Simone Weil, philosophe

Aller en bas

Simone Weil, philosophe Empty Simone Weil, philosophe

Message par Kolam le Lun 14 Mai - 11:20


Simone Weil, philosophe



Simone Weil, philosophe 220px-10




Biographie:

Née à Paris, le 03/02/1909
Décédée à Ashford (Angleterre), le 24/08/1943

Simone Adolphine Weil est une philosophe française, sœur du mathématicien André Weil.

Elève d’Alain, mais surtout disciple de Platon, elle est l’un des plus grands philosophes du XXe siècle. Elle meurt à 34 ans, dans l’exil et l’anonymat: l’essentiel de son œuvre ne sera publié qu’après sa mort.

Juive, mais ne se réclamant que des Grecs et de Jésus, elle invente ou réinvente une spiritualité pour notre époque, "où l’on a tout perdu". Intellectuelle engagée, militante syndicale, membre des Brigades internationales et de la France libre, elle ne croit ni au communisme ni au progrès: elle ne croit qu’au malheur et au travail, qu’à la justice et à l’amour.

Chrétienne enfin, ou presque chrétienne, elle refuse de se faire baptiser : elle veut rester du côté des exclus, des pauvres, des hérétiques. C’est une espèce de sainte et de génie. C’est surtout une mystique, qui met son intelligence exceptionnelle au service d’une expérience spirituelle qui l’est tout autant.

Ce qu’elle a vécu ? La puissance de l’amour, qui est la faiblesse de Dieu ou son refus d’exercer sa force. «Dieu est là et attend en silence. Les mendiants qui ont de la pudeur sont ses images.»


3 février 1909: elle naît à Paris, dans une famille juive agnostique ; son père est médecin ; son frère, André Weil, sera un très grand mathématicien.
1925-1928 : Élève d’Alain, dans la khâgne du lycée Henri-IV.
1928-1931: École normale supérieure ; agrégation de philosophie.
1931-1938: enseigne la philosophie aux lycées du Puy, d’Auxerre, de Roanne, de Bourges, de Saint-Quentin ; se rapproche du christianisme ; partage son salaire avec des chômeurs.
1934-1935: ouvrière en usine.
1936 : s’engage dans les Brigades internationales, en Espagne, contre les troupes franquistes.
1939: expérience mystique : «Le Christ est descendu et m’a pris ».
1940-1943: se réfugie à Marseille, puis aux États-Unis et à Londres; travaille pour la France Libre; s’impose de vivre aussi mal que les plus démunis des Français; meurt de tuberculose et d’épuisement, le 24 août 1943.



http://www.psychologies.com/Culture/Maitres-de-vie/Simone-Weil
https://www.babelio.com/auteur/Simone-Weil/28401



Like a Star @ heaven



"Entre deux hommes qui n'ont pas l'expérience de Dieu,
celui qui le nie en est peut-être le plus près."

La Pesanteur et la Grâce (1947).



"Dieu ne peut être présent dans la création que sous la forme de l'absence."
La Pesanteur et la Grâce (1947).


Like a Star @ heaven

(A ne pas confondre avec sa quasi-homonyme)

Kolam
Kolam
Modératrice

Buffle
Messages : 2128
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Simone Weil, philosophe Empty Re: Simone Weil, philosophe

Message par Kolam le Lun 14 Mai - 11:34

"L'enracinement est peut-être le besoin le plus important et le plus méconnu de l'âme humaine. C'est un des plus difficiles à définir.
Un être humain a une racine par sa participation réelle, active et naturelle à l'existence d'une collectivité qui conserve vivants certains trésors du passé et certains pressentiments d'avenir. Participation naturelle, c'est-à-dire amenée automatiquement par le lieu, la naissance, la profession, l'entourage.
Chaque être humain a besoin d'avoir de multiples racines.
Il a besoin de recevoir la presque totalité de sa vie morale, intellectuelle, spirituelle, par l'intermédiaire des milieux dont il fait naturellement partie."

Simone Weil




Simone Weil, philosophe Arbres11
Kolam
Kolam
Modératrice

Buffle
Messages : 2128
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Simone Weil, philosophe Empty Re: Simone Weil, philosophe

Message par Kolam le Jeu 17 Mai - 16:57

Attention - Attention véritable

"L’attention, à son plus haut degré, est la même chose que la prière. Elle suppose la foi et l’amour.
Il s’y trouve lié une autre liberté que celle du choix. A savoir la grâce."


"L’attention consiste à suspendre sa pensée, à la laisser disponible, vide et pénétrable à l’objet,
à maintenir en soi-même à proximité de la pensée, mais à un niveau inférieur et sans contact avec elle, les diverses connaissances acquises qu’on est forcé d’utiliser."







Simone Weil à Joë Bousquet le 13 avril 1942

"L'attention est la forme la plus rare et la plus pure de la générosité.
Il est donné à très peu d'esprits de découvrir que les choses et les êtres existent.
Depuis mon enfance je ne désire pas autre chose que d'en avoir reçu avant de mourir la révélation complète. Il me semble que vous êtes engagé dans cette découverte.

(...) Cette découverte fait en somme le sujet de l'histoire du Graal.
Seul un être prédestiné a la capacité de demander à un autre "Quel est donc ton tourment ?"
Et il ne l'a pas en entrant dans la vie.
Il lui faut passer par des années de nuit obscure où il erre dans le malheur, loin de tout ce qu'il aime et avec le sentiment d'être maudit.
Mais au bout de tout cela il reçoit la capacité de poser une telle question, et du même coup la pierre de vie est à lui.
Et il guérit la souffrance d'autrui."
Kolam
Kolam
Modératrice

Buffle
Messages : 2128
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Simone Weil, philosophe Empty Re: Simone Weil, philosophe

Message par Kolam le Dim 18 Nov - 18:34



"Combien de fois la clarté des étoiles,
le bruit des vagues de la mer,
le silence de l’heure qui précède l'aube
viennent-ils vainement se proposer à l'attention des hommes ?"
S. W.


Simone Weil, philosophe 095c0910
Kolam
Kolam
Modératrice

Buffle
Messages : 2128
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Simone Weil, philosophe Empty Re: Simone Weil, philosophe

Message par Kolam le Lun 3 Déc - 8:53

"Le degré de respect qui est dû aux collectivités humaines est très élevé, par plusieurs considérations.

D’abord, chacune est unique, et, si elle est détruite, n’est pas remplacée. Un sac de blé peut toujours être substitué à un autre sac de blé. La nourriture qu’une collectivité fournit à l’âme de ceux qui en sont membres n’a pas d’équivalent dans l’univers entier.

Puis, de par sa durée, la collectivité pénètre déjà dans l’avenir. Elle contient de la nourriture, non seulement pour les âmes des vivants, mais aussi pour celles d’êtres non encore nés qui viendront au monde au cours des siècles prochains.

Enfin, de par la même durée, la collectivité a ses racines dans le passé. Elle constitue l’unique organe de conservation pour les trésors spirituels amassés par les morts, l’unique organe de transmission par l’intermédiaire duquel les morts puissent parler aux vivants. Et l’unique chose terrestre qui ait un lien direct avec la destinée éternelle de l’homme, c’est le rayonnement de ceux qui ont su prendre une conscience complète de cette destinée, transmis de génération en génération.

À cause de tout cela, il peut arriver que l’obligation à l’égard d’une collectivité en péril aille jusqu’au sacrifice total. Mais, il ne s’ensuit pas que la collectivité soit au-dessus de l’être humain. Il arrive aussi que l’obligation de secourir un être humain en détresse doive aller jusqu’au sacrifice total, sans que cela implique aucune supériorité du côté de celui qui est secouru.

Un paysan, dans certaines circonstances, peut devoir s’exposer, pour cultiver son champ, à l’épuisement, à la maladie ou même à la mort. Mais il a toujours présent à l’esprit qu’il s’agit uniquement de pain.

D’une manière analogue, même au moment du sacrifice total, il n’est jamais dû à aucune collectivité autre chose qu’un respect analogue à celui qui est dû à la nourriture.

Il arrive très souvent que le rôle soit renversé. Certaines collectivités, au lieu de servir de nourriture, tout au contraire mangent les âmes. Il y a en ce cas maladie sociale, et la première obligation est de tenter un traitement ; dans certaines circonstances il peut être nécessaire de s’inspirer des méthodes chirurgicales.

Sur ce point aussi, l’obligation est identique pour ceux qui sont à l’intérieur de la collectivité et pour ceux qui sont au-dehors.

Il arrive aussi qu’une collectivité fournisse aux âmes de ceux qui en sont membres une nourriture insuffisante. En ce cas il faut l’améliorer.

Enfin il y a des collectivités mortes qui, sans dévorer les âmes, ne les nourrissent pas non plus. S’il est tout à fait certain qu’elles sont bien mortes, qu’il ne s’agit pas d’une léthargie passagère, et seulement en ce cas, il faut les anéantir.

La première étude à faire est celle des besoins qui sont à la vie de l’âme ce que sont pour la vie du corps les besoins de nourriture, de sommeil et de chaleur. Il faut tenter de les énumérer et de les définir.

Il ne faut jamais les confondre avec les désirs, les caprices, les fantaisies, les vices. Il faut aussi discerner l’essentiel et l’accidentel. L’homme a besoin, non de riz ou de pommes de terre, mais de nourriture ; non de bois ou de charbon, mais de chauffage. De même pour les besoins de l’âme, il faut reconnaître les satisfactions différentes, mais équivalentes, répondant aux mêmes besoins. Il faut aussi distinguer des nourritures de l’âme les poisons qui, quelque temps, peuvent donner l’illusion d’en tenir lieu.

L’absence d’une telle étude force les gouvernements, quand ils ont de bonnes intentions, à s’agiter au hasard."



Ext. L'enracinement. S. W.
Kolam
Kolam
Modératrice

Buffle
Messages : 2128
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Simone Weil, philosophe Empty Re: Simone Weil, philosophe

Message par Kolam le Lun 3 Déc - 9:06


Simone Weil, philosophe Serrur12




La porte

Ouvrez-nous donc la porte et nous verrons les vergers,
Nous boirons leur eau froide où la lune a mis sa trace.
La longue route brûle ennemie aux étrangers.
Nous errons sans savoir et ne trouvons nulle place.

Nous voulons voir des fleurs. Ici la soif est sur nous.
Attendant et souffrant, nous voici devant la porte.
S’il le faut nous romprons cette porte avec nos coups.
Nous pressons et poussons, mais la barrière est trop forte.

Il faut languir, attendre et regarder vainement.
Nous regardons la porte; elle est close, inébranlable.
Nous y fixons nos yeux; nous pleurons sous le tourment;
Nous la voyons toujours; le poids du temps nous accable.

La porte est devant nous; que nous sert-il de vouloir ?
Il vaut mieux s’en aller abandonnant l’espérance.
Nous n’entrerons jamais. Nous sommes las de la voir.
La porte en s’ouvrant laissa passer tant de silence

Que ni les vergers ne sont parus ni nulle fleur ;
Seul l’espace immense où sont le vide et la lumière
Fut soudain présent de part en part, combla le coeur,
Et lava les yeux presque aveugles sous la poussière.

S. W.
Kolam
Kolam
Modératrice

Buffle
Messages : 2128
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Simone Weil, philosophe Empty Re: Simone Weil, philosophe

Message par Invité le Lun 3 Déc - 9:32

Simone Weil, philosophe 312990806

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Simone Weil, philosophe Empty Re: Simone Weil, philosophe

Message par skambah le Lun 3 Déc - 13:50

Le christianisme est par excellence "la religion des esclaves".
Simone Weil.

skambah
Protée

Chèvre
Messages : 576
Date d'inscription : 21/10/2018

Localisation : la rochelle

Revenir en haut Aller en bas

Simone Weil, philosophe Empty Re: Simone Weil, philosophe

Message par Kolam le Dim 30 Déc - 19:20



La justice


Il faut être aveugle pour opposer justice à charité  pour croire que leur domaine est différent, que l’une est plus large, qu’il y a une charité au delà de la justice, ou une justice en deçà de la charité.

Quand les deux notions sont opposées, la charité n’est plus qu’un caprice d’origine souvent basse, et la justice n’est que de la contrainte sociale. Ceux qui l’ignorent ou bien ne se sont jamais trouvés dans une de ces situations où il y a toute licence pour l’injustice, ou bien étaient installés dans le mensonge au point d’avoir cru y pratiquer facilement la justice.

Il est juste de ne pas voler aux étalages. Il est charitable de faire l’aumône. Mais le boutiquier peut m’envoyer en prison. Le mendiant, quand même sa vie dépendrait de mon secours, si je le lui refuse, ne me dénoncera pas à la police.

Beaucoup de controverses entre la droite et la gauche se réduisent à l’opposition entre le goût du caprice individuel et le goût de la contrainte sociale  ou plus exactement peut-être, entre l’horreur de la contrainte sociale et l’horreur du caprice individuel. La charité ni la justice n’y sont intéressées.

La justice a pour objet l’exercice terrestre de la faculté de consentement. Le préserver religieusement partout où il existe, essayer d’en faire apparaître les conditions là où il manque, c’est aimer la justice.

Le mot unique et si beau de justice enferme toute la signification des trois mots de la devise française:
La liberté, c’est la possibilité réelle d’accorder un consentement.
Les hommes n’ont besoin d’égalité que par rapport à elle.
L’esprit de fraternité consiste à la souhaiter à tous.

La possibilité du consentement est fournie par une vie qui contienne des mobiles pour le consentement. Le dénuement, les privations de l’âme et du corps empêchent que le consentement puisse s’opérer dans le secret du cœur.

L’expression du consentement n’est indispensable qu’en second lieu. Une pensée non exprimée est imparfaite, mais si elle est réelle elle peut se frayer des chemins indirects vers l’expression. L’expression à laquelle ne correspond aucune pensée est un mensonge, et il y a toujours, partout, possibilité de mensonge.

L’obéissance étant en fait la loi imprescriptible de la vie humaine, il n’y a à établir de différence qu’entre l’obéissance consentie et l’obéissance non consentie. Là où il y a obéissance consentie, il y a liberté, et nulle part ailleurs.

Simone Weil, Écrits de Londres, 1957.
Kolam
Kolam
Modératrice

Buffle
Messages : 2128
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Simone Weil, philosophe Empty Re: Simone Weil, philosophe

Message par Encelade le Mer 2 Jan - 15:55

@Kolam a écrit:
Le mendiant, quand même sa vie dépendrait de mon secours, si je le lui refuse, ne me dénoncera pas à la police.
[/color]
La vie et la mort de SW auront bousculé cette situation. Elle en a tiré toutes les conséquences, faisant de la notion moderne de care un impératif catégorique.
Encelade
Encelade
Mithra

Singe
Messages : 18
Date d'inscription : 26/06/2018

Localisation : en Cela

Revenir en haut Aller en bas

Simone Weil, philosophe Empty Re: Simone Weil, philosophe

Message par Kolam le Mer 2 Jan - 19:13



Like a Star @ heaven



Il restera de toi
Ce que tu as donné.
Au lieu de le garder dans des coffres rouillés.
Il restera de toi, de ton jardin secret,
Une fleur oubliée qui ne s'est pas fanée.
Ce que tu as donné
En d'autres fleurira.
Celui qui perd sa vie
Un jour la trouvera.
Il restera de toi ce que tu as offert
Entre les bras ouverts un matin au soleil.
Il restera de toi ce que tu as perdu
Que tu as attendu plus loin que les réveils.
Ce que tu as souffert
En d'autres revivra.
Celui qui perd sa vie
Un jour la trouvera.
Il restera de toi une larme tombée,
Un sourire germé sur les yeux de ton cœur.
Il restera de toi ce que tu as semé
Que tu as partagé aux mendiants du bonheur.
Ce que tu as semé
En d'autres germera.
Celui qui perd sa vie
Un jour la trouvera.





Simone Weil, philosophe Ocean-10
Kolam
Kolam
Modératrice

Buffle
Messages : 2128
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Simone Weil, philosophe Empty Re: Simone Weil, philosophe

Message par Alcyan le Mer 2 Jan - 21:00

Merci Kolam,
une belle chanson de Mannick et Akepsimas

"Dieu ne peut être présent dans la création que sous la forme de l'absence.", c'est sans doute le plus beau cadeau de Dieu
Alcyan
Alcyan
Épiméthée

Singe
Messages : 185
Date d'inscription : 25/05/2018

Localisation : sur le chemin

Revenir en haut Aller en bas

Simone Weil, philosophe Empty Re: Simone Weil, philosophe

Message par Encelade le Mer 2 Jan - 22:12

Alcyan, tu nous laisses sur notre faim. Quel en est le titre ?
Dieu a laissé un trône vide :
"Il faut une représentation du monde où il y ait la place pour le vide, pour que le monde ait besoin de Dieu " (La pesanteur et la Grâce)
Encelade
Encelade
Mithra

Singe
Messages : 18
Date d'inscription : 26/06/2018

Localisation : en Cela

Revenir en haut Aller en bas

Simone Weil, philosophe Empty Re: Simone Weil, philosophe

Message par Alcyan le Ven 4 Jan - 21:20

Le texte est de Simone Weil, une chanson en a été réalisée pour le texte par Michel Scouarnec et la musique par Jo Akepsimas et chantée par Mannick. Elle se nomme "Il restera de toi". En voici une version

Alcyan
Alcyan
Épiméthée

Singe
Messages : 185
Date d'inscription : 25/05/2018

Localisation : sur le chemin

Revenir en haut Aller en bas

Simone Weil, philosophe Empty Re: Simone Weil, philosophe

Message par Invité le Ven 15 Mar - 9:45

Il y a dans chaque homme quelque chose de sacré. Mais ce n'est pas sa personne. Ce n'est pas non plus la personne humaine. C'est lui, cet homme, tout simplement.

Extrait de La Personne et le sacré

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Simone Weil, philosophe Empty Re: Simone Weil, philosophe

Message par Melon et bottes de cuir le Sam 15 Juin - 10:14

Il faut encourager les idiots,
les gens sans talent,
les gens de talent médiocre
ou à peine mieux que moyen,
qui ont du génie.
Melon et bottes de cuir
Melon et bottes de cuir
Protée

Rat
Messages : 610
Date d'inscription : 16/05/2019

Localisation : Illimitée
Emploi/loisirs : Le tir, la lecture,
Humeur : Fluctuante, douce et cynique

Revenir en haut Aller en bas

Simone Weil, philosophe Empty Re: Simone Weil, philosophe

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum