Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Page 7 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8 ... 10, 11, 12  Suivant

Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par lafrisée le Lun 5 Aoû - 12:54

Rappel du premier message :

Lien vers "Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (1)"
Pour moi la régulation des espèces sur Terre doit se faire, d'une manière ou d'une autre. Le vivant est complexe, mais il trouve toujours la manière de se débarrasser des espèces envahissante, et si nous observions la Terre d'un oeil neutre, nous nous rendrions compte que TOUTES les autres espèces végétales et animales sont impactées par la multiplication exponentielle de l'être humain.

Avant, les virus/bactéries et aussi les nombreux conflits se chargeaient de la régulation de notre espèce. Maintenant ce sont les éléments naturels eux mêmes qui s'en chargent : canicules, tremblements de terre, tornades, tsunamis... Et ce n'est peut être que le début de gros bouleversement climatiques.

Les deux événements "prévus", la troisème guerre mondiale et le réchauffement climatique, sont pour moi liés : comme les souris qui se dévorent lorsque l'espace est trop exigu, notre Terre, le Vivant, cherche à réguler notre prolifération, et des conflits naissent un peu partout. Déjà à titre personnel je pense que tuer autant d'animaux pour les manger sans aucune reconnaissance est nocif. En cela je rejoins tout à fait le Bouddhisme qui remercie plantes et animaux qui ont donné leur vie pour nous nourrir. Qui sait de quoi la mort est constituée ? Peut être que toute cette détresse, les empoisonnements aux pesticides, les cris des bêtes dans les abattoirs, les ours polaires qui se noient suite à la disparition de la banquise, les poissons aux ventres pleins de plastique, la forêt amazonienne grignotée pour le bois et les plantations de palmiers, oui, tout ça crée dans l'au-delà (et personne ou très peu de personnes ne sait vraiment ce qui se cache derrière ce terme) une espèce de magma noirâtre de colère et de tristesse, qui ne peut que rejaillir sur les âmes humaines.

Après tout dans la Bible il est dit "Demande, et tu seras exaucé" : qui sait si les abeilles elles-mêmes, avant de mourir, n'espèrent pas vivre dans un monde plus propre ? Après tout, lorsque Noé a construit son arche, il avait avant tout comme mission de sauver les animaux : dans les trois religions monothéistes, et orientales, les animaux sont des êtres à part entière : qui sait si leurs souhaits ne sont pas entendus ? (ici-bas non, mais après ?)

Donc pour moi les deux événements sont liés, et si on stoppe l'un, la destruction systématique de la Nature, peut être pourra-t-on arriver à stopper l'autre, les inimitiés entre les hommes.


Dernière édition par Hakaan le Lun 23 Sep - 21:33, édité 2 fois (Raison : Scission du topic)

lafrisée
Amalthée

Rat
Messages : 247
Date d'inscription : 03/07/2019

Localisation : france

Revenir en haut Aller en bas


Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Hakaan le Dim 8 Sep - 22:21

@vertgandazert a écrit:Ce sujet, n'est pas un débat, enfin ce n'est pas ma conception d'un débat utile, puisque seule la thèse du giec et donc des gouvernements qui l'ont mis en place, serait honnête et soit disant scientifiquement prouvée...
Inutile de participer.

Mais ça c'est une réponse de bac à sable de dénigrer la légitimité d'un contre argumentaire en le faisant passer pour une volonté de discours fallacieux, j'y peux rien quand même si 90% des arguments sceptiques sont guignolesques,
petit résumé de mémoire :
> exemple du Groenland, facile à expliquer par les paramètres de Milankovitch et sa forte inclinaison, en plus du fait que l'argument de base est présenté de façon malhonnete car seul les cotés du Groenland étaient habités durant le fameux optimum médiéval
> Optimum médiéval : ça a bien existé, sauf que le réchauffement était non seulement beaucoup plus progressif qu'aujourd'hui, mais aussi qu'on l'a largement dépassé
> Les journal multiséculaire des canicules et autres : 90% ne présente aucunes températures précises, et ensuite on nous présente les canicules à 36° de 1840 comme énormissimes, sauf qu'aujourd'hui 36° c'est un été normal, c'est habituel, donc ca confirme d'autant plus que quelque chose déconne
Le baratin de la jeune nationaliste Allemande de 14 ans : très brouillon et non argumenté, plus points fondamentalement faux comme avec le taux de CO2 qui n'aurait augmenté que de tant de % (alors qu'on est à +50% en à peine plus d'un siècle), et ca c'est seulement en taux atmosphérique, on imagine pas la quantité qui s'est dissoute en acide dans les océans)

Ensuite on nous a raconté quoi ? que l'H2O était un gaz à effet de serre bien plus puissant, bien oui et alors ? sont taux est fixé autour de 3% donc on s'en fout, c'est une constante, la variable c'est le CO2 et le méthane

Gervais : lui c'est juste no comment, bullshit total, le mec nous parle de cycles en présentant des courbes qui ont une ascendance évidente bien qu'un phénomène cyclique vienne se poser par dessus, sans parler des courbes tronquées, etc

Il y a eu aussi les quelques années de stagnation ou la T° n'a pas montée, ben oui mais ca aussi c'est fini, l'évolution a repris de plus belle depuis 2015 et ca c'est aggravé depuis 2017

Ensuite on a eu droit au copier coller de 20 km de liste de 100 chercheurs "contre" la thèse du RC (oui parce que les sceptiques ne sont jamais dans la parcimonie, ils sont toujours contre de la facon la plus caricaturale possible), je suis allé voir ce que racontait le 1er nom, le Russe, sauf que ce qu'il dit est juste fondamentalement faux ca prend 30s à vérifier

Donc elle est ou la cabale ici ? du coté de ceux qui suivent la conversation et ont pris un peu le temps de contre argumenter, ou de ceux qui se contentent de jeter l'opprobre bêtement parce qu'ils sont incapables de tolérer une idée qui soit pas la leur et d'articuler une réponse argumentée ?

Hakaan
Admin

Messages : 4629
Date d'inscription : 07/05/2018


Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par vertgandazert le Dim 8 Sep - 23:12

Une réponse argumentée, demandez vous?

Comme celle que vous venez juste de faire? pour rappel:

"Quant à la soi disant manipulation étatique et du GIEC, encore des assertions sans aucun argument, typique du discours sceptique on dirait".

Oui je rappelle des évidences, le CO2 a toujours varié, ses taux ont été bien plus importants que ceux d'aujourdhui, la hausse des températures fait varier ce taux et bien avant la présence de l'homme, c'est donc bien une grave imposture d'inverser les causes et les conséquences, pour en plus accuser l'homme qui est arrivé bien plus tard.
Alors qui profère des arguments de bac à sable?

vertgandazert
Miranda

Messages : 717
Date d'inscription : 13/05/2018


Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Hakaan le Lun 9 Sep - 0:11

@vertgandazert a écrit:
Oui je rappelle des évidences, le CO2  a toujours varié, ses taux ont été bien plus importants que ceux d'aujourdhui, la hausse des températures fait varier ce taux et bien avant la présence de l'homme, c'est donc bien une grave imposture d'inverser les causes et les conséquences, pour en plus accuser l'homme qui est arrivé bien plus tard.
Alors qui profère des arguments de bac à sable?

"la hausse des températures fait varier ce taux et bien avant la présence de l'homme" oui et en quoi ça contredis le fait que le CO2 fait monter la température ?

Non seulement ce n'est absolument pas contradictoire, mais en plus le fait que le CO2 fait monter la T° n'est même pas un débat, c'est juste un fait physique, le CO2 comme toute molécule à 3 liaisons a une configuration variable, et est donc capable d'absorber l'énergie des IR
Hakaan
Hakaan
Admin

Rat
Messages : 4629
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : pessimisme de la lucidité, optimisme de la volonté

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Melon et bottes de cuir le Lun 9 Sep - 10:17

Et puis il faut tenir compte de tous les gaz à effet de serre...
Melon et bottes de cuir
Melon et bottes de cuir
Pluton

Rat
Messages : 1979
Date d'inscription : 16/05/2019

Localisation : Alpes suisses
Emploi/loisirs : La boxe, la lecture,
Humeur : Fluctuante, douce, cynique et mélancolique

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Professeur X le Lun 9 Sep - 10:58



ou bien ...


Le réchauffement climatique est un mythe ! :
Aujourd’hui, il n’est presque plus possible de participer à un colloque consacré à l’agriculture sans que soient évoqués le réchauffement climatique et l’effet de serre. Préoccupation majeure de l’agriculteur, la question du climat suscite un intérêt évident car ses aléas ont des répercussions immédiates sur les résultats des exploitations.

Marcel Leroux, professeur en climatologie à l’université Jean Moulin de Lyon III et directeur depuis 1986 du Laboratoire de Climatologie, Risques, Environnement (CNRS), est l’auteur du premier livre de climatologie en français traduit en anglais, La Dynamique du temps et du climat (éditions Dunod, 1996). Après la parution de The Meteorology and Climate of tropical Africa, aux Editions Springer en 2001, il a achèvé son troisième ouvrage, Global Warning, myth or reality, disponible depuis décembre 2006.

Pour ce climatologue iconoclaste, qui conteste la validité des modèles informatiques actuels, les variations climatiques s’expliquent tout naturellement, lorsque l’on prend en compte ce qu’il appelle les anticyclones mobiles polaires (AMP), vastes lentilles d’air glacial de 1500 mètres d’épaisseur et de 2.000 à 3.000 km de diamètre, générées quotidiennement par les pôles et se déplaçant vers l’équateur.

Un Entretien avec Marcel Leroux

Tout le monde s’accorde à dire que la planète se réchauffe. Qu’en pensez-vous ?
En me parlant de réchauffement, vous voulez sûrement me faire peur, moi qui ai vécu 40 ans en Afrique ! Personnellement, je souhaite que la terre se réchauffe. C’est d’ailleurs la position de la Russie, qui considère qu’un réchauffement serait bénéfique. En effet, cela nous ferait faire d’immenses économies de chauffage, et donc de matières premières comme le pétrole. En outre, nous gagnerions de larges étendues de terres cultivables en direction des régions subpolaires, comme cela fut le cas dans les années 1930 à 60. A l’époque, les exploitations agricoles du nord du Canada et de la Scandinavie s’étaient en effet déplacées vers le nord. Dans les années 1970, lorsqu’il était plutôt à la mode de parler du retour du petit « âge de glace », elles ont rétrogradé vers le sud. La même chose s’est d’ailleurs produite en Afrique subsaharienne, où les éleveurs se sont d’abord déplacés vers le nord, puis sont redescendus vers le sud, lorsque la sécheresse a commencé dans les années 1970. Car lors de toute période chaude, à l’échelle paléoclimatique comme à l’échelle récente, les pluies tropicales sont plus abondantes. Ce qui veut dire que paradoxalement, si le réchauffement était effectif, la sécheresse cesserait dans le Sahel ! Mais malheureusement, ce n’est pas le cas.

Pourquoi parle-t-on alors de réchauffement climatique ?
Parce ce que tout le monde accorde foi à la courbe de température globale publiée tous les ans par l’OMM (Organisation Météorologique Mondiale) et le GIEC (Groupe intergouvernemental sur le changement climatique). Or, cette courbe n’est autre qu’une moyenne des températures mesurées dans 7.000 stations de la planète, traitées à l’Université d’East Anglia, à Londres, sous la direction de Philipp Jones. L’augmentation serait de 0,6° de 1860 à nos jours, soit la différence de température qu’on observe à l’échelle moyenne annuelle entre Nice et Marseille. Quel extraordinaire bouleversement ! Une telle valeur, donnée avec une fourchette de précision de plus ou moins 0,2° sur un siècle et demi, est ridicule, car elle est de l’ordre de la précision de la mesure. Cette courbe n’est d’ailleurs pas validée par les mesures récentes effectuées par les capteurs de satellites qui, depuis 1978, ne montrent au contraire aucune évolution notoire, pas plus que les mesures issues de millions de radio-sondages.

En outre, comment parler de moyenne à l’échelle globale en mélangeant des températures marines, continentales, urbaines et surtout des températures de régions qui se refroidissent alors que d’autres se réchauffent ? Par exemple, l’Arctique occidental (au nord du Canada) se refroidit, alors que l’Arctique au nord de la mer de Norvège se réchauffe. Que fait-donc alors vraiment l’Arctique ? On ne peut pas du tout dire avec certitude que la terre se réchauffe.

Les modèles ne prévoient-ils pas pourtant une augmentation de la température de 2 à 6°C d’ici l’an 2100 ?
On n’a pas besoin de modèle pour faire une telle prédiction. Le chimiste suédois Svante Arrhénius (1859-1927) avait déjà « prédit » exactement la même chose en 1903 ! Il avait appliqué une règle de trois entre le taux de CO2 de son époque, celui du futur et la température correspondante. C’est exactement ce que font les modèles informatiques en insistant sur l’effet de serre. Un modèle n’est qu’un super calculateur qui dépend entièrement des données qu’on lui fournit et de la démarche qu’on lui impose pour traiter ces données. Il ne faut pas prêter aux modèles des vertus « magiques », d’autant plus qu’ils ne donnent qu’une vision très incomplète et déformée de la réalité météorologique. En particulier, ils ne tiennent pas compte de la circulation générale de l’atmosphère, de son organisation et de son mouvement. Pour ces modèles, les discontinuités, pourtant présentes partout dans la nature, ne sont tout simplement pas prises en considération. Les modèles utilisés pour la prédiction climatique sont fondés sur les mêmes principes que ceux utilisés pour la prévision météorologique. Or, ces derniers se trompent constamment : ils n’ont pas été capables de prévoir les tempêtes de 1999, les inondations de Nîmes ou Vaison la Romaine, la canicule de 2003 et l’été pourri de 2004. Comment pourraient-ils être fiables à l’horizon de 2100 ? D’ailleurs, comme le rappelle l’océanographe Robert Stevenson, ces modèles prévoyaient une augmentation de la température de 1,5° pour l’an 2000 ; or, c’est six fois plus que ce que l’on a observé.

Pourtant, il y a unanimité chez les climatologues pour dire que le réchauffement est une réalité …
Non, on insiste sur un prétendu consensus chez les climatologues, alors que celui-ci n’existe pas. Ensuite, il y a plusieurs sortes de « climatologues ». Prenons le GIEC, présenté comme l’autorité en la matière. En réalité, il s’agit d’un groupement intergouvernemental, c’est-à-dire que la nomination de ses membres est politique, et ne répond pas à des critères scientifiques. D’ailleurs, la grande majorité de ses membres ne sont pas climatologues, à l’instar de Michel Petit, ingénieur en télécommunications, ou bien Jean Jouzel, qui est un excellent chimiste glaciologue, mais dont les connaissances scientifiques sur le climat sont limitées. Depuis l’avènement de l’informatique, nombre de ceux qui s’autoproclament « climatologues » sont en réalité des informaticiens-modélisateurs, qui accordent de très loin la préférence à la statistique et aux téléconnexions, sans se préoccuper des liens physiques réels. Il existe toutefois des climatologues météorologues, comme le spécialiste suédois de l’élévation du niveau de la mer Nils-Axel Mörner, ou encore le météorologiste canadien Madhav Khandekar, qui en revanche se préoccupent en priorité de l’observation des phénomènes réels et des principes physiques qui les relient. C’est aussi, naturellement, le souci premier de notre laboratoire. Ces derniers sont loin d’être convaincus par les résultats des modèles. Même parmi les modélisateurs, certains, comme l’Américain Richard Lindzen, restent très sceptiques concernant l’hypothèse du réchauffement climatique. Le problème du GIEC, comme d’ailleurs de Météo France, c’est que depuis les années 1980, ces organismes sont dominés par les modélisateurs, vedettes des médias. Les climatologues réellement soucieux de l’analyse du temps se sont d’ailleurs regroupés en association, dont l’une particulièrement active est intitulée « climat sceptics ».

Le rôle nocif sur le climat des gaz à effet de serre est quand même une donnée objective ?
Il n’y a rien de moins objectif qu’une telle affirmation ! Mettre l’accent sur les gaz à effet de serre donne une vision très simpliste du climat, alors que d’autres facteurs sont beaucoup plus importants ; en particulier, ceux qui déterminent la dynamique de l’atmosphère, les transferts méridiens d’air et d’énergie, et pour faire simple, les transferts d’air froid et d’air chaud. Chacun est capable d’observer que la température est fonction de ces brusques changements, et qu’elle n’évolue pas de façon linéaire. L’important, c’est d’abord de savoir pourquoi et comment des masses d’air froid se forment et se déplacent ; pourquoi elles remplacent ou sont remplacées par de l’air chaud – autrement dit de préciser le mécanisme de la machine atmosphérique. Le temps dépend au jour le jour de ces changements de masses d’air ; en revanche, sur le long terme, la variation dépend de l’activité solaire (tâche, magnétisme, éruption et vent solaires), des projections volcaniques, de la turbidité de l’air, des paramètres astronomiques, etc… Comment voulez-vous que leur responsabilité dans le climat puisse être mise en évidence dans des modèles qui ne prennent tout simplement pas en compte l’ensemble de ces paramètres ? L’effet de serre est donc totalement marginal, sinon même insignifiant, d’autant plus que le principal effet de serre n’est pas réalisé par le CO2 ou le CH4, mais par la vapeur d’eau. Or, même la part réelle de la vapeur d’eau dans l’effet de serre n’est pas considérée à sa juste valeur dans les modèles.

Qu’observe-t-on alors à l’échelle globale ?
On n’observe rien, car il n’y a pas de « climat global ». En revanche, on connaît parfaitement l’évolution des climats régionaux qui suivent des évolutions fort dissemblables. D’ailleurs, il est très révélateur de constater que, de l’aveu même du GIEC, leurs modèles sont incapables de restituer ces variations régionales ! Dans son deuxième rapport de 1996, le GIEC écrit : «Les valeurs régionales des températures pourraient être sensiblement différentes de la moyenne globale, mais il n’est pas encore possible de déterminer avec précision ces fluctuations. » Cela signifie que les modèles du GIEC seraient capables de donner une valeur moyenne sans connaître les valeurs régionales qui permettent d’établir précisément cette moyenne ! Ce n’est pas très sérieux !

Dans l’Atlantique Nord, on observe un refroidissement de la façade ouest (Canada, Etats-Unis à l’est des Rocheuses), alors que l’Europe occidentale se réchauffe, notamment la Scandinavie. L’Europe centrale, elle, se refroidit, comme la Méditerranée orientale, ou comme la Chine. Ces différences de comportement résultent de la dynamique aérologique. Cela dépend en effet des trajectoires des anticyclones mobiles polaires (AMP). Ceux-ci sont de vastes lentilles d’air glacial de 1500 km de rayon, générées quotidiennement par les pôles. Ces lentilles glissent au ras du sol, sous les couches d’air chaud plus légères, contournant les reliefs pour se diriger vers l’équateur. Sur leurs faces avant, elles provoquent le retour vers leur pôle respectif de l’air réchauffé sous les tropiques. Les AMP représentent l’exemple même de discontinuité que les modèles informatiques refusent d’incorporer. En outre, ils pointent du doigt le comportement particulier et l’importance des régions polaires qui, contrairement aux prédictions des modèles, ne se réchauffent pas, mais au contraire se refroidissent.

Vous voulez dire qu’il n’y a pas de fonte des calottes glaciaires ?
C’est un fait incontestable ! Cependant, évitons de généraliser : dans le détail, la glace de mer fond au nord de la mer de Norvège ou dans la région des Aléoutiennes dans le Pacifique nord, où arrivent de l’eau marine et de l’air chauds. En revanche, la banquise ne varie pas au Nord du Canada. Comme l’écrit correctement M. Postel-Vinay, rédacteur de la revue La Recherche, « le gros de la calotte antarctique n’a pas fondu depuis sa formation, voici 60 millions d’années. » L’observation satellitale montre même qu’au cours de la période 1979-1999, qui est celle de la plus forte hausse supposée de la température, la surface de la banquise a globalement augmenté autour du continent antarctique. Au Groenland, certaines régions fondent, notamment sur les pourtours, mais la masse de glace augmente au centre de l’île, comme la masse de la plupart des glaciers scandinaves. Le refroidissement des pôles a atteint 4 à 5°C pendant la période 1940-90 – c’est-à-dire plus de la moitié, mais en négatif, de la valeur prévue pour 2100 ! C’est le démenti le plus flagrant apporté aux prévisions des modèles. Il est d’ailleurs surprenant que ceux-ci aient pu concevoir un tel réchauffement alors qu’il n’y a aucune raison physique qui puisse le justifier ! Est-ce seulement pour faire peur aux gens avec une prétendue montée des eaux qui en résulterait ?

En revanche, ce qui est sûr, c’est que comme les pôles se refroidissent, la puissance et la fréquence des AMP augmentent, les contrastes de températures s’élèvent, les confrontations entre l’air froid et l’air chaud sont plus vigoureuses et le temps devient de plus en plus violent et de plus en plus contrasté dans nos latitudes. Il devient aussi toujours plus irrégulier, avec des périodes étendues de froid puis de chaud, des pluies abondantes et des sécheresses. Des records de chaleur comme de fraîcheur sont d’ailleurs constamment dépassés.

Par exemple, le Canada a subi la pire tempête de verglas de son histoire en 1998, et la Mongolie a connu deux hivers successifs tellement rigoureux que l’Etat a dû faire appel à l’aide internationale. Il serait donc plus judicieux de tenir compte de cette évolution réelle, plutôt que d’un hypothétique scénario à l’horizon 2100, pour assurer, par exemple, une meilleure gestion de l’eau, notamment dans le domaine agricole. La France n’est pas plus épargnée qu’une autre région du monde. Nous avons déjà eu des chutes de neige sur la forêt méditerranéenne, en 2002. La canicule de l’été 2003 est encore un autre exemple, bien qu’elle ait été présentée comme la preuve du réchauffement climatique par M. Besson, Président de Météo France. Cette erreur de jugement est à la base de la mise en place du plan anti-canicule pour l’été 2004, canicule qui n’a bien sûr pas eu lieu. J’avais pourtant adressé, en août 2003, une note rectificative aux principaux médias écrits et audiovisuels pour expliquer les causes de la canicule. Il s’agissait tout simplement d’une hausse de pression, elle-même conséquence d’une augmentation de fréquence des AMP, visibles sur les images satellitales, mais dont les modélisateurs ne veulent pas entendre parler !

Un article paru dans le quotidien Le Monde du 18 septembre explique que la violence du cyclone Ivan constitue précisément une preuve du réchauffement climatique.
C’est très ironique car Ivan a connu des prédécesseurs plus redoutables que lui, comme Hugo, ou Andrews. En outre, le GIEC, dans les années 1990, prétendait que les modèles sont incapables de prévoir l’évolution de la cyclogenèse, qui ne montre aucune tendance à la hausse sur l’Atlantique Nord depuis un siècle. Les modèles annonçaient alors que le réchauffement allait nous apporter une plus grande clémence climatique : « Les tempêtes aux latitudes moyennes (…) résultent de l’écart de température entre le pôle et l’équateur (…). Comme cet écart s’affaiblira avec le réchauffement (…), les tempêtes aux latitudes moyennes seront plus faibles », écrivait le GIEC en 1990. Mais aujourd’hui, puisque le temps n’est pas conforme aux prévisions, le même GIEC oublie ses propres dires et récupère la violence – plus médiatique – du temps, en annonçant qu’il est précisément dû au réchauffement.

Comment expliquez-vous une telle désinformation sur ce sujet ?
Prédire le temps a toujours été une passion. Or, prédire que rien d’alarmant ne va se produire n’est pas très intéressant. Au début du XXe siècle, les prédictions alarmistes étaient déjà très à la mode.

Cependant, elles n’ont jamais réussi à s’imposer, car tous les faits les contredisaient. C’est seulement à partir des années 1985 que sont réapparus, lorsque la climatologie a été monopolisée par les informaticiens, les scénarios les plus catastrophistes. Oubliant tout simplement la météorologie, les modélistes ont appliqué des calculs en vérité extrêmement simplistes dans des modèles super sophistiqués pour imposer leurs concepts. Mais les hypothèses sur le réchauffement climatique n’ont jamais été vérifiées par l’observation, pas plus au début du XXe siècle qu’au début du XXIe. La fameuse courbe du GIEC n’est qu’un artefact, constamment démenti par les mesures et les observations satellitaires.

En réalité, le problème dit du climat est en permanence confondu avec celui de la pollution, deux domaines pourtant bien séparés, qui ne seront bien traités l’un et l’autre que lorsqu’ils seront dissociés. Il sert également de prétexte pour imposer une restriction à l’activité humaine, considérée à tort comme à l’origine du réchauffement climatique. La connexion d’intérêt qui s’est établie entre certains laboratoires, plusieurs institutions internationales et certains hommes politiques, a imposé la notion de réchauffement global. Suivre aveuglément les « recommandations pour décideurs » du GIEC fait passer à côté des phénomènes réels, dépenser vainement des sommes colossales pour des réunions par définition inutiles, et n’autorise pas des mesures de prévention efficaces contre les véritables aléas climatiques que nous allons connaître. A quoi sert de préparer l’économie d’un pays à un réchauffement, alors que tous ses thermomètres signalent un refroidissement ?

Finalement, le réchauffement climatique revêt de plus en plus un caractère de manipulation, qui ressemble vraiment à une imposture « scientifique », et dont les premières victimes sont les climatologues qui ne perçoivent de financements que lorsque leurs travaux vont dans le sens du GIEC.

ou simplement ...

https://www.google.com/search?hl=fr&sxsrf=ACYBGNS2M7O0ko6VTXgxOe-9pdt_Refz5Q%3A1568020327121&ei=Zxd2XZGCB465gwfe9JfICg&q=r%C3%A9chauffement+climatique+Mythe+ou+r%C3%A9alit%C3%A9+&oq=r%C3%A9chauffement+climatique+Mythe+ou+r%C3%A9alit%C3%A9+&gs_l=psy-ab.3..0i22i30.2610.11525..12065...0.2..0.159.1507.17j1......0....1..gws-wiz.......0i71j0i67i70i255j0i67j0.g473YD1zPAk&ved=0ahUKEwjR0eT0ssPkAhWO3OAKHV76BakQ4dUDCAs&uact=5
Professeur X
Professeur X
Titan

Chien
Messages : 3188
Date d'inscription : 12/05/2018

Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Melon et bottes de cuir le Lun 9 Sep - 15:05

Le gouvernement français, entre autres, affirme être préoccupé par le réchauffement climatique et par ailleurs, il muselle les citoyens qui défilent pacifiquement dans la rue, lesquels tentent, par leur action, de rassembler les hommes autour de ce mythe réel et inquiétant. Il faudra attendre quelques années encore pour voir des hommes en détresse parvenir de tous les horizons afin de trouver une place moins hostile à la vie.
Melon et bottes de cuir
Melon et bottes de cuir
Pluton

Rat
Messages : 1979
Date d'inscription : 16/05/2019

Localisation : Alpes suisses
Emploi/loisirs : La boxe, la lecture,
Humeur : Fluctuante, douce, cynique et mélancolique

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Azaël le Lun 9 Sep - 16:32

Etant de Lyon et connaissant un peu ses Universités j'étais un peu surpris de lire que l'Université Jean Moulin Lyon 3 possédait un laboratoire "climatologie" car c'est une fac de lettre.
En fait il semblerait qu'elle dispense un cursus Climat et environnement ce qui n'est pas tout à fait pareil que "climatologie" que je rattacherais plus volontiers à une fac de science.
Après cela ne présuppose en rien de la qualité de l'intervenant. Je cherchais juste à vérifier les sources et il faudrait pousser plus loin pour cela.
Azaël
Azaël
Titania

Rat
Messages : 1672
Date d'inscription : 31/03/2019

Localisation : Devant son écran

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Hakaan le Lun 9 Sep - 17:13

J'ai bien fait mon cursus maths/info/bio/psycho en fac de lettres, enfin je vois pas pourquoi ce serait moins sérieux parce que c'est une fac de lettres, c'est surement une option pour agrémenter les cursus, puis le climat c'est directement lié aux civilisations
Hakaan
Hakaan
Admin

Rat
Messages : 4629
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : pessimisme de la lucidité, optimisme de la volonté

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Azaël le Lun 9 Sep - 18:16

Je n'ai pas dit que c'était moins sérieux mais les moyens d'études sont pas les mêmes.
En fac de sciences ils ont accès à des super-ordinateurs pour les simulations de climat.
Je ne pense pas, sauf erreur de ma part, que ce soir le cas à Lyon 3.
A l'époque où j'étais en fac de science (Lyon 1) un prof de Lyon 2 venait nous faire une option d'ouverture : psycho Smile

Note : je suis passé par bio-math puis physiologie avec en option psycho.

L'informatique je l'ai fait plus tard en cours du soir avec le Conservatoire National des Arts et Métiers. Wink
Azaël
Azaël
Titania

Rat
Messages : 1672
Date d'inscription : 31/03/2019

Localisation : Devant son écran

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Assam le Lun 9 Sep - 19:13

Météo extrême dans le monde : Est-ce l’Homme ou quelque chose d’autre ?

Notre planète semble être dans une crise croissante en termes d’agriculture et de production agricole liée à des changements climatiques inhabituels. De nombreux rapports de ces derniers mois utilisent le terme « météo extrême » pour décrire la chaleur record en Europe cet été, les inondations record dans les États agricoles du Midwest américain ou la sécheresse record en Inde et dans une grande partie de l’Afrique et en Chine. Certaines parties du Midwest américain connaissent les pires conditions de production agricole depuis au moins les années 1980. Au Royaume-Uni, les conditions météorologiques ont ruiné la récolte de céréales dans ce pays.

La question cruciale à se poser est de savoir si nous pouvons supposer, comme beaucoup le font, que tout cela fait partie du réchauffement climatique anthropique, aujourd’hui rebaptisé changement climatique, ou si cela peut être causé par quelque chose de très différent : les cycles périodiques d’activité solaire qui, ces derniers mois, sont entrés dans ce que les astro-scientifiques appellent un « minimum solaire ». Si c’est à cause de ce dernier, nous dépensons des sommes énormes pour régler un problème qui n’est pas le bon, des billions de dollars en fait.

Jusqu’à ce mois de juillet, une grande partie de l’Inde souffrait d’une sécheresse record. Au cours des deux dernières années, les réservoirs de Chennai ont été réduits à 0,2 % de leur capacité, car une vague de chaleur intense a entraîné une baisse de 99 % de la quantité d’eau par rapport à l’année précédente. De graves pénuries d’eau ont forcé des milliers de personnes à fuir leurs villages. Bien qu’au début du mois d’août, des pluies saisonnières de mousson supérieures à la moyenne aient soulagé la situation dans certaines régions, jusqu’à présent, les précipitations sont loin d’être suffisantes pour restaurer les réservoirs vides en Inde.

En Chine, une grave sécheresse a laissé environ 800 000 hectares de cultures affectées dans la province du Hebei, dans le nord de la Chine, avec des précipitations inférieures de quelque 55 % à la normale. La population porcine chinoise est dévastée par la propagation de la peste porcine africaine, une maladie mortelle, et les cultures sont détruites dans tout le pays par un fléau d’infestation de Légionnaires d’Automne (espèce de papillons) qui résistent à la plupart des herbicides contre les mauvaises herbes.

Dans le même temps, des pluies record ont dévasté l’agriculture dans les principales régions productrices. Au Royaume-Uni, les pluies excessives du mois d’août ont mis un terme à la récolte de blé, selon le National Farmers’ Union. Dans l’ensemble du Midwest américain, les principales chutes de neige record en hiver, conjuguées aux pluies record de ce printemps, ont considérablement retardé les semailles de maïs et de soja. Les douze mois de juillet ont été les plus pluvieux jamais enregistrés dans la ceinture céréalière du Midwest et des millions d’acres n’ont pas été ensemencés.

En Afrique, la Zambie connaît la pire sécheresse depuis 1981, et d’autres pays africains connaissent de graves sécheresses.

Minimum solaire…

Ces événements ont été mis en scène par divers groupes de pression et partis politiques comme la preuve que le réchauffement planétaire d’origine humaine – émissions de CO2 provenant de l’industrie, des centrales au charbon, des voitures et autres – en est la cause. Nous sommes inondés de propositions de nouvelles taxes de plusieurs centaines de milliards de dollars, en particulier dans l’Union Européenne, des taxes dont on nous dit avoir besoin pour résoudre ce problème. Et si nous nous étions concentrés sur la mauvaise relation de cause à effet ?

Des recherches récentes suggèrent que nous avons été trop limités dans notre science et que nous ignorons ce qui a probablement une influence largement plus grande sur le temps qu’il fait dans le monde et ses changements que toute émission anthropique. Ce qui est pertinent dans cette discussion, c’est le fait qu’aucun modèle climatique linéaire utilisé par le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC) de l’ONU ou l’un des centaines de groupes de réflexion sur le climat dans le monde n’est capable de modéliser ce qui est de loin le plus grand facteur qui affecte notre temps, les effets du soleil.

Ce que les astrophysiciens ont documenté, c’est que notre soleil – de loin le facteur le plus important pour savoir si nous connaissons des épisodes de chaleur ou de froid, des événements liés au courant El Niño dans le Pacifique ou une activité volcanique ou sismique grave comme au cours des derniers mois – subit une série cyclique complexe d’activité intense suivie par une activité décroissante, activité communément appelée tache solaire ou éruption solaire, d’importants événements électromagnétiques. Généralement, les éruptions solaires se produisent en cycles d’environ 11 ans, avec des pics et des creux. Ces cycles se superposent à des cycles plus longs et sont liés au mouvement extrêmement complexe de notre système solaire dans l’univers. Actuellement, depuis 2018, nous connaissons une période de déclin significatif de l’activité solaire, un minimum solaire. La dernière a eu lieu en 2008-2009. Il existe des preuves convaincantes que ce minimum sera ce qu’on appelle un Grand minimum solaire, beaucoup plus que tout autre au cours des dernières décennies. Quels sont les effets observables de ces périodes de Minimums solaires cycliques ?

Rayons et nuages cosmiques

Selon les astrophysiciens, lorsque le champ magnétique du soleil s’affaiblit, la pression extérieure du vent solaire diminue. Cela permet à plus de rayons cosmiques de pénétrer dans l’atmosphère de notre planète. Les rayons cosmiques qui frappent l’atmosphère terrestre créent à leur tour des aérosols qui, à leur tour, ensemencent les nuages. Selon le Dr Roy Spencer :

   « Les nuages sont le parasol de la Terre, et si la couverture nuageuse change pour quelque raison que ce soit, il y a réchauffement planétaire, ou refroidissement planétaire« .

La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) du gouvernement américain déclare :

   « Toute météo sur Terre, de la surface de la planète à l’espace, commence avec le Soleil. La météo spatiale et la météo terrestre (le temps que nous ressentons à la surface) sont influencées par les petits changements que subit le Soleil pendant son cycle solaire. L’impact le plus important du Soleil sur la Terre vient de la luminosité ou de l’irradiation du Soleil« .

Quels sont les effets d’une activité solaire plus faible alors que nous connaissons actuellement une diminution de l’énergie solaire ou de l’irradiation qui atteint la Terre ? En plus d’une couverture nuageuse accrue à l’échelle mondiale, les courants jets vitaux s’affaiblissent et l’activité volcanique augmente, de même que les tremblements de terre, combinés à des conditions météorologiques imprévisibles erratiques. La magnétosphère terrestre, qui bloque normalement le courant-jet en place, s’affaiblit, ce qui fait que le courant-jet stable se déplace vers le sud comme il l’a fait en janvier 2019 en Amérique du Nord, provoquant un froid et des chutes de neige records dans le Midwest américain. Dans certaines régions, il y aura beaucoup plus de sécheresse, tandis que dans d’autres, d’importantes inondations pourraient avoir des effets importants sur la production alimentaire mondiale. L’activité solaire plus faible, connue sous le nom de minimum solaire, est également corrélée à une tendance globale au refroidissement. Cela a été documenté il y a des siècles.

Le cycle solaire actuel, que la NASA appelle le cycle numéro 24, a atteint son apogée au début de 2014 avant de commencer son déclin mesurable de l’activité annuelle des taches solaires. Le minimum devrait être atteint en 2020. Ça pourrait durer des années. Certains prédisent une nouvelle « mini ère glaciaire ».

Le sujet est complexe et largement sous-étudié, car nous nous concentrons plutôt presque exclusivement sur les changements d’origine humaine ou les changements possibles de notre climat à l’aide de modèles informatiques simplistes. Si l’hiver à venir dans l’hémisphère Nord ressemble à l’hiver passé, il devrait nous inciter à prendre au sérieux cette composante solaire de notre climat. En refusant de promouvoir de nouvelles recherches vigoureuses, nous courons le risque réel, dans les années à venir, de ne pas être prêts à faire face à des récoltes catastrophiques à l’échelle mondiale, à un moment où la plupart des gouvernements de l’OCDE ont décidé d’éliminer les réserves publiques de céréales et où notre approvisionnement alimentaire est organisé selon un système « juste-à-temps ». La science n’est pas une question de « consensus », mais plutôt de découverte de la vérité, aussi controversée soit-elle.

http://www.wikistrike.com/2019/08/meteo-extreme-dans-le-monde-est-ce-l-homme-ou-quelque-chose-d-autre.html

Assam
Protée

Cochon
Messages : 643
Date d'inscription : 28/10/2018

Localisation : No relevant

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Mélanie le Lun 9 Sep - 20:27

Je suis tombée il y a peu sur un article qui parlait du moustique tigre qui colonise la région parisienne et qui a attaqué plus d'une centaine de personne cet été.
Le genre de fait qui m'inquiète, avec le réchauffement climatique, on risque de se retrouver avec encore et toujours plus de nouvelles maladies.

Sans parler du climat de peur que cela engendre quand on entend des discours disant que notre civilisation va se terminer dans quelques décennies si l'on ne fait rien.
Ce qui donne encore et toujours plus de pouvoir à ces politiques qui ne font rien à part des beaux discours mensongers.
Puis c'est un sujet tellement épineux, entre les déchets qui sont jetés dans la nature, le nucléaire, les ondes 5G, plus on avance et plus ça se dégrade.

@Assam merci pour cet article intéressant, je vais regarder ça.
Mélanie
Mélanie
Protée

Serpent
Messages : 591
Date d'inscription : 29/05/2019

Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par vertgandazert le Mar 10 Sep - 20:08

@Mélanie, oui au delà des spéculations climatiques, il a d'autres évidences, c'est par exemple le climat de peur, véhiculé et affirmé constamment et sans nuance par tout le "complexe médico- politico - publicitaire"
Pour rappel:

"La publicité pollue non seulement les paysages urbains et ruraux, mais aussi les mentalités?; elle bourre non seulement les boîtes aux lettres mais aussi les crânes des individus. Elle a mis sous sa coupe la presse, le cinéma, la télévision, la radio. Rien n’échappe à son influence dissolvante?: on assiste, à notre époque, à la soumission du sport, de la religion, de la culture, du journalisme, de la littérature et de la politique à la logique publicitaire. Le style, la méthode, les arguments, l’attitude publicitaire sont omniprésents. D’ailleurs, le harcèlement publicitaire est permanent et ininterrompu?: il nous persécute, nous poursuit, nous agresse, dans la ville et dans les campagnes, dans la rue et dans la maison, du matin au soir, du lundi au dimanche, de janvier à décembre, du berceau à la tombe, sans pause, sans relâche, sans vacances, sans arrêt, sans trêve.

11Cette publicité n’est pas autre chose qu’un outil, un instrument d’intérêts politico- financiers pour écouler des produits,ou pour nous vendre une idéologie, un dogme
La pubTélérama, 9 août 2008, cité par Le Plan B, n° 20, oct-nov 2009,…?». Davantage qu’une simple action de persuasion d’achat auprès de consommateurs, la propagande publicitaire est donc aussi une entreprise de déformation et d’endoctrinement des intermédiaires potentiels?: journalistes, politiques, militants, scientifiques, etc. Comme le disait Jean Baudrillard?: «?Il y a aujourd’hui autour de nous une espèce d’évidence fantastique de la consommation […] qui constitue une sorte de mutation fondamentale dans l’écologie de l’espèce humaine [5]
[5]
J. Baudrillard, La société de consommation, Folio Essais,….?»

Il ne vous pas échappé j'espère que toute la pub "joue et utilise l'écologie pour se parer de vertus qu'elle n'a évidemment pas, bien au contraire...
Alors pourquoi cette entreprise de manipulation perverse, nous vend elle autant l'écologie?
Voici un début de réponse:

Pub et environnement, écologie de la pub
14Quel est donc l’impact de la publicité sur l’environnement?? L’Alliance pour la planète s’inquiète, à juste titre, de l’utilisation mensongère d’arguments «?écologiques?» par la publicité, qui a la fâcheuse tendance à peindre tout en vert?: centrales nucléaires, OGM, voitures et, pourquoi pas, demain, le transport routier [6]
[6]
Voir le site de l’Observatoire indépendant de la publicité,…. Une étude portant sur les États-Unis et le Canada montre que 98 % des produits ayant des étiquettes à prétention environnementale mentaient sur un des caractères écologiques de ces produits [7]
[7]
TerraChoice Environmental Marketing, Les sept péchés de…. Pour les adversaires de la publicité, cet «?écoblanchiment?» n’est pas précisément une nouveauté. Nous savons, depuis longtemps, que la publicité ment comme elle respire?: tout naturellement. Cela n’est pas dû à un déficit moral de ces messieurs, mais au caractère intrinsèquement pervers du système publicitaire. La mystification, la manipulation des consciences sont, hélas, sa seule raison d’être?: une publicité non mensongère est un animal aussi difficile à trouver qu’un crocodile végétarien.

15Quant à l’ARPP, Autorité de régulation professionnelle de la publicité, composée uniquement de représentants de la corporation publicitaire, sa crédibilité et son efficacité sont à peu près équivalentes à ce que serait une ARPP, Autorité de régulation professionnelle des poulaillers, composée exclusivement de dignes représentants de la confrérie des renards.

16Cependant, la publicité pseudo-verte n’est que la pointe visible de l’iceberg. C’est pour des raisons plus fondamentales, structurelles, que la machine publicitaire est un dangereux ennemi de l’environnement.

17La publicité est un formidable gaspillage des ressources limitées de la planète. Rien qu’en France, les dépenses publicitaires atteignaient 31 milliards d’euros en 2005 [8]
[8]
M. Bénilde, On achète bien les cerveaux. La publicité et les…. Aux États-Unis, le publipostage, dont la majorité des prospectus est destinée à aller directement dans nos poubelles, représente annuellement 90 milliards de prospectus, soit le cinquième du nombre total de lettres envoyées dans le monde [9]
[9]
Groupe Marcuse, De la misère humaine en milieu publicitaire, La…… Combien de kilowatts d’électricité sont dépensés annuellement par les publicités en néon qui «?embellissent?» nos villes?? Combien de tonnes de déchets produits par cette activité?? Combien de tonnes d’émissions de gaz à effets de serre rejetées pour fournir l’énergie nécessaire au cirque publicitaire?? Et ainsi de suite. Les dégâts sont difficiles à calculer, mais ils sont sans doute gigantesques. Et à quoi sert cet énorme gaspillage?? À convaincre le public que la lessive X lave plus blanc que la lessive Y?? Est-ce raisonnable?? Certainement pas, mais c’est… rentable (pour les publicitaires). Si l’on cherche une branche de la production qui est inutile, qu’on pourrait aisément supprimer sans porter préjudice à la population et qui nous ferait économiser beaucoup de dépenses d’énergie et de matières premières, quel meilleur exemple que l’industrie publicitaire??

18L’aberration est d’autant plus criante que les résultats de l’impact de la publicité sur les modes de consommation sont mal connus. Ce qui a pour effet non pas de réduire la pratique de la publicité, mais au contraire d’augmenter la fréquence d’exposition pour être sûr de toucher le public cible. La répétition est alors un des éléments les plus sûrs de l’impact publicitaire. On estime aujourd’hui qu’une personne est exposée à environ 3?000 messages de pub par jour (voire 7?000 selon certaines estimations). Dans le même temps, cette surexposition réduit l’impact de chaque message, ce qui pousse les agences à augmenter encore plus leur présence et à répéter sans fin leurs pubs. L’excès publicitaire n’est donc pas un dommage collatéral de la pratique publicitaire, mais une caractéristique intrinsèque du système. Cela a des conséquences directes sur l’environnement, déjà en termes quantitatifs de destruction des ressources, et également dans le type qualitatif de publicités qui sont proposées, où l’impératif de visibilité conduit les concepteurs à privilégier ce qui marque, ce qui pénètre les esprits.

19Une écologie de la pub ne peut donc pas s’arrêter aux dégâts que celle-ci fait peser sur les ressources du globe?: elle oblige aussi à suivre les «?chaînes trophiques?» de la consommation. Si la publicité doit apparaître aux yeux des consommateurs comme «?naturelle?», n’offrant rien de plus qu’une information sincère sur un produit permettant à l’acheteur de faire un choix délibéré, la réalité (et le message que les publicitaires doivent faire passer aux annonceurs) est tout à l’inverse un processus de persuasion et de contrôle des esprits et du corps. Une première métaphore écologique de rapport proie-prédateur pourrait s’appliquer aux relations entre le consommateur et l’agence de publicité. Mais contrairement au modèle de prédation biologique, les dynamiques de l’industrie publicitaire conduisent à une réduction de la diversité et à une hyperconcentration. Loin d’être une reproduction sincère de la diversité économique, la pub est concentrée aux mains de quelques-uns qui produisent un marché pour quelques (très grosses) firmes. En France, «?0,001 % des entreprises représentent 20 % du marché publicitaire, et 0,04 % en représentent 80 % [10]
[10]
Ibid., p. 16.?». Il faut donc plutôt voir la publicité comme une maladie invasive, un virus pathogène se propageant à l’échelle du globe… et dans nos cerveaux. On sait depuis longtemps que la pub joue principalement sur le rapprochement entre désir sexuel et pulsion d’achat, que la publicité est intrusive et qu’elle a vocation à modifier nos comportements par le truchement de techniques de manipulation de nos émotions [11]
[11]
On peut voir à ce sujet l’excellente série documentaire d’Adam…. Ce qui change aujourd’hui ce sont à la fois les nouveaux domaines abordés par la pub et les nouvelles technologies utilisées. L’expansion capitaliste vers l’environnement, qui procède d’une intégration de nouvelles ressources biogéophysiques dans la logique d’appropriation et de marchandisation plus que d’un changement de système, s’accompagne d’une extension similaire de la publicité. Les messages environnementaux de la pub peuvent bien être en parfaite contradiction avec les effets dévastateurs de cette extension?: «?Le chic publicitaire consiste à revendiquer la sauvegarde de ce que l’on contribue à détruire [12]
[12]
M. Bénilde, op. cit., p. 135..?» L’article de Martha de Alba et Guénola Capron dans ce dossier illustre cela sur un exemple précis, en analysant l’expansion immobilière à Mexico sur les cinquante dernières années et en montrant que la publicité a constamment utilisé la nature comme argument de vente. Peu importe alors que la campagne vantée par les agences immobilières soit grignotée par la ville, la propagande publicitaire réinvente en permanence une nouvelle «?nature?», aujourd’hui en la privatisant et en la réservant à une élite enfermée dans des quartiers chics et écolos. Et les exemples pourraient être multipliés, qu’il s’agisse des forêts tropicales, des corps obèses alimentés en junk food vue à la télé, des «?maladies sociales?» que les industries pharmaceutiques sont en train de créer pour diffuser leurs produits, ou des millions de nourrissons morts d’avoir bu du lait Nestlé plutôt que du lait maternel. Engagées dans des campagnes publicitaires de masse surfant sur le changement climatique, les grandes firmes les plus polluantes de la planète œuvrent en même temps à décrédibiliser l’analyse scientifique du risque lié au dérèglement climatique, utilisant pour cela exactement les mêmes conseillers que d’autres grandes firmes, confrontées au scandale du cancer lié au tabagisme, avaient engagés en leur temps pour continuer à vendre leurs cigarettes [13]
[13]
Voir le documentaire The denial machine, The Fifth Estate,….

20La diffusion de la publicité sur de nouveaux territoires s’accompagne également d’une plongée dans les territoires virtuels. Le champ de bataille de la pub est plus que jamais concentré sur le cerveau, car les nouveaux modes de production d’un capitalisme «?immatériel?» nécessitent un contrôle accru des comportements cognitifs des consommateurs potentiels. L’«?immatériel?» ne dit rien de la matérialité des actions marchandes, mais il décrit une tendance de fonds où l’enjeu du capitalisme et les objectifs des grands groupes qui le structurent se concentrent sur le contrôle des idées [14]
[14]
A. Gorz, L’immatériel. Connaissance, valeur, capital, Galilée,…. Il ne faut donc pas le voir comme une phase de la modernité débarrassée de ses lourdeurs de production, mais comme un nouveau front d’expansion capitalistique, où le contrôle des moyens de production et des produits eux-mêmes déborde l’objet et s’attaque à la pensée comme bien marchand. C’est en ce sens qu’il faut comprendre l’offensive publicitaire sur le branding – le «?marquage?» au sens premier du terme de marquage du bétail au fer rouge – qui cherche à fixer de manière indélébile dans le crâne du consommateur un lien entièrement construit entre une marque et une idée. Dans ce cadre, l’école est devenue un champ d’investissement majeur des conglomérats publicitaires et industriels, qui investissent la rhétorique environnementale pour inscrire leurs intérêts économiques au sein de l’institution éducative et formater les esprits des jeunes générations. Comme le montre l’article de Véronique André-Lamat et ses collègues dans ce dossier, l’injonction environnementale et son apparent consensus construit autour du développement durable renforcent plus qu’ils ne réduisent la légitimité des grands groupes quand ils entendent définir l’objectivité du moment telle qu’elle est présentée aux élèves."

Pour moi l'apparent consensus de tous les publicitaires autour du RC anthropique dû exclusivement au CO2 est l'indice qui confirme que c'est une vaste manipulation, lamentable.

Méfiez vous de la "sous culture"publicitaire, c'est elle qui s'étale ici.
C'est de cette pollution de l'esprit dont il faut d'abord se débarrasser, ce n'est pas facile.
vertgandazert
vertgandazert
Miranda

Buffle
Messages : 717
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Nantes
Emploi/loisirs : vivre pour comprendre et aimer
Humeur : bonne

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Mélanie le Mar 10 Sep - 21:32

@vertgandazert: tout est lié: le dérèglement climatique, la marketing, le climat de peur véhiculé par les média.

Ils y en a visiblement qui ne veulent pas que l'harmonie revienne sur cette terre.
La publicité utilise la manipulation mentale depuis longtemps pour influence les gens, les orientés dans le sens qu'ils veulent, mais ça ne marchera plus ça.
Les gens sont plus conscients et éveillés sur les coulisses de la pub et de la politique qui eux cherchent à garder la main mise sur le pouvoir, et en ayant des pseudos préoccupations environnementales, ils ont bien compris qu'ils étendraient leur pouvoir.
Quand on entend parler d'apocalypse, franchement on y va complètement dedans.

Pourquoi les manipulateurs pervers se préoccupent autant de l'écologie.. parce qu'ils sont rusés les renards et qu'ils on compris que la nature n'était pas dans le même camp qu'eux.
Car la nature: c'est la vie, la création, on mange les fruits que l'on trouve dans son jardin, on utilise les plantes pour se soigner.
Et cela ne leur convient pas car ils savent que eux n'ont rien à proposer en face si ce n'est toujours plus de technologies et de biens de consommations de plus en plus futiles et inutiles.

Alors que l'humanité aspire à un retour au source, à l'ère de la vérité, du respect de l'environnement.
Ils savent très bien qu'ils n'ont pas leur place au milieu de tout ça, puis que c'est l'opposé des valeurs qu'ils prônent.
La non logique de leur raisonnement me donne mal rien que d'y penser.
Ils sont bien nés aussi sur cette terre ces gens là, c'est bien grâce à une femme qu'ils ont vu le jour, et c'est bien grâce à la nature qu'ils se nourrissent. Rolling Eyes
Mélanie
Mélanie
Protée

Serpent
Messages : 591
Date d'inscription : 29/05/2019

Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par vertgandazert le Mer 11 Sep - 10:19

Mélanie, quand vous remarquez:
"Alors que l'humanité aspire à un retour au source, à l'ère de la vérité, du respect de l'environnement.
Ils savent très bien qu'ils n'ont pas leur place au milieu de tout ça, puis que c'est l'opposé des valeurs qu'ils prônent.
La non logique de leur raisonnement me donne mal rien que d'y penser."
Ce que vous ressentez comme non logique, est au contraire subtilement logique, si l'on se place dans leur optique de mensonge et de manipulation.
Ces gens là sont intelligents et malhonnêtes, ils se servent de l'écologie et de ses valeurs, exactement comme les religions se servent de Dieu, pour le service des pouvoirs en place et donc du leur.
Ce double langage, accompagné d'un mode vie à l'opposé de leurs prédications, est identique à celui de nombreux religieux, l'écologie prônée par le complexe "médiatico-politico publicitaire" est bien de nature religieuse, c'est bien pourquoi je n'en attends strictement rien de positif, ni pour la planète, ni pour nous , encore moins.
Mais c'est trop tôt hélas pour dénoncer cela.Vous verrez...
vertgandazert
vertgandazert
Miranda

Buffle
Messages : 717
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Nantes
Emploi/loisirs : vivre pour comprendre et aimer
Humeur : bonne

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Melon et bottes de cuir le Mer 11 Sep - 16:19

Vous voulez dire que ces gens-là ont bien trop à perdre pour changer d'optique. Il est là le hic. Les dérèglements sont observables et vérifiés par la communauté scientifique, laquelle affirme que nous ne sommes plus dans une phase de réchauffement naturelle. On peut l'observer et le constater à toutes les échelles : du ver de terre aux glaciers en passant par l'homo sapiens. La température va continuer d'augmenter plausiblement, les pôles vont fondre à vue d'oeil et l'eau se dilater. Par conséquent, les eaux atteindront  cinquante centimètres environ dans une cinquantaine d'années : toutes les terres basses seront touchées. Et tant que l'homo sapiens ne reconnaîtra pas en conscience son implication et l'urgence qui accompagne ce phénomène, l'avenir s'annoncera grisâtre en vue des espèces en souffrance, la nôtre y comprise.

Avez-vous observé la migration des oiseaux, de certains insectes, le déplacement des cyclones et la vitesse à laquelle la Terre se réchauffe ? Je le répète, il faut voir loin, autrement dit, dans cinq cents ans, mille ans. Qu'est-ce que mille ans aux yeux des premiers hommes ?

P.S Les politiciens devraient s'occuper de la politique et laisser les scientifiques faire leur métier. Chacun à sa place.
Melon et bottes de cuir
Melon et bottes de cuir
Pluton

Rat
Messages : 1979
Date d'inscription : 16/05/2019

Localisation : Alpes suisses
Emploi/loisirs : La boxe, la lecture,
Humeur : Fluctuante, douce, cynique et mélancolique

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Assam le Jeu 12 Sep - 16:11

LES DÉRIVES DU GIEC (vidéo courte)
Climat, communication et marketing politique


Assam
Protée

Cochon
Messages : 643
Date d'inscription : 28/10/2018

Localisation : No relevant

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Hakaan le Jeu 12 Sep - 16:45

Qu'elle grosse blague le GIEC a bien fait un bilan des dégâts de la production industrielle et même de l'urbanisation

Le sol est une ressource essentielle
Le rapport Changement climatique et terres émergées indique que la planète pourra mieux faire
face aux changements climatiques si l’accent est mis sur la durabilité.
«Les terres émergées jouent un rôle important dans le système climatique», a déclaré Jim Skea,
coprésident du Groupe de travail III du GIEC.
«L’agriculture, la foresterie et d’autres types d’utilisation des terres représentent 23 % de nos
émissions de gaz à effet de serre. Parallèlement, les processus terrestres naturels absorbent une
quantité de dioxyde de carbone équivalant presque au tiers des émissions dues aux combustibles
fossiles et à l’industrie», a-t-il ajouté.
«Le rapport montre qu’une gestion durable des sols nous aiderait à faire face aux changements
climatiques», estime Hans-Otto Pörtner, coprésident du Groupe de travail II du GIEC.
«Les terres déjà exploitées à ce jour pourraient subvenir aux besoins de la planète dans un
environnement climatique en pleine évolution et fournir de la biomasse pour les énergies
renouvelables, mais il convient de prendre des mesures rapides et de grande envergure dans
plusieurs domaines. N’oublions pas non plus la préservation et la restauration des écosystèmes et
de la biodiversité» a-t-il conclu.
https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/2019/08/2019-PRESS-IPCC-50th-IPCC-Session_fr.pdf


C'est juste un extrait d'un rapport, il y en a des 10 aines plus fournis dans le même genre
Hakaan
Hakaan
Admin

Rat
Messages : 4629
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : pessimisme de la lucidité, optimisme de la volonté

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par lan'N'noir le Jeu 12 Sep - 19:10

Ci joint le lien sur le cours très illustré donné par Jean Marc Jancovici sur le RC cette année à l' école des mines de Paris au cas ou ça intéresserait quelqu'un.



lan'N'noir
Amalthée

Dragon
Messages : 285
Date d'inscription : 01/07/2019

Localisation : Limoges

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Mélanie le Jeu 12 Sep - 19:28

@vertgandazert a écrit:Mélanie, quand vous remarquez:
"Alors que l'humanité aspire à un retour au source, à l'ère de la vérité, du respect de l'environnement.
Ils savent très bien qu'ils n'ont pas leur place au milieu de tout ça, puis que c'est l'opposé des valeurs qu'ils prônent.
La non logique de leur raisonnement me donne mal rien que d'y penser."
Ce que vous ressentez comme non logique, est au contraire subtilement logique, si l'on se place dans leur optique de mensonge et de manipulation.
Ces gens là sont intelligents et malhonnêtes, ils se servent de l'écologie et de ses valeurs, exactement comme les religions se servent de Dieu, pour le service des pouvoirs en place et donc du leur.
Ce double langage, accompagné d'un mode vie à l'opposé de leurs prédications, est identique à celui de nombreux religieux, l'écologie prônée par le complexe "médiatico-politico publicitaire" est bien de nature religieuse, c'est bien pourquoi je n'en attends strictement rien de positif, ni pour la planète, ni pour nous , encore moins.
Mais c'est trop tôt hélas pour dénoncer cela.Vous verrez...

C'est vrai qu'il se servent de l'écologie qui est dans l'ère du temps depuis pas mal d'année pour valoriser leur image alors que dans le fond ils ne s'y intéressent absolument pas.
La situation est quand même complexe et je trouve que plus on évolue et plus les jeunes générations vivent dans des mondes coupés de la nature, aseptisés, à ne manger que des aliments traités aux conservateurs et à tout jeter dès le moindre doute.
D'un côté c'est normal que la société change, on est dans l'époque du tout près, du rapide, Mc Do a très bien compris les attentes de ses clients d'ailleurs..
Quelque part, et c'est triste à dire, si il y avait de sérieux problèmes climatiques à venir dans ces prochaines années, au moins la conscience se réveillerait et les gens se diraient que là il faut changer le mode de fonctionnement de la société.

Des informations que j'ai, je ne citerai pas mes sources ici, les catastrophes naturelles vont être de plus en plus fortes.
Mélanie
Mélanie
Protée

Serpent
Messages : 591
Date d'inscription : 29/05/2019

Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par WB35 le Dim 15 Sep - 10:02

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Arton15411-843f0
WB35
WB35
Titania

Dragon
Messages : 1524
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : En paix

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par WB35 le Lun 16 Sep - 0:39

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 DqwKD1eX4AADglm
scratch
WB35
WB35
Titania

Dragon
Messages : 1524
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : En paix

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Sod le Lun 16 Sep - 8:16

Je n'ai pas suivit ce topic, mais ceux qui pensent qu'il n'y a pas de réchauffement feraient peut être bien de se demander si cette croyance ne leurs sert pas, entre autres choses, à se débarrasser du caractère légèrement anxiogène de la thèse du réchauffement, qu'on devrait plutôt appeler "changement" climatique, la monté de la température moyenne n'étant qu'un aspect parmi d'autres, notamment plus souvent des phénomènes extrêmes, et plus fort que d'habitude, de chaud, de froid, de tempêtes, de pluies, etc.
Sod
Sod
Triton

Serpent
Messages : 2181
Date d'inscription : 31/08/2018

Localisation : inconnue

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Totem le Lun 16 Sep - 15:23

Peut être aussi que les tenants du réchauffement climatique ne veulent pas décevoir leurs maîtres....qui sait.?
Totem
Totem
Uranus

Chèvre
Messages : 4452
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Melon et bottes de cuir le Lun 16 Sep - 15:31

Les faits parlent d'eux-mêmes. La Terre est en souffrance, et cette dernière ne va faire qu'augmenter si l'homo sapiens ne gagne en sagesse.
Melon et bottes de cuir
Melon et bottes de cuir
Pluton

Rat
Messages : 1979
Date d'inscription : 16/05/2019

Localisation : Alpes suisses
Emploi/loisirs : La boxe, la lecture,
Humeur : Fluctuante, douce, cynique et mélancolique

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Totem le Lun 16 Sep - 16:15

Mais les faits parlent aussi d’eux-mêmes....Les maîtres restent les maîtres en ce monde et les suivre leur donne raison.
Totem
Totem
Uranus

Chèvre
Messages : 4452
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Azaël le Lun 16 Sep - 16:19

Voudrais-tu prendre leur place ?
Azaël
Azaël
Titania

Rat
Messages : 1672
Date d'inscription : 31/03/2019

Localisation : Devant son écran

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Totem le Lun 16 Sep - 16:58

@Azaël a écrit:Voudrais-tu prendre leur place ?

Oh que non, mais les suivre....jamais....mais chacun est libre de le faire..n’est ce pas.? Razz
Totem
Totem
Uranus

Chèvre
Messages : 4452
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2) - Page 7 Empty Re: Réchauffement climatique grosse mite ou raelité ? (2)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8 ... 10, 11, 12  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum