Contes d'ici et là

Aller en bas

Contes d'ici et là

Message par Dryade le Lun 14 Mai - 17:18



Les bras de la dryade
"Quand Timaeus était un bébé, il pouvait déjà disparaître des heures entières.
Cela rendait Megaera folle de se réveiller le matin et trouver son berceau vide. Ou de se tourner quelques secondes pour retrouver son panier retourné, la porte ouverte et son enfant nulle part en vue.
La première fois arriva quelques jours à peine après sa naissance. Après des jours à refuser de laisser quiconque le prendre, des jours à se souvenir de son petit corps immobile, inerte et enveloppé de lin brut, elle avait finalement succombé à l’épuisement, l’avait posé dans son petit lit et s’était endormie, une main sur son petit ventre rond, à sentir sa respiration.
Et elle se réveilla devant un lit vide.(...) "

http://valeriane.org/blog/les-bras-de-la-dryade/


Dernière édition par Kolam le Lun 14 Mai - 18:26, édité 1 fois (Raison : Absence de majuscule dans le titre.)
avatar
Dryade
Mithra

Chèvre
Messages : 19
Date d'inscription : 12/05/2018

Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes d'ici et là

Message par Erell le Mar 15 Mai - 1:10

Merci Dryade I love you
et pour le lien...

... suis allée chercher la suite, du coup ... quelle belle histoire

"Elle se réveilla et hurla, hurla encore plus fort que quelques jours plus tôt, quand sa mère lui annonça que le bébé n’était pas même né.
Sa famille arriva en courant, ses frères fouillèrent la maison, la forge, le jardin, son père courut partout en appelant et priant le Fantôme, sa mère la tint contre elle, paniquée, car même un faune aussi jeune ne peut disparaître seul.
Et puis Panos revint avec Timaeus en bonne santé, encore à moitié endormit, son visage couvert de sève parfumée.
‘Je l’ai trouvé dans un arbre’ déclara t’il ‘perché dans les branches comme un petit oiseau à fourrure’
Megaera reprit son bébé dans ses bras, l’embrassant, pleurant et riant à la fois et ne le reposa pas pour encore plusieurs jours.
Et cela arriva à nouveau.
Très vite, tout le monde s’habitua à sortir de la maison et chercher dans les arbres pour retrouver un petit bébé rouquin endormit dans les branches, au milieu des oiseaux, des fleurs et des insectes.
Seule Megaera ne se fit pas aux disparitions de son fils. Chaque fois qu’elle trouvait son lit vide, son berceau retourné, elle ressortait en courant, le péchait des branches et retournait à l’intérieur, le serrant fort contre elle.
Et un jour, elle courut plus vite que d’habitude. Peut être parce qu’il avait une de ces fièvres enfantines, ou que ses dents lui faisaient mal, ou parce qu’elle était une mère surprotectrice, mais cette fois, elle fut encore plus rapide à sortir de la maison.
Et elle la vit.
A la place du grand saule qu’elle avait toujours connu (elle dormait à l’ombre de cet arbre enfant, peut être que c’est de là que Timaeus avait prit cette habitude?) il y avait une grande femme au parfum de sève et à la peau d’écorce.
A la place de l’arbre solide aux longues feuilles, il y avait une belle, grande femme aux yeux d’ambres, au sourire pleins d’amour et de tendresse pour le tout petit bébé qui dormait dans ses mains.
Elle connaissait l’existence des dryades, son oncle Thaddai et son frère Zotikos, lui avaient souvent parlé de leurs rencontres avec elles. Mais elle n’en avait jamais rencontré une. Elle n’avait jamais su que le grand saule près de leur maison en était une.
Ellen’avait jamais sut que quelqu’un veillait sur son fils quand elle ne pouvait pas.
Alors elle s’arrêta.
Elle recula.
Elle ne ferma pas la porte parce que… Ben… Maman surprotectrice.
Mais elle prit son panier à ouvrages, s’assit près de la porte et commença à tisser un ruban.
Et quand, quelques heures plus tard, Timaeus se réveilla affamé dans le nid d’un arbre, elle vint calmement le prendre, et noua le joli ruban autour d’une des branches, remerciant la dryade de prendre soin de son fils.
Elle ne revit jamais la dryade, parfois, elle se demande si elle n’a pas rêvé cette rencontre
Mais ensuite, elle sent les baisers parfumés à la sève sur le visage de son fils, elle sent la douceur de ses boucles soigneusement peignées, et elle ajoute des perles et des rubans aux branches du saule."
avatar
Erell
Modérateur

Dragon
Messages : 524
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : en chemin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes d'ici et là

Message par Erell le Mar 5 Juin - 0:40

avatar
Erell
Modérateur

Dragon
Messages : 524
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : en chemin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes d'ici et là

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum