La Femme dans l'Histoire.

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

La Femme dans l'Histoire.

Message par Sofiane le Lun 8 Oct - 5:12

Rappel du premier message :

Les femmes ont raison de se rebeller contre les lois parce que nous les avons faites sans elles.

Montaigne


La Femme a-t-elle réellement pris sa place à l'heure actuelle ou est-Elle toujours l'objet de nos caprices ?



Athéna
avatar
Sofiane
Modérateur

Cheval
Messages : 1466
Date d'inscription : 24/05/2018

Localisation : Le Jardin de roses
Emploi/loisirs : Les romans policiers
Humeur : Curieuse

Revenir en haut Aller en bas


Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Totem le Mar 6 Nov - 20:13

@Loryan a écrit:
On sait aussi que tous les hommes on débuté leur vie au sein d'une femme, et si il y a bien une femme qui soit sacrée pour un homme c'est avant tout sa mère.

Effectivement c'est pour cela que nombre de belle-mères en profitent pour être envahissantes... Razz

Totem
Makemake

Messages : 1741
Date d'inscription : 11/05/2018


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par domi et Krist-All le Mer 7 Nov - 3:27

Une femme dans l'Histoire



avatar
domi et Krist-All
Quetzálcoatl

Coq
Messages : 97
Date d'inscription : 12/05/2018

Localisation : Saint Père

http://kristall.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Loryan le Mer 7 Nov - 5:16

@Arpège a écrit:Coucou Loryan,
En fait, j'avais écris défenseuse.... c'est le correcteur orthographique qui a modifié le mot... jusque là ...hein !!! Smile

bah merci lol

Perso ça m,a permis d'avancer et de faire des recherches sur le sujet et je me suis aperçu plus tard que si ça vient du Quebec, c'est qu'ils sont au contact très proche d'une langue, l'anglais, dont la langue est bien moins sexué que le français. D'ailleurs presque toutes les fonctions sont neutres. "a teacher" signifie aussi bien enseignant qu'enseignante et comme "a" est un article neutre (on dit "a tiger" ou "a tigress" ), ils ne se posent pas la même question que nous sur la féminisation des langues.
A priori je dirais que "teacher" est masculin à l'origine, l'Angleterre n'ayant pas échappé à l'histoire européenne ou seul les hommes enseignaient pendant des siècles. Mais le fait d'avoir leurs articles neutres ne les a pas inspiré à créer un mot genre "she-teacher". Puisque ça n'avait pour eux pas d'utilité de sexuer le mot.
En allemand ça doit être intéressant aussi ce débat, avec leurs 3 articles masculin, féminin, neutre.
Surtout quand on sait que la lune est le symbole de la femme, le soleil de l'homme et qu'eux disent "le lune et la soleil".
Ils doivent avoir encore une autre conception de la femme .

D'ailleurs presque tous le débat féministe vient des américains et à mon avis ce n'est pas sans rapport avec l'histoire de leur pays et de leur langue.
Mais du coup c'est peu transposable sans frictions en Europe ou ailleurs dans le monde, les repères ne sont pas les même.
Les hommes et les femmes n'ayant pas vécu la même histoire ils n'ont pas la même culture et la femme n'a pas exactement le même rôle dans la société.
N'oublions pas que la morale américaine tend à s'imposer partout dans le monde, et qu'ils se voient plus avancés que le reste du monde... ce qui n'est pas toujours vrai.

Loryan
Amalthée

Chien
Messages : 261
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par skambah le Mer 7 Nov - 6:26

Derrière chaque grand homme il y a une femme dans l'ombre.

skambah
Quetzálcoatl

Chèvre
Messages : 94
Date d'inscription : 21/10/2018

Localisation : la rochelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Nikita le Mer 7 Nov - 7:50

la femme est elle le caprice de l'homme?
ben oui.
avatar
Nikita
Hypérion

Rat
Messages : 438
Date d'inscription : 03/10/2018

Localisation : mon village

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Loryan le Mer 7 Nov - 9:34

@Nikita a écrit:la femme est elle le caprice de l'homme?
ben oui.
Au delà de ça, il est largement possible que l'homme et la femme soit considérés comme une entité unique mais de polarité masculine et féminine.
C'est assez difficile à concevoir de nos jours en raison d'une très forte individualisation de chaque être et donc de chaque sexe.

Cependant si on observe l'organisation des sociétés humaines elles s'accordent assez bien sur le fait qu'un être humain "complet" est en couple. La notion de couple et ses différentes organisations peut être sujette à débat mais, très très peu de société accepte le célibat en tant que tel comme voie d'accomplissement.
D'ailleurs le célibat en question est toujours adossé à une contrepartie en général spirituelle.
Un homme "doit" se trouver une femme, une femme "doit" se trouver un homme ce qui est pour l'extrême majorité de la population une fin en soi (ici les couples homosexuels ne sont qu'une variante énergétique).
Or cela est à l'image de notre ADN, chaque être que nous somme fonctionne dans une dualité d'ADN masculin s'associant à un ADN féminin. Et bien que chaque brin d'ADN comporte en lui la totalité de l'information mis à part le chromosome Y, nous ne pouvons être complet sans être en double mais avec 2 polarités.

La genèse laisse supposer que l'Adam originel était "neutre", et que Dieu créa la femme Eve à partir de lui, ce qui le rendit de facto masculin et elle féminine.
L'interprétation du texte oubliant l'éventuelle "neutralité" de l'Adam originel plaça la femme comme une émanation de l'homme et donc sous sa responsabilité, ce qui est vraisemblablement le début de ses déboires sociétaux. (ce en quoi je trouve le principe de genre de la langue française très intéressant)
Un autre aspect dit que l'énergie masculine est extérieure et centrifuge (expansion), tandis que l'énergie féminine est intérieure et centripète (attraction).
Sans ses 2 aspects aucune vie, aucun mouvement, aucun univers n'est possible.
L'énergie masculine se disperserait dans le néant
L'énergie féminine s'effondrerait sur elle même
D'ailleurs on voit très bien que dans la société les femmes sont plus généralement centrée vers l'intérieur, et les hommes vers l'extérieur.
Or tout le processus de visibilité relatif à cette "guerre des sexes" et de nature émissive, expansive et donc masculin.
En fait nous parlons tous (femme comprise) avec un filtre masculin pour appréhender la place de la femme dans l'histoire.... c'est un peu comme essayer de voir du blanc à travers un filtre noir. Car n'oublions pas que nous sommes tous polarisé à 50/50 + ou - un chouillat déterminant une énergie de nature masculine ou féminine.

Loryan
Amalthée

Chien
Messages : 261
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par skambah le Mer 7 Nov - 16:04

C'est l'homme qui imposa à la femme le mariage.

skambah
Quetzálcoatl

Chèvre
Messages : 94
Date d'inscription : 21/10/2018

Localisation : la rochelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Erell le Mer 7 Nov - 17:19

"Le mouvement de libération des femmes a entraîné la libération d’une infinie quantité de puissance, d’intelligence, de création, qui jusque-là restait écrasée, niée. Nous pourrions dire que cela constitue un véritable progrès pour l’humanité."

Miguel Benasayag - Extrait de "La fragilité"
(philosophe, psychanalyste, ancien résistant guévariste argentin, né en 1953)
avatar
Erell
Modératrice

Dragon
Messages : 831
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : en chemin

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Loryan le Mer 7 Nov - 19:30

“Les femmes libres ne sont pas des femmes.”
Colette


"Que chacun raisonne en son âme et conscience, qu’il se fasse une idée fondée sur ses propres lectures et non d’après les racontars des autres."
Albert Einstein


“Soyez en garde contre le goût que vous avez pour l'esprit. Trop d'esprit humilie ceux qui en ont peu.”
Madame de Maintenon


"Trop souvent nous nous contentons du confort de l’opinion sans faire l’effort de penser."
John Fitzgerald Kennedy


« il vaut mieux courir le risque de se tromper plutôt que de commettre le péché de ne pas penser »
Hypatie d'Alexandrie (femme philosophe et mathématicienne 4ème siècle)


"Ne discutez jamais, vous ne convaincrez personne. Les opinions sont comme des clous ; plus on tape dessus, plus on les enfonce."
Alexandre Dumas, fils


"Allez toujours, entre hommes on peut tout dire." (boutade à Diderot)
Catherine II de Russie


Dans tous les cas, mariez-vous. Si vous tombez sur une bonne épouse, vous serez heureux ; et si vous tombez sur une mauvaise, vous deviendrez philosophe, ce qui est excellent pour l'homme.
Socrate


" L'homme dit : aimons pour vivre ; et la femme répond : vivons pour aimer. "
George Sand ; Constance Verrier (1860)

Loryan
Amalthée

Chien
Messages : 261
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Erell le Mer 7 Nov - 20:30

Loryan a écrit :
" L'homme dit : aimons pour vivre ; et la femme répond : vivons pour aimer. "
 
I love you


"Selon Norbert Elias, qui a analysé “le processus de civilisation”, la plus grande révolution dans l’histoire des sociétés occidentales est, dans le courant du 20è siècle, l’accession des femmes à une identité propre, qui ne soit plus celle de leur père ou de leur mari. Cette émancipation, associée à la figure de la femme libre, s’explique en partie par l’autonomie accrue des femmes, qui au 20è siècle ont pu faire des études et exercer des professions salariées. La contraception féminine moderne a joué un rôle déterminant...

Le tournant-clef, dans presque tout l’Occident, se place entre 1965 et 1975. Il ne s’agit pas d’une rupture que les contemporains auraient pu percevoir, mais de l’annonce d’une métamorphose sociale ; elle s’exprime d’abord par un bouleversement des courbes statistiques : les naissances et les mariages diminuent, les divorces augmentent, les relations sexuelles pré-maritales se généralisent, l’âge au mariage s’élève ainsi que celui au premier enfant. Suivent, avec un décalage plus ou moins grand selon les pays, des lois sur la contraception, le divorce, l’avortement, le mariage, le partage des responsabilités parentales, la transmission du nom de la femme, etc..., qui viennent mettre en conformité le droit et les pratiques. Ce vaste mouvement, encore inachevé aujourd’hui, accompagne une restructuration et une réévaluation des rapports entre hommes et femmes, tandis que le couple, lui-même en mutation, s’inscrit dans une société de plus en plus complexe et mobile...

L’émancipation - économique et intellectuelle - des femmes semble appeler l’angoisse de leur indépendance sexuelle...

S’émanciper, c’est forcément remettre en question sa sexualité. Ce constat est-il inspiré par la vie de militantes plus affairées dans la sphère “publique” que dans la construction d’un foyer ?
Celle qui dénonce l’obligation d’être belle renonce-t-elle au plaisir d’être belle ?

-- Le féminisme, au contraire, met en avant ce qui empêche le plaisir des femmes, cette domination qui les oblige à utiliser la séduction pour obtenir des hommes qu’ils cèdent.

-- L’antiféminisme, au contraire, tente de nous faire croire que la soumission est plus payante.

A la question de savoir si la prise de conscience de l’oppression et la lutte contre cette oppression doivent nécessairement aboutir à tuer l’amour ou le couple hétérosexuel, il est utile de rappeler ce qu’en disent les féministes elles-mêmes...

“Je crois qu’il y a une constante de l’analyse féministe, et depuis les premiers mouvements organisés féministes, c’est que la revendication d’égalité ou l’affirmation que les femmes étaient opprimées, a souvent été faite non pas contre les relations d’amour entre les sexes, mais au contraire au nom des relations d’amour entre les sexes... Les féministes du 19è  siècle protestaient au nom de la liberté et de la dignité mais aussi, disaient-elles, parce qu’il est impossible qu’il y ait des sentiments authentiques entre deux personnes dont l’une contrôle si absolument l’autre”. F. Degavre.

Source : Florence Degavre, Revue Chronique Féministe n°77/79. Janvier/avril 2002, Dossier : Université des femmes.
avatar
Erell
Modératrice

Dragon
Messages : 831
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : en chemin

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Hakaan le Mer 7 Nov - 23:59

Je suis tombé la dessus qui est assez dans le thème vu qu'elle raconte le sexisme qui règne dans les hautes sphères du pouvoir
avatar
Hakaan
Admin

Rat
Messages : 1780
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : ¯\_(ツ)_/¯

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Sofiane le Jeu 8 Nov - 5:02

Depuis que le monde est monde, la femme vivote aux côtés de l'homme. Depuis que le monde est monde, la femme agit sous le joug de l'homme, grignotant ça et là quelques monceaux d'espérance et de liberté, à l'exception, certes, de quelques-unes. Mais force est de constater que la femme ne quittât jamais tout à fait le rôle subalterne qu’on lui donnât. En conséquence, l’homme occupera le centre de la scène en tant qu’acteur, soit dit en passant, d’une manière assez médiocre, sinon maladroite, tandis que la femme, elle, remplira inexorablement le trou du souffleur.
avatar
Sofiane
Modérateur

Cheval
Messages : 1466
Date d'inscription : 24/05/2018

Localisation : Le Jardin de roses
Emploi/loisirs : Les romans policiers
Humeur : Curieuse

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Hridaye le Jeu 8 Nov - 7:29

Il y a eut néanmoins des femmes d'exception dans l'histoire et pas forcément celles qui occupaient les postes clés politiquement (bien qu'il y en ait eu aussi), mais celles qui ont laissé des traces indélébiles dans le coeur de leurs contemporains, toutes disciplines confondues.

Des femmes qui ont revendiqué et obtenu,
des femmes qui été considéré comme leur semblables masculins, à une époque où leur place étaient pourtant bien délimitées.
Mais aussi des femmes qui n'ont rien revendiqué, qui sont restées lovées dans leur rôle précis tout en le portant à son acmé et en se transfigurant.
Des femmes qui ont été aimantes, serviables et sacrificielles au delà du possible, inspirant aux guerriers les plus féroces de rendre leurs armes et de tomber à genoux.
Des femmes qui ont symbolisé et incarné l'archétype de la Mère Universelle
Des femmes qui ont été de vraies shaktis
Et bien plus encore
Des prodiges...

C'est dur d'être une femme même encore à nos époques. Mais c'est aussi une force, car c'est depuis l'ornière et l'ombre qu'on fait bouger les mentalités insensiblement et sans endosser de costume ou se croire investi de grandes choses à accomplir.

De plus de par sa nature et la place qu'on la force à occuper, à l'ombre de ses homonymes et la conscience rétroversée vers l'intérieur, la femme est plus proche de l'humilité, de sa nature intime, de l'éclosion, de l'Amour, du don et donc.... du Divin.
avatar
Hridaye
Téthys

Chèvre
Messages : 975
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Aspirant le Jeu 8 Nov - 7:38

Nos sociétés valorisent les valeurs dites "masculines" et donc on a tendance à penser en terme de déséquilibre.
Résultat : les femmes veulent elles aussi "réussir" dans des valeurs masculines...
Pourquoi pas... mais peut-être pas vraiment la bonne solution
Si les valeurs "féminines" et "masculines" étaient autant valorisées les unes que les autres, notre vision changerait.
Les hommes, comme les femmes cultiveraient leurs deux aspects Smile et l'égalité irait de soi
avatar
Aspirant
Amalthée

Rat
Messages : 239
Date d'inscription : 28/10/2018

Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par domi et Krist-All le Jeu 8 Nov - 7:45

@Aspirant a écrit:Nos sociétés valorisent les valeurs dites "masculines" et donc on a tendance à penser en terme de déséquilibre.
Résultat : les femmes veulent elles aussi "réussir" dans des valeurs masculines...
Pourquoi pas... mais peut-être pas vraiment la bonne solution
Si les valeurs "féminines" et "masculines" étaient autant valorisées les unes que les autres, notre vision changerait.
Les hommes, comme les femmes cultiveraient leurs deux aspects Smile et l'égalité irait de soi



OUI, les deux sont complémentaires et indissociables " Frère et sœur d'un seul et même corps " ... l'Âme.
avatar
domi et Krist-All
Quetzálcoatl

Coq
Messages : 97
Date d'inscription : 12/05/2018

Localisation : Saint Père

http://kristall.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Loryan le Jeu 8 Nov - 8:43

@Sofiane a écrit:
Depuis que le monde est monde, la femme vivote aux côtés de l'homme. Depuis que le monde est monde, la femme agit sous le joug de l'homme, grignotant ça et là quelques monceaux d'espérance et de liberté, à l'exception, certes, de quelques-unes. Mais force est de constater que la femme ne quittât jamais tout à fait le rôle subalterne qu’on lui donnât. En conséquence, l’homme occupera le centre de la scène en tant qu’acteur, soit dit en passant, d’une manière assez médiocre, sinon maladroite, tandis que la femme, elle, remplira inexorablement le trou du souffleur.
Sofiane, je ne pense pas que tu puisses affirmer cela.
Tu orientes le joug des femmes sauf quelques unes par tous les hommes, alors qu'ils serait plus exact de dire quelques hommes.
L'homme lambda n'avait pas pour vocation de placer les femmes sous son joug et de ce que l'on sait de l'histoire européenne, l'homme des campagnes ou des villes n'avait pas une si grande emprise que cela sur sa femme ou ses filles hormis le joug social auquel tout le monde se conformait.

Les hommes qui ont porté le plus grand joug sur les femmes étaient les hommes de pouvoir, politique, militaire ou religieux, mais ils avaient le même joug sur les hommes d'une autre manière.
Lors des guerres si malheureusement les femmes étaient souvent violées lors des razzias il faut comprendre qu'en général tous les hommes en age de se battre avaient été tué au préalable, si bien que les survivants n'étaient que quelques femmes et enfants voir des vieux (et encore)
Dans les villes et villages les femmes participaient à la vie quotidienne, et les divers témoignages selon les époques ne font pas des femmes des être de seconde zone même si une chose demeure vrai du moins en occident, elles n'étaient pas émancipées, c'est à dire qu'elles devaient être sous la coupe légale d'un homme.
Étrangement une veuve pouvait être émancipée et pouvait parler en son nom sous le couvert de feu son mari. Ce qui tend à penser que c'est un aspect social avant d'être une discrimination.
Le danger dans tout cela est d'être anachronique.
Les femmes d'aujourd'hui ne sont pas les même
Et à mon sens en occident c'est la première guerre mondiale qui les a émancipées, surtout en France. Puisque presque tous les hommes étaient au front elles ont du prendre en charge les travaux des champs et des usines. Et à la fin de la guerre ce sont des millions de veuves broyées par le chagrin qui sont devenues de facto responsable de leurs vies avec impossibilité de répondre à la norme sociale de s'adosser à un homme puisqu'il n'y en avait plus assez et que la polygamie n'était pas culturelle en Europe. (PS c'est la raison d'être de la polygamie chez les Mormons, quand ils sont arrivés la plus part des hommes étaient mort, et ceux restant on pris en charge les femmes seules, car dans la norme sociale de l'époque laisser une femme seule était un non sens, voir les placer dans la misère)
De là toute une génération de femmes a vécu indépendante des hommes et a pu montrer (à la société) qu'elles pouvaient.
Car ce ne sont pas les hommes qui ont placés les femmes sous leur joug, mais la société perpétuant un héritage aujourd'hui malvenu.



Loryan
Amalthée

Chien
Messages : 261
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Sofiane le Jeu 8 Nov - 10:19

@Hridaye a écrit:Il y a eut néanmoins des femmes d'exception dans l'histoire et pas forcément celles qui occupaient les postes clés politiquement (bien qu'il y en ait eu aussi), mais celles qui ont laissé des traces indélébiles dans le coeur de leurs contemporains, toutes disciplines confondues.

Des femmes qui ont revendiqué et obtenu,
des femmes qui été considéré comme leur semblables masculins, à une époque où leur place étaient pourtant bien délimitées.
Mais aussi des femmes qui n'ont rien revendiqué, qui sont restées lovées dans leur rôle précis tout en le portant à son acmé et en se transfigurant.
Des femmes qui ont été aimantes, serviables et sacrificielles au delà du possible, inspirant aux guerriers les plus féroces de rendre leurs armes et de tomber à genoux.
Des femmes qui ont symbolisé et incarné l'archétype de la Mère Universelle
Des femmes qui ont été de vraies shaktis
Et bien plus encore
Des prodiges...

C'est dur d'être une femme même encore à nos époques. Mais c'est aussi une force, car c'est depuis l'ornière et l'ombre qu'on fait bouger les mentalités insensiblement et sans endosser de costume ou se croire investi de grandes choses à accomplir.

De plus de par sa nature et la place qu'on la force à occuper, à l'ombre de ses homonymes et la conscience rétroversée vers l'intérieur, la femme est plus proche de l'humilité, de sa nature intime, de l'éclosion, de l'Amour, du don et donc.... du Divin.

Bien que je ne sache pas ce qu'est une femme shaktis, je suis dans l'ensemble d'accord avec tes écrits. J'aime particulièrement l'idée que la femme soit un être tourné naturellement vers l'intérieur, et d'une certaine manière plus humble comme tu le dis. Après tout, je l'ai mise dans un trou et ce n'est peut-être pas elle la plus mal lotie ? Tu connais certainement ce vers célébrissime de Florian : Pour vivre heureux, vivons cachés.
P.S Mon premier commentaire est très loin d'être exhaustif, j'en suis conscient.
avatar
Sofiane
Modérateur

Cheval
Messages : 1466
Date d'inscription : 24/05/2018

Localisation : Le Jardin de roses
Emploi/loisirs : Les romans policiers
Humeur : Curieuse

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Sofiane le Jeu 8 Nov - 10:31

@domi et Krist-All a écrit:
@Aspirant a écrit:Nos sociétés valorisent les valeurs dites "masculines" et donc on a tendance à penser en terme de déséquilibre.
Résultat : les femmes veulent elles aussi "réussir" dans des valeurs masculines...
Pourquoi pas... mais peut-être pas vraiment la bonne solution
Si les valeurs "féminines" et "masculines" étaient autant valorisées les unes que les autres, notre vision changerait.
Les hommes, comme les femmes cultiveraient leurs deux aspects Smile et l'égalité irait de soi



OUI, les deux sont complémentaires et indissociables " Frère et sœur d'un seul et même corps " ... l'Âme.

Oui, bien sûr. Ne serait-ce pas là une société idéale dans laquelle l'homme reconnaîtrait la femme en tant qu'être humain, et réciproquement ? S'entraidant l'un l'autre, se soutenant dans les épreuves, et riant ensemble lorsque l'occasion se présenterait ? Cela voudrait dire aussi que l'être humain cesserait d'opprimer l'un des siens, homme, femme, ou enfant ?
avatar
Sofiane
Modérateur

Cheval
Messages : 1466
Date d'inscription : 24/05/2018

Localisation : Le Jardin de roses
Emploi/loisirs : Les romans policiers
Humeur : Curieuse

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Aspirant le Jeu 8 Nov - 10:56

Race, religion, handicap etc. Bien sûr Sofiane Smile
avatar
Aspirant
Amalthée

Rat
Messages : 239
Date d'inscription : 28/10/2018

Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Hridaye le Jeu 8 Nov - 12:16

@Sofiane a écrit:

Bien que je ne sache pas ce qu'est une femme shaktis, je suis dans l'ensemble d'accord avec tes écrits. J'aime particulièrement l'idée que la femme soit un être tourné naturellement vers l'intérieur, et d'une certaine manière plus humble comme tu le dis. Après tout, je l'ai mise dans un trou et ce n'est peut-être pas elle la plus mal lotie ? Tu connais certainement ce vers célébrissime de Florian : Pour vivre heureux, vivons cachés.
P.S Mon premier commentaire est très loin d'être exhaustif, j'en suis conscient.
Un shakti est une femme qui a libéré son potentiel de féminin sacré.

Petite précision: quand je dis "la femme", je veux dire la femme assumant de façon équilibré la part féminine en soi à côté de son masculin intérieur.
Donc la femme dans l'idéal.
Mais aujourd'hui dans ce monde inversé, on trouve peu de femmes qui le sont.

En fait si on y réfléchit, le féminin a tjs été bafoué.

Dans les siècles précédant la "révolution féminine" il était bafoué car reconnu mais engoncé dans des prisons morales et idéologiques et donc réduit à un expression assez superficielle.
Et aujourd'hui il est bafoué car tout simplement dénié comme aspect légitime de la femme dans ses valeurs intérieures s'entend.

Je me souviens de la consternation que j'avais éprouvé quand il y a qq années, dans une rencontre irl littéraire ou on parlait du féminin intérieur et de la possibilité pour un homme de libérer ce féminin intérieur,
un jeune homme de 30 ans environs avait déclaré en toute bonne foi qu'il se sentait très féminin car il portait les cheveux longs, se rasait en totalité et aimait choisir ses vêtements avec soin, était très ordonné, très soigneux avec ses affaires et même assez maniaque.
On avait tous souri, car c'était un garçon très intelligent, cultivé, sur-diplomé mais hyper mental, hyper froid, presque inémotionnel et facilement agressif verbalement avec une verve et une morgue qui glaçait le sang et coupait court à toute riposte.
Alors que d'un autre côté physiquement effectivement assez maniéré et presque efféminé.
Et il ne semblait même pas comprendre de quoi il était question et pourquoi on souriait.
Bref voilà le problème que pose le féminin dans nos sociétés autant aux hommes qui n'y comprennent rien, qu'aux femmes qui s'identifient à de fausses valeurs artificielles et c'est tellement dommage.

Car non le maquillage et la sophistication physique ne font pas la féminité. Le dandysme ne fait pas la féminité. C'est un leurre complet.
avatar
Hridaye
Téthys

Chèvre
Messages : 975
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Invité le Jeu 8 Nov - 12:27

Une amie me disait il y a peu que pour elle il n’y avait rien de plus féminin qu’une femme portant une paire de talons aiguilles Smile






Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Sofiane le Jeu 8 Nov - 12:50

@Loryan a écrit:
@Sofiane a écrit:
Depuis que le monde est monde, la femme vivote aux côtés de l'homme. Depuis que le monde est monde, la femme agit sous le joug de l'homme, grignotant ça et là quelques monceaux d'espérance et de liberté, à l'exception, certes, de quelques-unes. Mais force est de constater que la femme ne quittât jamais tout à fait le rôle subalterne qu’on lui donnât. En conséquence, l’homme occupera le centre de la scène en tant qu’acteur, soit dit en passant, d’une manière assez médiocre, sinon maladroite, tandis que la femme, elle, remplira inexorablement le trou du souffleur.
Sofiane, je ne pense pas que tu puisses affirmer cela.
Tu orientes le joug des femmes sauf quelques unes par tous les hommes, alors qu'ils serait plus exact de dire quelques hommes.
L'homme lambda n'avait pas pour vocation de placer les femmes sous son joug et de ce que l'on sait de l'histoire européenne, l'homme des campagnes ou des villes n'avait pas une si grande emprise que cela sur sa femme ou ses filles hormis le joug social auquel tout le monde se conformait.

Les hommes qui ont porté le plus grand joug sur les femmes étaient les hommes de pouvoir, politique, militaire ou religieux, mais ils avaient le même joug sur les hommes d'une autre manière.
Lors des guerres si malheureusement les femmes étaient souvent violées lors des razzias il faut comprendre qu'en général tous les hommes en age de se battre avaient été tué au préalable, si bien que les survivants n'étaient que quelques femmes et enfants voir des vieux (et encore)
Dans les villes et  villages les femmes participaient à la vie quotidienne, et les divers témoignages selon les époques ne font pas des femmes des être de seconde zone même si une chose demeure vrai du moins en occident, elles n'étaient pas émancipées, c'est à dire qu'elles devaient être sous la coupe légale d'un homme.
Étrangement une veuve pouvait être émancipée et pouvait parler en son nom sous le couvert de feu son mari. Ce qui tend à penser que c'est un aspect social avant d'être une discrimination.
Le danger dans tout cela est d'être anachronique.
Les femmes d'aujourd'hui ne sont pas les même
Et à mon sens en occident c'est la première guerre mondiale qui les a émancipées, surtout en France. Puisque presque tous les hommes étaient au front elles ont du prendre en charge les travaux des champs et des usines. Et à la fin de la guerre ce sont des millions de veuves broyées par le chagrin qui sont devenues de facto responsable de leurs vies avec impossibilité de répondre à la norme sociale de s'adosser à un homme puisqu'il n'y en avait plus assez et que la polygamie n'était pas culturelle en Europe. (PS c'est la raison d'être de la polygamie chez les Mormons, quand ils sont arrivés la plus part des hommes étaient mort, et ceux restant on pris en charge les femmes seules, car dans la norme sociale de l'époque laisser une femme seule était un non sens, voir les placer dans la misère)
De là toute une génération de femmes a vécu indépendante des hommes et a pu montrer (à la société) qu'elles pouvaient.
Car ce ne sont pas les hommes qui ont placés les femmes sous leur joug, mais la société perpétuant un héritage aujourd'hui malvenu.


Je suis également d'accord avec les différents point de vue que tu observes. Il est regrettable que nous n'ayons pas davantage d'informations sur la femme au temps de la préhistoire. C'est elle, paraît-il, qui aurait inventé l'art. Maintenant, effectivement, l'homme a hélas cette affreuse propension à convoiter le territoire et à asservir, non seulement la femme, mais également les hommes, quand ce n'est pas tout un pays. Il est vrai également que la femme a traversé bien des déserts sans aucun appui de l'homme ou presque. La question que je voudrais ici soulever concerne l'anachronisme auquel tu fais référence. Je me demande parfois si l'être humain a tant changé que ça ? J'ai parfois l'impression que ce sont les choses extérieures à lui qui changent, mais qu'au fond, l'humain d'aujourd'hui ressemble à l'humain de jadis.
avatar
Sofiane
Modérateur

Cheval
Messages : 1466
Date d'inscription : 24/05/2018

Localisation : Le Jardin de roses
Emploi/loisirs : Les romans policiers
Humeur : Curieuse

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Totem le Jeu 8 Nov - 12:56

XY a écrit:Une amie me disait il y a peu que pour elle il n’y avait rien de plus féminin qu’une femme portant une paire de talons aiguilles Smile



Surtout l'hiver avec quelques mètres de neige... Razz
avatar
Totem
Makemake

Chèvre
Messages : 1741
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Invité le Jeu 8 Nov - 13:00

Des boots à talons ? Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Hridaye le Jeu 8 Nov - 13:35

tsss arrêtez de flooder Razz
Profondément l'humain ne change pas bcp c'est vrai mais les conceptions mentales et les façons de voir changent bcp par contre.
Autant jadis pour une femme, être douce et un peu soumise était convoitée comme une qualité précieuse, autant aujourd'hui cela passe pour de la faiblesse.
Et pour l'homme ce qui est ringard, c'est le machisme et le 'zorroisme' (vouloir jouer les zorros auprès de la gente féminine).
Aujourd'hui on aime assez le zèle et l'ambition chez une femme et on apprécie la sensibilité chez un homme.

Toutes les qualités, les vertus existent aujourd'hui comme jadis et chacun les porte selon son tempéremment bien sûr mais le regard qu'on porte sur elles a changé tout de même.
avatar
Hridaye
Téthys

Chèvre
Messages : 975
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Aspirant le Jeu 8 Nov - 13:40

C'est très vrai Hridaye : ce qui est mis en avant se sont des caricatures de ce que devrait être les hommes et les femmes.
Dans la réalité, le masculin n'est pas mieux traité que le féminin.
avatar
Aspirant
Amalthée

Rat
Messages : 239
Date d'inscription : 28/10/2018

Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum