Le Deal du moment : -20%
Figurine Herbizarre N°76 – Collection Super ...
Voir le deal
11.99 €

Cosmogonies

Aller en bas

Cosmogonies Empty Cosmogonies

Message par Azaël.de.Lyon le Lun 6 Juil - 9:49

Les mythes expliquant la création du monde.

Je commencerais par la création du monde selon l'oeuvre de J.R.R. Tolkien.
Mais c'est une oeuvre de fiction me direz-vous... Oui, je sais Smile

Ainulindalë

Ainulindalë signifie « le Chant des Ainur ». C'est le premier récit du Silmarillion ; il relate la création du Monde.

Alors que rien n'existait, il y avait Eru, appelé aussi Ilúvatar. Il créa les Ainur, les Bénis, êtres angéliques qui chantaient, seuls ou en groupes, tandis que d'autres les écoutaient. Un jour, Eru les rassembla tous et leur chanta un thème qui les émerveilla tous, puis il leur proposa d'en faire une Grande Musique, chacun y apportant sa contribution, pendant qu'il les écouterait. Leur voix s'élevèrent alors en un chant mélodieux, le plus beau qui fut et sera jamais jusqu'à la Fin des Temps.

Mais Melkor, le plus puissant des Ainur, nourrissait en son cœur des pensées différentes d'Eru et de ses semblables. Il les introduisit dans son chant afin d'en glorifier sa partie, créant ainsi une discordance qui s'amplifiait à mesure que les Ainur, troublés, hésitaient ou s'accordaient à lui plutôt qu'au thème initial. Eru se leva alors, souriant, et fit naître un nouveau thème à la fois semblable et différent du premier. Mais Melkor l'affronta et la bataille gagna en violence, si bien que de nombreux Ainur cessèrent de chanter. Eru, sévère, se leva donc de nouveau et un troisième thème s'éleva, beau et triste à la fois. Le chant de Melkor, mué en cacophonie chaotique, s'y opposa sans pouvoir néanmoins le submerger et un immense vacarme emplit les espaces d'Ilúvatar. Alors celui-ci se leva et fit cesser la musique.

Il déclara à tous les Ainur, et à Melkor en particulier, que de leur chant naîtrait le Monde mais qu'aucun ne pourrait s'opposer à lui : tous leurs actes, aussi sombres soient-ils, serviraient sa gloire. Il leur montra en vision le Monde et ceux-ci, émerveillés, le contemplèrent. Ils virent tout ce qui le constituerait et ceux qui l'habiteraient : les Elfes et les Hommes, les Enfants d’Ilúvatar. Puis la vision disparut et Eru créa Eä, le Monde Qui Est.

Certains Ainur s'attachèrent à ses éléments ; entre autres Manwë à l'air et au vent, Ulmo à la mer, Aulë aux composantes de la terre. Ceux qui descendirent sur Ëa encore naissante et participèrent à sa formation sont les Valar. Melkor vint aussi et désirait par dessus tout posséder et gouverner Arda, la Terre. Ce fut alors la première bataille entre Melkor et les autres Valar qui s'opposèrent à lui : tandis qu'ils créaient les vallées et les montagnes, les mers et les océans, Melkor alluma de grands feux et répandit le gel sur la terre, détruisant ou corrompant tout ce qu'ils faisaient. Malgré tout, le Monde prit forme et fut enfin prêt à accueillir les Enfants d’Ilúvatar.

Source

Ce que je trouve symboliquement intéressant c'est comment Ilúvatar a intégré le chant rebelle de Melkor pour en faire une oeuvre encore plus grande et plus belle ainsi que l'idée qu'un chant soit à l'origine du monde.

Azaël.de.Lyon
Amalthée

Rat
Messages : 274
Date d'inscription : 03/07/2020

Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Cosmogonies Empty Re: Cosmogonies

Message par Sod le Lun 6 Juil - 15:09

@Azaël.de.Lyon a écrit:Mais c'est une oeuvre de fiction me direz-vous... Oui, je sais Smile

clown

« Je vais vous parler de choses ineffables et supérieures au ciel, qui ne peuvent être conçues ni par les Puissances, ni par les Dominations, ni par les êtres qui leur sont soumis, ni par qui que ce soit, de choses qui n’ont été révélées qu’à la Pensée de l’Immmuable. À l’origine toutes choses étaient contenues à l’état d’inconnues dans Autopator (le Père même), que quelques-uns nomment l’Éon exempt de vieillesse, toujours jeune, mâle-femelle, qui contient partout toutes choses sans être contenu par aucune. En lui était Ennoia (la Pensée) : c’est le nom que lui donnent quelques-uns, d’autres l’appellent par son nom propre Charis (la Grâce), parce qu’elle fait part des trésors de la Grandeur à ceux qui sont nés de la Grandeur ; enfin, ceux qui se servent de l’expression véritable l’appellent Sigé (Silence), parce que la Grandeur a fait toutes choses par la conception, sans la parole."

https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Plotin_-_Enn%C3%A9ades,_t._I.djvu/644
Sod
Sod
Ganymède

Serpent
Messages : 3412
Date d'inscription : 31/08/2018

Localisation : inconnu(e)
Emploi/loisirs : Documentaliste chez

Revenir en haut Aller en bas

Cosmogonies Empty Re: Cosmogonies

Message par Sod le Lun 6 Juil - 15:15

PLEROME
Sod
Sod
Ganymède

Serpent
Messages : 3412
Date d'inscription : 31/08/2018

Localisation : inconnu(e)
Emploi/loisirs : Documentaliste chez

Revenir en haut Aller en bas

Cosmogonies Empty Re: Cosmogonies

Message par Sod le Mar 14 Juil - 13:28

... Like a Star @ heaven « Au sein de l'océan primordial apparut la terre émergée. Sur celle-ci, les Huit vinrent à l'existence. Ils firent apparaître un lotus d'où sortit Rê, assimilé à Shou [le Souffle]. Puis il vint un bouton de lotus d'où émergea une naine, auxiliaire féminin nécessaire, que Rê vit et désira. De leur union naquit Thot qui créa le monde par le Verbe. »

Wikipédia Ogdoade d’Hermopolis
Ou est mentionné la comparaison avec les sphères de la gnose de Valentin

Sod
Sod
Ganymède

Serpent
Messages : 3412
Date d'inscription : 31/08/2018

Localisation : inconnu(e)
Emploi/loisirs : Documentaliste chez

Revenir en haut Aller en bas

Cosmogonies Empty Re: Cosmogonies

Message par Azaël.de.Lyon le Mer 15 Juil - 11:59

Merci @Sod Smile

Cela évoque la non-forme d'où émergerait les formes.
En science on peut voir une allégorie des théories de l'information d'où émergerait la matière.
Etc.

Azaël.de.Lyon
Amalthée

Rat
Messages : 274
Date d'inscription : 03/07/2020

Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Cosmogonies Empty Re: Cosmogonies

Message par Biosphère le Mer 15 Juil - 13:00

voici la version Selknam de la création du monde.

"Les Selk'nam avaient un mythe animiste de la création où un être fondateur Temaukel « Parole. » existait invisible quelque part dans le cosmos ; personne ne le connaissait et n'avait pas de contacts avec lui. Il était pourtant principe de vie. On ne lui vouait pourtant pas de culte , se contentant parfois de l'invoquer comme « celui qui habite le ciel ».

« Parole » envoya un messager Kenos pour engendrer le monde visible et l'ordre humain : "



"Les mythes et croyances ne prennent sens qu'en réponse aux paradoxes de la vie humaine, « métaphysique », sociale ou comme celles qu'ils rencontrent dans leur pratique quotidienne. Les principales interrogations ontologiques concernent bien sur le fait existentiel de naitre, vieillir et mourir. S'y ajoutent tout ce qui forge l'identité, la sexualité, les rapports sociaux de sexe (ou genre), la division sexuelle des tâches, et la définition de l'individu et de la personne, de la parenté et de la famille."
https://agoras.typepad.fr/regard_eloigne/2017/02/ou-sont-les-femmes-qui-chantaient-enfants-de-la-lune-et-du-soleil-2mythologie-et-cosmogonie-selknam.html



De nos jours la science voudrait remplacer toutes les autres cosmogonies qui constituent le monde. c'est pour cela que j'aime bien celle des Selknam.
Le monde a été créé par "celui" qui raconte, celui qui parle. De nos jours la science "parle" et créé tout sur son passage. Le mythe est vivant. Toujours présent, Parole habite le ciel, inconnaissable, immensurable ... Dans le désert d' Atakama, les plus grands télescopes scrutent ce ciel. Ils y lisent l'histoire Passée car le présent et surtout le futur nous échappe toujours autant qu'à nos ancêtres  Razz
sunny flower
Biosphère
Biosphère
Prométhée

Coq
Messages : 126
Date d'inscription : 12/06/2020

Localisation : Occitanie

Kouen aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Cosmogonies Empty Re: Cosmogonies

Message par Sod le Jeu 16 Juil - 11:40

"La première phase du cycle cosmogonique décrit la scission de l'informe en forme, comme dans le chant de création des Maoris de Nouvelle-Zélande que nous citons ici :

Te Kore (le Vide)
Te Kore-tua-tahi (le Premier Vide)
Te Kore-tua-rua (le Second Vide)
Te Kore-nui (le Vaste Vide)
Te Kore-roa (le Vide qui s'étend au loin)
Te Kore-paru (le Vide desséché)
Te Kore-whiwhia (le Vide Non-Possédant)
Te Kore-rawea (le Vide Délicieux)
Te Kore-te-tamaua (le Vide Prisonnier)
Te Po (la Nuit)
Te Po-teki (la Nuit Suspendue)
Te Po-terea (la Nuit à la Dérive)
Te Po-whawha (la Nuit Gémissante)
Hine-make-moe (la Fille du Sommeil Troublé)
Te Ata (l'Aube)
Te Au-tu-roa (le Jour Établi)
Te Ao-marama (le Jour Lumineux)
Whai-tua (l'Espace)

Dans l'espace se développèrent deux existences sans forme
- Maku (l'Humidité, principe mâle)
- Mahora-nui-a-rangi (Grande Étendue du Ciel, principe féminin).

D'eux surgirent :
- Rangi-potiki (les Cieux, principe mâle)
- Papa (la Terre, principe féminin).
Rangi-potiki et Papa furent les parents des dieux(19).

Du vide au-delà de tous les vides proviennent les émanations qui portent le monde, mystérieuses, pareilles à des végétaux. Le dixième vide de la série ci-dessus est la nuit ; le dix-huitième, l'espace ou éther, la charpente du monde visible ; le dix-neuvième est la polarité mâle-femelle ; le vingtième est l'univers que nous voyons.
Une semblable succession évoque une profondeur, au-delà de la profondeur du mystère de l'être. Les niveaux correspondent aux profondeurs sondées par le héros au cours de son aventure en vue de pénétrer le mystère du monde ; ils constituent une énumération des strates spirituelles que connaît l'esprit recueilli en méditation. Ils représentent l'insondabilité de la nuit obscure de l'âme."

Joseph Campbel - 1949
Le héros aux milles et un visages
Sod
Sod
Ganymède

Serpent
Messages : 3412
Date d'inscription : 31/08/2018

Localisation : inconnu(e)
Emploi/loisirs : Documentaliste chez

Revenir en haut Aller en bas

Cosmogonies Empty Re: Cosmogonies

Message par Sod le Ven 17 Juil - 7:14

Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven « En son royaume, il y a un miroir dans lequel on voit tout le monde. Quiconque regarde en ce miroir peut voir et apprendre les trois parties de la Sapience de tout le monde, et de cette manière il deviendra très savant en ces trois règnes, comme ont été Aristote, Avicenne et plusieurs autres, lesquels, aussi bien que leurs prédécesseurs, ont vu dans ce miroir comment le monde a été créé »

Cosmopolite  - 1649
Ou Nouvelle Lumière Chymiques pour servir d’éclaircissement aux trois Principes de la Nature exactement décrits dans les trois traités suivants : la Traité du Mercure (I) du soufre (II) du vray sel des philosophes (III)

Sod
Sod
Ganymède

Serpent
Messages : 3412
Date d'inscription : 31/08/2018

Localisation : inconnu(e)
Emploi/loisirs : Documentaliste chez

Revenir en haut Aller en bas

Cosmogonies Empty Re: Cosmogonies

Message par Sod le Sam 18 Juil - 0:39

Like a Star @ heaven « Quand Il décida de créer le monde, toutes les lettres se présentèrent à lui dans l'ordre inverse. La lettre ת [la dernière de l'alphabet] s'avança et plaida : Qu'il Te plaise, Maître des Mondes, de me placer le premier dans la création du monde, car je suis la lettre qui conclut אמת (vérité) qui est gravée sur Ton Sceau, et Toi-même a pour nom אמת, (vérité) il est donc convenable au Roi de commencer avec la lettre finale de « Vérité » (אמת) et de créer le monde avec moi.

Le Saint, béni soit-il, lui répondit : Tu es méritant et juste, mais il n'est pas correct que je commence la création du monde avec toi, puisque tu es destiné à servir de marque au front des fidèles qui observent la Thora d 'א à ת, [de la première a la dernière lettre] et par l'absence de cette marque les autres seront tués ; et, de plus, tu formes la conclusion de מות (mort). C'est pourquoi tu n'es pas approprié pour initier la création du monde. »

[de même toutes les lettres de l’alphabet se présentent et font valoir leur valeur positive, mais le Saint, béni soit-Il, les récusent car elles portent également une valeur négative ; se présente enfin le ב (deuxième lettre de l'alphabet) : ]

« Le ב entra alors et dit : Maître du Monde, qu'il te plaise de me placer en tête de la création du monde, puisque je représente les בּרכות (bénédictions) que l'on T'offre en haut et en bas. Le Saint, béni soit-Il, lui dit : Assurément, c'est avec toi que je créerai le monde, et tu formeras le début de la création du monde.

[א, (la première lettre de l'alphabet) par humilité, ne se présente pas, et le Saint, béni soit-Il, lui dit :]

« א, א, bien que Je commencerai la création du monde avec le ב, tu resteras la première des lettres. Mon unité ne sera exprimée par un autre que toi, sur toi seront basés tous les calculs et les opérations du monde, et l'unité sera seulement exprimée par la lettre א. (...) »

Zohar 2b – 3b
Sod
Sod
Ganymède

Serpent
Messages : 3412
Date d'inscription : 31/08/2018

Localisation : inconnu(e)
Emploi/loisirs : Documentaliste chez

Revenir en haut Aller en bas

Cosmogonies Empty Re: Cosmogonies

Message par Sod le Dim 19 Juil - 6:43

"Tu ne seras donc pas étonné, Socrate, si, après que tant d'autres ont parlé diversement sur le même sujet, j'essaye de parler des dieux et de la formation du monde, sans pouvoir vous rendre mes pensées dans un langage parfaitement exact et sans aucune contradiction. Et si nos paroles n'ont pas plus d'invraisemblance que celles des autres, il faut s'en contenter et bien te rappeler que moi qui parle et vous qui jugez, nous sommes tous des hommes, et qu'il n'est permis d'exiger sur un pareil sujet que des récits vraisemblables."

Platon - Timée 29 c
Sod
Sod
Ganymède

Serpent
Messages : 3412
Date d'inscription : 31/08/2018

Localisation : inconnu(e)
Emploi/loisirs : Documentaliste chez

Biosphère aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Cosmogonies Empty Re: Cosmogonies

Message par Sod le Lun 20 Juil - 14:04

« Cet « esprit astral » c’est le feu dont D’Espagnet dit qu’il est enté sur la Pierre, et le Maitre qui préside à la Nature. Il est les fils du Soleil et son lieutenant, qui meut et digère la matière.

Ensuite, tout ce qu’il est convenu d’appeler la cuisson et tout le processus de l’Œuvre Philosophique n’est rien d’autre que solution et coagulation [Solve et coagula].

La génération de la Pierre se fait a l’exemple de la création du monde,
comme il est dit dans la Genèse, où les éléments se séparent du chaos, le subtil de l’épais, afin que les ténèbres reculent devant la Lumière »

Fabrice Bardeau -  2010
Les clés secrètes de l’alchimie

Sod
Sod
Ganymède

Serpent
Messages : 3412
Date d'inscription : 31/08/2018

Localisation : inconnu(e)
Emploi/loisirs : Documentaliste chez

Revenir en haut Aller en bas

Cosmogonies Empty Re: Cosmogonies

Message par Sod le Mar 21 Juil - 3:12

study
(Etudier un petit peu)

«  Comme le fait la Révélation (Sanskrit shruti) elle-même, nous devons commencer par le Mythe (itihâsa), la vérité pénultième, dont toute expérience est le reflet temporel. La validité du récit mythique se situe hors du temps et de l'espace° ; elle vaut partout et toujours. De même dans le Christianisme les paroles « au commencement Dieu créa » et « par Lui toutes choses ont été faites » reviennent à dire, nonobstant les millénaires qui les séparent historiquement, que la création a eu lieu lors de la « naissance éternelle » du Christ. « Au commencement » (agrê), ou plutôt « au sommet », signifie « dans le principe », de même que, dans les contes, « il était une fois » ne veut pas dire « une fois seulement », mais « une fois pour toutes ». Le Mythe n'est pas une « invention poétique », dans le sens que l'on donne aujourd'hui à ces mots. Par contre, du fait même de son universalité, il peut être exposé et avec une égale authenticité, selon de nombreux points de vue différents.

Dans cet éternel commencement, il n'y a que l'Identité Suprême de « Cet Un » (tad êkam) (1) , sans distinction d'être et de non-être, de lumière et de ténèbres, ou encore sans séparation du ciel et de la terre. Le Tout est alors contenu dans le Principe, que l'on peut désigner par les noms de Personnalité, Ancêtre, Montagne, Dragon, Serpent sans fin. Relié à ce principe comme fils ou comme frère puîné - comme alter ego plutôt que comme principe distinct - apparaît le Tueur de Dragon, né pour supplanter le Père et prendre possession du Royaume, et qui en distribuera les trésors à ses séides (2) . Car, s'il doit y avoir un monde, il faut que la prison soit détruite et ses potentialités libérées. Cela peut se faire, soit avec la volonté du Père, soit contre sa volonté. Le Père peut « choisir la mort en faveur de ses enfant (3) », ou bien les Dieux peuvent lui imposer la passion et faire de lui leur victime sacrificielle (4) . Ce ne sont pas là des doctrines contradictoires, mais des façons différentes d'exposer une seule et même histoire. En réalité, le Tueur et le Dragon, le sacrificateur et la victime sont Un en esprit derrière la scène, où il n'y a pas de contraires irréductibles, tandis qu'ils sont ennemis mortels sur le théâtre où se déploie la guerre perpétuelle des Dieux et des Titans (5) .

Dans chaque cas, le Père-Dragon reste un Plérome, pas plus diminué par ce qu'il exhale qu'accru par ce qu'il inhale. Il est la Mort dont dépend notre vie (6) ; à la question : « La Mort est-elle une ou multiple ? » la réponse est « Un en tant qu'il est là-bas, mais multiple en tant qu'il est ici, dans ses enfants (7) ». Le Tueur de Dragon est notre ami ; le Dragon doit être pacifié et rendu ami ( 8 ) . La passion est à la fois un épuisement et un démembrement.

Le Serpent sans fin, qui demeurait invincible tant qu'il était l'Abondance une (9) , est disjoint et démembré comme un arbre que l'on abat et que l'on coupe en rondins (10).

Car le Dragon, comme nous allons le voir maintenant, est aussi l'Arbre du Monde, et il y a là une allusion au « bois » dont est fait le monde par le Charpentier (11). Le Feu de la Vie et l'Eau de la Vie (Agni et Soma, le Sec et l'Humide), tous les Dieux, tous les êtres, les sciences et les biens, sont dans l'étreinte du Python, qui, en tant que « Constricteur » (namuchi), ne les relâchera pas tant qu'il ne sera pas frappé et réduit à s'entrouvrir et à palpiter (12).

De ce Grand Être, comme d'un feu abattu et fumant, sont exhalés les Écritures, le Sacrifice, les mondes et tous les êtres (13), le laissant épuisé de ce qu'il contenait et semblable à une dépouille vide (14). Il en est de même de l'Ancêtre quand il a émané ses enfants, il est vidé de ses possibilités de manifestation, et tombe relaxé (15), vaincu par la Mort (16), bien qu'il doive survivre à cette épreuve (17). Les positions sont alors renversées , car le Dragon igné ne sera pas détruit et ne peut l'être, mais entrera dans le Héros, à la question duquel : « Quoi donc, me consumerais-tu? » il répond : « Je vais plutôt t'attiser (éveiller, raviver), afin que tu puisses manger (18) . » L'Ancêtre, dont les enfants sont comme des pierres dormantes et inanimées, se dit : « Entrons en eux pour les éveiller » ; mais, tant qu'il est un, il ne peut le faire, c'est pourquoi il se divise en pouvoirs de perception et de «consommation», et il étend ces pouvoirs depuis sa retraite secrète dans la caverne du cœur jusqu'à leurs objets, à travers les portes des sens, en pensant : « Mangeons ces objets ». Ainsi « nos » corps sont mis en possession de la conscience, l'Ancêtre étant leur moteur (19). Et, du fait que ce sont les Dieux Multiples ou les Mesures Multiples du Feu dans lesquels il s'est ainsi divisé, qui constituent « nos » énergies et « nos » pouvoirs, on peut dire de la même façon que «les Dieux sont entrés dans l'homme, qu'ils ont fait d'un mortel leur demeure (20) »

Ananda Coomaraswany - 1943
Hindouisme et bouddhisme


° "La validité du récit mythique se situe hors du temps et de l'espace"

Pour ceux qui préfèrent que les mythes nous racontent des histoires qui se seraient passer quelque part il y a longtemps, il y a les livres de Mauro Biglino et d'Anton Parks. Mais comme cette forme de matérialisme m'intéresse assez peu - lecture matérialiste que le Constantinisme a abjuré lui-même au 20ème siècle avec la Génèse - je ne saurais documenter ce point de vue, très prisé chez ceux qui aiment médire sur "les dieux".
Sod
Sod
Ganymède

Serpent
Messages : 3412
Date d'inscription : 31/08/2018

Localisation : inconnu(e)
Emploi/loisirs : Documentaliste chez

Totem aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Cosmogonies Empty Re: Cosmogonies

Message par Professeur X le Mar 21 Juil - 9:04

Hum , la plupart des récits de la création du monde viennent d'être à l'objective conscience , d'être éveillés à eux même et à cet univers , et il est étonnant que leurs visions très souvent métaphoriques collent à la description qu'en fait la science d'aujourd'hui , de fait la connaissance , la vrai , celle qui émane d'être à la conscience différente de la notre , à toujours existé sous une forme ou une autre , parfois les mêmes textes sont transmis à travers l'histoire et des civilisations différentes , comme les récits de la création dans la Genèse communs aux civilisations mésopotamienne et Acadienne , dont on ne connait pas du tout leurs origines qui devaient être transmis oralement avant qu'une trace écrite nous parvienne , love .
Professeur X
Professeur X
Uranus

Chien
Messages : 4559
Date d'inscription : 12/05/2018

Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Cosmogonies Empty Re: Cosmogonies

Message par Sod le Jeu 23 Juil - 9:35


« Le récit de la création est loin d’être clair.

L’auteur [de Koré Kosmou] nous dit, il est vrai, qu’Hermès, «l’Intelligence universelle,» avait tout expliqué dans ses livres; mais il ajoute que ces précieux documents ont été embaumés et enveloppés de bandelettes aussitôt après leur rédaction, et qu’ils sont enfouis «près des secrets d’Osiris. »

Il est difficile d’entreprendre des fouilles d’après cette indication. [ clown ]

Il faut nous borner à savoir que l’inertie générale dura jusqu’au moment où le créateur, sur la prière des Dieux inférieurs, se décida à ordonner l’univers.  

Alors Dieu sourit, et il dit à la Nature d’exister; et, sortant de sa Voix, le Féminin s’avança dans sa parfaite beauté.

Les Dieux avec stupeur contemplaient cette merveille, et le grand ancêtre, versant un breuvage à la Nature, lui ordonna d’être féconde.»

Louis Ménard - 1867
Etudes sur l’origine des livres Hermétiques



« Mais moi,[Isis] m’étant levée, j’observai de mes yeux qui voient, les secrets invisibles des origines, et j’appris à la longue, mais avec certitude, que les symboles sacrés des éléments cosmiques étaient cachés près des secrets d’Osiris. Hermès remonta au ciel après avoir prononcé une invocation et des paroles. Il ne convient pas, ô mon enfant, de laisser ce récit incomplet; il faut te faire connaître les paroles d’Hermès lorsqu’il déposa ses livres; les voici : … »

Pupille du Monde (Koré Kosmou) Ou La Vierge du monde
Début de l’ère pendant Jésus (du moins je crois)


Like a Star @ heaven

Sod
Sod
Ganymède

Serpent
Messages : 3412
Date d'inscription : 31/08/2018

Localisation : inconnu(e)
Emploi/loisirs : Documentaliste chez

Revenir en haut Aller en bas

Cosmogonies Empty Re: Cosmogonies

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum