Jugement de l’autre et jugement de soi.

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Kolam le Lun 27 Aoû - 18:28

Rappel du premier message :

Jugement de l’autre et jugement de soi: le philosophe face aux critiques (Epictète)
Maël Goarzin


Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Eapict10

"Ne rougis pas de ce qui vient de l’opinion, de même, ne te soustrais pas à ce qui vient de la vérité."
Epictète, Sentences, XIV (6)


Nous sommes souvent confrontés, d’une manière ou d’une autre, au jugement de l’autre, que celui-ci soit juste ou non. A partir de cette sentence d’Epictète, on peut voir se dessiner une attitude ambivalente vis-à-vis des jugements que l’autre porte sur nous.
D’où cette question, à laquelle j’aimerais répondre ici d’un point de vue stoïcien: que faire du jugement que les autres portent sur nous ? Comment réagir face aux critiques et face aux louanges ? Et quel impact le jugement de l’autre peut-il avoir sur nous ?



-Le philosophe face au jugement de l’autre:

L’ataraxie est le but premier de la philosophie stoïcienne, le bonheur stoïcien étant défini, précisément, par l’absence de trouble. Or, les jugements que les autres portent sur moi sont une source constante de troubles. Que ce soit au travail, ou à la maison, en privé comme en public, un certain nombre de décisions et de propos sont susceptibles, au quotidien, de susciter la louange ou la critique de celles et ceux qui m’entourent. Si la louange ne pose généralement pas de problème particulier (au contraire !), la critique est parfois difficile à avaler, en particulier lorsqu’elle n’est pas justifiée, mais aussi lorsqu’elle l’est.
Il y a donc un travail nécessaire à effectuer sur le jugement que les autres portent sur moi, afin de ne plus être troublé, et d’appréhender ce jugement de l’autre de manière rationnelle, ce que proposent les stoïciens, et en particulier Epictète.

Tout d’abord, il est important de comprendre, pour Epictète, que le jugement de l’autre fait partie des choses qui ne dépendent pas de moi:


"Parmi les choses qui existent, les unes dépendent de nous, les autres ne dépendent pas de nous. Dépendent de nous: jugement de valeur, impulsion à agir, désir, aversion, en un mot tout ce qui est notre affaire à nous. Ne dépendent pas de nous, le corps, nos possessions, les opinions que les autres ont de nous, les magistratures, en un mot, tout ce qui n’est pas notre affaire à nous." (Arrien, Manuel d’Epictète, 1,1)

Le jugement que les autres portent sur nous étant quelque chose qui ne dépend pas de nous, il est nécessaire de s’en détacher, pour rester libre et non esclave, comme le rappellent ces deux citations du Manuel:

"Le maître de chaque homme, c’est celui qui a pouvoir sur les choses que cet homme veut, ou bien ne veut pas, soit pour les lui procurer soit pour les lui enlever. Quiconque veut être libre ne doit ni vouloir ni refuser quoi que ce soit des choses qui dépendent des autres. Sinon, il est nécessaire qu’il soit esclave." (Arrien, Manuel d’Epictète, 14, 2)

"Si quelqu’un livrait ton corps au premier venu, tu serais indigné; mais, que tu livres ta disposition intérieure au premier venu, en sorte que, s’il t’injurie, celle-ci soit plongée dans le trouble et la confusion, tu n’éprouves pas de honte à cause de cela ?" (Arrien, Manuel d’Epictète, 28)


Parce que le jugement de l’autre ne dépend pas de nous, et parce qu’il est important, pour les stoïciens, de préserver notre liberté intérieure, il ne faut pas rechercher la louange des autres, ni leur approbation, car car cela nous rendrait esclave de leur jugement, jugement que l’on ne peut pas contrôler.

Ce qui compte, dès lors, pour le philosophe stoïcien, ce n’est pas le paraître, mais ce qu’il est vraiment. Mène-t-il une vie vertueuse ? C’est de son choix de vie que le philosophe doit se soucier, et non du regard de l’autre sur lui:


"Si un jour il t’arrive de te tourner vers l’extérieur, en voulant plaire à quelqu’un, sache que tu as abandonné la règle de vie que tu as choisie. Contente-toi donc en toute circonstance d’être philosophe, mais si tu veux en outre le paraître, c’est à toi qu’il faut le paraître et cela suffit." (Arrien, Manuel d’Epictète, 23)

"Garde-toi de l’ostentation ou de la vantardise. Révèle la mission qui t’a été confiée par Zeus, par tes actes, et, même si personne ne le remarque, qu’il te suffise d’être toi-même en bonne santé morale et heureux." (Epictète, Entretiens, III, 24, 118)

"Un homme de bien n’agit jamais pour paraître, mais pour avoir bien agi." (Epictète, Entretiens, III, 24, 50)

"De même que le soleil n’attend pas les prières et les incantations pour poindre à l’horizon, mais brille immédiatement et est salué par tous, toi non plus n’attends pas d’être acclamé, applaudi et loué pour bien agir, mais rends volontairement service et, comme lui, tu seras aimé." (Epictète, Sentences, LXXVII (67))

"Si tu veux qu’on parle bien de toi, apprends à bien parler. Et l’ayant fait, cherche à bien agir, et ainsi tu bénéficieras du fait que l’on parle bien de toi." (Epictète, Sentences, XV (7))


Ces différentes citations confirment la position d’Epictète: le philosophe doit se concentrer sur son action, tâcher de bien agir, et non chercher à plaire. Seule cette attitude lui permettra d’échapper aux troubles suscités par le jugement d’autrui.



-Le philosophe face aux critiques injustifiées:

Il semble, néanmoins, à bien lire la sentence d’Epictète citée au début de ce billet, que l’attitude du philosophe ne sera pas la même selon la véracité du jugement porté sur lui. Tel jugement vient de l’opinion, et n’est pas justifiée? Il ne faut pas en tenir compte. Tel jugement est vrai ? Il ne faut pas l’éviter, mais le prendre en compte et agir en conséquence. Ce n’est pas la personne qui juge mais la nature du jugement (de l’ordre de l’opinion, ou, au contraire, de l’ordre de la vérité) qui détermine la manière de réagir du philosophe. Qu’en est-il face aux critiques, pour commencer ?

Face aux critiques injustifiées, le philosophe stoïcien doit apprendre dans un premier temps à supporter la critique et le regard négatif de l’autre sur lui, comme le confirment ces deux passages du Manuel d’Epictète:


"Si tu veux progresser, supporte de paraître un insensé et un sot, pour ce qui est des choses extérieures." (Arrien, Manuel d’Epictète, 13)

"Si tu désires être philosophe, prépare-toi tout de suite à ce que l’on rie de toi, à ce que la foule se moque de toi, à ce que l’on dise: "Le voilà qui nous est revenu subitement philosophe !" "D’où nous a-t-il ramené ce sourcil arrogant ?"" (Arrien, Manuel d’Epictète, 22)


De même, l’homme politique, lorsqu’il agit de manière juste, ne doit pas tenir compte de la clameur de la foule, comme le rappelle Epictète dans les deux sentences suivantes:

"Comme l’oie ne craint pas les cris stridents ni le mouton les bêlements, ne t’effraye pas de la lame d’une foule insensée." (Epictète, Sentences, LXXII (64))

"De même que la foule ne doit pas t’embarrasser quand elle te demande confusément ce qui t’appartient en propre, tu ne dois pas être troublé face à une multitude qui t’embarrasse injustement." (Epictète, Sentences, LXXIII (65))


L’indifférence, on le voit, est donc la réaction appropriée, selon Epictète, face aux critiques de l’insensé, de celui qui, en se contentant de juger le paraître, ne voit pas le bien vers lequel le philosophe dirige son choix de vie.

Pour aider le progressant à ne pas être troublé par les critiques injustifiées des autres, Epictète rappelle la distinction entre la chose et le jugement qu’il porte sur cette chose. En l’occurrence, ce qui trouble le philosophe progressant, ce ne sont pas les jugements que les autres portent sur lui, mais le jugement qu’il porte sur ce jugement de l’autre:


"Souviens-toi que ce qui t’outrage, ce n’est ni celui qui t’injurie ni celui qui te frappe, mais ton jugement qui te fait penser que ces gens t’outragent. Donc quand quelqu’un t’irrite, sache que c’est ton jugement de valeur qui t’irrite." (Arrien, Manuel d’Epictète, 20)

Aucune émotion négative ne doit donc venir troubler le philosophe qui se trouve confronté aux critiques, dès lors que son action est juste et que le jugement porté sur lui est erroné. Surtout, la critique de l’autre ne doit pas l’empêcher de bien faire, ce sur quoi insiste Epictète à plusieurs reprises dans le Manuel, reconnaissant ainsi les difficultés du progressant face à la critique récurrente à son égard, et la tentation de ne pas montrer ce qui pourrait attiser la critique de l’autre:

"Quand tu fais quelque action après avoir pris la décision de la faire, ne cherche pas à éviter d’être vu en train de la faire, même si la foule devait en juger autrement." (Arrien, Manuel d’Epictète, 35)



-Le philosophe face aux critiques justifiées:

Nous avons vu quelle devait être la réaction du philosophe face aux critiques injustifiées, ce sur quoi insiste particulièrement Epictète dans ses différents textes.
Mais qu’en est-il du jugement correct de l’autre sur moi ? Comment doit réagir le philosophe ? Faut-il, comme on pourrait le penser dans un premier temps, rester indifférent, puisque l’opinion de l’autre ne dépend pas de moi ? Ou bien faut-il, au contraire, profiter de cette critique pour essayer de s’améliorer, mieux se connaître soi-même, prendre conscience de ses défauts et y remédier ?


"Si quelqu’un t’annonce qu’un tel a dit du mal de toi, ne réfute pas ce que l’on a dit, mais réponds: "C’est certainement qu’il ignorait les autres vices qui sont en moi, car autrement il n’aurait pas parlé uniquement de ceux-là."" (Arrien, Manuel d’Epictète, 33,9)

Ici, Epictète suggère non seulement de ne pas être troublé par les critiques des autres, mais de ne pas les réfuter, soit parce qu’elles sont vraies, soit parce qu’elles sont même en-deça de la vérité. Le travail sur soi que doit faire le philosophe stoïcien face au jugement correct de l’autre n’est pas précisé ici, et comme je viens de le rappeler, Epictète se concentre davantage sur les critiques injustifiées qui visent le philosophe. La citation de départ, néanmoins, suggère très fortement l’attitude du philosophe face aux jugements négatifs justifiés:

"Ne rougis pas de ce qui vient de l’opinion, de même, ne te soustrais pas à ce qui vient de la vérité." (Epictète, Sentences, XIV (6))

Si aucune honte, aucun trouble ne doit résulter d’une simple opinion, comme on l’a vu, le philosophe ne doit pas par contre se soustraire à la critique lorsque celle-ci est justifiée. Plus encore, le philosophe doit saisir cette opportunité pour mieux prendre conscience de ses vices, de ce qu’il doit réformer en lui pour devenir meilleur. Si la critique est juste, si le jugement de l’autre sur moi est vrai, je dois l’accepter, ne pas fuir ce jugement, et remettre en question mon attitude, faisant ainsi le lien entre jugement de l’autre et jugement de soi.
Ce que confirme Marc Aurèle dans les Pensées:


"Si l’on peut me convaincre et me montrer que je juge ou que j’agis à tort, je serai content de changer; car je cherche la vérité, qui ne peut être un dommage pour personne; or celui qui persiste dans son erreur ou son ignorance subit un dommage" (Marc-Aurèle, Pensées, VI, 21)



-Du jugement de l’autre au jugement de soi:

Le jugement de l’autre, lorsqu’il est justifié, doit donc conduire le philosophe à un exercice d’introspection. Du jugement de l’autre au jugement de soi, il n’y a qu’un pas, qu’Epictète n’hésite pas à franchir, en particulier lorsqu’il déconseille au philosophe progressant de juger l’autre:


"Ne prononce pas de sentence dans un autre tribunal que le tien, avant de t’être justement évalué." (Epictète, Sentences, LVIII (50))

Avant de juger qui que ce soit, il faut d’abord et avant tout se juger soi-même, et déterminer ainsi ce qui, dans notre vie, doit être réformé ou non. Devenir son propre juge: voilà ce à quoi Epictète nous invite ici.
Il s’agit de passer du jugement de l’autre au jugement de soi, de se questionner soi-même, de prendre le temps de se regarder en face et de se poser la question: qui suis-je ? Quelles sont mes qualités, mes défauts ? Et comment puis-je changer ?

Le jugement de soi par soi, s’il n’est pas une tâche aisée, pourrait paraître le meilleur moyen de se connaître soi-même, et le jugement de l’autre, en ce sens, n’être que le point de départ d’un jugement de soi plus approfondi.
Mais il n’est pas aisé de se juger soi-même en vérité, et le jugement de l’autre pourrait bien, chez les stoïciens comme dans la majorité des écoles philosophiques de l’Antiquité, être un élément essentiel, un passage obligé de la connaissance de soi.
C’est pourquoi la figure du maître, ou du directeur de conscience, est si importante, à l’image de Socrate guidant Alcibiade. Le progressant, pour Epictète, a besoin du jugement du maître, de la même manière que Lucilius a besoin des lettres de Sénèque et de son jugement sur lui pour progresser dans le mode de vie philosophique. Le jugement que l’autre, en tant que maître, porte sur moi a donc un rôle important dans mon progrès spirituel vers une vie meilleure, comme le rappelle ce fragment des Entretiens:


"Quand Agrippinus était gouverneur, il tentait de persuader ceux qu’il avait condamnés qu’il fallait qu’ils le soient. "Car", disait-il, "ce n’est pas comme un ennemi ni comme un brigand que je rends mon jugement contre eux, mais comme un curateur et un protecteur, de même que le médecin réconforte le patient qu’il opère et le persuade de se livrer de lui-même à l’opération"." (Epictète, Fragments, XXII)

On voit bien ici, avec la métaphore médicale, que le jugement de l’autre peut avoir une fonction thérapeutique, et aider le philosophe progressant à se connaître lui-même, connaître ses vices ou ses défauts, et se corriger lui-même. L’autre, dans ce cadre, peut avoir un rôle crucial dans la transformation de soi que demandent l’activité philosophique et la conversion au mode de vie philosophique.
Le jugement de l’autre, loin d’y rester indifférent, le progressant doit donc en tenir compte dès lors que celui-ci est vrai. Qu’il vienne du maître ou de la foule, le jugement de l’autre peut et doit être l’occasion, pour le progressant, de prendre conscience de ses vices et de se réformer.


https://biospraktikos.hypotheses.org/2600


Dernière édition par Kolam le Jeu 22 Aoû - 12:27, édité 3 fois
Kolam
Kolam
Modératrice

Buffle
Messages : 2387
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas


Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Pommard le Lun 19 Aoû - 19:56

Mélanie5 a écrit:Le jugement est...
Ça.

Pommard
Mithra

Messages : 43
Date d'inscription : 11/06/2019


Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Mimy le Lun 19 Aoû - 23:47

Je me fais parfois des petits cures, comme 24h 0 jugement.  Bon, je n'ai jamais fini ma journée à ce taux là..
Mais c'est incroyable le temps qu'on se dégage pour vivre tout simplement.

Je me dis ces jours là..un juge qui décide de ne pas juger les autres juges,  c'est déjà un juge de moins dans le monde. Mais le " petit tiran " aime trop sa fonction pour jouir vraiment des vacances trop prolongés.  

Ça doit être un programme intégré à notre disque dur ..

Mimy
Protée

Messages : 638
Date d'inscription : 17/05/2018


Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Cogitop le Mar 20 Aoû - 8:24

P
@Pommard a écrit:
Mélanie5 a écrit:Le jugement est...

Ça.

Si je plussoie, je juge.

Et si je ne plussoie pas, je juge aussi.


Suis-je obligé d’user de mon jugement ?
Même inconsciemment ?
Que je m’exprime ou pas ?

Une philologie sans fin ?

scratch
Cogitop
Cogitop
Dioné

Chien
Messages : 1090
Date d'inscription : 22/08/2018

Localisation : Broceliande
Emploi/loisirs : Chamane médecin
Humeur : En miroir

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Melon et bottes de cuir le Mar 20 Aoû - 8:30

Nous jugeons constamment, sinon comment distinguerions-nous le bon du moins bon ?
Melon et bottes de cuir
Melon et bottes de cuir
Eris

Rat
Messages : 2043
Date d'inscription : 16/05/2019

Localisation : Alpes suisses
Emploi/loisirs : La boxe, la lecture,
Humeur : Fluctuante, douce, cynique et mélancolique

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Melon et bottes de cuir le Mar 20 Aoû - 8:33

@Mimy a écrit:Je me fais parfois des petits cures, comme 24h 0 jugement.  Bon, je n'ai jamais fini ma journée à ce taux là..
Mais c'est incroyable le temps qu'on se dégage pour vivre tout simplement.

Je me dis ces jours là..un juge qui décide de ne pas juger les autres juges,  c'est déjà un juge de moins dans le monde. Mais le " petit tiran " aime trop sa fonction pour jouir vraiment des vacances trop prolongés.  

Ça doit être un programme intégré à notre disque dur ..

Pourquoi voir le jugement sous sa forme péjorative ? Médire, ne serait-ce pas plus adéquat ?
Melon et bottes de cuir
Melon et bottes de cuir
Eris

Rat
Messages : 2043
Date d'inscription : 16/05/2019

Localisation : Alpes suisses
Emploi/loisirs : La boxe, la lecture,
Humeur : Fluctuante, douce, cynique et mélancolique

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Cogitop le Mar 20 Aoû - 8:35

@Melon et bottes de cuir a écrit:Nous jugeons constamment, sinon comment distinguerions-nous le bon du moins bon ?

Le jugement est permanent.
Mais ses critères le sont ils ?

scratch
Cogitop
Cogitop
Dioné

Chien
Messages : 1090
Date d'inscription : 22/08/2018

Localisation : Broceliande
Emploi/loisirs : Chamane médecin
Humeur : En miroir

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par lan'N'noir le Mar 20 Aoû - 9:10

Le jugement n'est rien d'autre que le couperet qui affirme le refus de comprendre plus avant.

lan'N'noir
Amalthée

Dragon
Messages : 285
Date d'inscription : 01/07/2019

Localisation : Limoges

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Melon et bottes de cuir le Mar 20 Aoû - 9:24

@Cogitop a écrit:
@Melon et bottes de cuir a écrit:Nous jugeons constamment, sinon comment distinguerions-nous le bon du moins bon ?

Le jugement est permanent.
Mais ses critères le sont ils ?

scratch

A mon avis non. Les situations changent, l'observateur également.
Melon et bottes de cuir
Melon et bottes de cuir
Eris

Rat
Messages : 2043
Date d'inscription : 16/05/2019

Localisation : Alpes suisses
Emploi/loisirs : La boxe, la lecture,
Humeur : Fluctuante, douce, cynique et mélancolique

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Le manège enchanté le Mar 20 Aoû - 9:57

Mélanie5 a écrit:
@Le manège enchanté a écrit:"Comme tous les outils tranchants (voir charrue, hache ) le ciseau figure le principe cosmique actif (mâle), pénétrant, modifiant le principe passif (femelle). Ainsi le ciseau du sculpteur modifie-t-il la pierre. Ce symbolisme a été utilisé dans les initiations de métier et sa trace subsiste dans la Maçonnerie. Le ciseau est l’éclair, agent de la Volonté céleste pénétrant la matière ; il est le rayon intellectuel pénétrant l’individualité. Il est la force qui tranche, découpe, sépare, distingue, première opération de l’esprit, qui ne juge qu’après avoir opposé."

Quand tu parles de tranchant, c'est l'action de diviser en deux?
Dans le bon sens du terme, pour séparer ivraie du bon grain comme on dit?
Ou dans le mauvais sens pour opposer, diviser et séparer?
Question

Qu'est-ce que tu décides ?
Le manège enchanté
Le manège enchanté
Mimas

Buffle
Messages : 477
Date d'inscription : 17/12/2018

Localisation : Entre Vénus et Mars

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Professeur X le Mar 20 Aoû - 11:23

Hum , " « Ne jugez pas, pour ne pas être jugés ;
de la manière dont vous jugez, vous serez jugés ; de la mesure dont vous mesurez, on vous mesurera.
Quoi ! tu regardes la paille dans l’œil de ton frère ; et la poutre qui est dans ton œil, tu ne la remarques pas ?
Ou encore : Comment vas-tu dire à ton frère : “Laisse-moi enlever la paille de ton œil”, alors qu’il y a une poutre dans ton œil à toi ?
Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère. » " , Matthieu 7 , 1-5 , love .
Professeur X
Professeur X
Titan

Chien
Messages : 3354
Date d'inscription : 12/05/2018

Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Mimy le Mar 20 Aoû - 20:40

@Melon et bottes de cuir a écrit:
@Mimy a écrit:Je me fais parfois des petits cures, comme 24h 0 jugement.  Bon, je n'ai jamais fini ma journée à ce taux là..
Mais c'est incroyable le temps qu'on se dégage pour vivre tout simplement.

Je me dis ces jours là..un juge qui décide de ne pas juger les autres juges,  c'est déjà un juge de moins dans le monde. Mais le " petit tiran " aime trop sa fonction pour jouir vraiment des vacances trop prolongés.  

Ça doit être un programme intégré à notre disque dur ..

Pourquoi voir le jugement sous sa forme péjorative ? Médire, ne serait-ce pas plus adéquat ?

Pas forcément..
Je prend le métro, quelqu'un me bouscule, l'autre bloque la porte..

Quand je suis en mode "non jugement " rien ne me touche, même pas la personne qui pourrait volontairement m'ecraser le pied. Ce ne sont tout justement pas mes affaires..car j'ai " les mains, le coeur et l'intellect libres.

Mais quand je suis en mode "juge " ..Tout est analysé..

Ah,
No mais,
Il, elle ne peut pas faire attention ?
Hum..celui-là ne se lave pas...

Tous ces petits jugements parasites..

Quand je me surprend, par fois j'eclate de rire.. no mais..comment osez vous être différents ?
Comment osez vous de vous comporter si mal vis-à-vis de moi, le nombril de l'univers ?

Puis , les choses se remettent à leurs place et le juge va dormir un petit bout.

Mimy
Mimy
Protée

Serpent
Messages : 638
Date d'inscription : 17/05/2018

Localisation : Ici et maintenant
Humeur : Vivante

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Le manège enchanté le Mer 21 Aoû - 12:30

@Mimy a écrit:Quand je suis en mode "non jugement "

Le mode non jugement est conscience de l'unité hétérogène entre l'axe (Mimy : "le nombril de l'univers") et l'orbe.

C'est quand au lieu de dire par exemple : "nous imaginons l'âme comme une chose inerte et nous ignorons totalement ce qu'elle fait, comment etc.", je dis "j'image l'âme comme une chose inerte et j'ignore totalement ce qu'elle fait, comment etc." (bien souvent)
Le manège enchanté
Le manège enchanté
Mimas

Buffle
Messages : 477
Date d'inscription : 17/12/2018

Localisation : Entre Vénus et Mars

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Azaël le Mer 21 Aoû - 13:24

Le jugement peut-être aussi de voir du jugement là où il n'y en avait pas forcément dans une sorte de projection de sa propre conscience.
Azaël
Azaël
Makemake

Rat
Messages : 1781
Date d'inscription : 31/03/2019

Localisation : Devant son écran

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par mikael le Mer 21 Aoû - 14:35

salut..je suis obligé pour me "juger" ,d'avoir un jugement sur les autres ..ils sont MON miroir ..a plus
mikael
mikael
Mimas

Chat
Messages : 480
Date d'inscription : 27/11/2018

Localisation : gironde

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Didus90 le Mer 21 Aoû - 21:14

Le cerveau automatiquement en quelques secondes va juger une personne qu'il ne connaît pas du tout, souvent ça devient une réalité...
Simplement faire appel à vos expériences passées :
Exemple : celui-ci je suis, sûr qu'il est comme si ou comme ça,...
Il est important de se poser des questions, car on sais tous par expérience que l'on peut se tromper sur une personne même en la connaissant depuis des années, ça a du sens de la juger en quelques secondes ?
Le cerveau nous joue des tours, il nous manipule à travers nos croyances (rien à voir avec la religion) et répète des programmes ancrés de l'enfance de manière automatique et inconsciente.
Généralement, une personne qui est constamment dans le jugement de l'autre ou la critique est mal dans sa peau et fait que projeter ses propres blessures sur l'autre pour satisfaire des besoins...
Juger, critiquer n'apporte rien si ce n'est l'idée d'une satisfaction qui ne sera plus considérer comme telle dès le lendemain, et on continu encore et encore sans jamais voir le bout..
La solution est-elle au bout ? Cet avis n’engage que moi mais je ne vois vraiment pas comment....


Dernière édition par Didus90 le Jeu 22 Aoû - 20:56, édité 1 fois

Didus90
Quetzálcoatl

Chien
Messages : 68
Date d'inscription : 03/07/2019

Localisation : Belfort

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Kolam le Jeu 22 Aoû - 12:31

Note modération:
Topics fusionnés en accord avec Mélanie5.
Kolam
Kolam
Modératrice

Buffle
Messages : 2387
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Envol le Jeu 22 Aoû - 18:27

Le jugement que l'autre peut porté sur moi est certainement biaisé au départ de toute façon. Le jugement ne demeure pour moi qu'une perception négative, incomplète et totalement subjective, alors pourquoi s'en préoccuper dans ce cas? Si l'autre cherche simplement à avoir un regard plus objectif sur nous-même et veux nous aider à progresser, ok. Mais certainement pas si ce regard est faussé par un "jugement". Dans ce cas, je préfère ignorer, j'ai déjà bien assez à gérer les jugements que je porte envers moi-même.

Est-il possible de ne jamais juger? Pour moi, lorsqu'il y a sentiment de culpabilité, c'est qu'il y a jugement quelque part. Si je me juge moi-même, je serai rongée par la culpabilité de façon plus ou moins consciente, mon attention sera automatiquement centralisée sur la recherche d'un(e) candidat(e) idéal(le), sur qui je pourrai projeter ce jugement et trouver ainsi un(e) coupable définitif. Le jugement nous rend coupables de quelque chose de condamnable. Dans le cas où on commet quelque chose de réellement condamnable (qui porte atteinte à l'intégrité) envers qui que ce soit, force est d'admettre que ça ne peut être toléré. Pour le reste, je laisse ça aux avocats et aux juges.

D'un point de vue spirituel, le principe de L'Unité avec le Tout implique qu'à la base, nous sommes Un. Comme chaque Un est aussi moi, si je juge qui que ce soit, je me juge donc moi-même aussi. C'est de voir que tout ce que nous jugeons de plus abjecte et immorale chez l'autre fait partie de nous, existe aussi quelque part en nous, sauf que c'est la partie dont nous sommes responsables, là c'est à nous que revient de faire le choix entre ce qui est correcte et acceptable ou pas. Ce qui est déjà un boulot à plein temps, alors où trouvé le temps de reluquer du côté du voisin? Ça c'est pas notre boulot, il y a déjà bien assez à faire à s'occuper de sa propre conscience.


La différence entre chaque individu, en fin de compte selon moi, c'est son niveau de conscience de l'unité (c-à-d sa capacité à pré-sentir et percevoir l'existence réelle et concrète de l'unité et non pas de façon abstraite ou surnaturelle), de l’interconnexion de toutes choses entre elles, de leur synchronicité et de la loi d'attraction et de répulsion qui se meut derrière tout ça. C'est ce qu'il y a de plus difficile à admettre et à comprendre, selon moi.  


Dernière édition par Envol le Jeu 22 Aoû - 22:51, édité 1 fois
Envol
Envol
Amalthée

Cochon
Messages : 237
Date d'inscription : 28/07/2019

Localisation : Montréal
Humeur : nostalgique

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Didus90 le Jeu 22 Aoû - 20:54

Effectivement, le jugement connote beaucoup de négativité et de perte d'énergie...
Et même si une, deux ou même dix personnes l'approuvent c'est une vérité absolue ?

Didus90
Quetzálcoatl

Chien
Messages : 68
Date d'inscription : 03/07/2019

Localisation : Belfort

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par genzai le Jeu 22 Aoû - 21:38

@Envol a écrit:Le jugement que l'autre peut porté sur moi est certainement biaisé au départ de toute façon. Le jugement ne demeure pour moi qu'une perception négative, incomplète et totalement subjective, alors pourquoi s'en préoccuper dans ce cas?
Si l'autre cherche simplement à avoir un regard plus objectif sur nous-même et veux nous aider à progresser, ok. Mais certainement pas si ce regard est faussé par un "jugement".

Le regard que l'on porte sur les autres est toujours un jugement, qu'il soit de l'ordre de l'opinion (jugement de valeur) ou de la vérité (jugement de fait) et le fait qu'il veuille nous aider à progresser rend son intention louable mais ne rend pas vraie pour autant l'opinion qu'il a de moi.


Dans ce cas, je préfère ignorer, j'ai déjà bien assez à gérer les jugements que je porte envers moi-même.

A mon avis, ce n'est pas à son jugement que nous avons à faire, mais toujours au notre. Au jugement que nous portons sur nous-même face à son jugement qui devient alors notre miroir. A nous de discerner si la "critique" (positive comme négative) est juste ou non et si elle a une valeur de vérité.

Si elle ne l'est pas, autant y faire face comme étant subjective et hors de notre portée car nous ne pouvons avoir de contrôle sur l'opinion et les projections des autres.
Le mieux étant, me semble-t-il d'avoir le moins d'attente possible envers autrui.

Si elle l'est, à nous de savoir ce qu'on en fait. L'ignorer serait de l'ordre du déni et si nous souhaitons progresser, il faudra savoir nous remettre en question. Si c'est juste, on le sait et on doit faire ce qu'il faut pour le prendre en compte et l'accepter.
genzai
genzai
Hypérion

Cheval
Messages : 408
Date d'inscription : 06/04/2019

Localisation : france

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par genzai le Jeu 22 Aoû - 21:43

@Didus90 a écrit:Effectivement, le jugement connote beaucoup de négativité et de perte d'énergie...
Et même si une, deux ou même dix personnes l'approuvent c'est une vérité absolue ?
Pour moi, non. Le phénomène de meute, les fausses croyances suffisent à en écarter la possibilité.
genzai
genzai
Hypérion

Cheval
Messages : 408
Date d'inscription : 06/04/2019

Localisation : france

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Envol le Jeu 22 Aoû - 22:24

@genzai a écrit:

Si elle l'est [vraie], à nous de savoir ce qu'on en fait. L'ignorer serait de l'ordre du déni et si nous souhaitons progresser, il faudra savoir nous remettre en question. Si c'est juste, on le sait et on doit faire ce qu'il faut pour le prendre en compte et l'accepter.

Je suis on ne peux plus d'accord avec toi, saut que pour moi, une critique positive n'est pas un jugement , c'est plutôt objectif, et un jugement n'est jamais que subjectif. J'ai dit que j'ignorais les jugements et non pas les critiques, surtout si elle sont justifiées. Il est important pour moi d'essayer de demeurer objectif par rapport à soi même.
Envol
Envol
Amalthée

Cochon
Messages : 237
Date d'inscription : 28/07/2019

Localisation : Montréal
Humeur : nostalgique

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Envol le Ven 23 Aoû - 0:10

J'aimerais préciser la différence que je vois entre ce qui relève du jugement et ce qui relève de l'observation objective des faits, sans porter de jugement. Même si parfois la ligne peu semblé mince entre les deux, dans le second cas, il s'agit surtout de resté lucide et conscient face aux autres et à soi-même sans impliquer de jugement.
Envol
Envol
Amalthée

Cochon
Messages : 237
Date d'inscription : 28/07/2019

Localisation : Montréal
Humeur : nostalgique

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Le manège enchanté le Ven 23 Aoû - 12:41

Amoncellement de stratégies comportementales. Rolling Eyes
Le manège enchanté
Le manège enchanté
Mimas

Buffle
Messages : 477
Date d'inscription : 17/12/2018

Localisation : Entre Vénus et Mars

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Kolam le Sam 24 Aoû - 11:29

Modération:
HS déplacés. Il y a de la place ailleurs pour ça... Arrow
Merci de respecter le sujet du topic.
Kolam
Kolam
Modératrice

Buffle
Messages : 2387
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par lan'N'noir le Sam 24 Aoû - 12:26

En dehors de la comparaison entre ce qui est et ce qui devrait être il n'existe aucune possibilité de jugement, jamais, nulle part, ni de soi, ni d'autrui. Supprimer sa servitude à ce qui devrait être c'est détruire le surmoi donc le jugement.

lan'N'noir
Amalthée

Dragon
Messages : 285
Date d'inscription : 01/07/2019

Localisation : Limoges

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Melon et bottes de cuir le Sam 24 Aoû - 12:37

Je ne comprends pas ta dernière phrase, Ian'N'noir. Pourrais-tu éclairer ma lanterne, merci.
P.S Je connais la notion du surmoi.
Melon et bottes de cuir
Melon et bottes de cuir
Eris

Rat
Messages : 2043
Date d'inscription : 16/05/2019

Localisation : Alpes suisses
Emploi/loisirs : La boxe, la lecture,
Humeur : Fluctuante, douce, cynique et mélancolique

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Melon et bottes de cuir le Sam 24 Aoû - 12:44

@mikael a écrit:salut..je suis obligé pour me "juger" ,d'avoir un jugement sur les autres ..ils sont MON miroir ..a plus

Et si l'Autre n'était qu'un miroir aux alouettes ?
Melon et bottes de cuir
Melon et bottes de cuir
Eris

Rat
Messages : 2043
Date d'inscription : 16/05/2019

Localisation : Alpes suisses
Emploi/loisirs : La boxe, la lecture,
Humeur : Fluctuante, douce, cynique et mélancolique

Revenir en haut Aller en bas

Jugement de l’autre et jugement de soi. - Page 5 Empty Re: Jugement de l’autre et jugement de soi.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum