Vitaly Malkin – Illusions dangereuses – Hermann

Aller en bas

Vitaly Malkin – Illusions dangereuses – Hermann

Message par Invité le Mer 23 Mai - 20:27

Fiche de lecture- interview proposée par le journal ActuaLitté


“Tout monothéisme incarne un puissant moyen de diviser l’humanité”, Vitaly Malkin
Historiquement, Dieu et moi avions toujours partagé une indifférence réciproque », commence Vitaly Malkin. Tant que le premier n’empiétait pas sur la vie du second, en fait. Mais au début des années 2000, le retour d’un religionnisme commence à déranger l’ancien banquier russe, devenu sénateur, « puis logiquement, philanthrope », plaisante-t-il. À cet instant, la moutarde lui monta au nez : Illusions dangereuses découle de cet agacement.
Avec les années, les documents s’accumulent : plus de 10.000 pages de notes, de commentaires, et finalement, une nouvelle approche se dessine. « À lire les textes anciens, on comprend que le monothéisme porte en lui les germes de l’intolérance, quand le paganisme, lui, sait se montrer plus ouvert. »
Indissociable des mouvements politiques, le système religieux sera alors minutieusement décortiqué par Vitaly Malkin. « Mon idée rejoint celle de Nietszche : Dieu est mort, mais des groupes cherchent désespérément à le ressusciter. » Pourtant, rien dans les promesses du dogme, de ceux qui l’orchestrent et l’ont imposé au fil des siècles n’est en réalité compatible avec une société humaine.
Personne n’a la tendance naturelle de se rendre dans une église chrétienne, pour s’entendre dire qu’il est un pécheur, qu’un Christ s’est sacrifié et que nous lui sommes redevables. »

La mort de la chair et de ses plaisirs

Premier point de l’essai : toutes les religions s’appliquent à limiter les plaisirs terrestres, promettant ceux d’un autre monde. « C’est tout de même le fonctionnement premier des régimes totalitaires – et je n’exclus certainement pas l’époque soviétique de cette critique. »
Mon rejet du monothéisme a pour raison première la conviction qu’il a marqué un point d’inflexion magistral dans l’histoire de l’humanité […]. L’acceptation de la doctrine du monothéisme a considérablement freiné les progrès de la civilisation humaine, et, quels qu’aient été ses efforts durant des siècles, elle n’a pas réussi à rendre les Hommes plus heureux, bien au contraire.
Le deuxième centre de la réflexion part de l’impossibilité de constituer un système moral probant dans un contexte religieux. « Cela découle du premier point : si l’on m’apprend à mépriser l’autre, parce qu’il ne croit pas comme moi, quelle morale peut sortir ? » Une pensée par nature exclusive et discriminante n’aboutira qu’à l’intolérance et la haine


Vitaly Malkin – Illusions dangereuses – Hermann – 9782705695620 – 22 €

Jusque là j'ai recopié une fiche de lecture proposée par ActuaLitté .

Je n'ai pas encore lu ce livre, je le lirai sûrement.

A ceci près que je fais une grande différence entre Dieu et la religion, c'est la religion qui provoque ces excès de haine, de racisme, d'exclusion, l'idée de Dieu en elle-même est plutôt reposante, bonne conseillère, je crois.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vitaly Malkin – Illusions dangereuses – Hermann

Message par Totem le Mer 23 Mai - 22:50

La problème de mon point de vue n'est pas "la religion", mais les hommes qui l'ont transformé en un instrument politique et à l'heure actuelle cette distinction est rarement faite, de la même manière qu'on amalgame le simple croyant avec l'extrémiste religieux qui en général se sert de la religion.
avatar
Totem
Makemake

Chèvre
Messages : 1741
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vitaly Malkin – Illusions dangereuses – Hermann

Message par Totem le Jeu 24 Mai - 1:53

Vitaly dit :
« Mon idée rejoint celle de Nietszche : Dieu est mort, mais des groupes cherchent désespérément à le ressusciter. »

En enlevant ces deux mot du contexte, l'auteur essaye d'asseoir son idée sur Dieu, mais en relisant le texte de Nietsche ci-dessous ça change la donne.


"Dieu est mort ! Dieu reste mort ! Et c'est nous qui l'avons tué ! Comment nous consolerons-nous, nous, meurtriers entre les meurtriers ! Ce que le monde a possédé de plus sacré et de plus puissant jusqu'à ce jour a saigné sous notre couteau; qui nous nettoiera de ce sang ? Quelle eau pourrait nous en laver? Quelles expiations, quel jeu sacré seront nous forcés d'inventer ? La grandeur de cet acte est trop grande pour nous. Ne faut-il pas devenir Dieu nous-mêmes pour, simplement, avoir l'air dignes d'elle ? Il n'y a jamais eu d'action plus grandiose, et, quels qu'ils soient, ceux qui pourraient naître après nous appartiendront, à cause d'elle, à une histoire plus haute, que jusqu'ici, ne fut aucune histoire !"
(Friedrich Nietzsche / 1844-1900 / Le Gai Savoir)


Beaucoup ont voulu faire de Nietsche un Athée alors que c'est le contraire, du coup on fait dire à ses écrits l'inverse de ce qu'il pensait. "Nous avons tué" Dieu dit-il, mais il ajoute "Ne faut-il pas devenir Dieu nous-même" Cela montre qu'il entrevoyait la divinité en l'humain mais qu'il fallait se tourner vers soi-même pour trouver Dieu et non à l'extérieur, chose que beaucoup n'ont pas compris que ce soit du côté des religieux que des Athées.


D'ailleurs il dit dans Ecce homo :
"« Ceux qui croyaient avoir compris quelque chose à mon propos, c’est qu’ils avaient tant bien que mal fait de moi quelque chose à leur image ».

Voici un passage de ce qui en est dit dans ce lien. :
https://journals.openedition.org/leportique/126

La mort de Dieu n’est donc pas de l’ordre du fait acquis. Elle est une exigence, une difficile exigence de continuer à penser Dieu, mais non plus sur le mode alternatif : « il est, il n’est pas » Ce qui revient à dire que nous ne sommes pas, avec Nietzsche, en présence d’un simple athéisme, une vulgaire négation de Dieu. Le terme d’athéisme ne convient pas à l’œuvre de Nietzsche pas plus que celui d’athée pour définir l’attitude de la personne. Car il est resté profondément religieux, comme en a témoigné, si besoin était, Lou Andréas-Salomé. Une pensée dialectique qui procède par antithèse ne convient pas au débat sur Dieu. Il ne suffira donc pas de nier le fini comme le dit Hegel pour aboutir à l’infini. Il y a certes une validité dialectique au niveau du concept. Mais ce processus concerne la représentation de l’homme, la représentation que l’homme se fait de quelque chose. Concernant Dieu, le problème est plus complexe et la représentation insuffisante. On ne pourra pas se contenter de nier ou d’affirmer pour pouvoir croire « solutionner » d’une façon ou d’une autre le débat. Ce serait trop commode et, finalement, sans réelle importance. L’intérêt constant, passionné que Nietzsche porte à la question suggère qu’il faut sortir du cadre étroit, quasi mesquin de l’athéisme pour penser la mort de Dieu.
N’est-ce pas la raison pour laquelle Nietzsche se démarquera très nettement et avec la dernière vigueur de l’athéisme de son époque, de la libre pensée triomphante du XIXe siècle ? Il se dit même aux antipodes de ceux qui se veulent modernes, progressistes parce qu’ils nient Dieu. « Nous sommes autre chose, précise-t-il dans Par-delà Bien et Mal, § 44 que des “libres penseurs”, “liberi pensatori”, “Freidenker” ou quel que soit le nom que ces excellents défenseurs des “idées modernes” aiment à se donner ». Il y a quelque chose d’ambigu à vouloir faire de Nietzsche purement et simplement le porte-drapeau de l’athéisme. Car finalement l’athéisme, quoi qu’on en pense, demeure dans le système herméneutique qui prend Dieu ou l’Être comme référent sémantique. Avec la mort de Dieu, Nietzsche prétend sortir de ce « cercle métaphysique ». La mort de Dieu se veut une libération. Voilà pourquoi il appelle les philosophes qui œuvrent à cette libération des « esprits libres » (freie Geister) c’est-à-dire des esprits qui se libèrent, qui se rendent libres par un acte de rupture ou de crise, comme il le dit à propos de Humain, trop humain. C’est bien dans ce travail de liberté, dans ce processus de libération que se spécifie, que se définit la démarche nietzschéenne, qu’elle prétend faire œuvre novatrice et, de ce fait, se démarquer radicalement de l’athéisme de la libre pensée. « Ai-je besoin, après cela, s’interroge-t-il dans le même paragraphe de Par-delà Bien et Mal, de préciser qu’ils seront de libres, très libres esprits, ces philosophes de l’avenir, tout aussi certainement qu’ils ne seront pas seulement des esprits libres, mais quelque chose de plus, de plus élevé, de plus grand, de radicalement autre, qui ne doit être ni méconnu ni confondu. »


Quand à Freud, sentiment océanique dont lui a parlé R. Rolland était pour lui une énigme.
Il ajoute, dans "Malaise" : « J’avoue une fois encore une grande gêne à travailler sur ces grandeurs à peine saisissables. »

L'être humain essaie comme il peut de comprendre le sentiment océanique à travers l'outil qu'on appelle science, mais là encore il y a confusion entre les réactions corporelles détectées par les dits instruments d'investigations et ce qui EST réellement. Tant que les scientifiques seront  focalisés uniquement sur l'existence du corps et feront abstraction de l'être qui habite ce corps, ils n'irons pas bien loin.
avatar
Totem
Makemake

Chèvre
Messages : 1741
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vitaly Malkin – Illusions dangereuses – Hermann

Message par Fol le Fou le Jeu 24 Mai - 3:43

Dieu est mort. Freud l'a remplacé.

Fol
avatar
Fol le Fou
Amalthée

Chien
Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Bretagne
Emploi/loisirs : Drûne
Humeur : Sociable

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vitaly Malkin – Illusions dangereuses – Hermann

Message par Totem le Jeu 24 Mai - 13:32

Effectivement, le pire c'est que mon commentaire sur Freud n'était pas pour ce topic mais comme on ne peut plus éditer et corriger eh bien il restera ici....après tout il ne dépareille pas puisque tu as trouvé la liaison entre Niestche et Freud... Laughing
avatar
Totem
Makemake

Chèvre
Messages : 1741
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vitaly Malkin – Illusions dangereuses – Hermann

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum