Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Aller en bas

Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Jimmy2500 le Lun 10 Déc - 17:20

Source ICI

Boris Cyrulnik : "Avec les Gilets jaunes, nous sommes dans une contagion émotionnelle"

Spécialiste du concept de "résilience", neuropsychiatre et essayiste Boris Cyrulnik livre à We Demain son regard sur le mouvement des Gilets jaunes, alors que des manifestations se tiennent partout en France ce samedi 8 décembre.
Par Max Armanet I Publié le 8 Décembre 2018

We Demain : La résilience est un concept de projection dans un temps long.  Avec les Gilets jaunes, un phénomène d’immédiateté revendicatrice s’est emparé d’une majorité du corps social. En face le pouvoir donne également le sentiment d’une incapacité à s’adapter ou à anticiper. Le temps court domine, voyez-vous une capacité résiliente poindre à la lecture de ces événements ?

Boris Cyrulnik : Je ne parlerai pas de résilience à propos des  Gilets jaunes car, pour parler de résilience, il faut qu'il y ait eu reconstruction après le trauma. Pour l'instant, on est en train de préparer ce trauma : il a commencé et flambe de plus en plus, on est dans l'affrontement au présent. Attention, l'émotion non structurée, non programmée peut déclencher une épidémie.

Depuis le Moyen-Âge, il existe régulièrement des épidémies d'émotions, de folies contagieuses et meurtrières. L'Amok, en Asie, par exemple : des hommes et des femmes, qui perdent la tête, partent sabre à la main sur les marchés pour massacrer des gens, sachant qu'ils seront à leur tour massacrés. Les Américains ont gardé cette expression quand un jeune dans un lycée ou un collège rentre et massacre ses camarades de classe. Ces phénomènes de folie meurtrière sont donc récurrents, souvent déclenchés par un individu dont la personnalité n'est pas fermée, pas structurée et qui, soumis à la contagion des émotions, se laisser embarquer et perd la tête.

Actuellement, la contagion émotionnelle prend une ampleur formidable à cause de notre technologie. Le mouvement "Indignez-vous" a été le premier test pour voir comment une épidémie se déclenchait. Le massacre de Charlie hebdo a été causé par une épidémie émotionnelle, déclenchée par un petit groupe d’islamistes se pensant comme un média. Les printemps arabes, quant à eux, ont débuté par une aspiration collective à la générosité portée par les réseaux sociaux qui s’est transformée en Daesh, un feu qui n'est pas éteint, dont les braises vont couver et se transmettre pendant plusieurs générations.

Avec le mouvement des Gilets jaunes, nous sommes au début non pas de la résilience mais du fracas. Dans le Midi, les paysans emploient une métaphore : "quand l'incendie démarre on l’arrête avec une branche". Le pouvoir n’a pas su l’éteindre quand une branche aurait suffit. Une fois l'incendie démarré, il faut attendre que tout soit brûlé et à ce moment-là seulement on peut reconstruire une nouvelle société. L’évolution se fait souvent par catastrophe, biologique, climatique, inondations… Après l'incendie ou l'inondation, une autre faune et une autre flore réapparaissent. Les sociétés évoluent aussi par catastrophe.

We Demain : Normalement, une société est structurée pour réguler ces contagions émotionnelles : structures de pouvoir, de gouvernement, corps intermédiaires. On a ringardisé tous ceux dont la fonction permettait la médiation, la régulation de l’émotion sociale. Comment analysez-vous cette difficulté du gouvernement à canaliser l'incendie ?

Boris Cyrulnik : Le pouvoir a été trop bon, au mauvais sens du terme parce qu’une société se construit dans la violence. Tous les États, toutes les nations se construisent dans la violence car elle est une valeur adaptative. Les peuples guerriers et leurs aristocraties se sont approprié des terres dans la violence et ont construit des frontières. Phénomène nécessaire pour se protéger. Quand un pays progresse, la paix donne envie de négocier, de devenir des alliés. Aujourd'hui, au Proche-Orient et dans les pays en guerre, on valorise la violence des hommes souvent au détriment des femmes. Dans un tel contexte, la violence n'est que destruction, elle n'est plus adaptative mais désadaptative.

Souvent, on laisse se développer un incendie de forêt parce qu'on n'ose pas frapper fort au début. Hélas, lorsque le feu est démarré, il est trop tard, on est soumis à un phénomène incontrôlable ; il faut attendre la fin du ravage pour se mettre à reconstruire mais on paie très cher. C'est un système biologique, climatique ou social évolutif, qui se répète de manière cyclique.

Il y a déjà eu cinq extinctions sur la planète.Nous sommes en train de préparer la sixième par excès de technologie : il ne s'agit pas de chasser la technologie mais de comprendre pourquoi il n’y a pas de progrès sans effet secondaire. Actuellement, on ne fait pas attention aux effets secondaires, on laisse se développer un phénomène qui devient de moins en moins contrôlable, avant de devenir irréversible. Il génère un important malaise social, une exclusion économique et territoriale. Dans le domaine social, deux stratégies se mettent en place : une qui contrôle et socialise la violence, une autre qui, au contraire, érotise la violence, dans un plaisir de détruire, de reprendre le pouvoir sous une forme archaïque de socialisation. C'est la loi du plus fort. Face à eux, ceux qui ne veulent pas employer cette forme de violence se mettent en position de vulnérabilité.

Toutes les folies meurtrières s'arrêtent un jour. Le tout c’est de savoir quand et combien on les aura payées ? La Deuxième Guerre mondiale a coutée 60 millions de morts. La folie islamiste continue ses ravages meurtriers…

We Demain : Pour la quatrième fois la contestation défie les autorités. Comment analysez-vous ce processus où la contagion émotionnelle demeure forte ? Peut-on arrêter cette contagion émotionnelle qui a saisi la France?

Boris Cyrulnik : Même si je ne suis pas politicien, il me semble qu'il est encore temps ; mais si les pompiers continuent à oublier leurs métiers, tandis que d’autres  soufflent sur les braises, alors le mistral va tout embrasser. Il nous reste quelques heures,  quelques jours pour décider. On est dans une contagion émotionnelle qui permet à des gens hétérogènes de se regrouper dans une manifestation de violence émotionnelle. Selon moi, plus une théorie est stupide plus elle marche. Ainsi, définir un ennemi collectif fantasmé a l'avantage de solidariser des gens qui n’ont rien à voir entre eux. Il n’y a pas de programme, et sans programme de quoi discuter ? Il n'y a donc guère de négociation possible.

We Demain : Les corps intermédiaires semblent passés de mode, discrédités. Comment analysez-vous cela ? Par quoi la société peut-elle les remplacer ?

Boris Cyrulnik : On a discrédité le scoutisme, les syndicats… Si nous étions rationnels, il y aurait des syndicats valorisés, qui permettent,  là où il y a  conflits, de se disputer, de discuter, avec qui on peut se mettre autour d'une table, passer des ententes plus ou moins bonne, et recommencer de façon argumentée autant de fois que nécessaire.  Ce n’est pas le cas. Les gens qui actuellement mettent le feu ne sont pas syndiqués, sont hors société. Toutes ces institutions discréditées sont le révélateur d'une misérabilité sociale. Quand la société est structurée, l'expression violente des gens ne va pas très loin. On arrête la braise en tapant avec une branche.

Si la société en place est vulnérable, elle laisse se développer l’incendie. Je crains que bientôt on espère le sauveur, l'homme providentiel pour lequel on va voter afin qu'il rétablisse l'ordre.  Ce qu'on voit actuellement au Brésil, Turquie, Proche-Orient, Italie… Des sauveurs démocratiquement élus pour imposer la paix, pour éteindre l’incendie. On est dans des mécanismes archaïques de socialisation, probablement parce que les êtres humains ne savent pas vivre en paix et peut être que le malheur fait partie de la condition humaine.



Pour ma part, je pense que :


Contagions émotionnelles... sans doute, mais confiner le mouvement des Gilets Jaunes à un phénomène émotionnel n'est-ce pas lui nier toute légitimité objective ?
Il semble que ce mouvement soit né de la conjonction entre un profond sentiment d'injustice et une incapacité à faire face aux besoins les plus fondamentaux, qui sont "manger", "se déplacer pour aller travailler"...etc., en d'autres termes une incapacité à vivre tout simplement avec un confort minimal. Et tout ceci a été mis en exergue par le comportement et les propos irrespectueux de notre président, et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle il a focalisé sur lui tous les mécontentements et qu'il sera maintenant certainement très difficile "d'éteindre le feu".
Je crois que cette crise est essentiellement due à un profond déséquilibre de notre société, et là où nos dirigeants devraient logiquement se préoccuper du bien-être de chaque couche de la société, leur attention est davantage orientée vers leur propre bonheur (et surtout prospérité).

C'est un peu comme si dans notre corps l'un de nos membres n'était plus correctement nourri ou bien ne recevait plus l'apport de sang (et donc de nutriment) nécessaire, forcément il commencerait à nous faire ressentir de la souffrance... à crier en fait... et c'est ce qui se passe maintenant. J'espère que cette crise apportera avec elle le remède, qu'elle ouvrira à différentes réflexions porteuses de solutions.

En ce qui concerne la contagion émotionnelle, il est toujours possible d'observer les choses avec recul et de faire la part des choses entre ce qui est l'action juste (que l'on peut accomplir tout en restant en paix intérieurement) et donc nécessaire, et celle, préjudiciable, où on laisse la colère ou la haine nous emporter.

sunny


Dernière édition par Jimmy2500 le Lun 10 Déc - 18:45, édité 3 fois

Jimmy2500
Quetzálcoatl

Rat
Messages : 78
Date d'inscription : 08/11/2018

Localisation : Ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Kaosmos le Lun 10 Déc - 18:00

"des hommes et des femmes, qui perdent la tête, partent sabre à la main sur les marchés pour massacrer des gens"
"Le pouvoir a été trop bon, au mauvais sens du terme parce qu’une société se construit dans la violence."
"Souvent, on laisse se développer un incendie de forêt parce qu'on n'ose pas frapper fort au début."
"Il n’y a pas de programme, et sans programme de quoi discuter ? Il n'y a donc guère de négociation possible."

Je ne savais pas Cyrulnik si partial dans ses analyses. Je suis en train de lire "Parler d'amour au bord du gouffre" du même auteur... j'ai bien peur qu'il ai perdu beaucoup de crédit à mon égard sur cette piètre observation.
avatar
Kaosmos
Prométhée

Serpent
Messages : 129
Date d'inscription : 28/07/2018

Localisation : 13

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Sofiane le Lun 10 Déc - 18:03

C'est ignoble effectivement, Kaosmos.
avatar
Sofiane
Modérateur

Coq
Messages : 2353
Date d'inscription : 24/05/2018

Localisation : Le Jardin de roses
Emploi/loisirs : Les romans policiers
Humeur : Curieuse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Kaosmos le Lun 10 Déc - 18:09

@Sofiane a écrit:C'est ignoble effectivement, Kaosmos.

Je ne sais pas, la vérité se cache parfois derrière d'apparentes ignominies. Peut être un membre nous éclairera sur cette analyse.
avatar
Kaosmos
Prométhée

Serpent
Messages : 129
Date d'inscription : 28/07/2018

Localisation : 13

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par tangolinos le Lun 10 Déc - 19:34

Contagion ?
il est certain que si nous sommes faibles, n'importe quel virus peut nous contaminer.
Emotionnelle ?
je ne suis pas certain que l' émotion soit une faiblesse, même que j' aurais plutôt tendance à penser que ce soit une force qui nous incite à emprunter la juste voie.

Pour rappel, je trouve géniale l' idée de choisir l' uniforme ''gilet-jaune'' , tant cet uniforme a été imposé par le système qui nous a obligé d' en avoir dans toutes nos voitures... et ce qui est fantastique c' est que le système est condamné à nous verbaliser, si nous n' avons pas cet uniforme dans notre voiture.

Autrement dit, il n' est pas impossible de voir, du jour au lendemain, des millions de Gilets-Jaunes, tant le système nous a forcé à l' acheter.
En effet, c' est bien ce système qui nous force à toujours payer des choses qui nous semblent +ou- absurdes, et que nous sommes obligés de payer.
Finalement qui est celui qui encaisse tout ça ?
Le mot ""encaisser'' est  à double sens:il y a ceux qui endurent, et ceux qui récoltent.

Quand donc sera venu le temps où l' homme cessera d' exploiter l' homme ?
avatar
tangolinos
Protée

Dragon
Messages : 617
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : landes
Humeur : aléatoire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Totem le Lun 10 Déc - 19:52

@Kaosmos a écrit:
Je ne savais pas Cyrulnik si partial dans ses analyses. Je suis en train de lire "Parler d'amour au bord du gouffre" du même auteur... j'ai bien peur qu'il ai perdu beaucoup de crédit à mon égard sur cette piètre observation.

Je pensais la même chose en le lisant.... Wink
avatar
Totem
Europe

Chèvre
Messages : 2415
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Benji le Lun 10 Déc - 20:47

Itou.....
avatar
Benji
Obéron

Cheval
Messages : 1331
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Hakaan le Lun 10 Déc - 21:32

Oui bon bah à part des évidences et des projections je lis pas grand chose,
je pense que Cyrulnik devrait arrêter de ne regarder que BFM, parce que contrairement à ce qu'il dit le mouvement est hyper bien géré en vis à vis de son ampleur,
les casseurs sont mis à l'écart ou rattrapés, les points de blocage sont tournants et ravitaillés, certains y dorment sur place depuis plusieurs jours, le bordel est ramassé, ils évitent d'avoir des représentants parce qu'ils savent que dès qu'il y en aura un il y aura un angle pour les attaquer,
compte tenu de tout ce sur quoi repose tout ça et de l'hégémonie du phénomène qui n'a jamais rassemblé autant de personnes différentes, les manifestations qui en découlent sont vraiment très calmes, oui il y a des casseurs, oui il a des blessés, comment faire autrement quand il y a des millions des personnes qui participent à un mouvement en face de forces de l'ordre tout autant épuisées et dans la confusion ?
d'ailleurs les problèmes qu'il y a eu viennent à 90% de la dangerosité des armes des CRS et compagnie, flash-balls, grenades, etc
Les mecs font des journées de 15h et reçoivent des ordres de gens qui ne savent même pas ce qu'il se passe sur place, en jouant avec des trucs qui doivent être bien maîtrisés, voila le problème, et ces commandements viennent de qui ? de ceux à qui ça ne plait pas,
ils ont mis une semaine à juste ouvrir la bouche, M@cr0n pendant ce temps se balade à l'étranger et ne dit rien, etc
Ben oui à force ça fait des belles photos, BFM nous sort son super clichés ou les G.J. ont pris des pavés : à oui mais non c'était une zone de travaux ! quelle bande de surdoués, ensuite la représentante de la loi anti fakenews nous partage une super vidéo avec un G.J. qui fait un salue zani : mais lol la vidéo originale a été retrouvée et il disait "avé M@cr0n",
Castafior sort des trucs hallucinants qu'on dirait même pas dans une colonie de vacances, etc
ben oui à force ça déconne
avatar
Hakaan
Admin

Rat
Messages : 2535
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : ¯\_(ツ)_/¯

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Ptah le Lun 10 Déc - 21:36

@Jimmy2500 a écrit:
Boris Cyrulnik :
On a discrédité le scoutisme, les syndicats… Si nous étions rationnels, il y aurait des syndicats valorisés, qui permettent,  là où il y a  conflits, de se disputer, de discuter, avec qui on peut se mettre autour d'une table, passer des ententes plus ou moins bonne, et recommencer de façon argumentée autant de fois que nécessaire.  Ce n’est pas le cas. Les gens qui actuellement mettent le feu ne sont pas syndiqués, sont hors société. Toutes ces institutions discréditées sont le révélateur d'une misérabilité sociale. Quand la société est structurée, l'expression violente des gens ne va pas très loin. On arrête la braise en tapant avec une branche.

C'est vrai, mais les syndicats et les partis politiques qui serviraient de porte-paroles, se feraient "éteindre" par le gouvernement, qui les manipulerait immédiatement, c'est pour ça que Macron et le 1er Sinistre sont excédés de ne pas avoir d'interlocuteur représentatif précis.
Ce qu'a du mal à comprendre, Cyrulnik, c'est que la révolte ne vient pas que de l'émotionnel, mais aussi de la tête et du coeur, face à la galère ! (Et le coeur n'est pas l'émotion !)



@Kaosmos a écrit:"des hommes et des femmes, qui perdent la tête, partent sabre à la main sur les marchés pour massacrer des gens"
"Le pouvoir a été trop bon, au mauvais sens du terme parce qu’une société se construit dans la violence."
"Souvent, on laisse se développer un incendie de forêt parce qu'on n'ose pas frapper fort au début."
"Il n’y a pas de programme, et sans programme de quoi discuter ? Il n'y a donc guère de négociation possible."

Je ne savais pas Cyrulnik si partial dans ses analyses. Je suis en train de lire "Parler d'amour au bord du gouffre" du même auteur... j'ai bien peur qu'il ai perdu beaucoup de crédit à mon égard sur cette piètre observation.

D'habitude, il est très fort sur d'autres sujets, mais dès qu'on touche à l'argent, les bourgeois perdent pied et disent n'importe quoi, deviennent froids, idiots, parce qu'ils n'ont pas développé un coeur solidaire, mais se sont contentés durant leur vie d'amasser des pépètes.

Alors, il y a de l'émotionnel de masse, primaire, contagieux, c'est évidemment vrai, mais ce qu'oublie de faire Cyrulnik, c'est la part des choses ! Et voir que cet émotionnel vient de l'exaspération justifiée par rapport à la misère.
Ainsi, même si ce mouvement va être réduit au silence, ça reviendra un jour, sous une forme ou une autre, c'est inévitable.  La paupérisation (= les riches sont de plus en plus riches, et les pauvres, de plus en plus pauvres) fait que ça éclatera pour de bon, un jour.

Les citations de Cyrulnik que tu cites sont inadmissibles, parce que :

- il considère que les riches qui s'engraissent sur la mort des pauvres, eux, n'ont pas de sabre dans les mains.  Rolling Eyes
Il a une vision primaire de bourgeois : pour lui, il faut prendre physiquement un sabre pour être violent et tuer. Il ne voit pas qu'être un égoiste hystérique tuera beaucoup plus de gens.

- donc, il estime probablement que macron aurait dû "frapper fort au début", pour mater les pauvres gens qui se révoltent de leur misère.

- il n'a pas bien compris ce qui construit une civilisation, il croit que c'est par la seule force et la guerre. pfff...pitoyable.

- et non, il n'y a pas de programme, évidemment, les gens en ont marre viscéralement de cet égoisme pourri de l'hyper classe, ils n'ont pas envie de remplir un questionnaire d'école et d'aller se faire inviter par macron à l'élysée, en se faisant récupérer.

@Jimmy2500 a écrit:
Boris Cyrulnik :
Si la société en place est vulnérable, elle laisse se développer l’incendie. Je crains que bientôt on espère le sauveur, l'homme providentiel pour lequel on va voter afin qu'il rétablisse l'ordre.  Ce qu'on voit actuellement au Brésil, Turquie, Proche-Orient, Italie… Des sauveurs démocratiquement élus pour imposer la paix, pour éteindre l’incendie. On est dans des mécanismes archaïques de socialisation, probablement parce que les êtres humains ne savent pas vivre en paix et peut être que le malheur fait partie de la condition humaine.

- la société est vulnérable, non par enchantement, ni par manque de poigne de Macron, mais parce que la très grande majorité des gens, en particulier les bourgeois et aisés, ne sont pas solidaires.

- oui, des gens désespérés espèrent un sauveur, c'est humain, de la même façon qu'ils en viennent à imaginer la violence pour se sortir de leur désespoir. A cause de quoi et de qui ? toujours la même chose.

- et oui, c'est archaique de faire la révolution, quand on a des archaiques bourgeois qui ne veulent valider que le chacun pour soi...

- le malheur fait partie de la condition humaine, quand on ne fait pas 1 avec autrui.

Bref, il n'a fait qu'éructer un fatalisme de bourgeois en charentaises...
avatar
Ptah
Téthys

Cochon
Messages : 933
Date d'inscription : 17/06/2018

Localisation : Temple intérieur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Loryan le Mar 11 Déc - 0:06

J'ai du mal à comprendre ce que vous reprocher à ce monsieur Boris Cyrulnik.
De ce que je lis j'y vois surtout une forme de cynisme et de dérision devant des éléments factuels.
Il parle de la violence inhérente à la société sans filtre, c'est peut-être ce qu'on peut lui reprocher. Mais je ne suis pas certains que ce soient ses convictions personnelles.

On adhère ou pas à ce mode d'explication, mais ça ne me semble pas si borderline que ça.

Loryan
Phoebe

Chien
Messages : 316
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Aspirant le Mar 11 Déc - 7:25

Je trouve son analyse plutôt bonne du point de vue des mécanismes psychiques en oeuvre.
Bien sûr il ne faut pas lire cela comme une analyse politique.

Il explique comment des gens, qui ne se reconnaissent plus dans les associations qui sont censées défendre leurs droits (syndicats etc.), se fédèrent autour d'une seule idée : leur colère grâce aux réseaux sociaux, alors qu'ils n'ont même pas les mêmes revendications entre eux.
A ce moment là il n'y a plus de négociation possible (hétérogénéité du mouvement, pas de représentants etc.)
Notre président a du d'ailleurs ratisser large dans ses mesures annoncées hier afin de calmer les gens.
Mesures purement démagogiques au passage car, par exemple, lorsqu'il annonce une augmentation du smic de 100 euros sans que les patrons soient mis à contribution, cela veut dire moins de sous pour l'Etat qui sera obliger d'aller les prendre d'une autre façon...
avatar
Aspirant
Vesta

Rat
Messages : 901
Date d'inscription : 28/10/2018

Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Professeur X le Mar 11 Déc - 10:57

Hum , ouah ! un quatrième topic sur les Gilets Jaunes , bin fallait bien que les professionnels de la "spiritualité" s'en emparent et l'analysent avec leurs grilles de lectures , les gilets jaunes : une énorme montée collective de " kundalini " ou bien les " Archontes " on décidés d'une soudaine attaque localisée garce à un technologie extra terrestre , ou alors la terre est en train de changer de dimension ou de "paradigme" ( paradigme ça fait plus classe ) et tout ses habitants serons bientôt en gilet jaune , , bon bin ça inspire en tout cas , on aura pt'être un film , on peut en faire un héro de BD , je vois bien Gilet Jaune contre Chuck Norris , love .
avatar
Professeur X
Titania

Chien
Messages : 1630
Date d'inscription : 12/05/2018

Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Hakaan le Mar 11 Déc - 11:45

Profx a écrit:je vois bien Gilet Jaune contre Chuck Norris
ça existe déjà :

avatar
Hakaan
Admin

Rat
Messages : 2535
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : ¯\_(ツ)_/¯

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Benji le Mar 11 Déc - 23:25

Pour rappel, je trouve géniale l' idée de choisir l' uniforme ''gilet-jaune'' , tant cet uniforme a été imposé par le système qui nous a obligé d' en avoir dans toutes nos voitures... et ce qui est fantastique c' est que le système est condamné à nous verbaliser, si nous n' avons pas cet uniforme dans notre voiture.
c'est aussi la réflexion que je m'étais faite.
Ainsi que ces gilets sont conçus pour nous rendre visibles...
regardez! On existe!
Et symbolisent une panne, celle de nos institutions.
avatar
Benji
Obéron

Cheval
Messages : 1331
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Benji le Mar 11 Déc - 23:29

Hum , ouah ! un quatrième topic sur les Gilets Jaunes , bin fallait bien que les professionnels de la "spiritualité" s'en emparent et l'analysent avec leurs grilles de lectures
Ben en même temps c'est un peu le phénomène du moment, et pour ma aprt ça fait des années que j'attends un tel mouvement, donc ça me paraît logique que ça alimente le débat ici, la spiritualité et la vie ne sont pas dssociés.
Et le monde a apparemment les yeux braqués sur nous.
https://fr.sputniknews.com/radio_desordre_mondial/201812071039211336-gilets-jaunes-etranger/
https://www.la-croix.com/France/Politique/Gilets-jaunes-quand-letranger-rejouit-crise-francaise-2018-12-06-1200987944
(sites trouvés au hasard, je précise)
avatar
Benji
Obéron

Cheval
Messages : 1331
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Hakaan le Mer 12 Déc - 0:19

oui mais je comprend toujours pas pourquoi ce mouvement a aussi bien pris alors que d'autres comme nuits debout ou "la manif pour tous" ont fait un bide total,
en fait ce qui est bizarre c'est qu'après tout ces coups d'épée dans l'eau on commençait à désespérer qu'aucun mouvement ne puisse encore exister ici et juste pour 5cts de plus à la pompe ça marche

D'ailleurs le gouvernement a du être sacrément surpris qu'après avoir fait passer 36 reformes en suppos ce petit détail génère un tel embrassement accompagné de toutes sortes de revendications
avatar
Hakaan
Admin

Rat
Messages : 2535
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : ¯\_(ツ)_/¯

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Jimmy2500 le Mer 12 Déc - 9:53

@Hakaan a écrit:oui mais je comprend toujours pas pourquoi ce mouvement a aussi bien pris alors que d'autres comme nuits debout ou "la manif pour tous" ont fait un bide total,
en fait ce qui est bizarre c'est qu'après tout ces coups d'épée dans l'eau on commençait à désespérer qu'aucun mouvement ne puisse encore exister ici et juste pour 5cts de plus à la pompe ça marche

D'ailleurs le gouvernement a du être sacrément surpris qu'après avoir fait passer 36 reformes en suppos ce petit détail génère un tel embrassement accompagné de toutes sortes de revendications

Je crois que ce mouvement a marché car il répondait à quelque chose qui dépasse une volonté individuelle. Un besoin collectif, une aspiration commune ; et que même sa mise en mouvement s'est faite un peu à la manière d'un arbre qui pousse, c'est-à-dire à partir d'une force qui est profonde.

Facebook a été la plateforme à partir de laquelle tout cela s'est synthétisé, sur la base d'un point commun et comme le gouvernement n'a pas répondu, cela a permis que les gens se parlent sur les ronds points et sur les réseaux sociaux, entrainant ainsi une sorte d'effet de groupe (ou contagion émotionnelle selon Boris Cyrulnik).
J'ai envie de préciser à ce sujet que je n'aime pas cette expression de "contagion émotionnelle" car elle fait penser à une maladie, alors que cet effet de groupe est bien connu maintenant, et qu'il peut tout aussi bien entraîner dans une direction (influence) favorable à la vie, comme on peut le voir dans les assemblées de yogis, que dans une direction destructrice... Il suffit de voir l'impact que le nazisme a eu sur les gens et en conséquence sur le monde, pour s'en convaincre.

Pour ma part, je ne trouve pas cela gênant qu'il y aie plusieurs posts sur le gilets jaunes, car il s'agit pour chacun d'une approche différente. Et je trouve que justement ce qui est intéressant pour un forum comme celui-ci, c'est ce que ça nous amène à comprendre ou a ressentir comme vrai, que cela donne des pistes de réflexion pour nous aider à nous approfondir.

Idea

Jimmy2500
Quetzálcoatl

Rat
Messages : 78
Date d'inscription : 08/11/2018

Localisation : Ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Benji le Mer 12 Déc - 15:40

@Hakaan a écrit:oui mais je comprend toujours pas pourquoi ce mouvement a aussi bien pris alors que d'autres comme nuits debout ou "la manif pour tous" ont fait un bide total,
en fait ce qui est bizarre c'est qu'après tout ces coups d'épée dans l'eau on commençait à désespérer qu'aucun mouvement ne puisse encore exister ici et juste pour 5cts de plus à la pompe ça marche

D'ailleurs le gouvernement a du être sacrément surpris qu'après avoir fait passer 36 reformes en suppos ce petit détail génère un tel embrassement accompagné de toutes sortes de revendications
Plus de place pour les suppos!
Ou période d'hemorroïdes je ne sais pas0
J'avoue que j'ai cru au début qu'il durerait une journée et puis s'auto-éteindrait.
Mais le feu a pris, les circonstances étaient favorables et ça a marché.
Je n'en reviens pas.
La faiblesse de ce mouvement, d'après les médias, sa non organisation, ses revendications disparates, sont pour moi sa force. Une hydre à 300 000 têtes, personne à corrompre, rejet de tous les partis, défiance absolue envers la sphère politique dans son intégralité, union du peuple autour d'une colère qui, si elle prend différentes formes dans les vies de chacun, trouve son origine dans le même fond.
Ce qui est fascinant, c'est qu'on a l'impression que le peuple entier, qui lui ne descend pas, est derrière ce mouvement et en attend beaucoup: "on vous regarde, on vous suit, ne nous lâchez pas".
Après l'allocution du PDR, un sondage radio demandait si les GJ devaient poursuivre leur mouvement.
Oui à 80%.
C'est énorme ce qui se passe.
Vive la France! Very Happy
Maintenant, que va t-il en résulter, va t-on vers un exemple norvégien?

avatar
Benji
Obéron

Cheval
Messages : 1331
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilets jaunes : "Contagion émotionnelle" d'après Boris Cyrulnik

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum