile capable de se déformer de se courber sous le poids des masses qu'il contient.
Cette hypothèse géniale qui permet de mieux comprendre, est néanmoins limitée, alors évidemment les physiciens cherchent à l'améliorer, à la remplacer.
N'oublions pas que la physique de Newton fonctionnait elle aussi, pour la plupart des cas, la gravité vue comme une force, était une hypothèse souvent vérifiée.
C'est ainsi que fonctionne la science, en progressant dans la connaissance.
Voici par exemple, une nouvelle théorie, celle de Nassim Haramein , je vous la propose:
Nassim Haramein pense que :
- Les trous noirs répondent à une distribution fractale : Ils sont réparties depuis l’infiniment petit jusqu’à l’Univers lui-même, qui n’est qu’un trou noir. Les galaxies et les étoiles contiennent un trou noir en leur centre.
- La matière noire n’existe pas, rejoignant dans cette idée l'ex directeur du CNRS, Jean-Pierre Petit, qui l’avait également annoncé dans le cadre de sa théorie sur les univers gémellaires : C’est une commodité inventée par la communauté par déficience d’explication. Les 95% de matière manquante de l’Univers s’expliquent par l’incomplétude des équations d’Einstein, qui ne prennent pas en compte la torsion de l’espace-temps.
- Il n’y a pas 4 interactions fondamentales, mais 2. Les interactions nucléaires fortes et faibles n’existent pas, et n’ont été inventés que pour convenir de la non-prise en compte de la distribution fractale des trous noirs, qui suffit à assurer les cohésions que devaient prendre en charge les interactions nucléaires.
- La gravitation est non seulement compatible avec la mécanique quantique, ce sur quoi la science s’est toujours cassé les dents, mais elle en est la continuité.
- Le vide a une structure, et l’énergie du vide, dont l'équivalent-masse du volume d’un proton est exactement celui de la masse de l’Univers, assure la cohésion de l’Univers.
- L’énergie noire n’existe pas, l’accélération de l’expansion trouve son pendant dans l’effondrement du vide sur lui-même, conformément à la loi fondamentale de la physique dite Action-Réaction.
- La structure du vide se réduit à un modèle de 64 tétraèdres construits en symétrie inversée. Ce modèle nous a été laissé par d’anciennes civilisations datant d’au moins 10.000 ans et se retrouve sous forme de symboles sur toute la planète, comme en Égypte, Chine, Amérique centrale...

Parlant couramment français et anglais, Nassim Haramein donne des conférences et des séminaires sur sa théorie d’unification depuis plus de 10 ans. Ses conférences multimédias permettent à son public de comprendre, grâce à la validité de ses observations et ses données.
Au cours des 20 dernières années, N. Haramein a dirigé des équipes de recherche composées de physiciens, d’ingénieurs, de mathématiciens et autres scientifiques. Il a fondé une organisation à but non lucratif, Theresonanceproject, où, en tant que directeur de la recherche, il continue d’étudier les principes d’unification et leurs implications dans notre monde d’aujourd’hui. La Fondation s’emploie activement à développer un centre de recherche sur l’île de Hawaï, où la science, la durabilité et les technologies vertes, se rencontrent."



- Conférence en relation :

NASSIM HARAMEIN : TOUT DANS L'UNIVERS EST CONNECTÉ





- Voir aussi :

QU'EST-CE QUE L'UNIVERS ? - La Fabuleuse Histoire de la Science

ATOME : La clé du cosmos

ISAAC NEWTON

LES SECRETS DE LA GRAVITE : De Newton et Einstein à Brian Cox

LE SAUT QUANTIQUE : La Magie du Cosmos

MATIÈRE NOIRE OU SOMBRE DE L'UNIVERS : L'énigme de l'astrophysique

L'UNIVERS INVISIBLE : Énergie noire

LES TROUS COSMIQUES - Astrophysique

ASTRONOMIE - ASTROPHYSIQUE : Liste des documentaires

SCIENCE : Liste des documentaires



Source:
NOUVELLE THÉORIE DE L'UNIVERS : NASSIM HARAMEIN
Publié dans Univers - Astro-Sciences, Science
avatar
vertgandazert
Quetzálcoatl

Buffle
Messages : 91
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Nantes
Emploi/loisirs : vivre pour comprendre et aimer
Humeur : bonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par Loryan le Mar 11 Sep - 11:11

@vertgandazert merci pour ces explications (que j'avoue comprendre assez mal) et la bibliographie

Loryan
Épiméthée

Chien
Messages : 174
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par Azaël le Mer 12 Sep - 8:01

Je ne sais plus qui a dit quelque chose comme :
"Là où fini la science, Dieu commence..."
avatar
Azaël
Rhéa

Rat
Messages : 1409
Date d'inscription : 12/05/2018

Localisation : καρδία

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par vertgandazert le Mer 12 Sep - 10:55

Azaël,je ne sais pas non plus qui a dit cela, mais cela me semble juste et me rappelle:
"Un peu de science éloigne de Dieu, beaucoup en rapproche".
En effet,les débuts de la science moderne à partir de la renaissance, qui ont vu leur apogée tout au long du XIX éme siècle, ont permis de découvrir de nombreuses lois de l'univers, avec des applications spectaculaires et très fécondes,pour l'humanité.
Il a été très facile, pour les matérialistes de les récupérer, pour se démarquer des religions qui souvent préféraient défendre leurs dogmes originels, plutôt que d'en faire une lecture allégorique, afin de trouver des convergences, avec les découvertes scientifiques.
Cela continue d'ailleurs en biologie, ce sont bien les religieux créationnistes, les meilleurs alliés du dogme matérialiste darwinien.
Pourtant, tout au long du xx éme siècle, les découvertes scientifiques dans tous les domaines, ont montré que les lois de l'univers étaient infiniment plus complexes, au point que la science n'arrive pas à les comprendre.
Elles montrent un univers, avec un début et en changement,les découvertes de la physique quantique, en démontant la matière ont montré clairement, que cette matière n'existe que grâce aux informations qui la structurent.
Au point qu'une nouvelle branche de la physique est née, celle de la physique de l'information.
L'information apparaît en effet comme un constituant de l'univers au même titre que l'énergie et la matière.
Ce serait cette information, qui relie tout dans l'univers et qui permet la création de matière à partir de l'énergie, puis son évolution, par exemple à travers les structures vivantes.
Le matérialisme s'est longtemps appuyé, sur la permanence et la stabilité de l'univers, pour écarter toutes causes externes à l'origine de sa création et de son évolution, les découvertes scientifiques autour de la théorie de la relativité générale, encore une fois presque toujours vérifiée,montrent clairement que l'univers a un commencement et que depuis il continue de changer en permanence.
Les lois de la physique mécaniste et de la thermodynamique, nous indiquent clairement que seul un travail ou une information, peuvent faire évoluer un système.
C'est ce qui est toujours constaté reste à trouver la source et la nature de cette information de cette énergie, qui sont partout à l'oeuvre dans l'univers...
Humblement certains l'appellent Dieu, tout simplement...
avatar
vertgandazert
Quetzálcoatl

Buffle
Messages : 91
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Nantes
Emploi/loisirs : vivre pour comprendre et aimer
Humeur : bonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par Professeur X le Mer 12 Sep - 14:51

@vertgandazert a écrit:Humblement certains l'appellent Dieu, tout simplement...

Hum, ou alors selon la description que tu en fais cela serait plutôt un de Ses aspect : le Saint Esprit , le Père revêtant l'aspect créateur éternel , le Fils Son aspect moral , love .
avatar
Professeur X
Miranda

Chien
Messages : 699
Date d'inscription : 12/05/2018

Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par tangolinos le Mer 12 Sep - 18:14

@vertgandazert
dans ton message d’ hier  à 10:24
tu évoques une théorie brandie par Nassim HARAMEIN, qui est en totale opposition avec les conclusions de la Relativité…
Vois-tu, pour ma part je suis aussi en opposition avec la théorie de la relativité générale, et ce qui me scandalise énormément c’est que les disciples de cette théorie ne se rendent pas compte combien le brandissement de leur théorie hypothétique a déformé la façon d’ appréhender les choses pour le commun des mortels…En effet les militants de cette théorie s’accrochent à n’importe quoi comme expérience pour en authentifier la véracité…sans se rendre compte que cette théorie est en totale opposition avec le bon sens…
Vois-tu quand j’ entends dire qu’ une pendule a été plus lente qu’une autre horloge, soi-disant identique, je commencerais par me demander quelle a été la cause de ce ralentissement, plutôt que d’ en conclure aussi sec: ‘’Voilà la preuve que le temps est relatif !’’.
Ce qui est bien navrant c’ est qu’une fois que les médias ont brandi une idée, elle devient crédible…
ça me rappelle avoir vu une étiquette sur un produit en vente dans un super marché… et sur cette étiquette il était seulement écrit: ‘’VU a la télé’’.
Alors si à la télé le consommateur moyen a vu Einstein en String, il dira alors qu’Einstein n’ est pas du tout indécent, et que son string était une façon d’ authentifier ses dires.
Bref, je reste en admiration de certaines citations d’ Einstein, mais je soupçonne fortement que sa capacité créative ( l’ intuition ) primait un peu trop sur la raison, puisque ses conclusions sont la preuve de son abandon de la souveraineté des 4 coordonnées de l’ espace-temps, à l’ intérieur desquelles il était sensé pouvoir décrire le mouvement des manifestations…
Comme l’ évoque Nassim HARAMEIN, nombreuses sont les conclusions de la théorie de la relativité qui sont erronées  …
D’ailleurs il n’ est pas le seul scientifique à ne pas prendre en considération les conclusions de la théorie de la relativité… pour exemple, si on imposait aux astrophysiciens d’ aller mesurer la distance entre les galaxies avec un mètre élastique, ils seraient obligés de conclure que les galaxies sont collées les unes aux autres, et que chacune des galaxies n’ est pas plus grande qu’un atome.
Hihi ce qui me fait rire, c’est qu’ il a été postulé que la vitesse de la lumière était quelque chose de stable et d’ insurpassable… cette idée a été prise comme une vérité inébranlable ( puisque déjà VU à la Télé )… alors comme on a observé des choses qui allaient plus vite que la lumière, on a conclu que l’ Univers se dilate… le mieux, à mon sens aurait été de remettre en question la véracité de la permanence de la vitesse de la lumière.
avatar
tangolinos
Épiméthée

Dragon
Messages : 219
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : landes
Humeur : aléatoire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par Totem le Ven 14 Sep - 0:57

Michael Harner
.
"....Harner raconte l'expérience qu'il a vécue en 1961 chez les Indiens Conibo de l'Amazonie péruvienne. Lorsqu'il eut ingéré de l'ayahuasca, des créatures reptiliennes géantes surgirent dans son cerveau et lui montrèrent comment elles avaient créé la vie sur Terre, insistant qu'une telle information était réservée aux mourants et aux morts. Harner vit alors des espèces de dragons arriver du cosmos et créer la vie en se cachant sous des formes multiples. "J'appris, écrit-il, que les créatures-dragons résidaient à l'intérieur de toutes les formes de vie, homme y compris". Par un astérisque, Harner renvoie alors le lecteur à une note au bas de la page (qui, étrangement, ne paraît pas dans la traduction française originale, mais a été intégrée dans le texte publié dans ce numéro du "Temps stratégique") qui affirme ceci: "Je dirais en rétrospective que [les créatures] étaient presque comme de l'ADN. Mais en ce temps-là, en 1961, je ne savais rien de l'ADN.

Je marquai une pause. Il y a effectivement de l'ADN à l'intérieur du cerveau humain, ainsi que dans le monde extérieur des plantes, puisque la molécule de la vie qui contient l'information génétique est la même pour toutes les espèces. L'ADN peut donc être considéré comme une source d'information à la fois externe et interne -précisément ce que je cherchais à imaginer la veille, en déambulant dans la forêt.

Harner ne fait aucune autre mention de l'ADN dans son texte.
En revanche, quelques pages plus loin, il note que "dragon" et "serpent" sont synonymes, ce qui me fit penser que la double hélice ressemblait, par sa forme, à deux serpents entrelacés.

C'est ainsi que je suis tombé sur l'idée qu'il existe un lien entre l'ADN et le savoir hallucinatoire.
Au début, je ne prenais pas vraiment cette idée au sérieux.
Après tout, il semblait hautement improbable que des Indiens consommateurs de drogue et vivant dans des forêts profondes aient pu communiquer dans leurs hallucinations avec l'ADN.
Mais aucune autre explication concernant le savoir chamanique ne me paraissait satisfaisante. Si les ayahuasqueros accédaient réellement à de l'information botanique, d'où provenait-elle? L'hypothèse de l'ADN présentait au moins l'avantage de répondre à la question....."

".....Feuilletant fiévreusement le livre de Campbell, je trouvai des serpents torsadés dans la plupart des images représentant une scène sacrée. Grâce à l'index je découvris qu'il y a des serpents cosmiques créateurs de vie non seulement en Amazonie, au Mexique et en Australie -mais à Sumer, en Egypte, en Perse, dans le Pacifique, chez les Hindous, en Crète, en Grèce et en Scandinavie. Campbell écrit à propos de ce symbolisme omniprésent :"Partout où la nature est vénérée comme étant animée en elle-même, et donc divine de façon inhérente, le serpent est révéré comme son symbole". Je consultai aussitôt le Dictionnaire des Symboles à la rubrique "serpent" et lus: "Il joue des sexes comme de tous les contraires; il est femelle et mâle aussi, jumeau en lui-même, comme tant de grands dieux créateurs qui sont toujours, dans leur représentation première, des serpents cosmiques. [...] Le serpent visible n'apparaît donc que comme une brève incarnation d'un Grand Serpent Invisible, causal et a-temporel, maître du principe vital et de toutes les forces de la nature. C'est un vieux dieu premier que nous retrouverons au départ de toutes les cosmogénèses, avant que les religions de l'esprit ne le détrônent....." .  
   -            

http://www.arsitra.org/yacs/files/article/270/piste_serpent.pdf
avatar
Totem
Dioné

Chèvre
Messages : 1102
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par vertgandazert le Ven 14 Sep - 10:31

Bonjour, excusez moi je réponds rapidement, j'essaierai de développer plus longuement.

@tangolinos, je crois sincèrement qu'Einstein est un immense génie, toute sa vie, il a su que sa théorie était incomplète et il a cherché en vain à la développer pour la compléter.
Bien des physiciens essaient de continuer son oeuvre, Nassim Haramein me semble original et très intéressant.
Il constate que la déformation de l'espace temps prévue et base de la relativité générale, se fait non pas sur un plan, mais en tourbillonnant comme un liquide qui s'échappe dans un entonnoir.
De là il construit une géométrie très complexe, en divisant l'espace, par ses plus petites dimensions c'est à dire l'espace de Planck, il arrive à des résultats remarquables, comme par exemple le calcul de la masse du proton, qui s'avère être la plus précise obtenue.
Il y a bien d'autres conséquences que j'essaierai de développer.
@Totem, oui c'est très intéressant ce que vous rappelez, je crois que l'ADN est un support des gènes mais aussi et surtout, une antenne qui permet de nombreuses communications entre le vivant et le surtout le champ quantique universel, c'est de là que vient l'information qui rend la matière vivante et consciente, j'essaierai de développer ce que de plus en plus de "bio- physiciens " sont en train de découvrir.
avatar
vertgandazert
Quetzálcoatl

Buffle
Messages : 91
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Nantes
Emploi/loisirs : vivre pour comprendre et aimer
Humeur : bonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par Hakaan le Ven 14 Sep - 15:28

Nassim Haramein a surtout l'air d'un charlatan autoprophétique qui se sert de son nom pour faire du buzz (c'est incroyable le nombre de sites ou on retrouve des éloges à son nom), le seul qui reconnaisse son talent c'est lui même et ceux qui ne pigent rien à ce qu'il fait,
ça me rappelle l'effet Dumas et d'autres grosses arnaques tellement surréalistes que les gens se mettent même a douter que s'en est, pourtant dans le cas de l'effet Dumas même moi qui n'ait qu'un niveau bac en physique j'ai trouvé des erreurs évidentes dans son rapport ou il validait son expérience en sélectionnant juste les parties du système qui l’intéressait, donc forcément ça n'avait aucun sens, pourtant le mec faisait des séminaires partout dans le monde, a même été invité à France 2, un gros délire quoi alors qu'il avait juste fabriqué une espèce de bouilloire électrique sphérique en court circuit dans laquelle on ne peut meme pas faire du thé Laughing

Quelqu'un que je trouvais plus potentiellement crédible dans le domaine c'était JP .Petit et son modèle Janus, j'ai pas compris la moitié de ses explications avec ses géodésiques mais son évocation de la matière à gravitation négative (donc qui se repulse au lieu de s'agréger) me paraissait plutôt bien pensée pour remplacer la force sombre, mais à priori tout repose sur des
calculs qui sont faux des le début sur des basiques erreurs d'arithmétique
avatar
Hakaan
Admin

Rat
Messages : 1034
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : ¯\_(ツ)_/¯

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par Totem le Ven 14 Sep - 17:16

Précis de (méta)physique à l'usage du commun des immortels

«Nous sommes tous d'accord sur le fait que cette théorie est folle. La question qui nous divise : est-elle assez folle pour avoir une chance d'être correcte?»
Niels Bohr.  
(Niels Henrik David Bohr est un physicien danois. Il est surtout connu pour son apport à l'édification de la mécanique quantique, pour lequel il a reçu de nombreux honneurs. Il est notamment lauréat du prix Nobel de physique de 1922)


Et si...?
Et si, dans sa quête éperdue pour objectiver et comprendre «le» monde qui nous entoure, l'Occident s'était fourvoyé en partant d'un problème mal posé?

Obnubilé par la volonté de décortiquer le monde sensible, ce quelque chose qui se présente à nos sens, l’homme moderne butte sur la question «pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?» et peine à comprendre pleinement le fonctionnement de ce quelque chose.

M ais face aux dernières avancées de la science, face aux paradoxes et aux questions qu’elle soulève, l’esprit est en droit de se demander «pourquoi ne voit-on que quelque-chose, là où il y en a infinité?».

Sous peine d’être pris entre le marteau des nouveau x obscurantismes et l’enclume d’un matérialisme désenchanté, il nous faut aujourd'hui redécouvrir une spiritualité éclairée.
Rien d’impossible à cela, à condition de définir un cadre d'analyse suffisamment large. Un cadre, infiniment large pour tout dire, car la finitude n'est que la vision partielle d'une conscience qui se croit individuelle. La nature profonde des choses prend sa source à l'infini.

La spiritualité n'est pas le spiritisme, mais une démarche qui consiste à repartir de la seule certitude absolue : l'Être, par opposition au matérialisme qui postule une primauté de la matière. Postulat qui, si on le considère avec rigueur, relève de la croyance.
L'explication spirituelle des phénomènes n'est pas synonyme de croyance ou de superstition, à condition de poser le problème avec suffisamment d'altitude, à condition d'oser remettre en question des certitudes bien enracinées certes, mais erronées. L'hypothèse spirituelle est compatible avec les dernières avancées de la science, en particulier celles de la théorie quantique, pour peu qu'on en saisisse les grands principes.

Cette science nous conduit inexorablement à nous intéresser au vide. Ce vide qui s'avère être plutôt un trop plein, trop plein au quel la physique d on ne aujourd’hui le nom de «mousse quantique» : un substrat qui agite le vide» dans l’infiniment petit, semble soutenir l’existence de toute chose et qui n’est finalement guère différent de ce que les anciens dénommaient Esprit.

Ce trop plein est doté d'une énergie intrinsèque infinie, et c'est notre hypothèse, vibre d'une infinité de réels. Cette multiplicité des réels est explicitement observée à l'échelle microscopique : c’est le principe d'indétermination.
Mais elle est aussi postulée à notre échelle et à toute échelle, par l'une des sept écoles d'interprétation de la physique quantique que l'on doit à Hugg Everett : c’est la théorie des mondes multiples.

Voici venu le temps de prendre toute la mesure de la révolution métaphysique en cours.

L'adage «la nature a horreur du vide» est plus littéral qu'il n'y paraît. Sous l'impulsion de ce phénomène mystérieux que nous appelons conscience, une infinité de réels adviennent à chaque instant. Le néant et le tout se touchent.
Ou plutôt, il n'y a ni néant, ni partie: juste le Tout. Si le néant n’était que néant, nous ne serions pas là pour en parler.
Intéressons-nous donc au Tout, et voyons comment le décrire.

Ce que cet ouvrage m et en lumière à sa façon, c'est que, depuis toujours, et par différents moyens, qu'ils soient scientifiques, religieux, philosophiques ou artistiques, l’humanité tente de répondre aux mêmes questions :

- Pourquoi y a t-il phénomène plutôt que rien?
- Qu'est-ce que le temps?
- Qu'est-ce que la conscience?
- Qu’est-ce que la mort?

Dans les siècles qui viennent de s'écouler, science et spiritualité se sont progressivement éloignées, au point de devenir antagonistes et totalement incompatibles dans l’esprit de beaucoup.
Pourtant, souvenons-nous que de nombreux philosophes et scientifiques qui ont marqué l'histoire de la pensée étaient aussi des hommes de foi, chacun à leur manière : Platon, Aristote, Blaise Pascal, Spinoza, Leibnitz, Nietzsche, Carl Gustav Jung, Einstein... Pour n'en citer que quelques-uns. Et souvenons-nous que tous les autres sans exception ont au moins été engagés dans de profonds questionnements métaphysiques, face à l'énigme que nous pose le réel. Souvent, nous n'avons gardé d'eux que ce qui convenait à nos préjugés. Mais n'est-il pas orgueilleux de rejeter avec condescendance la dimension transcendantale de ces grands penseurs pour n'en garder que ce qui convient à nos a priori et notre soif de technologies?

N’est-il point charmant de noter que le génialissime Blaise Pascal fut à la fois «l'inventeur» du vide et celui qui s'écria, en plein état de grâce, «la vie est un songe»...?

Ainsi, ceux qui, sous prétexte de nos prouesses techniques, prétendent prophétiser la mort de la métaphysique risquent fort de subir la même déconvenue que celui qui nous a prophétisé la «fin de l’histoire» dans les années 1990...

Or, si l'on s'autorise à renverser le paradigme, c’est à dire à supposer une primauté de l'Esprit sur la matière, ou du moins, une nécessaire concomitance des deux, il faut le faire complètement, et ne pas s'arrêter à mi-chemin, sous peine de rester dans un flou artistique qui ne fera que créer de la confusion et apparenter la thèse à une énième superstition, une élucubration supplémentaire, dans une liste déjà longue.

L'Hypothèse du Tout, c’est partir du Tout plutôt que du rien, considérer que notre expérience du m onde n’est pas un mince trait tracé sur le tableau noir du néant, mais l’un des multiples fils qui constituent la trame du Tout.

L'Hypothèse du Tout, c’est considérer que le véritable réel est infiniment plus complexe et complet que l’effet qu’il nous fait.

L'Hypothèse du Tout consiste à traquer, dans nos raisonnements et dans nos modèles conceptuels, tout ce qui s'apparente à du fini, voire à du défini. Partout où nous identifions du fini, du circonscrit, nous le généralisons à l'infini, et selon toutes ses dimensions.

C’est par les paradoxes et incohérences de nos connaissances scientifiques actuelles que nous débuterons cette hypothèse.

Seront ensuite décrits des objets conceptuels mathématiques qui peuvent aider à comprendre le modèle proposé. Ce choix du formalisme mathématique peut être remis en question, néanmoins, pour l'instant, et faute de mieux, il fera l'affaire.

Seront utilisées de nombreuses images et citations poétiques, philosophiques ou même religieuses, pour montrer que ces intuitions ne datent pas d’hier et n’ont pas attendu les mathématiques et la théorie quantique pour se manifester.
La théorie quantique et le Cantique des Cantiques tournent autour du même pot-aux-roses, il est tout à fait possible de les réconcilier, à condition de faire l'Hypothèse du Tout.

Le contenu scientifique et mathématique qui étaye le début de cette thèse pourra paraître légèrement ardu à certains, mais il paraissait nécessaire de réconcilier science et spiritualité avant d’aller vers les implications pratiques de cette théorie qui peut être introduite par quelques concepts très simples :

"Ce n'est pas parce que nous ne sommes témoins que d'une seule réalité, d'un seul «fil de destin», qu'il ne s'en déploie pas d'autres à notre insu."

Ce n'est pas parce que nous percevons le monde qui nous entoure comme un espace en trois dimensions, que celui-ci n'en comporte pas infiniment plus."

Tous les objets et les phénomènes ne peuvent être considérés que conjointement au sujet qui les observe.
Cette approche formelle n'est pas une vaine spéculation philosophique ou ésotérique. Son acceptation progressive implique une autre façon d'envisager notre rapport au monde et mène à des applications très pratiques dans la façon de mener nos existences, d’envisager la vie et la mort, dans notre façon d'aborder les sciences exactes et sociales et dans notre façon d'envisager le vivre ensemble et la politique...

À la clé de ce texte se trouve la possibilité pour chacun d'apprendre à naviguer sur l'océan des réalités, en se débarrassant de ses peurs et des situations d'adversité qu'elles engendrent. D'aucuns appellent ceci la sagesse...
Bien entendu, il n'a pas la prétention d'être une réponse définitive à cette ambition, d'ailleurs, avons-nous vraiment le choix du moment où les choses nous arrivent? En attendant, c'est à chacun de rassembler petit à petit dans son expérience personnelle ses propres indices. Ce texte est un indice de plus parmi tant d'autres déjà à notre disposition.
À la lecture de ce concentré de science et d'hérésie, certains se moqueront gentiment :
«Il vous a fallu attendre 40 ans et étudier la physique quantique pendant 20 pour comprendre cela? Je le sais depuis que je suis né, un enfant de 5 ans le sait...»
À ceux-là, il faut répondre : «Content pour vous, mais mieux vaut tard que jamais.»
D'autres pensent déjà : «C'est totalement fumeux et rigoureusement impossible!»
À ceux-là, il convient de répondre : «Rendormez-vous, n'allez pas plus loin, et désolé de vous avoir importunés, oubliez ça
p our l'instant, vous y repenserez le moment venu.»
Et beaucoup d'autres, la grande majorité peut-être, se disent : «C'est curieux, il me semble que je l'ai toujours pressenti, mais sans arriver à le formuler, sans oser en parler...».
À ceux-là, il convient de répondre : «C'est le moment de mettre des mots sur ce que vous savez déjà et dont vous êtes prêts à vous souvenir.»

Et si ce traité est à prendre au sérieux, il faut l'aborder avec une certaine dose d’humour pataphysique. L'humour est une chose indispensable pour s'aventurer sur ces hauteurs vertigineuses de l’esprit. Riez, moquez-vous autant qu'il vous plaira, ça ne peut pas faire de mal, au contraire. Mais souvenez-vous que Bouddha, lorsqu'il réalisa la nature profondément comique de l'existence, fut pris d’une immense crise d'hilarité.
Mieux vaut en rire qu'y perdre la raison…..


http://www.leafar-izen.com/doc/hypothese%20du%20tout-extrait.pdf


Dernière édition par Totem le Sam 15 Sep - 2:09, édité 1 fois
avatar
Totem
Dioné

Chèvre
Messages : 1102
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par Hakaan le Sam 15 Sep - 2:02

Aurélien Barrau parle justement ici de Nassim HARAMEIN dans une interview sortie 30 min avant  mon post (les coincidences font bien les choses parfois), qu'il qualifie de bullshit total  :


Il parle aussi du modèle de JP Petit un peu avant en des termes un peu plus flatteurs
avatar
Hakaan
Admin

Rat
Messages : 1034
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : ¯\_(ツ)_/¯

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par vertgandazert le Sam 15 Sep - 15:35

@Hakaan, je ne vois guère l'intrêt d'opposer Aurélien Barrau à Nassim Haramein , j'aime bien les deux, mais je préfère la vision de Nassim Haramein, même si je ne suis pas capable de l'évaluer scientifiquement.
D'ailleurs qui est vraiment en capacité de le faire?
Pas grand monde et c'est bien le problème, que Haramein soit critiqué voir moqué par l'establissement, c'est bien normal, il n'en fait pas partie, mais cela ne veut pas dire qu'il a tort et qu'il est nul, bien au contraire.
Voici un bref rappel à son sujet:

"Les découvertes d’Haramein sont focalisées sur une géométrie fondamentale de l’espace qui nous connecte tous, et ce, à des échelles quantiques et moléculaires aussi bien qu’aux objets cosmologiques de l’univers. En 2004, Haramein a fondé la «Fondation Projet Resonance». Dans la publication de Nassim Haramein «gravité quantique et masse holographique », Il a donné le rayon de charge du proton avec une précision bien plus grande que toutes celles, issues d’autres théories. Une expérience réalisée en 2013 par une équipe de scientifiques de l'Institut Paul Scherrer, a confirmé l’exactitude de la prédiction d’Haramein. À l'automne 2014 Haramein a débuté Le programme des « Délégués de l’Académie Resonance ». C’est le premier et seul programme de physique unifiée du genre.

Nous baignons, explique Nassim Haramein dans terresacrée.org, dans une énergie fondamentale qui est à la source de la création du monde physique. Cette énergie c'est le vide, ou l'espace qui nous entoure. Cet espace cependant n'est pas vide dans le sens usuel du terme mais plein d'énergie, une énergie qui connecte absolument tout. Ces nouvelles découvertes en physique vont avoir un impact majeur, nous dit Nassim Haramein, sur notre façon de vivre individuellement et collectivement. De même le site http://yenamarredesconnards.blogspot.fr nous dit que "le travail d'Haramein montre que tout dans l'univers est connecté, de l'échelle la plus grande à la plus petite, grâce à une compréhension unifiée de la gravité. Il démontre que c'est l'espace qui définit la matière et non la matière qui définit l'espace. Il démontre que le vide qui nous entoure tous n'est jamais vide...Les expériences menées de longue date sur les fluctuations du vide quantique amènent à d'autres déductions et découvertes dans le domaine des résonances de la matière..." On est certes encore dans une vision où l'espace est un contenant. Est-on vraiment dans une théorie du tout? Qu'il y a t-il au-dehors de l'espace? demanderait Lee Smolin quand on sait que pour lui, l’espace pourrait s’avérer être aussi illusoire que la température et la pression? Pourtant, l'approche de Nassim Haramein est une approche holistique, holographique peut-être, mais celle d'un univers Holofractographique". Et le site continue: "Les protons sont les blocs de construction initiaux de notre univers – ils sont au centre de tout atome et donc sont partout et en tout", a dit Chris Almida, directeur exécutif de la Fondation Projet Résonance. flyingtaurus.over-blog.com écrit que, selon Nassim Haramein, le modèle standard nous expliquait "jusqu'alors que (ces) deux protons ne pouvaient rester en interaction que grâce à une force surpuissante (la "force forte"). Or cette force n'existe pas. Elle n'est en réalité qu'un artefact de la gravitation" [...] Ce que nous explique donc Nassim Haramein, c'est que le modèle standard peut être simplifié par un modèle : celui du proton de Schwarzchild. De plus, ce qui constituerait la matière en définitive, ce serait donc le vide, et sa manifestation serait la lumière. Les atomes seraient en quelque sorte des systèmes lumineux. Nous serions alors nous aussi, car étant constitués de ces atomes, des sortes d'êtres de lumière. Au sens propre du terme. Non plus par un dogme, ni par une philosophie, mais par certitude physique.

L'idée de génie de Nassim Haramein, c'est donc de faire du proton un trou noir et d'avoir découvert que l'attraction gravitationnelle de ce trou noir-proton correspond exactement à la force forte. Mais pourquoi cette force ne s'applique qu'à courte distance, à l'échelle atomique alors que la gravitation, pour un corps ordinaire s'applique jusqu'à l'infini? Haramein répond, c'est le principe holographique, "une conjecture spéculative dans le cadre de la théorie de la gravité quantique, proposée par Gerard 't Hooft en 1993(1) puis améliorée par Leonard Susskind en 1995(2). Cette conjecture propose que toute l'information contenue dans un volume d'espace peut être décrite par une théorie qui se situe sur les bords de cette région". Mais Nassim Haramein va plus loin en se demandant si l'information qui tombe dans le trou noir n'y est pas encodée holographiquement, et partagée avec tous les trous noirs de l'univers? La masse et la force de confinement pourraient être le résultat du réseau d"information mettant en relation le volume intérieur des fluctuations du vide, représentant holographiquement le reste des protons dans l'Univers et son horizon de surface à l'extérieur. L'influence holographique des 10 puissance 80 protons de l'Univers interagit avec un seul proton, produisant ainsi la masse au repos de ce proton, soit 10 puissance-24 grammes.

Pour cielterrefc.fr, cette théorie d’unification, et sa récente publication "Le Proton Schwarzschild" (voir 5 vidéos dans cielterre.fr), posent les bases de ce qui pourrait être un changement fondamental dans notre compréhension actuelle de la physique et de la conscience. Cielterre.fr résume la pensée de Nassim Haramein:

– Les trous noirs répondent à une distribution fractale : Ils sont répartis depuis l’infiniment petit jusqu’à l’Univers lui-même, qui n’est qu’un trou noir. Les galaxies et les étoiles contiennent un trou noir en leur centre.
– La matière noire n’existe pas, rejoignant dans cette idée l’ex directeur du CNRS, Jean-Pierre Petit, qui l’avait également annoncé dans le cadre de sa théorie sur les univers gémellaires : C’est une commodité inventée par la communauté par déficience d’explication. Les 95% de matière manquante de l’Univers s’expliquent par l’incomplétude des équations d’Einstein, qui ne prennent pas en compte la torsion de l’espace-temps.
– Il n’y a pas 4 interactions fondamentales, mais 2. Les interactions nucléaires fortes et faibles n’existent pas, et n’ont été inventées que pour convenir de la non-prise en compte de la distribution fractale des trous noirs, qui suffit à assurer les cohésions que devaient prendre en charge les interactions nucléaires.
– La gravitation est non seulement compatible avec la mécanique quantique, ce sur quoi la science s’est toujours cassé les dents, mais elle en est la continuité.
– Le vide a une structure, et l’énergie du vide, dont l’équivalent-masse du volume d’un proton est exactement celui de la masse de l’Univers, assure la cohésion de l’Univers.
– L’énergie noire n’existe pas, l’accélération de l’expansion trouve son pendant dans l’effondrement du vide sur lui-même, conformément à la loi fondamentale de la physique dite Action-Réaction.
– La structure du vide se réduit à un modèle de 64 tétraédres construits en symétrie inversée. Ce modèle nous a été laissé par d’anciennes civilisations datant d’au moins 10.000 ans et se retrouve sous forme de symboles sur toute la planète, comme en Egypte, Chine, Amérique centrale.

Tout ce que nous venons de voir pourrait amener une révolution dans la pensée, car les modèles scientifiques actuels deviendraient obsolètes. Cette vision pourrait être en concurrence avec la recherche de lee Smolin qui après son "rien ne va plus en physique" propose "la renaissance du temps". L'approche de Haramein semble de plus pouvoir permettre une intégration l'esprit dans cet Univers connecté. "Tout ce que l'on considère comme spirituel ou métaphysique est en général simplement de la physique que nous n'avons pas encore comprise".

C'est de cela qu'il faut discuter, pas critiquer gratuitement du haut de ses diplômes universitaires comme le fait Barrau avec sa suffisance méprisante.
Lui qui essaie de sauver la science matérialiste avec ses hypothèses de multivers, en se pavanant dans les médias complaisants parce qu'il leur dit ce qu'ils veulent entendre. Laughing
avatar
vertgandazert
Quetzálcoatl

Buffle
Messages : 91
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Nantes
Emploi/loisirs : vivre pour comprendre et aimer
Humeur : bonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par Hakaan le Sam 15 Sep - 15:56

L'intérêt de les opposer c'est d'avoir un regard critique, distinguer le viable du non viable, ça me parait quand même assez essentiel sinon j'ai plus qu'à me présenter comme le nouveau Einstein en formalisant ma théorie du champ unifié des protons et des neutrons que je considère comme la sous production de dinosaures roses subatomiques se nourrissants de marshmallows,
et ça va sans dire que j'introduirais des entités arbitraires à chaque fois que ma théorie se décalera des observations pour la réaligner avec,
à force j'obtiendrais un modèle complet fait de dinosaures de bonbons et de frites Mc Cains pouvant tout à fait décrire la réalité,
et comme j'échapperais au critère de réfutabilité de Popper je pourrais dire que tout ceux qui sont contre ce modèle sont juste des mécréants conditionnés,
en plus avec du bol en sortant des absurdités pareils je deviendrais riche ça va souvent de paire,
mais sinon on peut aussi se demander si un mec qui se prend en photo comme une start, qui nous pond des références et des soit disant études de perlimpinpin (genre un mec tout seul aurait les moyens de faire des explorations de ce genre qu'on est à peine capable de faire avec des machines de 40 milliards), qui fait tout sont bizness autour de ça, et qui se démarque sans raison particulière de milliers d'autres physiciens théoriciens qui ont tous des théories surement bien plus élaborées que la sienne est vraiment crédible et utile (pour se qualifier soit même de nouvel Einstein faut quand même pas avoir beaucoup d'humilité et un sens de la méthodologie sortie d'une pochette surprise),
je me fiche de ce qu'il fait ou ce qu'il dit, ce qui me dérange c'est qu'il se prend pour un messie et fait passer des choses pour ce qu'elles ne sont pas
avatar
Hakaan
Admin

Rat
Messages : 1034
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : ¯\_(ツ)_/¯

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par vertgandazert le Dim 16 Sep - 11:49

@Hakaan, manifestement vous n'aimez pas Nassim Haramein, je vous répète que malheureusement je ne suis pas en mesure de juger de la qualité de son travail, mais j'ai de bonnes raisons de penser qu'il mérite mieux, que ce que vous dites à son sujet, sans d'ailleurs rien apporter au débat sur le fond.
C'est pourtant assez simple, soit Nassim Haramein est un total charlot imposteur, sorte de gourou new âge qui se sert de la physique quantique, à des fins métaphysiques et surtout mercantiles pour faire son autopromotion, soit c'est un esprit vraiment novateur et original?
Ses découvertes, reconnues, par une partie de ses pairs, sa structure de recherche indépendante qui fonctionne, font à mon avis pencher la balance, plutôt vers la seconde hypothèse, à suivre en attendant...
Je ne sais pas si Nassim Haramein est un génie de l'envergure d' Einstein, l'avenir nous le dira peut être...
J'aime bien Aurélien Barrau, c'est un honnête homme très intelligent, mais je ne crois pas qu'il est un génie, d'ailleurs il ne l'a jamais prétendu, Haramein non plus ...
J'ai un jour entendu Barrau sur ce sujet fondamental, merci:

"Détection des premiers instants de l’Univers : « une découverte majeure » selon A.Barrau, astrophysicien
26
MAR
http://www.notre-planete.info/actualites/3979-ondes-gravitationnelles-univers-big-bang

big bangReprésentation du Big Bang
©️ NASA
Une équipe de scientifiques américains s’est approchée, grâce au télescope BICEP2, des premiers instants de l’Univers. Ils ont mis au jour l’existence d’ondes gravitationnelles primordiales, la signature des secousses dans l’espace-temps engendrées par le Big Bang, qui ont accompagné la création de l’Univers et son expansion. Retour sur cette découverte majeure avec Aurélien Barrau, astrophysicien.

Des astrophysiciens américains dirigés par John Kovac du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics ont détecté la première preuve formelle de l’existence des ondes gravitationnelles, les premiers soubresauts du Big Bang. Pour le chercheur, la « détection de ce signal est l’un des objectifs les plus importants de la cosmologie d’aujourd’hui ».

Pour mieux comprendre et mesurer la portée de cette découverte, nous avons interrogé Aurélien Barrau, Professeur à l’Université Joseph Fourrier de Grenoble et astrophysicien au laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie du CNRS.

Monsieur Barrau, pensez-vous vraiment qu’il s’agit d’une découverte « majeure » dans l’histoire de la cosmologie ? Cette découverte permet-elle définitivement de valider le scénario du big bang : cette inflation cosmique considérable qui a engendré notre univers il y a 13,8 milliards d’années ?

Aurélien Barrau : « Je pense qu’il est effectivement légitime d’y voir une découverte majeure. Ce signal était cherché et espéré depuis des décennies et il apparaît enfin ! De plus, la détection n’est pas « marginale », elle est claire et presque indiscutable. Comme toute première mesure, elle doit être confirmée par une expérience indépendante avant d’être considérée comme tout à fait fiable. Mais en l’état, rien ne permet de douter qu’il s’agisse d’un travail sérieux et probant.

Il n’est pas pour autant possible de considérer que le scénario du Big Bang est maintenant validé ou prouvé. Pour la simple raison qu’aucune théorie scientifique n’est jamais prouvée. Il n’est jamais possible d’exclure qu’une future mesure vienne invalider l’ensemble de l’édifice. Ce délicieux inconfort est même constitutif de la pense scientifique ! La science pense toujours sur la brèche. Nous n’énonçons pas de vérités éternelles en physique. Nous tentons de créer du sens avec le réel.

Mais, clairement, cette découverte vient en effet conforter et étayer notre compréhension de l’Univers primordial. Ces ondes gravitationnelles ont été émises seulement un milliardième de milliardième de milliardième de secondes après le Big Bang ! C’est extrêmement tôt. Une nouvelle fenêtre sur nos origines est donc en train de s’ouvrir. C’est une opportunité inespérée car nous craignions que le signal soit trop faible pour être visible.

De plus, et à mon sens c’est peut-être le point nodal, ces ondes gravitationnelles sont un effet de gravitation quantique. Et c’est le premier observé dans toute l’histoire ! En effet, on tente depuis près d’un siècle d’établir la gravité quantique. C’est un peu le graal de la physique théorique. Mais c’est une tâche extraordinairement ardue, en particulier parce que nous manquons de guides expérimentaux. Or, il y a quelles semaines, un tel effet a enfin été détecté. Ce n’est pas un détail mais bel et bien une première dans cette direction qui est absolument centrale pour comprendre la nature ultime de l’espace et du temps. »
./b_over_b_rect.eps

ondes gravitationnellesEmpreintes des ondes gravitationnelles
©️ Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics

Dans le cadre de vos travaux, vous indiquez que le big-bang pourrait-être considéré comme un grand rebond : c’est à dire une phase de contraction suivie d’une phase d’expansion de l’univers. Comment cette découverte s’inscrit-elle dans vos théories ? Comment conceptualisez-vous l’avant big-bang ?

Aurélien Barrau : « Je travaille sur une théorie de gravitation quantique inventée il y a environ vingt-cinq ans par les grands physiciens Smolin et Rovelli. Celle-ci tente de concilier simplement les grands principes de la théorie d’Einstein, d’une part, et de la physique quantique d’autre part. La première fonctionne généralement correctement pour décrire les phénomènes astrophysiques tandis que la seconde est utilisée pour les particules élémentaires. Il est pourtant indispensable de les considérer simultanément pout décrire l’intérieur des trous noirs et l’origine de l’Univers.

Quand on applique cette approche de gravitation quantique, qui demeure spéculative mais s’avère être mathématiquement cohérente et bien définie, à l’Univers dans son ensemble, le résultat est remarquable : le Big Bang disparaît. Ce n’est pas si étonnant : le Big Bang est une singularité, une divergence mathématique, autrement dit… une pathologie ! Ici, il est « régularisé » et remplacé par un Big Bounce c’est-à-dire un grand rebond. Il existerait donc une phase en amont du Big Bang ou de ce qui en tient lieu ! Ce serait une phase de contraction avant l’expansion actuellement observée.

A ce stade, la découverte récente ne corrobore ni ne défavorise cette hypothèse. Pour aller de l’avant et chercher d’éventuelles traces de cette phase « pré Big Bang », il faut vraiment étudier de plus près les caractéristiques fines de ces ondes gravitationnelles. »

Aujourd’hui l’univers est en expansion, c’est à dire que l’espace se dilate. Est-ce la poursuite du phénomène d’inflation du big-bang ? Risque t-il de s’inverser menant l’univers à se contracter pour reproduire un nouveau cycle de big-bang ?

Aurélien Barrau : « Il est vrai qu’en ce moment l’Univers est en expansion et même en expansion accélérée ! Mais cette accélération n’est pas directement liée à celle qui eut lieu dans l’Univers jeune et causa les ondes gravitationnelles observées par l’expérience BICEP2. Cette inflation primitive a eu pour conséquence notre propre existence ! C’est elle qui a créé les petits grumeaux qui sont à l’origine des galaxies et de toutes les grandes structures dont nous faisons partie.

Il n’est pas impossible que l’Univers soit cyclique et qu’un effondrement se dessine à l’horizon. Mais rien ne plaide aujourd’hui en ce sens. Il semble au contraire que l’expansion soit de plus en plus rapide et puisse de poursuivre ainsi éternellement. »

Pour un certain nombre de citoyens, cette découverte reste malheureusement obscure et sans grand intérêt. Pourriez-vous nous éclairer sur ses conséquences d’un point de vue plus métaphysique voire pratique ?

Aurélien Barrau : « Cette science n’a pas d’application pratique et n’a pas à en rougir ! Quelle est l’application pratique d’une fugue de Bach ou d’une toile de Kandinsky ? C’est la même chose ici. Bien évidemment, il n’est pas impossible que les moyens techniques ou mathématiques inventés pour mener à bien ces études puissent un jour avoir des applications. Mais ce n’est pas notre but et ce n’est pas à ce titre qu’il faut défendre ou faire connaître ces recherches.

Il s’agit avant tout de réenchanter le monde ! Il s’agit d’écrire notre grande histoire. Il s’agit penser nos origines. Il s’agit de donner du sens au réel. Mais, au-delà de cette quête minutieuse de faits ou de modèles, il s’agit également d’une activité créatrice. Il est en effet également question de construire un monde – élégant et cohérent – qui fasse écho à la Nature. La science n’est pas la quête froide et abstruse de la Vérité : elle est une création sous contrainte. Rien n’est plus exaltant et subversif. »

Merci Aurélien Barrau pour vos précieux éclairages sur cette découverte majeure qui pousse un peu plus loin notre quête de la création de l’univers.

Aurélien Barrau est notamment l’auteur d’un ouvrage passionnant « BIG BANG et au-delà – Balade en cosmologie », une véritable invitation à vagabonder dans les méandres de l’univers et de ses mystères.

avatar
vertgandazert
Quetzálcoatl

Buffle
Messages : 91
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Nantes
Emploi/loisirs : vivre pour comprendre et aimer
Humeur : bonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu et la science

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum