La Femme dans l'Histoire.

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

La Femme dans l'Histoire.

Message par Sofiane le Lun 8 Oct - 10:12

Les femmes ont raison de se rebeller contre les lois parce que nous les avons faites sans elles.

Montaigne


La Femme a-t-elle réellement pris sa place à l'heure actuelle ou est-Elle toujours l'objet de nos caprices ?



Athéna
avatar
Sofiane
Modérateur

Cheval
Messages : 1466
Date d'inscription : 24/05/2018

Localisation : Le Jardin de roses
Emploi/loisirs : Les romans policiers
Humeur : Curieuse

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Invité le Mar 9 Oct - 5:00

J’illustrerais la situation actuelle comme cela :



Sur cette photo, on distingue deux personnes assises, un homme et une femme, qui se regardent droit dans les yeux en unissant leurs mains droite devant eux. Je trouve cette photo très symbolique et pouvant traduire ce qui se joue entre l’homme et la femme.

On peut penser qu’ils se combattent, qu’ils s’affrontent dans un bras de fer. Ou bien ils s’unissent dans la force. De nombreuses significations peuvent être données à ce que nous voyons.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Hakaan le Mar 9 Oct - 7:12

je comprend pas ce sujet ca parle de la femme dans l'histoire et la question porte sur le présent
avatar
Hakaan
Admin

Rat
Messages : 1780
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : ¯\_(ツ)_/¯

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Sofiane le Mar 9 Oct - 7:26

La question porte essentiellement sur le présent, mais il n'est pas impossible que certains membres évoquent la Femme dans le passé. Tout est ouvert.
avatar
Sofiane
Modérateur

Cheval
Messages : 1466
Date d'inscription : 24/05/2018

Localisation : Le Jardin de roses
Emploi/loisirs : Les romans policiers
Humeur : Curieuse

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Hakaan le Dim 4 Nov - 21:03

avatar
Hakaan
Admin

Rat
Messages : 1780
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : ¯\_(ツ)_/¯

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Professeur X le Lun 5 Nov - 13:10

@Sofiane a écrit:La Femme a-t-elle réellement pris sa place à l'heure actuelle ou est-Elle toujours l'objet de nos caprices ?

Hum , si je comprend bien c'est un sujet qui s'adresse aux hommes , love .
avatar
Professeur X
Umbriel

Chien
Messages : 1177
Date d'inscription : 12/05/2018

Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Sofiane le Lun 5 Nov - 14:18

Ce sujet est ouvert aussi bien aux hommes qu'aux femmes. Tes réflexions sont toujours les bienvenues Professeur X.


Dernière édition par Sofiane le Lun 5 Nov - 14:19, édité 1 fois (Raison : Précision)
avatar
Sofiane
Modérateur

Cheval
Messages : 1466
Date d'inscription : 24/05/2018

Localisation : Le Jardin de roses
Emploi/loisirs : Les romans policiers
Humeur : Curieuse

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Loryan le Lun 5 Nov - 15:18

@Sofiane a écrit:Les femmes ont raison de se rebeller contre les lois parce que nous les avons faites sans elles.

Montaigne


La Femme a-t-elle réellement pris sa place à l'heure actuelle ou est-Elle toujours l'objet de nos caprices ?


Pourquoi ce "F" et ce "E" en majuscule ? quel est ce "nos" devant cet impertinent "caprices" ? (sincèrement j'ai trouvé ça obséquieux)

La femme est-elle donc avant tout un objet d'adoration de la gent masculine, du moins certains ?
Cette adoration lui vaut peut-être le malheur de sa place d'objet sacré à la maison qui ne sert qu'à perpétuer l'espèce et à assouvir le juste désir ou besoin masculin.

Montaigne était lui resté assez équitable et juste et posait une juste question.
Ton interprétation Sofiane, de mon point de vue sur le sujet, me fait penser à l'homme galant continuant à voir la femme comme un objet sacré de désir.

La femme a toujours eu sa place dans la société et même à l'heure actuelle, ce n'est pas et ne sera jamais le problème.
La vrai question est cela est-il la juste place qu'elles souhaitent ?
En parlant de caprices, la femme n'est pas l'objet des caprices de certains hommes, il en est le moteur du désir sexuel et amoureux. Par contre la rébellion des femmes quant à leur "place" est souvent vu comme un caprice par ces même hommes.

Quand le navire coule "les femmes et les enfants d'abord", n'a jamais été une marque de galanterie pour la gent féminine. C'est un simple réalisme de reproduction pour assurer l'avenir de nos sociétés.
Les femmes sont précieuses non pour leur sensibilité, leur beauté, leur intelligence... mais pour leur utérus.
Dit comme ça c'est pas poétique, mais c'est la réalité de la place de la femme dans l'histoire, le reste n'est qu'un habillage indécent devant lequel certains hommes se prosternent pour mieux cacher la réalité de leur considération.

Les sociétés matriarcales connues de'l'histoire humaine sont je crois presque toute centrée autour de la maternité, direction que ne prend pas le féminisme militant occidental actuel.
Sans doute parce que la question de la procréation en cette période de surpopulation n'est plus d'actualité.
C'est peut-être d'ailleurs la décroissance qui accordera aux femmes une place plus libre, plus équitable. Encore faudra-t-il que les femmes trouvent leur place dans un monde d'humains et non pas fassent leur place dans un monde d'homme... saisissez la nuance.

En fait le constat est assez simple en terme de place et d'utilité (toute ressemblance avec un conflit actuel n'est pas fortuite)
- que les hommes ne soient plus de la chair à canon (pour la guerre ou l’esclavage)
- que les femmes ne soient plus des reproductrices (pour la guerre ou l'esclavage)
Et l'humanité aura fait un grand progrès.

Loryan
Amalthée

Chien
Messages : 261
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Sofiane le Lun 5 Nov - 15:56

Afin d'apporter un peu de clarté, la majuscule signifie ici hors limite, l'Homme l'étant aussi. Ceci est une conviction, non la Vérité. Merci pour ton commentaire Loryan.
Bonne fin d'après-midi.
avatar
Sofiane
Modérateur

Cheval
Messages : 1466
Date d'inscription : 24/05/2018

Localisation : Le Jardin de roses
Emploi/loisirs : Les romans policiers
Humeur : Curieuse

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Loryan le Mar 6 Nov - 12:27

@Sofiane a écrit:
Afin d'apporter un peu de clarté, la majuscule signifie ici hors limite, l'Homme l'étant aussi. Ceci est une conviction, non la Vérité. Merci pour ton commentaire Loryan.
Bonne fin d'après-midi.

Pas de soucis, merci à toi de ce sujet.

Mais je dois dire que le climat ambiant (dans la société) sur toutes ces questions commence un peu à me peser et à me rendre désagréable. Sans doute parce que la réponse de la société est globalement violente et dénué du moindre recul. C'est du tout ou rien, et surtout avec peu de volonté de comprendre pourquoi les choses sont ainsi avant de savoir si cela doit être modifié ou non.
Je suis profondément et théoriquement anti-sexisme, qu'il soit d'origine masculine ou féminine. Mais on ne pourra jamais aller contre la nature : Les hommes sont des mâles, Les femmes sont des femelles. Qu'on le veuille ou non notre âme est influencé par notre forme.
Au delà de la simple problématique d'identification, notre personnalité sera toujours une synergie entre notre forme (et donc son sexe) et notre âme.

Et je crois qu'une juste compréhension de cet état de fait est la meilleure solution pour l'équité.
Parce que sans compréhension, on ne peut sortir d'une identification primaire, qu'on l'adopte ou qu'on la combatte.
Le corps, le sexe est une chose, et c'est la partie de nous sans aucun doute la plus difficile à modifier tant les lois de la matière sont lourdes et puissantes.
Par contre l’âme qui habite le corps est la partie la plus libre et la plus susceptible d'être "travaillée".
Je ne dirais pas que le corps n'a pas d'importance car dès le moment où il est habité, il est un être. Mais le corps est temporaire là où l'âme est immortelle.
C'est cette dernière qui portera l'information ultime et qui supportera ce qu'on aura fait ou non de l'usage de nos vies.

Plus au sein de ce sujet, les femmes sont omniprésente dans l'histoire humaine.
Peut-être moins racontée, mais parce que l'essentiel de l'histoire a été raconté par des hommes.
L'histoire humaine est à l'image des hommes, une histoire racontée par ceux qui sont sur le devant de la scène pour séduire leur auditoire... scène majoritairement masculine et auditoire majoritairement féminin.
En cela rien de très différent du mâle mammifère menaçant les mâles rivaux et tentant de séduire les femelles.

Puisque tu as pris Athéna comme représentation de ce sujet, il est intéressant d'observer que tu as pris la plus masculine des femmes.
La rivale de Mars symbole de virilité.
De toutes les femmes du panthéon greco-romain, aucune n'est plus singulière que cette dernière.
Elle n'est pas née de femme, mais de la tête de Zeus, et bien que ce dernier ait avalé sa mère, on considère qu'elle a un seul parent, son père Zeus.
Une seule et unique déesse dispute la masculinité à Athéna... Artémis ou Diane en romain, qui n'est autre que la Lune symbole emblématique de la féminité.
Artémis la fille vierge, sœur d'Apollon Phébus le séducteur, qui lui prendra comme symbole le soleil symbole de masculinité ambiguë, puisqu’à l'image de la langue française l'homme (le soleil) symbolise aussi l'humanité (la personnalité) et donc les femmes.

Mais revenons en a Athéna.
Elle fût une des 3 prétendante à la pomme d'or jetée par la déesse de la discorde Eris
La pomme d'or portant la phrase "a la plus belle"
Athéna, Aphrodite, Hera se proposèrent pour la recevoir, et ce fût au pauvre humain Paris de trancher
Athéna déesse de la guerre et de la sagesse
Héra déesse du foyer et de la fécondité
Aphrodite déesse de l'amour et du désir.
Ces 3 femmes représentent les plus importants archétypes féminin, hormis Artémis qui pourtant est reliée à la Lune. Mais Artémis représente cette dualité féminine qui ne peut être sensible au jugement des hommes (mâles) et donc qui ne peut se prévaloir de la beauté.
Car la beauté dont on parle ici et celle d'un regard d'homme.
Si Artémis y est insensible, ce n'est pas le cas des 3 autres.

Or le choix de l'homme Paris est assez parlant du regard des hommes sur les femmes.
Il choisi Aphrodite, l'amour et le désir pour être déesse de la beauté. Ce qui en dit long sur la femme fantasmée par l'homme.

Derrière ce choix il y a le non choix de Athéna (la femme sage, combattante, courageuse, à l'égal des hommes dans les "domaines d'hommes") et le non choix d'Héra (la femme maternelle, maîtresse du foyer "domaine des femmes")

Mais quel rapport avec les femmes dans l'histoire ?
C'est la que tout commence....

En récompense Aphrodite lui promettra l'amour de la plus belle femme (après elle) : Hélène... femme de Mélénas roi de Sparte.
Hélène de Troies
La suite vous la connaissez
Guerre de Troie
Fuite des dernier troyen et création de l'empire romain, et de toute la civilisation occidentale par effet domino.

La femme a toujours été au centre de l'histoire, même si elle n'en a que très rarement les éloges et l'épique des combats.

Loryan
Amalthée

Chien
Messages : 261
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Hakaan le Mar 6 Nov - 14:24

Faudrait déjà comprendre la question, c'est quoi "la place" de la femme ?
qui fait des caprices ? quand comment pourquoi etc

Dans l'histoire les femmes ont eu une place, et les hommes une autre,
et ça va sans dire que cette "place" apportait aussi tout un tas de privilèges, ce qui est régulièrement oublié,
juste pour prendre un exemple, un des pendants du discours féministe actuel est que les femmes ont des salaires moins élevés à travail égal,
mais on oublie de dire que toutes ces etudes sont biaisées car les femmes font aussi beaucoup plus de temps partiels et sont moins carriéristes,
donc autant elles ont des salaires plus faibles, mais elles ont aussi des postes plus facilement et une plus grande liberté,
et ensuite en considérant la nature du travail bien les métiers masculins sont souvent les plus pénibles et ceux ou on va trouver les plus grands écarts de salaire, mais les hommes ne se plaignent pas de cela,
le féminisme actuel tend souvent vers un espèce de bashing du masculin pour tout et rien qui arrive jusqu'au pouvoir aggloméré dans la vague du politiquement correct qui a même réussi à faire retirer le personnage d'Apu des Simpsons récemment,
et même si ces mouvements restent marginaux, bien le problème c'est que ce sont souvent les marginaux qui décident et les marginaux qu'on entend tout le temps
avatar
Hakaan
Admin

Rat
Messages : 1780
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : ¯\_(ツ)_/¯

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Invité le Mar 6 Nov - 15:05

@Hakaan a écrit:Faudrait déjà comprendre la question, c'est quoi "la place" de la femme ?
qui fait des caprices ? quand comment pourquoi etc

Dans l'histoire les femmes ont eu une place, et les hommes une autre,
et ça va sans dire que cette "place" apportait aussi tout un tas de privilèges, ce qui est régulièrement oublié,
juste pour prendre un exemple, un des pendants du discours féministe actuel est que les femmes ont des salaires moins élevés à travail égal,
mais on oublie de dire que toutes ces etudes sont biaisées car les femmes font aussi beaucoup plus de temps partiels et sont moins carriéristes,
donc autant elles ont des salaires plus faibles, mais elles ont aussi des postes plus facilement et une plus grande liberté,
et ensuite en considérant la nature du travail bien les métiers masculins sont souvent les plus pénibles et ceux ou on va trouver les plus grands écarts de salaire, mais les hommes ne se plaignent pas de cela,
le féminisme actuel tend souvent vers un espèce de bashing du masculin pour tout et rien qui arrive jusqu'au pouvoir aggloméré dans la vague du politiquement correct qui a même réussi à faire retirer le personnage d'Apu des Simpsons récemment,
et même si ces mouvements restent marginaux, bien le problème c'est que ce sont souvent les marginaux qui décident et les marginaux qu'on entend tout le temps

Shocked Et la place de la femme dans cette confusion ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Professeur X le Mar 6 Nov - 15:24

@Sofiane a écrit:Ce sujet est ouvert aussi bien aux hommes qu'aux femmes. Tes réflexions sont toujours les bienvenues Professeur X.

Hum , quant tu poses la question de savoir si " la Femme est toujours l'objet de nos caprice " cela s'adresse bien aux hommes ou alors il faut aussi comprendre que la femme est l'objet de ses caprices  , j'ai quant même du mal à saisir l'entée en matière de ce topic , qui à ce que j'ai compris a pour sujet la femme , tes explications sont toujours les bienvenues , love .
avatar
Professeur X
Umbriel

Chien
Messages : 1177
Date d'inscription : 12/05/2018

Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Invité le Mar 6 Nov - 15:38

Bin perso, si je dois me positionner en tant que femme, j’ai l’impression que l’on m’enlève la possibilité de m’exprimer totalement. scratch

C’est très limitatif, sauf si l’on parle sexualité


Dernière édition par XY le Mar 6 Nov - 15:44, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Arpège le Mar 6 Nov - 15:43

@Hakaan a écrit:
juste pour prendre un exemple, un des pendants du discours féministe actuel est que les femmes ont des salaires moins élevés à travail égal,
mais on oublie de dire que toutes ces etudes sont biaisées car les femmes font aussi beaucoup plus de temps partiels et sont moins carriéristes,
donc autant elles ont des salaires plus faibles, mais elles ont aussi des postes plus facilement et une plus grande liberté

Pas vraiment, les calculs qui tiennent compte des temps partiels montrent qu'à travail égal, les femmes sont, selon les sources, payées entre 8,5 à 10 % en moyenne en moins que les hommes et que plus les salaires sont élevés, plus l'écart est marqué. C'est un fait avéré. De plus, il est constaté une discrimination pour obtenir un travail du fait qu'elles sont susceptibles de s'arrêter pour avoir un enfant.

Il y a de nombreux articles à ce sujet :
https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/09/22/salaires-les-ecarts-hommes-femmes-se-reduisent-sauf-pour-les-hauts-revenus_4767045_4355770.


D'autre part, le fait que les femmes sont moins carriéristes me semble être davantage un constat sur leur place dans la société. Il en est de même pour le choix des études.

Alors oui, les temps partiels permettent aux femmes d'assumer "leur rôle" à la maison et auprès des enfants (estimés d'après l'étude que j'ai lue à 4h30 par jour), mais cela n'est-il pas le témoin encore une fois de la place accordée à chacun? Il serait fort intéressant de se pencher sur ce "rôle" d'ailleurs...

Pour finir...une petite référence historique, que je trouve tout de même très représentative de la place de la femme en France... concerne le droit de vote, accordé aux femmes en 1948... assez à la traine par rapport au reste du monde et à l'Europe... 1901 pour la Nouvelle Zélande, 1913 pour la Norvège, 1918 pour beaucoup de pays... dont le RU, le Canada (à l'exception de Québec)...
Pour ceux qui sont curieux la liste est ci-dessous;
https://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_de_vote_des_femmes
avatar
Arpège
Phoebe

Cheval
Messages : 373
Date d'inscription : 04/07/2018

Localisation : quelque part

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Invité le Mar 6 Nov - 15:58

Mouais bon, ça c’est l’idée qu’on se fait de la femme. Mais encore ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Totem le Mar 6 Nov - 16:02

Depuis que l'être humain foule le pied sur cette terre, il y a un place que la femme à toujours eu, c'est celle  de rester à s'occuper du pays ou de la tribu selon le contexte, avec les vieux et les enfants  quand les hommes s'en vont guerroyer à droit et à gauche et puis s'ils perdent la guerre, elles sont la première cible des vainqueurs.....On n'a jamais vu le contraire....sauf peut être dans les très rares sociétés de femmes matriarcale.
avatar
Totem
Makemake

Chèvre
Messages : 1741
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Invité le Mar 6 Nov - 16:07

Est ce la place de la femme ou celle qu’on lui a donné ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Hakaan le Mar 6 Nov - 16:37

@Arpège a écrit:
Pas vraiment, les calculs qui tiennent compte des temps partiels montrent qu'à travail égal, les femmes sont, selon les sources, payées entre 8,5 à 10 % en moyenne en moins que les hommes et que plus les salaires sont élevés, plus l'écart est marqué. C'est un fait avéré. De plus, il est constaté une discrimination pour obtenir un travail du fait qu'elles sont susceptibles de s'arrêter pour avoir un enfant. Il y a de nombreux articles à ce sujet :
https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/09/22/salaires-les-ecarts-hommes-femmes-se-reduisent-sauf-pour-les-hauts-revenus_4767045_4355770.
J'ai pas vu ou les "calculs" tenaient compte de  cette variable parasite
@Arpège a écrit:C'est un fait avéré. De plus, il est constaté une discrimination pour obtenir un travail du fait qu'elles sont susceptibles de s'arrêter pour avoir un enfant.
Ben oui mais ça c'est la même pour tout le monde, quand un employeur lit ton CV et voit que tu es pas stable il te disqualifies que tu sois un homme ou une femme peu importe,
la maternité est une variable corrélée au genre mais cela ne veut pas dire que c'est le genre directement qui est en cause, c'est bien la corrélation avec l'absentéisme, maintenant on pourrait bien résorber cela, mais il faudrait alors accepter l'idée que c'est un privilège fait aux femmes par rapport aux hommes qui eux n'ont pas droit à cet absentéisme


@Arpège a écrit:D'autre part, le fait que les femmes sont moins carriéristes me semble être davantage un constat sur leur place dans la société. Il en est de même pour le choix des études.
Oui c'est un constat évidemment, tout comme le fait que les hommes vont en ingénierie et les femmes en psycho alors que personne ne les empêche à faire l'inverse, mais je comprend pas ou est le problème la dedans


@Arpège a écrit:Alors oui, les temps partiels permettent aux femmes d'assumer "leur rôle" à la maison et auprès des enfants (estimés d'après l'étude que j'ai lue à 4h30 par jour), mais cela n'est-il pas le témoin encore une fois de la place accordée à chacun? Il serait fort intéressant de se pencher sur ce "rôle" d'ailleurs...
non je pense pas, ce partage des rôles est le même chez tout les mammifères et c'est logique que les hommes soient plus attirés par la technique car c'est eux qui vont devoir assumer le fait de ramener des calories pendant que les femmes sont plus attirés par des contextes sociaux de bien être etc pour veiller sur les individus


Pour finir...une petite référence historique, que je trouve tout de même très représentative de la place de la femme en France... concerne le droit de vote, accordé aux femmes en 1948... assez à la traine par rapport au reste du monde et à l'Europe... 1901 pour la Nouvelle Zélande, 1913 pour la Norvège, 1918 pour beaucoup de pays... dont le RU, le Canada (à l'exception de Québec)...
Pour ceux qui sont curieux la liste est ci-dessous;
https://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_de_vote_des_femmes
Oui alors par rapport à ça j'ai eu l'occasion d'en parler avec quelqu'un un peu au fait de l'histoire, et à priori le fait que les femmes n'avaient originellement pas le droit de vote tient du fait que cela concernait très souvent la guerre, que les femmes ne faisaient pas justement, et juste comme ça, les militaires n'avaient pas non plus le droit de vote , chose dont personne ne parle jamais


Dernière édition par Hakaan le Mar 6 Nov - 16:41, édité 1 fois
avatar
Hakaan
Admin

Rat
Messages : 1780
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : ¯\_(ツ)_/¯

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Invité le Mar 6 Nov - 16:41

« les militaires n'avaient pas non plus le droit de vote »

Razz

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Arpège le Mar 6 Nov - 17:43

@Hakaan a écrit:
@Arpège a écrit:
Pas vraiment, les calculs qui tiennent compte des temps partiels montrent qu'à travail égal, les femmes sont, selon les sources, payées entre 8,5 à 10 % en moyenne en moins que les hommes et que plus les salaires sont élevés, plus l'écart est marqué. C'est un fait avéré. De plus, il est constaté une discrimination pour obtenir un travail du fait qu'elles sont susceptibles de s'arrêter pour avoir un enfant. Il y a de nombreux articles à ce sujet :
https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/09/22/salaires-les-ecarts-hommes-femmes-se-reduisent-sauf-pour-les-hauts-revenus_4767045_4355770.
J'ai pas vu ou les "calculs" tenaient compte de  cette variable parasite
@Arpège a écrit:C'est un fait avéré. De plus, il est constaté une discrimination pour obtenir un travail du fait qu'elles sont susceptibles de s'arrêter pour avoir un enfant.
Ben oui mais ça c'est la même pour tout le monde, quand un employeur lit ton CV et voit que tu es pas stable il te disqualifies que tu sois un homme ou une femme peu importe,
la maternité est une variable corrélée au genre mais cela ne veut pas dire que c'est le genre directement qui est en cause, c'est bien la corrélation avec l'absentéisme, maintenant on pourrait bien résorber cela, mais il faudrait alors accepter l'idée que c'est un privilège fait aux femmes par rapport aux hommes qui eux n'ont pas droit à cet absentéisme


La page que j'ai mis en lien une heure auparavant n'est plus disponible...

Je ne discute pas des contraintes des entreprises, j'en fais seulement le constat. Je ne suis pas une défenseure acharnée de l'égalité homme femme en règle générale, je pense au contraire qu'il y a une complémentarité qui n'est pas plus respectée que l'égalité sociale, mais je répondais au fait qu'à mon avis, tes arguments justifient que les hommes et les femmes n'occupent pas nécessairement les mêmes postes mais pas un écart de salaire à travail égal entre les hommes et les femmes  car en croisant plusieurs sources, l'écart de 8,5 à 10% semble réel, et je ne trouve pas cela juste, bien qu'il soit loin des chiffres qui eux ne tiennent pas compte des critères que tu as énoncés auparavant.



@Arpège a écrit:Alors oui, les temps partiels permettent aux femmes d'assumer "leur rôle" à la maison et auprès des enfants (estimés d'après l'étude que j'ai lue à 4h30 par jour), mais cela n'est-il pas le témoin encore une fois de la place accordée à chacun? Il serait fort intéressant de se pencher sur ce "rôle" d'ailleurs...
non je pense pas, ce partage des rôles est le même chez tout les mammifères et c'est logique que les hommes soient plus attirés par la technique car c'est eux qui vont devoir assumer le fait de ramener des calories pendant que les femmes sont plus attirés par des contextes sociaux de bien être etc pour veiller sur les individus
Il me semble que cela tient davantage au conditionnement qu'à la logique... ce qui ne signifie pas pour autant que les femmes doive faire les mêmes métiers que les hommes, mais qu'ils leur soient accessibles.
Tous les mammifères n'ont pas le même comportement. On peut noter un fort investissement parental de la part des mâles chez les primates qui s'occupent même des jeunes dont ils ne sont pas les géniteurs, ou des lionnes qui chassent...
Cela dit, tu as raison, ce sont toujours les femelles qui allaitent. Smile


Pour finir...une petite référence historique, que je trouve tout de même très représentative de la place de la femme en France... concerne le droit de vote, accordé aux femmes en 1948... assez à la traine par rapport au reste du monde et à l'Europe... 1901 pour la Nouvelle Zélande, 1913 pour la Norvège, 1918 pour beaucoup de pays... dont le RU, le Canada (à l'exception de Québec)...
Pour ceux qui sont curieux la liste est ci-dessous;
https://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_de_vote_des_femmes
Oui alors par rapport à ça j'ai eu l'occasion d'en parler avec quelqu'un un peu au fait de l'histoire, et à priori le fait que les femmes n'avaient originellement pas le droit de vote tient du fait que cela concernait très souvent la guerre, que les femmes ne faisaient pas justement, et juste comme ça, les militaires n'avaient pas non plus le droit de vote , chose dont personne ne parle jamais
Ben, "faire la guerre"... ce n'est pas seulement prendre les armes et tirer sur l'ennemi...il me semble que celles qui restent à l'arrière, qui s'occupent du travail dans les champs, de faire tourner le pays, de fabriquer des armes et des balles dans les usines puisqu'il n'y a presque plus d'hommes, participent à la guerre elles aussi tout comme celles qui se portaient volontaires et qui soignaient les blessés au front.

Et le fait que les militaires (l'armée était jusque là appelée la grande muette) aient obtenu le droit de vote un an après les femmes pour éviter les prises de position politique est un autre problème que celui d'accorder aux femmes le droit de donner leur avis ...


Dernière édition par Arpège le Mer 7 Nov - 0:29, édité 2 fois (Raison : reprise de tournure de phrases ... un peu péremtoires.)
avatar
Arpège
Phoebe

Cheval
Messages : 373
Date d'inscription : 04/07/2018

Localisation : quelque part

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Invité le Mar 6 Nov - 18:22

Le droit de vote ne devrait aller qu’aux femmes et l'interprétation des votes qu’aux hommes. Je trouve ça équitable Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Loryan le Mer 7 Nov - 0:52

@Arpège a écrit:...Je ne suis pas une défenseure acharnée de l'égalité homme femme en règle générale...

Toute l'ironie de ce sujet tient dans le mot que tu as utilisé
Défenseure qui est un mot inexistant, inutile et entretenant la confusion en français.

Inexistant parce qu'il a été inventé dans la féminisation des mots en -eur pour faire plaisir la mode féministe, essentiellement au Quebec.
Inutile parce que le mot défenderesse, qui lui est juste existait déjà
Confus parce qu'entre une défenseur, défenseure, défenseuse (qui existait avant défenseure) et défenderesse ça commence à faire beaucoup de mots pour dire la même chose.
Mais probablement qu'à l'oreille il est plus acceptable d'entendre un seul son "eur eure eurs eures eur(e) eurs(es) eur(e)s", ce qui signifie que la langue devient encore plus complexe et imprécises (alors que la majorité de la population n'en maîtrise déjà pas les bases).

Puisque nous sommes dans les femmes et l'histoire, pourquoi refuser que l'histoire de la langue française est sexuée ?
Je ne sais plus qui disait que le masculin en français fait office de neutre.
La fameuse loi du "le masculin l'emporte sur le féminin" n'est en fait qu'une loi qui dit "en cas de doute sexué on utilise le neutre donc le masculin"
Ce qu'on nomme le féminin en français est en fait semble-t-il déjà une adaptation de la langue faisant place aux femmes. Car ce qui a été différencié c'est bien la femme, et par la suite le masculin s'est accommodé ou calqué en grande partie sur le neutre restant.

Oh bien sur il existe nombre de féminins particulièrement péjoratif au regard du même au masculin, mais cela ne provient en général pas de la langue mais de l'usage d'à priori essentiellement la force et le sexe.
Mais il est vrai qu'un homme faible à du soucis à se faire en société au regard des siens... mais aussi des femmes.
Quant au sexe on en revient toujours à l'utérus... et à la religion.... disons que lorsqu'une femme à "pêché" sexuellement ça peut se voir bien plus facilement que chez un homme... moins depuis l'ère des tests génétiques.. en fait c'est juste une question d'hypocrisie... ça se voit ou ça se voit pas..
En cela je rebondirai sur ce qu'à dit @Hakaan sur la discrimination au travail. Ce n'est pas une question de genre à proprement parlé mais bien de "fiabilité".
Or un ou une salarié (et en français normal on ne met pas de é(e), à moins de vouloir alourdir) qui apparaît comme pas fiable est automatiquement discriminé. Et c'est là qu'apparaissent les à priori de masse que sont le risque d'absence maternité des femmes mais aussi leur moindre force physique, discrimination très largement portée par les femmes elle même à l'embauche, il est important de souligner que ce n'est pas l'apanage des hommes.. parfois elles sont même pires.
D'ailleurs il est amusant de voir que nos mères se sont battues avec courage pour pouvoir travailler et ce jusqu'à loin dans la grossesse.... aujourd'hui la tendance est inverse le nombre de femmes arrêtées dans les premiers mois à la moindre nausée mais sans complications graves est en pleine expansion... principe de précaution...les employeurs(euses) doivent être encore plus rassurés. (Ps: je tiens les discussions les plus indignées de femmes et non d'hommes).
Donc on trouvera logiquement moins de femmes sapeur pompier que d'hommes (à moins qu'il faille oser une sapeure pompière)
- le nombre de femmes de force physique suffisante est beaucoup plus restreint que chez les hommes
- qui enverrai une femme enceinte risquer sa vie ? (notez la 2ème ironie, la vie d'un homme à moins de valeur, il peut prendre le risque de se faire tuer)

Donc que faut-il faire ? continuer cette hypocrisie à trouver un sexisme de mauvaise foi juste par victimisation ? (au passage la majorité des victimes tuées de l'histoire humaine sont vraisemblablement des hommes, ... bon il est vrai qu'ils sont aussi majoritairement bourreaux).

Changer la langue ne changera pas les à priori ni les inégalités pour la simple raison que la langue reviendra à l'usage.
Le féminin de gars est garce, et on entend bien la différence de considération entre les 2.

D'ailleurs que fera-t-on des mots comme "être" et "personne" qui sont neutres ?
une être et un personne ?

Il faut justement revenir à l'histoire, car si il y a une chose que l'on sait avec certitude, c'est que les femmes existent depuis aussi longtemps que les hommes.
On sait aussi que tous les hommes on débuté leur vie au sein d'une femme, et si il y a bien une femme qui soit sacrée pour un homme c'est avant tout sa mère.

Loryan
Amalthée

Chien
Messages : 261
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Arpège le Mer 7 Nov - 1:07

Coucou Loryan,
En fait, j'avais écris défenseuse.... c'est le correcteur orthographique qui a modifié le mot... jusque là ...hein !!! Smile
avatar
Arpège
Phoebe

Cheval
Messages : 373
Date d'inscription : 04/07/2018

Localisation : quelque part

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Totem le Mer 7 Nov - 1:13

@Loryan a écrit:
On sait aussi que tous les hommes on débuté leur vie au sein d'une femme, et si il y a bien une femme qui soit sacrée pour un homme c'est avant tout sa mère.

Effectivement c'est pour cela que nombre de belle-mères en profitent pour être envahissantes... Razz
avatar
Totem
Makemake

Chèvre
Messages : 1741
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Femme dans l'Histoire.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum