Satprem

Aller en bas

Satprem

Message par Kolam le Lun 11 Juin - 12:56



Satprem, "l'Aventurier de l'intérieur"





Satprem:
Satprem, de son vrai nom Bernard Enginger, né à Paris le 30 octobre 1923 et mort à Kotagiri, près de Bangalore, le 9 avril 20071, est un chercheur des mondes à venir, français, dédié à Sri Aurobindo (Aurobindo Ghose) et à Mère (Mirra Alfassa).

Marin et breton, bien que né à Paris en 1923. Résistant il est arrêté par la Gestapo à l’âge de vingt ans et passe un an et demi en camp de concentration. Dévasté, il se retrouve en Haute-Egypte, puis en Inde au gouvernement de Pondichéry. Alors il rencontre Sri Aurobindo et Mère.

Bouleversé par leur Message: "L’homme est un être de transition", il démissionne des colonies et part à l’aventure en Guyane où il passe une année en pleine forêt vierge,
puis au Brésil, en Afrique…
En 1953, à l’âge de trente ans, il revient définitivement en Inde auprès de Celle qui cherchait le secret du passage à la "prochaine espèce", Mère, dont il deviendra le confident et le témoin pendant près de vingt ans. Il consacre un premier essai à Sri Aurobindo et l’Aventure de la Conscience. A l’âge de cinquante ans, il rassemble et publie le fabuleux document du cheminement de Mère, l’Agenda en 13 volumes, puis écrit une trilogie: Le Matérialisme divin, l’Espèce nouvelle, La Mutation de la mort et un dernier essai: Le Mental des Cellules.

A cinquante-neuf ans, il se retire complètement pour se jeter dans la dernière Aventure: la recherche du "grand passage" évolutif vers ce qui suivra l’Homme. Sa dernière entrevue, en 1984, a donné lieu à La vie sans mort. Il écrit La révolte de la Terre en 1990. La vie de cet écrivain poète, engagé à corps et à cœur dans la révolte de la Terre, pris fin un 09 avril 2007. Sa compagne Sujata le suivi quinze jours plus tard. Il nous a laissé dans les 24 volumes de Carnets d’une apocalypse le témoignage de son engagement à la recherche du "grand passage".

http://sriaurobindodisciples.blogspot.com/2009/11/qui-etait-satprem.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Satprem



Une belle interview:


http://laviesansmort.unblog.fr/7-jours-en-inde-avec-satprem/

Like a Star @ heaven


Toujours il y a une vieille mémoire qui remue en nous,

Quelque chose qui chante de l’autre côté,

Ou qui appelle, ou qui hante.

De l’autre côté de quoi, on ne sait pas très bien.

Toujours il y a un vieil Inconnu qui nous habite et qui nous tire,

Et qui semble si vieux, et si proche,

Comme un inconnu qui serait quand même connu,

Qui serait nous-mêmes et plus que nous,

Comme un enfant perdu qui ne s’y retrouve plus…

Et ça tire, vers quoi, on ne sait pas, on ne sait plus.

Et pourtant c’est comme si on avait toujours su.

C’est un pays "là-bas" où l’on avait couru, joué, toujours joué,

Un grand espace ensoleillé qui nous habite quand même

Entre nos quatre murs et nos complets-vestons si étriqués.

Il y a une vieille musique qui s’obstine,

Un vieil oiseau sauvage jamais attrapé

Qui bat quand même des ailes dans notre cage.



Satprem, La clé des contes



avatar
Kolam
Modératrice

Buffle
Messages : 879
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Satprem

Message par Kolam le Lun 9 Juil - 17:46



"Parce que la Vérité est simple, c'est la plus simple chose au monde, c'est pourquoi nous ne la voyons pas.

Il n'y a qu'une Chose au monde, et pas deux, comme les physiciens,
les mathématiciens ont commencé de le percevoir,
et comme l'enfant qui sourit à la vague le sait bien, sur une grande plage où la même écume semble rouler du fond des temps, et rejoindre un grand rythme qui monte d'une Vieille mémoire,
qui fond les jours et les peines dans une unique histoire, si vieille qu'elle est comme une présence inaltérable, si vaste qu'elle accroche même son immensité à l'aile d'une mouette.

Et tout est contenu dans une seconde,
la totalité des âges et des âmes, dans un simple point qui brille un instant sur la folle écume.

Mais ce point là, nous l'avons perdu, et ce sourire, et cette seconde qui chante.
Alors, nous avons voulu reconstruire cette Unité par une somme: 1+1+1...

Comme nos ordinateurs, comme si la collection de tous les savoirs possibles sur tous les points possibles finirait par nous rendre la note juste, l'unique note qui fait chanter, mouvoir les mondes, et le coeur d'un enfant oublié.

Cette simplicité, nous avons voulu la manufacturer pour toutes les bourses, et plus nos boutons savants se multipliaient, simplifiaient la vie, plus l'oiseau s'envolait, et le sourire, même la belle écume est polluée par nos calculs.

Nous ne savons même pas très bien si nos corps nous appartiennent - elle a tout mangé, la belle Machine."
(...)

Satprem. Extrait de l'introduction de La Genèse du Surhomme



avatar
Kolam
Modératrice

Buffle
Messages : 879
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Satprem

Message par Amant de la Paix le Mar 10 Juil - 5:35

"... La vérité est toute naturelle, c’est pourquoi nous ne la voyons pas. C’est même la seule chose naturelle au monde. Elle était là dès le premier coup de canon des atomes, sinon d’où surgirait-elle jamais, à quelle date d’Andromède ou du Crabe, ou de la galaxie locale que nous habitons, apportée par quel prophète, quelle découverte, quel miracle? Les prophètes sont venus, ont passé; les découvertes s’ajoutent et les miracles iront demain faire quelque couche archéologique nouvelle pour les citoyens d’un autre monde. Nous n’y sommes pas encore, et pourtant nous y étions depuis toujours, en plein dans le miracle. Seulement, il y a un moment où l’on ouvre les yeux au miracle. Et c’est le seul moment du monde, le Grand Moment de tous les âges et toutes les terres – parce que tout se tient, il n’y a qu’un corps au monde et qu’un regard pour tous les univers. On ne peut pas changer un point du monde sans tout changer, ouvrir un regard ici sans ouvrir le regard là, on ne peut pas toucher un centre de vérité sans toucher tous les centres, instantanément et sans distance, parce qu’il n’y a qu’une Vérité et qu’un centre..."

Satprem, "La Genèse du Surhomme", Ch. 8. "Le Changement de Vision"

Voilà le texte intégral de cet admirable ouvrage :
https://www.aurobindo.ru/workings/satprem/on_the_way_to_superhumanhood_f.htm
avatar
Amant de la Paix
Cléobule

Serpent
Messages : 7
Date d'inscription : 18/05/2018

Localisation : Biïsk, Russie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Satprem

Message par Totem le Mar 10 Juil - 14:51

"...Ce n'est pas nécessaire de rencontrer un maître, ni qui que ce soit. Il n'y a qu'à promener dans sa vie son besoin d'être, son feu d'être. Ce besoin, c'est le guru en personne, c'est le Divin au fond de soi, c'est la Lumière même au fond de soi-même. Qu'a-t-on besoin d'aller écouter la bonne parole de celui-ci ou de celui-là? Si l'on a l'occasion de rencontrer des êtres ou des livres qui ont une puissance, une réalité pour nous, qui nous ouvrent une fenêtre un moment, c'est parfait. Mais pourquoi s'arrêter éternellement à une fenêtre particulière, à un homme particulier? Ces êtres et ces livres sont simplement des prétextes pour déclencher en nous l'aspiration vers le réel. Mais si ce feu n'est pas allumé dedans, vous pouvez déverser des tonnes de bonne parole, ça ne servira à rien. Vous pouvez amener des kilomètres de Christ, ça ne vous changera pas un homme. Il faut que quelque chose, dedans, ait besoin. Si la fleur pousse et s'épanouit, c'est qu'elle cherche le soleil; c'est aussi simple que ça. Si l'on cherche des billets de banque ou de la philosophie, on aura des billets de banque ou de la philosophie, et c'est tout. Mais si l'on a réellement besoin d'Être, au milieu de cette marée gluante de conscience obscurcie, alors, quelque chose s'allume dedans, et ça, c'est le Chemin...".      
– Saptrem




(...) On dit "présence" mais c'est plutôt comme une absence poignante, comme un trou vivant que l'on porte dedans et qui chauffe, qui brûle, qui pousse de plus en plus, et qui finit par devenir réel et seulement réel dans un monde où l'on se demande si les hommes vivent ou font semblant. C'est le moi de feu, le seul vrai moi au monde, la seule chose qui ne croule pas : "Un être conscient est au centre du moi, qui gouverne le passé et le futur, il est comme un feu sans fumée... cela, il faut le dégager avec patience de son propre corps", dit l'Upanishad. C'est lui "l'enfant enfermé dans la caverne secrète", dont parle le Rig-véda (V.2.1), "le fils du ciel par le corps de la terre" (III.25.1), "lui qui est éveillé dans ceux qui dorment". "Il est là, au milieu de la demeure" (Rig-Véda I.23.14). C'est le Centre, le Maître, le lieu où tout communique :
"Un espace ensoleillé où tout est à jamais connu."
Si nous avons senti ce Soleil dedans, cette flamme, cette vie vivante - il y a tant de vies mortes - fût-ce une seconde dans une existence, tout est changé, c'est un souvenir devant lequel tous les autres sont pâles. C'est le Souvenir. Et si nous sommes fidèles à cet Agni qui brûle, il grandira de plus en plus comme un être vivant dans notre chair, comme un besoin inlassable. (...)
SRI AUROBINDO ou l'aventure de la conscience  par  Satprem   (p.101-109)
avatar
Totem
Rhéa

Chèvre
Messages : 1408
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Re: Satprem

Message par Invité le Ven 13 Juil - 10:22

नमस्ते कोलम जी

Magnifique interview... plus d'actualité que jamais...
Magnifique message où le plus abattu/désarmé peut puiser le sens juste de ce qu'il vit...
... quelle que soit sa vie.
Merci pour cette inspiration, कोलम जी

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Satprem

Message par Totem le Ven 13 Juil - 14:10

Saptrem c'est aussi son vécu dont on ne parle peu décrit dans ses "carnets d'un apocalypse :

6 Avril 1983

N’importe quel homme sincère et un peu assoiffé de vérité doit  pouvoir faire l’expérience.

27 juin 1983

C’est une Vie nouvelle dans le corps.
J’ai touché une vie nouvelle.
C’est un autre type de vie sur la Terre.
Vraiment, quelque chose d’inconnu parmi les hommes.
Comment décrire?
C’est une VIE, un mode de vie, une vibration de vie, un état de vie, pas un état de « conscience ». Une façon différente. Il y a un type de vie animal, il y a un type de vie végétal, il y a (je suppose) un type de vie minéral et atomique – eh bien, il y a un AUTRE type de VIE. Et c’est matériel, corporel, cellulaire, dans un être humain fabriqué comme tous les corps humains. Mais c’est AUTRE. Ce n’est plus la vieille vie qui coule avec du sang, des nerfs, des veines – tout une mécanique qui parait « dure », sèche, brutale, surtout très primitive. C’est AUTRE. Et pourtant ça se passe dans un corps animal. Mère en a parlé, l’a dit, mais… le sentir, le vivre, c’est miraculeux. C’est MIRACULEUX. Personne ne peut imaginer – c’est à VIVRE, à BOIRE, à ÊTRE, à goûter… Que dirait la pêche si elle devait dire sa succulence de pêche ? Et c’est curieux, cela s’apparente plus à la vie ou à la sensation végétales qu’à la vie et à la sensation animales – la vie animale est très brutale, excitée, nerveuse, palpitante et turbulente. Ça, c’est… Je ne sais pas, une invasion de soleil succulent : ça se goûte innombrablement, dans un milliard de cellules à la fois, comme si chaque cellule goûtait son délice particulier.   Ça a commencé instantanément ce matin quand je me suis assis tranquille, et c’est venu très-très doucement : un gonflement dans tout le corps, une sorte d’épanouissement, comme si tout ça qui était un peu dur et refermé sur soi, se gonflait partout, innombrablement, sous l’effet d’un soleil magique. Une douceur délicieuse et « gonflante », comme un innombrable groseillier, si j’ose dire, dont chaque baie s’emplirait de son propre jus solaire. Puis, c’était comme une invasion, mais très douce, délicieuse,  charmante, chaude, par tous les pores du corps, comme si ça rentrait de partout à la fois et que c’était senti, goûté, vécu innombrablement dans le corps : un suc, un nectar vraiment, le corps et chaque cellule se sentait gorgé de soleil, mais un soleil qui serait fait à la fois de nourriture, de sourire et de joie ! C’était nourrissant, comme du miel peut être nourrissant, mais il y avait en même temps comme plein de sourire et de joie et d’amour dans cette coulée de soleil. C’est MIRACULEUX. Et c’est de la VIE – pas une vie nerveuse, sanguine et battante, mais un autre type. Ça coule, ça remplit, ça respire et chauffe dans tout le corps, c’est une super-vie  – c’est DIVIN. C’est le DIVIN qui coule. On est gorgé comme un fruit. Oh ! c’est un délice inimaginable. Puis cette invasion innombrable – comme si chaque cellule, chacune de ces milliards de cellules s’emplissait de délice – cette éclosion dedans, cet épanouissement d’aise, ce gonflement de soleil et de sourire, lentement est devenu plus fort, plus dense. C’était une sorte de solidité pleine, je ne sais pas, un rayon dense, du soleil solide. On était saisi là-dedans. Il n’y avait qu’à adorer ça.  Adorer- adorer. Une adoration du corps. Ça, c’est la vie Divine. C’est Dieu vivant. C’est ÇA.
C’est la Vie qui vient.
C’est nourrissant et miraculeux.
… On comprend bien que la mort et la maladie tout simplement n’existent pas dans ce type de vie. Cela ne peut pas.

2 Décembre 1983

Nous érigeons autour de nous les murs d’airain de nos lois infaillibles, qui sont seulement les hallucinations provisoires d’une espèce terrestre en marche vers la Vérité de la Terre.
avatar
Totem
Rhéa

Chèvre
Messages : 1408
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Re: Satprem

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum