Je ne serai jamais vegan

Page 10 sur 20 Précédent  1 ... 6 ... 9, 10, 11 ... 15 ... 20  Suivant

Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Je ne serai jamais vegan

Message par Invité le Mer 12 Sep - 11:29

Rappel du premier message :

Ce n'est pas une conviction, juste un article que je viens de lire. Comme il comporte des éléments intéressants quant au suivi que le veganisme impose je vous fais suivre
signé Xavier Bazin. J'ai amputé de l'éternel refrain sur "les carottes souffrent aussi".




Manger VEGAN : est un choix risqué !
Cher(e) ami(e) de la Santé,

Ces derniers mois, des militants végans (végétaliens) ont vandalisé des boucheries : des vitrines ont été fracassées, des façades taguées en lettres rouges. Tout récemment, c’est même une fromagerie qui a été attaquée, près de Lille[1].

Évidemment, ces imbéciles ne représentent pas du tout la majorité des végans !

Les végétaliens que je connais sont tolérants et pacifiques. Ils ne demandent qu’à vivre en harmonie avec la Nature... et avec leurs semblables !

Leur régime est souvent fondé sur des raisons éthiques ou spirituelles, qui méritent le respect.

Mais du strict point de vue de la santé, il faut savoir que le véganisme est très risqué !

Au départ, devenir végan peut faire du bien !
Être végan, c’est supprimer totalement les produits animaux : viandes et poissons, bien sûr, mais aussi les fruits de mer, les œufs et les produits laitiers.

Et comme n’importe quel « régime », cela a des avantages et des inconvénients !

Le gros avantage, c’est que vous arrêtez instantanément beaucoup d’aliments dangereux, comme :

   La viande qui vient d’élevages intensifs, gavée d’antibiotiques ;

   Le lait du supermarché, rempli de lactose, de pesticides et d’hormones bovines ;

   Les gros poissons bourrés de mercure, comme le thon ou l’espadon ;

   Les charcuteries industrielles « bien roses » car remplies d’additifs dangereux.

L’autre atout majeur du régime végan, c’est que vous êtes obligé de manger plus de végétaux !

Pour ne pas mourir de faim, vous allez forcément manger plus de légumes, de fruits, de noix, de graines et de légumineuses... et c’est une excellente chose !

Dans les premiers mois, votre santé va clairement s’améliorer :

   Les végans perdent du poids beaucoup plus facilement que les autres[2] ;

   Pour les diabétiques, passer au véganisme améliore la glycémie ;

   Et comme les égans mangent plus de potassium et moins de sel, c’est bon pour leur cœur et leur tension artérielle !

Il n’est donc pas rare de voir des végans resplendir de santé, quelques semaines après avoir commencé ce régime.

Mais généralement, c’est après que ça se gâte :

Un régime incroyablement difficile à équilibrer !
Il faut savoir qu’aucune peuplade dans le monde n’a jamais été totalement végan.

Conséquence : il n’existe aucune tradition d’un régime végan parfaitement équilibré.

C’est un énorme problème, car il n’y a pas plus précieux qu’un régime traditionnel, qui a fait ses preuves au cours du temps.

Par exemple, des chercheurs viennent de comprendre l’intérêt de servir des crudités en entrée – une tradition bien de chez nous.

Si vous commencez votre repas par des végétaux, votre taux de sucre sanguin augmente beaucoup moins que si vous commencez par des féculents... même si vous mangez la même chose[3] !

Sans nos technologies modernes, les anciens l’avaient compris. Génération après génération, ils ont mis au point des régimes remarquablement équilibrés, comme le fameux régime méditerranéen.

Le plus beau, c’est que les bons régimes traditionnels ne demandent aucune « prise de tête » : il suffit de faire comme nos parents et grands-parents !

Le régime végan, au contraire, n’est pas du tout intuitif.

Certes, il est possible de bien l’équilibrer, et je connais des végans qui ne font pas d’erreur... mais cela demande un bac + 10 en nutrition !

Voyez plutôt à quel point il est difficile de ne pas se tromper :

   Les végans ont tendance à ne pas manger assez de calories[4] – cela donne une perte de poids qui peut être bienvenue au début, mais cela peut causer de graves carences, surtout pour les femmes qui souhaitent avoir des enfants ;

   De même, beaucoup de végans ne mangent pas assez de protéines : leurs muscles peuvent avoir tendance à fondre, et après 60 ans cela peut être dramatique ;

   Et puis ils risquent de manger trop de glucides raffinés : pour se remplir l’estomac, les « débutants » tombent rapidement dans le piège du pain, des pommes de terre, du riz blanc et des pâtes... alors que ces aliments sont bourrés de sucres « rapides » !

Et même avec de « bons » glucides, à indice glycémique bas, vous risquez de dérégler votre organisme si vous faites partie des personnes génétiquement vulnérables à l’amidon[5].

Car le régime végan est forcément très riche en céréales et légumineuses... et cela ne convient pas à tout le monde !

Un régime qui coûte très cher pour éviter les carences !
L’autre énorme problème du régime végan, c’est que vous devez acheter énormément de compléments alimentaires.

Enfin, personne ne vous y oblige, bien sûr... mais c’est le seul moyen d’avoir une santé optimale !

Malheureusement, les végans en sont rarement conscients.

Ils réalisent rarement à quel point leur régime risque de les placer en carence grave de nutriments essentiels :

   Carence en choline : on en parle moins que de la vitamine D ou des oméga-3, mais la choline est un nutriment vital pour la santé du foie et du cerveau[6].

Problème : on ne trouve de choline en quantité intéressante que dans le jaune d’œuf et des foies d’animaux. Donc si vous êtes végan, vous serez forcément carencé.

C’est particulièrement grave si vous êtes enceinte ou si vous allaitez... car ce sont des époques de la vie où vous faites une grosse consommation de choline !

   Carence en oméga-3 à longues chaînes (EPA et DHA) : ce nutriment est bien connu pour protéger le cœur et le cerveau – si vous voulez vieillir sans maladies chroniques, vous avez vraiment intérêt à ne pas en manquer.

Problème : seuls les poissons gras sont vraiment riches en oméga-3 EPA et DHA (je conseille généralement les anchois, qui sont les poissons gras les moins pollués).

Certes, vous avez des oméga-3 dans l’huile de colza ou l’huile de noix, mais il s’agit d’un oméga-3 de plus petite taille l’ALA, qui doit être transformé en EPA puis DHA par votre corps.

Or vous ne convertissez que 0,5 % de ces oméga-3 « végétaux » en « DHA », et 5 % en EPA[7] !

Résultat : les végans sont obligés d’acheter du DHA extrait d’algues en complément alimentaire... vendu à prix d’or ! (pour la même dose de DHA, le tarif est jusqu’à dix fois supérieur qu’avec du DHA de poisson)

   Carence en vitamine B12 : cette carence-là est mieux connue des végans et végétariens... mais cela ne l’empêche pas de causer des milliers de cas de dépression !

Car la vitamine B12 est essentielle pour le cerveau et la bonne humeur.

Et vous en trouvez dans des produits animaux, comme la viande, les volailles, les fruits de mer, les œufs et les produits laitiers. On en trouve aussi dans certaines algues mais peu de végans connaissent les variétés adéquates et ils n’en mangent pas tous les jours.

Une carence en vitamine B12 peut aussi causer de la fatigue et des problèmes de mémoire[8].

Et le pire, c’est que cette carence est souvent masquée : vous ne vous en rendez compte que lorsqu’elle est irréversible !

Les végans sont donc absolument OBLIGÉS de prendre un complément de vitamine B12 tous les jours.

   Sans oublier les carences en fer, en zinc, et en vitamine A !

Beaucoup de végans ont une carence en fer, car le fer des végétaux est moins bien absorbé que celui des animaux[9].

Et ceux qui prennent un complément alimentaire de fer en pharmacie prennent de gros risques : ce sont des gélules trop dosées, avec un fer « de synthèse » qui comporte des risques. L’idéal et de prendre 30 mg par jour de bisglycinate de fer... mais combien de végans le savent ?

Même chose pour le zinc, crucial pour le système immunitaire. Non seulement les végétaux contiennent peu de zinc... mais les céréales et légumineuses contiennent souvent aussi des « anti-nutriments » qui empêchent son absorption !

Pour la vitamine A, c’est encore plus délicat. On trouve dans les végétaux des précurseurs de la vitamine A (rétinol), comme le bêta-carotène. Mais comme pour les oméga-3 EPA et DHA, tout le monde ne parvient pas à convertir correctement le bêta-carotène en rétinol (la forme active de la vitamine A).

Dans ce cas, vous pouvez vous gaver de carottes jusqu’à ce que votre visage devienne orange... et être quand même carencé en vitamine A !

Et contrairement aux autres nutriments évoqués, vous ne trouvez jamais de rétinol dans les multivitamines ! Il est donc très difficile de compenser cette carence !

Le pire, avec toutes ces carences, c’est qu’elles ne se ressentent pas du jour au lendemain.

Il faut parfois attendre de longs mois, voire des années pour que cela vous fasse vraiment souffrir.

Mais c’est bien là le problème : si vous ne faites rien pour les compenser, vous êtes en train de ruiner votre santé... et vous ne vous en rendez pas compte !

Voilà pourquoi je ne recommande vraiment pas ce régime pour être en bonne santé.

Et la planète, dans tout ça ?
Sincèrement, je ne suis même pas sûr que l’impact écologique du véganisme à 100 % soit intéressant.

Oui, bien sûr, nous consommons trop de viande et les conditions actuelles d’élevage sont souvent inacceptables.

Mais les poulets en batterie et les élevages intensifs sont une dérive récente. Quand j’étais enfant, il n’existait pas de « ferme des mille vaches » et on ne nourrissait pas les bêtes avec des « tourteaux de soja OGM ». On utilisait simplement l’herbe et le foin.

D’un point de vue écologique, il faut savoir que l’agriculture sans élevage a tendance à épuiser les sols.

Peu de citadins le savent, mais les déjections des animaux d’élevage sont le seul engrais efficace et naturel utilisable en agriculture biologique. Sans cela, les agriculteurs seraient obligés de recourir à des produits chimiques.

L’élevage participe aussi à la biodiversité : les paysages ouverts, prairies ou zones humides sont entretenues par les éleveurs et leurs animaux. Les vaches et les moutons qui broutent sont les meilleurs « tondeuses » qui existent !

Personnellement, je crois vraiment à la possibilité d’un élevage « humain », respectueux des bêtes et bienfaisant pour eux, pour nous et pour la planète.


Dernière édition par Kolam le Mer 12 Sep - 15:54, édité 1 fois (Raison : Absence de majuscule dans le titre.)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas


Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Hridaye le Mer 6 Mar - 1:36

C'est très joli et très poétique mais ça ne change rien à notre affaire Je ne serai jamais vegan - Page 10 Icon_lol

Il n'en demeure pas moins à mon sens que si on reste accroché aux ressentis empathes, on ne peut plus avoir un rapport sain aux choses de la vie et même aux êtres qui en sont les cibles car il manque la distance nécessaire et on ne peut soulever le voile qui nous donnerait à voir une réalité bcp plus ample et riche.
On risque aussi de ne pas laisser la possibilité d'émergence à la véritable compassion qui s'alimente du même carburant de base mais nous concède un lien au tout venant autrement plus inclusif et un regard sur l'existence à 1000 d'altitude. Smile

Hridaye
Triton

Messages : 2199
Date d'inscription : 11/05/2018


Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Hridaye le Mer 6 Mar - 1:42

Aspirant a écrit:
@Hridaye a écrit:...

https://unfuturdifferent.jimdo.com/cahier-11-sand-jenael/

...

extrait :

"Un autre aspect de l'humain de 4ème densité réside dans l'émancipation totale de toute culpabilité envers qui ou quoi que ce soit. Les deux menottes de la matrice que sont l'attachement et cette culpabilité tenace dans le fonctionnement de l'humain, étaient nécessaires à l'apprentissage et à l'évolution de son émotionnel, mais n'auront plus lieu d'être dans les dimensions de conscience supérieures.

Car les liens émotionnels ne l'enchaîneront plus dans un monde où la transparence et la vérité régissent la vie. Évidemment, pour "l'esprit émotionnel" de l'homme, faire abstraction de la culpabilité, de la honte, du regret, du repentir, du pardon, de l'attachement, puis de l'affection désintéressée ou de l'amour détaché, est une idée plutôt proscrite dans votre société car tout bonnement, peu de gens peuvent la concevoir.

Les alchimistes l'appelaient la voie du fou. Nous aurions aussi pu l'appeler la voie du guerrier transparent.

"L'homme de connaissance – le fou ou le guerrier transparent – n'a ni honneur, ni dignité, ni famille, ni nom, ni patrie, mais seulement une vie à vivre, et dans de telles circonstances son seul lien avec ses semblables est sa folie contrôlée." Extrait du livre VOIR de Carlos Castaneda"

Merci pour cette clef de compréhension

C'est Sand et Jenaël qu'il faut remercier Smile

Heureux est le lion que l’homme mangera,
et le lion sera homme;
et souillé est l’homme que le lion mangera,
et le lion sera homme.
(Evangile selon Saint Thomas - évangile apocryphe)

Hridaye
Triton

Messages : 2199
Date d'inscription : 11/05/2018


Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Invité le Mer 6 Mar - 3:08

@Hridaye a écrit:C'est très joli et très poétique mais ça ne change rien à notre affaire Je ne serai jamais vegan - Page 10 Icon_lol

Il n'en demeure pas moins à mon sens que si on reste accroché aux ressentis empathes, on ne peut plus avoir un rapport sain aux choses de la vie et même aux êtres qui en sont les cibles car il manque la distance nécessaire et on ne peut soulever le voile qui nous donnerait à voir une réalité bcp plus ample et riche.
On risque aussi de ne pas laisser la possibilité d'émergence à la véritable compassion qui s'alimente du même carburant de base mais nous concède un lien au tout venant autrement plus inclusif et un regard sur l'existence à 1000 d'altitude. Smile

A condition peut-être de ne pas se limiter à une compréhension mentale des choses.
La distance peut se faire sans le renoncement aux ressentis.
Je crois même que c'est indispensable car c'est à ce moment là que la véritable compréhension intervient.
Faire le choix de simplement se couper des ressentis c'est juste arrêter le flot de ceux-ci sans avoir été capable de correctement le diriger en soi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par emmama le Mer 6 Mar - 6:04

Je ne me considère pas comme végétarienne et bien sur encore moins végan mais je ne mange plus de viande depuis quelques temps pour ne pas cautionner l'élevage intensif ainsi que la pêche industrielle et acheter dans les circuits où les animaux sont élevés et abattus dans de bonnes conditions ou pour le poisson les petits pécheurs me reviendrai trop cher , j'étais pourtant une carnivore mais en vieillissant mon attrait pour la viande a beaucoup diminué donc je ne me suis rien imposé c'est venu naturellement  .
Pour les Léo je les ai suivi un moment mais leur cheminement ne m'a pas parlé
emmama
emmama
Hypérion

Cochon
Messages : 440
Date d'inscription : 02/02/2019

Localisation : nord
Humeur : humaine

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Hakaan le Mer 6 Mar - 6:45

Une méta-analyse assez globale sur le sujet et les avantages/désavantages des 4 régimes :

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01913994/document

Une partie de la synthèse a écrit:
Les nutriments à surveiller
A. Les protéines (75)
Les régimes végétariens, y compris végétaliens, atteignent ou dépassent généralement les
apports protéiques recommandés, lorsque les apports caloriques sont adéquats. Les protéines
provenant de divers aliments végétaux, consommés au cours d'une journée, fournissent une
quantité suffisante de tous les acides aminés indispensables (essentiels) lorsque les besoins
caloriques sont satisfaits. L'utilisation régulière de légumineuses et de produits à base de soja
assurera un apport adéquat en protéines au végétarien, en plus de fournir d'autres nutriments
essentiels. Les besoins en protéines à tous les âges, y compris ceux des athlètes, sont bien
atteints grâce à un régime végétarien équilibré.
B. Le fer (75)
Les végétariens consomment en général autant, voir plus de fer que les omnivores. Malgré
ces apports, les réserves de fer des végétariens sont généralement inférieures à celles des nonvégétariens. Des taux plus faibles de ferritine sérique peuvent être un avantage, car des taux
élevés de ferritine sérique ont été indépendamment associés au risque de développer un
107
syndrome métabolique. Le processus d'absorption semble s'adapter efficacement dans le cas
des végétariens occidentaux parce que leurs valeurs d'hémoglobine et la plupart des autres
mesures de l'état du fer sont similaires à celles observées chez les non-végétariens. Il serait
donc préférable d’individualiser les recommandations de supplémentation en se basant sur un
dépistage chez les personnes présentant un risque de carence en fer.
C. Les lipides
- Acides gras oméga 3 (75)
Alors que les apports en acide a-linolénique (ALA) des végétariens et des végétaliens sont
similaires à ceux des non-végétariens, les apports alimentaires en acides gras n-3 à longue
chaîne, acide eicosapentanoïque (EPA) et acide docosahexaénoïque (DHA) sont plus faibles
chez les végétariens et typiquement absent chez les végans. Les concentrations sanguines et
tissulaires d'EPA et de DHA peuvent être significativement plus faibles que celles mesurées
chez les végétariens.
La pertinence clinique de la réduction de l'EPA et du DHA chez les végétariens et les
végétaliens est inconnue. Les acides gras n-3 à longue chaîne sont importants pour le
développement et le maintien du cerveau, de la rétine et des membranes cellulaires.
Cependant, les enfants végétariens et végétaliens ne semblent pas souffrir de troubles du
développement visuel ou mental, et les adultes végétariens et végétaliens ont moins de risques
de MCV.
L'ALA est convertie de façon endogène en EPA et en DHA, mais le processus est quelque
peu inefficace et est influencé par le sexe, la composition diététique, l'état de santé et l'âge.
Des apports élevés en acide linoléique (LA) peuvent supprimer la conversion de l'ALA. Un
rapport LA / ALA n'excédant pas 4: 1 a été suggéré pour une conversion optimale.
Les apports alimentaires de référence pour l'ALA sont de 1,6 g / jour et de 1,1 g / jour,
respectivement pour les hommes et les femmes. Pour les végétariens et les végétaliens, il peut
être prudent d'assurer des apports légèrement plus élevés d'ALA. des acides gras n-3 sont les
graines (lin, chia, caméline, canola et chanvre), les noix et leurs huiles. Les données probantes
suggèrent que les apports d’ALA seuls peuvent satisfaire les besoins en n-3, et la synthèse
endogène de l'AEP et du DHA de l'ALA est suffisante pour maintenir les niveaux stables
pendant de nombreuses années. Des suppléments de DHA à base de micro-algues à faible
dose sont disponibles pour tous les végétariens ayant des besoins accrus (p. ex. femmes
108
enceintes ou allaitantes) ou avec une capacité de conversion réduite (par exemple, ceux qui
souffrent d'hypertension ou de diabète).
- Acides gras saturés
Les végétariens pesco et lactovo ont un apport énergétique total trop élevé en acides gras
saturés (AGS), ils sont dits athérogènes, c’est à dire qu’ils favorisent la production de plaques
d’athéromes, plaques de lipides, de glucides et de dépôts calcaires qui se fixent dans les
vaisseaux et peuvent provoquer des accidents vasculaires.
D. La vitamine D
L'identification de bonnes sources de vitamine D est clairement une priorité pour améliorer
la santé osseuse des végétariens et des végétaliens. Une supplémentation en vitamine D peut
être nécessaire. La vitamine D3 (cholécalciférol) est issue de produits animaux et est
généralement évitée par les végétaliens. La vitamine D2 (ergocalciférol) est une source
végétale de vitamine D. L'équivalence de ces deux formes de vitamine D suscite quelques
controverses. À faibles doses, la vitamine D2 et la vitamine D3 semblent être équivalentes,
mais à des doses plus élevées, la vitamine D2 semble être moins efficace que la vitamine D3
(33).
L'étendue de la production de vitamine D cutanée après l'exposition au soleil est très
variable et dépend de plusieurs facteurs, notamment l'heure, la saison, la latitude et l'air,
pollution de la peau, écran solaire, quantité de vêtements couvrant la peau et âge. De faibles
apports en vitamine D ont été signalés chez certains végétariens et végétaliens, ainsi que de
faibles concentrations plasmatiques ou sériques de 25-hydroxyvitamine D, ce dernier surtout
quand le sang a été recueilli en hiver ou au printemps, et particulièrement dans ceux vivant
aux hautes latitudes. Les sources diététiques et supplémentaires de vitamine D sont
généralement exigées pour répondre aux besoins de ce nutriment. Comme elle influence un
grand nombre de voies métaboliques au-delà du métabolisme osseux, certains experts
recommandent des apports quotidiens de vitamine D de 1 000 à 2 000 UI, ou même plus (75).
Les aliments enrichis en vitamine D comprennent le lait de vache, certains laits non
laitiers, les jus de fruits, les céréales de petit déjeuner et les margarines. Les œufs peuvent
aussi fournir de la vitamine D. Les champignons traités aux rayons ultraviolets peuvent être
des sources importantes de vitamine D. La vitamine D-2 et la vitamine D-3 sont utilisées dans
les suppléments et pour enrichir les aliments.
109
E. Le calcium
Bien que les produits laitiers soient largement annoncés comme sources de calcium, un
certain nombre d'aliments à base de plantes contiennent également du calcium bien absorbé.
La biodisponibilité du calcium provenant des aliments végétaux, qui est liée à la teneur en
oxalate des aliments et, dans une moindre mesure le phytate et la fibre, est une considération
importante. L'absorption fractionnée de légumes à haute teneur en oxalate, comme les
épinards, les feuilles de betterave et la bette à carde, peut être aussi faible que 5%. Ainsi,
ceux-ci ne peuvent pas être considérés comme de bonnes sources de calcium, malgré leur
forte teneur en calcium. En comparaison, l'absorption des légumes à faible teneur en oxalate,
comme le chou frisé, le navet, le chou chinois et le bok choy, est d'environ 50%. L'absorption
du tofu calcaire (fait avec un sel de calcium) et de la plupart des laits similaire à celle du lait
de vache, à environ 30% (75).
Une méthode pour promouvoir l'apport en calcium pour les personnes choisissant des
régimes à base de plantes ou végétaliens est de concevoir une liste d'aliments qui contiennent
des quantités similaires de calcium bien absorbé. La sélection d'un nombre déterminé de
portions de ces aliments peut permettre aux gens de faire preuve de souplesse pour respecter
les recommandations en matière de calcium (33).
D'autres aliments végétaux, tels que les haricots blancs, les amandes, tahini, figues et
oranges, fournissent des quantités modérées de calcium avec une biodisponibilité quelque peu
inférieure (environ 20%). Nutritionnistes diététiciens et nutritionnistes et diététiciens
enregistrés peuvent aider les clients répondent aux besoins en calcium en encourageant une
consommation régulière de bonnes sources de calcium et, si nécessaire, des suppléments de
calcium à faible dose (75).
F. La vitamine B12
La vitamine B-12 n'est pas un composant des aliments végétaux. Les aliments fermentés
(comme le tempeh), le nori, la spiruline, les algues chlorella et la levure nutritionnelle non
fortifiée ne peuvent être considérés comme des sources adéquates ou pratiques de B-12. Il
faut consommer régulièrement des sources fiables, c'est-à-dire des aliments enrichis B-12 ou
des suppléments contenant du B-12, ou bien les végétariens peuvent devenir déficients. Une
tasse de lait et un œuf par jour ne fournissent que les deux tiers de l'apport nutritionnel
recommandé (ANR).
110
Les symptômes précoces d'une grave carence en vitamine B12 sont une fatigue
inhabituelle, des fourmillements dans les doigts ou les orteils, une mauvaise cognition, une
mauvaise digestion et un retard de croissance chez les jeunes enfants. Un déficit en B-12
entraîne une augmentation de l'homocystéine. Les personnes ayant peu ou pas de B-12
peuvent se sentir en bonne santé. Cependant, un déficit sub-clinique à long terme peut
entraîner un accident vasculaire cérébral, la démence et une mauvaise santé osseuse (75).
Le taux d'absorption de la vitamine B12 est limité par la capacité des récepteurs iléaux à
phagocyter le complexe facteur intrinsèque de la vitamine B12 et diminue avec
l'augmentation des quantités de cette vitamine dans un seul repas ou un seul supplément.
Les valeurs de référence pour les apports alimentaires sont établies en supposant que les
apports quotidiens sont étalés au cours de la journée. Les recommandations spécifiques aux
végétaliens recommandent d'utiliser des doses de 5 à 10 μg par jour, sauf si au moins 3
portions d'aliments fortifiés par jour sont consommées régulièrement. Des données plus
récentes suggèrent que des doses plus élevées peuvent être nécessaires chez certaines
personnes, en particulier chez les personnes âgées. D'autres données empiriques sont
nécessaires pour élucider la dose appropriée de vitamine B12 chez les végétaliens.
Les quatre formes de B-12 sont différenciées par leurs groupes attachés. La cyanocobalamine est le plus souvent utilisée dans les aliments enrichis et les suppléments en raison
de sa stabilité. La méthyl-cobalamine et l'adénosyl-cobalamine sont des formes utilisées dans
les réactions enzymatiques du corps; ceux-ci sont disponibles sous forme de suppléments qui
ne semblent pas plus efficaces que la cyano-cobalamine et peuvent nécessiter des doses plus
élevées que l’ANR. L'hydroxo-cobalamine est la forme utilisée efficacement pour les
injections (75).
G. Le zinc (75)
Comparativement aux groupes témoins non-végétariens, les études montrent que les
adultes végétariens ont des apports en zinc alimentaires similaires ou légèrement inférieurs, et
des concentrations sériques de zinc plus faibles mais dans la plage normale. Les végétariens
adultes ne semblent pas avoir de conséquences néfastes sur leur santé qui sont attribuables à
un statut inférieur de zinc, probablement dû aux mécanismes homéostatiques qui permettent
aux adultes de s'adapter à un régime végétarien. La carence en zinc est pas évidente chez les
végétariens occidentaux. Pour les membres les plus à risque de la population (adultes plus
âgés, enfants et femmes enceintes et allaitantes), il n'y a pas suffisamment de preuves pour
111
déterminer si le statut de zinc est plus faible chez les végétariens que chez les nonvégétariens.


Il n'y a cependant aucune conclusion sur les carences installées mais seulement sur les risques d'apparition de celles ci en vis à vis des apports des différents régimes, et qui ne sont pas forcément celles qu'on croit,
on remarque aussi que les régimes véga-gé se retrouvent majoritairement chez les gens avec un certain niveau d'éducation et niveau de revenu, ce qui empêche les comparaisons en terme stricte de régime car on se retrouve à comparer potentiellement des baufs avec des bobos,
chacun des régimes semble avoir son lot de carences et de surplus (on peut quand même pas omettre qu'il y a beaucoup plus de prévalences du coté végan car c'est le régime le plus restrictif), peut être que l'idéal c'est de n'avoir aucun régime particulier mais d'en changer régulièrement (comme on devait le faire autrefois, ou il y avait des saisons à fruits, des saisons à légumes, et des saisons à chasse/pêche)
Hakaan
Hakaan
Admin

Cochon
Messages : 6734
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : De nitrate d'ammonium

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Kouen le Mer 6 Mar - 10:19

@emmama a écrit:j'étais pourtant une carnivore mais en vieillissant mon attrait pour la viande a beaucoup diminué donc je ne me suis rien imposé c'est venu naturellement  .


c'est cool... I love you
le fait que cela ce soit fait "naturellement" je trouve que c'est encore
mieux que de décider de devenir "végétarienne", c'est le corps qui parle..?!
Kouen
Kouen
Rhéa

Cochon
Messages : 1462
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Charente Tarot XVII

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Hridaye le Mer 6 Mar - 11:31

@emmama a écrit:Je ne me considère pas comme végétarienne et bien sur encore moins végan mais je ne mange plus de viande depuis quelques temps pour ne pas cautionner l'élevage intensif ainsi que la pêche industrielle et acheter dans les circuits où les animaux sont élevés et abattus dans de bonnes conditions ou pour le poisson les petits pécheurs me reviendrai trop cher , j'étais pourtant une carnivore mais en vieillissant mon attrait pour la viande a beaucoup diminué donc je ne me suis rien imposé c'est venu naturellement  .
Pour les Léo je les ai suivi un moment mais leur cheminement ne m'a pas parlé
Personnellement c'est pareil, je mange très peu de produits animaux (moins de 250g poissons, viandes, abats confondus par semaine), donc finalement très peu. Mais quand bien même je cesserais tout à fait d'en consommer, je n'ai absolument pas de problèmes avec ça. Donc là ce n'est plus à proprement parler du véganisme.

C'est quoi les leo ?
Hridaye
Hridaye
Triton

Chèvre
Messages : 2199
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Mimy le Mer 6 Mar - 21:48

Je ne serai jamais vegan - Page 10 89ee6610
Mimy
Mimy
Miranda

Serpent
Messages : 655
Date d'inscription : 17/05/2018

Localisation : Ici et maintenant
Humeur : Vivante

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par emmama le Jeu 7 Mar - 6:16

- Kouen

Peut-être le corps , parce que depuis je me sens plus en forme , je me fatigue moins vite


- Hridaye

le réseau LEO Sand et Jenaël mentionnés dans tes post précédents en sont les créateurs
emmama
emmama
Hypérion

Cochon
Messages : 440
Date d'inscription : 02/02/2019

Localisation : nord
Humeur : humaine

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Hridaye le Mar 19 Mar - 0:29



00:10 ► Exemple d'Odile, qui a un peu moins de 40 ans et pèse 31kg pour 1m60. Elle a été végan pendant une dizaine d'années et fait de l'ostéoporose.
01:15 ► Végétalisme et véganisme sont des utopies totalement inadaptées à l'être-humain
04:44 ► Je ne vais pas vous proposer de commencer par une côte de boeuf
06:12 ► Pourquoi en êtes-vous arrivé là ?
08:21 ► Ce qui importe ce n'est pas ce que contient l'aliment, mais ce qu'on est capable d'assimiler
09:10 ► Faut-il supprimer les sources de protéines végétales ?
11:07 ► Par quoi on commence quand on passe de végétalien à omnivore ?
11:56 ► Manger du fromage de chèvre ou de brebis de qualité, au début
15:41 ► Est-on obligé de manger de la chair animale ?
18:52 ► Contenu d'un repas type pour un ex-végétalien
22:31 ► Que prendre en guise de dessert ?
23:58 ► J'ai décidé d'arrêter de consommer du chocolat au quotidien
Hridaye
Hridaye
Triton

Chèvre
Messages : 2199
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Hakaan le Mar 19 Mar - 10:48

Je tend de plus en plus vers le même avis, un animal d'élevage bien considéré aura toujours une plus belle vie que dans la nature impitoyable, le problème c'est la surconsommation et l'industrialisation
Hakaan
Hakaan
Admin

Cochon
Messages : 6734
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : De nitrate d'ammonium

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Invité le Mar 19 Mar - 20:17

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Icon_lol tu as déjà visité des élevages ? j'y ai bossé et quelques soit la grosseurs ça finit par craindre
Je ne serai jamais vegan - Page 10 54799134_2239181812809240_8813760159726698496_n.jpg?_nc_cat=105&_nc_ht=scontent-cdt1-1
pour détendre un peu l'atmosphère. ^^
je mange de la viande (que j'aime) le moins possible comme le faisait mes ancêtres

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Hridaye le Mar 19 Mar - 20:54

Ce qui encourage l'élevage intensif industriel c'est effectivement d'en manger beaucoup, or on a besoin de très peu de produits animaux combinés aux végétaux pour l'assimilation optimale des nutriments.
Et puis y a les petits poissons sauvages aussi (pas les gros qui sont pollués aujourd'hui).

Enfin bon chacun fait comme il veut mais je pense définitivement que l'homme n'est pas constitué biologiquement pour être végétalien (n'en déplaise à la sensiblerie pro végane), ni pour être viandard d'ailleurs et tôt ou tard on paye les pots cassés.
Surtout si pour compenser on augmente la quantité de glucides et de produits laitiers.

Le problème c'est qu'en occident on trouve les deux excès représentés à côté d'autres inepties alimentaires
D'ailleurs les populations réputées pour être en bonne santé et jusqu'à un âge avancé (okinawa etc) ont dans leur régime un peu de viande et de poisson (pas de produits laitiers par contre)
Hridaye
Hridaye
Triton

Chèvre
Messages : 2199
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Invité le Mar 19 Mar - 21:14


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Hakaan le Mar 19 Mar - 22:14

labeillou a écrit:Je ne serai jamais vegan - Page 10 Icon_lol  tu as déjà visité des élevages ?  j'y ai bossé et quelques soit la grosseurs ça finit par craindre  

Oui j'ai vécu 1 an dans un hameau de bergers paumé à 30km du premier village au font d'une foret,
y'avait rien qui craignait mis à part le fait qu'ils devaient revendre la viande en Pologne parce que la France ne la rachetait pas (trop cher pour les connards de la grande distribution j'imagine),
c'est d'ailleurs la bas que j'ai découvert que le poulet ça avait du gout
Hakaan
Hakaan
Admin

Cochon
Messages : 6734
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : De nitrate d'ammonium

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Invité le Mar 19 Mar - 22:28

Avis de modération. Pourrais-tu user d'un lexique approprié. Merci.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Hakaan le Mar 19 Mar - 23:51

C'est très approprié, c'est à cause de leur logique que l'agriculture est en déperdition et qu'on se retrouve maintenant avec des fermes qui gèrent des centaines de vaches et des centaines de milliers de poules, que les petits commerces ont quasi disparus et que tout s'"est expatrié en périphérie des villes laissant les centres pour les terrasses et quelques magasins de vêtements, le tout avec des marges monumentales qui avoisinent les 30%
Hakaan
Hakaan
Admin

Cochon
Messages : 6734
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : De nitrate d'ammonium

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Hridaye le Mer 20 Mar - 0:54

C'est vrai que le poulet d'un élevage familial c'est quand même autre chose Smile
Hridaye
Hridaye
Triton

Chèvre
Messages : 2199
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Chercheur le Mer 20 Mar - 2:21

alors je n'ai pas du tout lu le fil de conversation (10 pages ca fais beaucoup ) mais j'avais envie de partager ma réaction au titre : mais comme on s'en fou fais ce que tu veux personne ne te force ....

tout ceux qui essaye d'imposer leur façon de faire : est-ce vraiment LA bonne façon de faire ? si oui tu ne te sentirais pas de forcer les autres et de juger les autres ....

on peu remettre ca a l'illumination, il est dit que nous avons cette volonté de partager notre découverte aux autres pour qu'ils atteignent aussi notre état de paix. Mais lorsque cette paix est réelle alors que tu veule suivre le même chemin ou non importe peu cette personne...

Les débats, en France, tous, deviennent beaucoup trop assujettis a l'émotionnelle et ne fonctionne quasiment plus que sur ca ...


bref Smile

(on pourras me répondre qu'in s'en fou de mon avis aussi Very Happy )
Chercheur
Chercheur
Épiméthée

Chat
Messages : 186
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Invité le Mer 20 Mar - 9:06

@Hakaan a écrit:
labeillou a écrit:Je ne serai jamais vegan - Page 10 Icon_lol  tu as déjà visité des élevages ?  j'y ai bossé et quelques soit la grosseurs ça finit par craindre  

Oui j'ai vécu 1 an dans un hameau de bergers paumé à 30km du premier village au font d'une foret,
y'avait rien qui craignait mis à part le fait qu'ils devaient revendre la viande en Pologne parce que la France ne la rachetait pas (trop cher pour les connards de la grande distribution j'imagine),
c'est d'ailleurs la bas que j'ai découvert que le poulet ça avait du gout

c'est cela dont je parle. Le "mise à part". Là il s'agit d'heures de transports dans des conditions... n'en parlons pas...
ça fini toujours en eau de boudin (excuses moi sofiane Wink ) . Quel seuil de tolérance chacun de nous peut ressentir au sujet de la souffrance animale ? j'ai des poules qui font des poussins mais il est rare que j'en mange et si les taches d'après la mort ne me dérange pas. Tuer je ne peux pas. Lâchement je laisse ça à mon compagnon qui n'aime pas plus que moi mais qui est beaucoup plus courageux. Je pense aussi à un ami qui travaille à l'abattoir samedi dimanche, jours fériés... il tue. Je ne discute pas de cela avec lui. je sais qu'il faut que ça se fasse. Et à son age, plus de 60 ans et cassé de partout, c'est le seul boulot qu'il lui reste. Contrairement à moi, il est croyant. Ce système n'asservit pas que l'animal il asservit également l'homme. Plus jeune j'ai bossé dans des élevages, je voulais savoir. Au commencement, on fait ce qu'on nous dit puis le cerveau se met en marche... Je ne mange pratiquement plus de viande. Curieusement c'est en cas de stress que j'ai envie d'en manger... Observer, et aller au plus pres de ce que l'on est et du monde qui nous entour, ça serait un bon début...
sunny flower

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Hridaye le Mer 20 Mar - 9:32

@Chercheur a écrit:

(on pourras me répondre qu'in s'en fou de mon avis aussi Very Happy )
Effectivement Je ne serai jamais vegan - Page 10 Icon_lol surtout que tu ne regardes même pas le post d'origine, tu sais même pas de quoi ça retourne, tu réagis à un titre...
Il ne s'agit pas seulement d'imposer une façon de vivre ou de s'alimenter mais d'expliquer les raisons qui font qu'on n'adopte tel régime et qui peuvent intéresser d'autres personnes, en l'occurrence. C'est pas juste "je mange comme ceci fait comme moi" Rolling Eyes
Hridaye
Hridaye
Triton

Chèvre
Messages : 2199
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Invité le Mer 20 Mar - 9:37

Je pense que l'on peut manger de la viande avec modération, une à deux fois par semaine. Acheter la viande issue de petits particuliers qui vivent en harmonie avec les animaux et la nature de manière générale. Il existe passablement de petites boucheries ou des fermes où l'on peut acheter viande, oeufs, et fromages. Selon moi, il faut manger de tout, et ne pas oublier la notion de plaisir et la chance que nous avons de pouvoir nous sustenter à notre faim.

P.S Je précise que chacun est libre de choisir son régime alimentaire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Endymion le Mer 20 Mar - 10:50

Oui Sofiane, la modération est la clé de tout, mais c'est tellement simple et naturel que ça n'intéresse pas nos fantaisies intellectuelles, ça ne nourrit pas nos élans à inventer des systèmes originaux qui vont tout régler Je ne serai jamais vegan - Page 10 Icon_lol
C'est comme concernant la spiritualité: si tu dis à une personne: tu veux t'éveiller ? Commence à être présent dans chaque activité que tu pratiques, soit souple dans ton regard sur les êtres, pratique les accords toltèques, et ne t'identifie pas à tes pensées. Elle va répondre, "oh mais non ça suffit pas, non moi je veux faire m'éveiller vite, avoir des pratiques très ascétiques, des yogas très compliqués, je veux la formule magique qui va éveiller kundalini, je veux me retirer dans une grotte isolée, vivre nu dans la neige, aller au Tibet recevoir des initiation originales etc  Je ne serai jamais vegan - Page 10 Icon_lol

Après chacun est libre de faire comme bon lui semble, ça va de soi, mais en réalité non... car pour être vraiment libre il faudrait être correctement informé.

Or à l'époque où je croyais être libre de devenir vegan, j'avais peu de sources d'informations antagonistes, peu de personnes qui partageaient leur expérience, en fait, j'avais pas encore d'ordinateur perso donc pas d'internet. Je trouvais l'info là où je la cherchais et forcément, je ne trouvais que des sons de cloches réconfortants.

Je ne suis pas resté dans le végétalisme très longtemps (qq années quand même) et hélas je n'ai jamais retrouvé mon potentiel digestif et énergétique même après des années de rectification...

Aujourd'hui l'info est à portée de clic. Réalisons cette chance de pouvoir confronter tous les aspects d'un problème, et le mental aussi sera satisfait car il aura la sensation d'être utile à quelque chose et au moins cela servira ses besoins fondamentaux.

Autant un omnivore n'aurait pas trop besoin de s'interroger (bien qu'il puisse aussi le faire car le qualitatif du contenu de son assiette est évidemment un élément important), car on se nourrit de cette façon depuis la nuit des temps et ma foi ça ne nous a pas trop trop mal réussi, même si on ne peut pas dire qu'on ait toujours été en bonne santé, autant un vegan devra vraiment être très à l'écoute de ses symptômes, très souple et adaptable dans sa façon de pratiquer son régime car lorsque l'idéal mental sert de référence au biologique, ça tourne généralement très vite au dogmatisme dangereux voire à la cata.

Notre corps biologique a ses besoins qui sont naturels et instinctifs et dénué d'idéalisme ou d'éthique, il nous parle, enfin nous envoie des signes, donc qui veut changer de régime a intérêt à se préoccuper de cet aspect là. Et avant le reste même.
(d'abord ne pas nuire)
Le respect de soi ça commence par là...


Dernière édition par Endymion le Mer 20 Mar - 15:55, édité 2 fois

Endymion
Cléobule

Buffle
Messages : 1
Date d'inscription : 07/09/2018

Localisation : Rognac

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Invité le Mer 20 Mar - 11:05

Endymion,

Ton dernier paragraphe, entres autres, est tout à fait pertinent.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Hakaan le Mer 20 Mar - 11:32

Y'a quand même de notable avec le végétarisme qu'on est constamment à la recherche de compensation dans ce mode d'alimentation, que ce soit autant au niveau nutritif qu'au niveau du gout,
je veux dire que de tout les végétariens que j'ai connu ils ne parlent que de bouffe, et j'en ai connu j'ai traîné dans des associations, fais des happening etc, donc je connais bien le milieu,
50% des conversations c'est "vivement janvier qu'on sorte la machine à fondue" pour les végérariens et pour les végans tu peux pas y trainer avec 1h sans ressortir avec 3 recettes pour faire un super dessert ou la technique pour faire soit même son seitan ou son tofu,
c'est donc bien qu'il y a quelque chose qui est compensé et je suis sur que je suis pas le seul à avoir remarqué ça
Hakaan
Hakaan
Admin

Cochon
Messages : 6734
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : De nitrate d'ammonium

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Hridaye le Lun 25 Mar - 20:01

Voilà de quoi débattre sur les raisons invoquée par les mouvements végétaliens sur leurs raisons à ne pas tuer pour manger…
Car la frontière entre sensibilité animale et insensibilité végétale est en train de tomber, et du coup la cohérence de certaines idées végétariennes peut amener à ne plus rien manger du tout...
Bien entendu la maltraitance animale en élevage est facilement palpable et doit être combattue, mais qu'en est-il des plantes que l'on force à pousser dans un environnement contrôler et façonné par l'homme ?
On en arrive à la même incohérence qui fait dire à certaines personnes qu'elles ne veulent pas manger de cheval ou de lapin alors qu'elles mangent de la vache ou du porc… Qui détermine quel être vivant à le droit de mourir au profit d'un autre ?

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/botanique-scientifiques-revelent-intelligence-sensibilite-plantes-71122/?fbclid=IwAR02QFyOGmzZO9Xy4pQsI4m7cy-D9DOdltpkcM8Hp_INPb5jJQCescY2uRU
Futura planete a écrit:

Des scientifiques révèlent l’intelligence et la sensibilité des plantes

Elles perçoivent la gravité, le vent et leur position qu'elles peuvent corriger : les plantes possèdent une forme d'« intelligence » qui fascine scientifiques et grand public. Des chercheurs de l'Inra qui mènent l'enquête ont fait de surprenantes découvertes.
Vous aimez nos Actualités ?
Inscrivez-vous à la lettre d'information La quotidienne pour recevoir nos toutes dernières Actualités une fois par jour.

Dans les locaux de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) de Clermont-Ferrand, l'installation a des airs de décor de cinéma pour un film de science-fiction. Dans une sphère de lumière blanche aveuglante, alimentée par plus de 90 néons, le chercheur Bruno Moulia installe une jonquille inclinée à l'horizontale, maintenue au milieu par un arceau métallique. Une fois cette boule de lumière refermée, à l'abri de toute autre lumière extérieure dans une structure octogonale digne d'un vaisseau spatial, la plante -- partageant le même comportement que l'arbre -- va opérer une drôle de chorégraphie.

« Baignant de toute part dans cette lumière, elle ne peut pas l'utiliser pour savoir où est le haut, où est le bas. Pourtant, elle va complètement se redresser vers le haut. Elle perçoit la gravité », explique le directeur de l'Unité de recherche sur la Physique et physiologie intégrative de l'arbre en environnement fluctuant (Piaf).

Les plantes sont douées de proprioception et du sens du toucher

Pourtant, si les plantes et donc les arbres poussent droit, ce n'est pas uniquement grâce à l'attraction terrestre. Avec son équipe, Bruno Moulia a fait la découverte d'un autre sens, que l'on croyait pourtant réservé à l'Homme : la proprioception ou autrement dit la perception de la configuration de son propre corps dans l'espace.

Dans une autre expérience, les scientifiques auvergnats ont positionné à l'horizontale des arabettes des dames -- une modeste plante servant d'organisme modèle en biologie -- avant de les faire tourner sur elles-mêmes pour les empêcher de s'orienter par rapport à la gravité. Résultat : le petit végétal va continuer de pousser de manière rectiligne, sans chercher à se redresser. « L'arbre perçoit s'il est bien rectiligne ou courbé et a la capacité de se rectifier et de contrôler son équilibre », précise l'agronome-physicien.

Chose encore plus inattendue, l'arbre possède le sens du toucher. En soumettant des plantes à des « impulsions d'air », les chercheurs clermontois se sont aperçus que celles-ci savent très bien percevoir le vent et son intensité. « Un arbre qui va se trouver confronté à un vent inhabituel va réduire sa croissance en hauteur et augmenter sa croissance en diamètre et faire plus de racines », résume Bruno Moulia.

Grâce à des électrodes placées sur la tige de jeunes peupliers, ils ont aussi enregistré des réactions électriques, similaires à l'« influx nerveux » chez l'être humain, lorsque ceux-ci ont été fléchis par le vent. Des informations que ce végétal enregistre dans sa « mémoire », pouvant varier « d'une semaine à un an ».

Voir aussi :Comment les plantes mesurent-elles la durée du jour ?

L'arbre serait-il donc intelligent ? L'épineuse question interroge la communauté scientifique. « Les arbres combinent beaucoup d'informations. C'est plus complexe que de simples réflexes mais est-ce pour autant de l'intelligence ? », questionne le scientifique.

Une prise de conscience de la sensibilité des plantes

D'autres études démontrent encore que les arbres sont capables de percevoir des sons et des odeurs, de distinguer leurs voisins et communiquer avec eux, grâce à une série de capteurs. Pour percer le mystère et appréhender s'il existe chez les plantes une « intelligence sans cerveau » et éviter tout « anthropocentrisme », l'Inra collabore désormais avec des spécialistes de l'intelligence artificielle. Car depuis peu, la thématique a trouvé un nouvel écho au sein de la communauté scientifique, longtemps sceptique.

« Au début, on nous prenait pour des hurluberlus. Aujourd'hui, on sent un effet générationnel. Nos étudiants, ça les botte ! », sourit encore Bruno Moulia, qui pointe aussi « l'effet Avatar », fable écologiste réalisée par James Cameron. L'intérêt se fait aussi sentir auprès du grand public. La preuve avec le succès du livre du garde forestier allemand Peter Wohlleben La vie secrète des arbres, traduit en plus de 40 langues et vendu à plus d'un million d'exemplaires en France."

Nos recherches font tomber le mur que notre civilisation occidentale avait dressé depuis Aristote entre animaux, sensibles et capables de mouvements actifs, et les plantes seulement capables de... végéter

Une prise de conscience de la sensibilité du végétal qui pourrait faire évoluer des croyances bien ancrées. « Nos recherches font tomber le mur que notre civilisation occidentale avait dressé depuis Aristote entre animaux, sensibles et capables de mouvements actifs, et les plantes seulement capables de... végéter, souligne Bruno Moulia. Les plantes sont des êtres pleins de tact, bougeant tout le temps, mais à leur rythme, plus calme que le nôtre ».
Hridaye
Hridaye
Triton

Chèvre
Messages : 2199
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par WB35 le Lun 25 Mar - 22:59

@Hridaye a écrit:Voilà de quoi débattre sur les raisons invoquée par les mouvements végétaliens sur leurs raisons à ne pas tuer pour manger…
Car la frontière entre sensibilité animale et insensibilité végétale est en train de tomber, et du coup la cohérence de certaines idées végétariennes peut amener à ne plus rien manger du tout...
Bien entendu la maltraitance animale en élevage est facilement palpable et doit être combattue, mais qu'en est-il des plantes que l'on force à pousser dans un environnement contrôler et façonné par l'homme ?
On en arrive à la même incohérence qui fait dire à certaines personnes qu'elles ne veulent pas manger de cheval ou de lapin alors qu'elles mangent de la vache ou du porc… Qui détermine quel être vivant à le droit de mourir au profit d'un autre ?

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/botanique-scientifiques-revelent-intelligence-sensibilite-plantes-71122/?fbclid=IwAR02QFyOGmzZO9Xy4pQsI4m7cy-D9DOdltpkcM8Hp_INPb5jJQCescY2uRU
Futura planete a écrit:

Des scientifiques révèlent l’intelligence et la sensibilité des plantes

Elles perçoivent la gravité, le vent et leur position qu'elles peuvent corriger : les plantes possèdent une forme d'« intelligence » qui fascine scientifiques et grand public. Des chercheurs de l'Inra qui mènent l'enquête ont fait de surprenantes découvertes.
Vous aimez nos Actualités ?
Inscrivez-vous à la lettre d'information La quotidienne pour recevoir nos toutes dernières Actualités une fois par jour.

Dans les locaux de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) de Clermont-Ferrand, l'installation a des airs de décor de cinéma pour un film de science-fiction. Dans une sphère de lumière blanche aveuglante, alimentée par plus de 90 néons, le chercheur Bruno Moulia installe une jonquille inclinée à l'horizontale, maintenue au milieu par un arceau métallique. Une fois cette boule de lumière refermée, à l'abri de toute autre lumière extérieure dans une structure octogonale digne d'un vaisseau spatial, la plante -- partageant le même comportement que l'arbre -- va opérer une drôle de chorégraphie.

« Baignant de toute part dans cette lumière, elle ne peut pas l'utiliser pour savoir où est le haut, où est le bas. Pourtant, elle va complètement se redresser vers le haut. Elle perçoit la gravité », explique le directeur de l'Unité de recherche sur la Physique et physiologie intégrative de l'arbre en environnement fluctuant (Piaf).

Les plantes sont douées de proprioception et du sens du toucher

Pourtant, si les plantes et donc les arbres poussent droit, ce n'est pas uniquement grâce à l'attraction terrestre. Avec son équipe, Bruno Moulia a fait la découverte d'un autre sens, que l'on croyait pourtant réservé à l'Homme : la proprioception ou autrement dit la perception de la configuration de son propre corps dans l'espace.

Dans une autre expérience, les scientifiques auvergnats ont positionné à l'horizontale des arabettes des dames -- une modeste plante servant d'organisme modèle en biologie -- avant de les faire tourner sur elles-mêmes pour les empêcher de s'orienter par rapport à la gravité. Résultat : le petit végétal va continuer de pousser de manière rectiligne, sans chercher à se redresser. « L'arbre perçoit s'il est bien rectiligne ou courbé et a la capacité de se rectifier et de contrôler son équilibre », précise l'agronome-physicien.

Chose encore plus inattendue, l'arbre possède le sens du toucher. En soumettant des plantes à des « impulsions d'air », les chercheurs clermontois se sont aperçus que celles-ci savent très bien percevoir le vent et son intensité. « Un arbre qui va se trouver confronté à un vent inhabituel va réduire sa croissance en hauteur et augmenter sa croissance en diamètre et faire plus de racines », résume Bruno Moulia.

Grâce à des électrodes placées sur la tige de jeunes peupliers, ils ont aussi enregistré des réactions électriques, similaires à l'« influx nerveux » chez l'être humain, lorsque ceux-ci ont été fléchis par le vent. Des informations que ce végétal enregistre dans sa « mémoire », pouvant varier « d'une semaine à un an ».

Voir aussi :Comment les plantes mesurent-elles la durée du jour ?

L'arbre serait-il donc intelligent ? L'épineuse question interroge la communauté scientifique. « Les arbres combinent beaucoup d'informations. C'est plus complexe que de simples réflexes mais est-ce pour autant de l'intelligence ? », questionne le scientifique.

Une prise de conscience de la sensibilité des plantes

D'autres études démontrent encore que les arbres sont capables de percevoir des sons et des odeurs, de distinguer leurs voisins et communiquer avec eux, grâce à une série de capteurs. Pour percer le mystère et appréhender s'il existe chez les plantes une « intelligence sans cerveau » et éviter tout « anthropocentrisme », l'Inra collabore désormais avec des spécialistes de l'intelligence artificielle. Car depuis peu, la thématique a trouvé un nouvel écho au sein de la communauté scientifique, longtemps sceptique.

« Au début, on nous prenait pour des hurluberlus. Aujourd'hui, on sent un effet générationnel. Nos étudiants, ça les botte ! », sourit encore Bruno Moulia, qui pointe aussi « l'effet Avatar », fable écologiste réalisée par James Cameron. L'intérêt se fait aussi sentir auprès du grand public. La preuve avec le succès du livre du garde forestier allemand Peter Wohlleben La vie secrète des arbres, traduit en plus de 40 langues et vendu à plus d'un million d'exemplaires en France."

Nos recherches font tomber le mur que notre civilisation occidentale avait dressé depuis Aristote entre animaux, sensibles et capables de mouvements actifs, et les plantes seulement capables de... végéter

Une prise de conscience de la sensibilité du végétal qui pourrait faire évoluer des croyances bien ancrées. « Nos recherches font tomber le mur que notre civilisation occidentale avait dressé depuis Aristote entre animaux, sensibles et capables de mouvements actifs, et les plantes seulement capables de... végéter, souligne Bruno Moulia. Les plantes sont des êtres pleins de tact, bougeant tout le temps, mais à leur rythme, plus calme que le nôtre ».

Pour moi c'est une évidence.
WB35
WB35
Pluton

Dragon
Messages : 1933
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : En paix

Revenir en haut Aller en bas

Je ne serai jamais vegan - Page 10 Empty Re: Je ne serai jamais vegan

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 10 sur 20 Précédent  1 ... 6 ... 9, 10, 11 ... 15 ... 20  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum