Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Aller en bas

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) Empty Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Message par Reïna le Sam 19 Mai - 9:57

Toi et Moi

Je te dis « je t’aime »
Tu me réponds « idem »
Tu me dis « je t’aime »
Je te réponds « idem »
Qui sommes-nous ?
Encore deux gamins que l’âge enveloppe
Ou bien deux êtres prêts à rejoindre leur Source
Et qui sont restés deux gamins que la vie émerveille ?
Nous nous sommes trouvés
Nous nous sommes reconnus
Unis d’un même amour
Qui nous rapproche chaque jour un peu plus…
Tu es Toi, je suis Moi
Chacun veillant sur l’autre
Nos yeux parlent pour nous
Nos mains se cherchent
Nos cœurs battent l’un pour l’autre
Je m’inquiète de ta santé
Comme tu veilles sur la mienne
Souvent nous disons en même temps
La même phrase
Une télépathie nous réunit
Parfois la nuit je te regarde dormir
J’écoute ton souffle pour me rassurer
Que deviendrons-nous l’un sans l’autre ?
Une moitié de nous resterait seule
L’autre moitié, je le souhaite, serait dans la Lumière
La vie devra continuer
Mais elle n’aura plus ce goût de miel
Un jour, pourtant, nous nous rejoindrons
Pour l’éternité…
Plus de maux
Pour l’éternité la Paix, l’Amour et la Lumière…
Je t’aime, tu m’aimes
IDEM…


Dernière édition par Erell le Dim 10 Juin - 20:02, édité 1 fois (Raison : Précision (Reïna) dans le titre du sujet...)

Reïna
Protée

Buffle
Messages : 634
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : TOULON
Emploi/loisirs : Retraitée
Humeur : Comme l'air du temps

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) Empty Re: Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Message par Reïna le Sam 19 Mai - 10:08



Gaia




Songeuse ? Le regard fixant un point indéterminé, je ne peux dire si elle est triste, pensive, impassible ou énigmatique. Ses yeux verts en amandes, très expressifs laissent deviner une âme lumineuse. Plus je regarde le portrait et plus j’ai l’impression que ses yeux me parlent. Pendant plusieurs minutes, les miens ne peuvent quitter ce tableau dont la jeune femme aux traits délicats est d’une beauté froide, mais qui captive. Ses lèvres fines sont fermées et ne laissent passer aucun sourire. Sa chevelure épaisse, relevée, forme une auréole. Oui, pour moi, c’est ce que je vois au-dessus de sa tête, une auréole ! Qui la protège ? Qui lui donne un air divin ?
Isidora ? Car il s’agit bien d’elle, ne fait-elle pas partie du règne des Antonins ? Mais ses yeux emplis de paroles muettes me chuchotent mentalement : « Voyons, c’était une courtisane, la plus belle qui existât sous la dynastie des Empereurs des Antonins. Elle était très recherchée, courtisée, adulée et a vécu longtemps, protégée, aimée par l’un des Cinq premiers Empereurs, surnommés les Cinq bons Empereurs ».
Je me sens transportée par mon imagination fertile au siècle au cours duquel ces Cinq Empereurs ont gouverné. Ce fut un siècle faste, appelé siècle des Antonins ou siècle d’Or.
J’imagine Isidora drapée dans des robes d’apparat cousues avec des fils d’or et brodées de pierreries. Les bijoux qu’elle porte brillent de mille éclats et rehaussent sa beauté. Son Empereur et Maître est fier de l’avoir à son bras et elle est de toutes les fêtes, de tous les galas. Mais il garde sur elle un œil jaloux, soupçonneux, prêt à demander raison à celui qui serait assez fou pour lever les yeux sur sa belle. Il l’aimait, la respectait, mais c’était sa « chose ». Elle lui appartenait. Plusieurs esclaves étaient à son service et la servaient avec dévotion… Isidora s’ennuyait de cette vie monotone et aurait bien voulu s’enfuir ! Mais où aurait-elle pu aller ? Elle aurait été à la merci de quelque filou qui aurait exploité ses charmes… Alors, elle supportait tristement son mal en patience. En vérité, Isidora vivait dans une prison dorée.
Vraiment ce portrait m’hypnotise ! Son attention paraît n’être que pour moi. Nous ne sommes plus qu’elle et moi dans cette pièce. Qu’à voulu exprimer le peintre ? A-t-elle été heureuse ? Pourquoi ce visage de marbre ? Cache-t-elle un mystère, un secret ? Ah, si elle pouvait parler !
Je suis sûre qu’elle en aurait des confidences à me faire… Peut-être un enfant bâtard qu’on lui a enlevé à la naissance… Qu’est-il devenu se demande-t-elle. A-t-il reçu une bonne éducation, une instruction qui lui permit de se faire une place digne et respectable au sein de la haute société ? Ou bien a-t-il été confié à une famille pauvre qui recevait chaque mois une substantielle somme d’argent pour l’élever ; somme qu’elle gardait pour ses propres enfants…Souvent, elle avait essayé de se renseigner sur ce bébé qu’on lui avait volé, oui, volé, arraché à son amour, à son besoin de le prendre contre elle, de sentir son odeur, de lui chanter des berceuses… Mais un mur de silence s’était levé autour d’elle et il n’y avait que son Maître et la personne qui avait reçu l’ordre d’emmener le nouveau-né qui savaient dans quelle contrée lointaine il vivait à présent… Et vivait-il ? Comment aurait-elle pu en être sûre ! Elle le souhaitait ardemment et chaque soir, avant de s’endormir, une prière montait de ses lèvres pour demander aux Dieux, protection et bénédiction pour cet enfant qu’elle ne connaîtrait jamais !
Combien j’aurais aimé connaître sa vie de courtisane, ses désirs, ses peines, ses illusions perdues, ses espoirs…
Enfermée dans ce tableau, pense-t-elle à des souvenirs enfouis ? Rêve-t-elle d’un avenir qui lui rendrait et sa liberté et son estime ? Et puis, certainement, elle n’a pas oublié ce bébé dont elle n’a jamais su le sexe et qui ne quitte pas ses pensées.
Je laisse encore mon imagination vagabonder. Décidément, parmi tous ces portraits qui m’entourent, il est le seul qui me donne cette sensation de déjà vu. Il m’intrigue, me procure une émotion intense. Peut-être ai-je vécu à cette époque, au siècle des Antonins, rencontré Isidora… Alors ai-je connu les rites et coutumes de ce siècle d’Or et ce visage qui me fixe me fait revivre une de mes vies passées ! Isidora a-t-elle été ma sœur, ma mère, mon époux ou encore mon frère, mon père, ou bien un ami très cher ? Comment un tableau peut-il me faire poser tant de questions ? Je n’ai rien lu de cette époque ou si peu, et voilà que j’éprouve pour cette jeune femme une amitié incompréhensible, une douceur et une complicité…
Je la fixe à nouveau et je suis de plus en plus persuadée qu’elle a beaucoup souffert, une souffrance que le peintre a voulu faire ressortir. C’est du moins mon impression, c’est ce que je ressens. Et je me dis qu’il a réussi à faire parler ce portrait… Oui, Isidora, me parle. Mes idées prennent une autre tournure.
Rendue immortelle par l’artiste, désire-t-elle me faire passer un message ? Imagine-t-elle tout ce qui pourrait changer sur notre bonne vieille mère la Terre ? Et pourtant, elle tourne ! Oui, mais tourne-t-elle de la même façon pour tous ? Savons-nous prendre le temps de regarder autour de nous, d’apprécier ce que la Nature nous offre : sentir avec bonheur le parfum d’une fleur ou d’une épice ; Se laisser caresser par une brise légère ; recevoir une pluie bienfaisante ; écouter le murmure d’un ruisseau ; entendre le chant des oiseaux ou chuchoter les feuilles sur les branches d’un arbre ; sourire à un passant ; déposer un baiser sur le front d’un enfant et lui raconter la vie ; prendre la main d’un malade et rester sans rien dire, juste qu’il sache qu’il n’est pas seul ; admirer le travail incessant des fourmis laborieuses, un coucher de soleil, des nuages ouatés, éparpillés ça et là dans un ciel bleu ; écouter un air de musique qui nous apaise…
Que de mots muets, les yeux d’Isidora me racontent… Elle voudrait me dire de remercier chaque petit bonheur qui s’offre à nous, de pardonner à ceux qui nous ont blessés, de ne se rappeler que des instants heureux du passé et surtout, surtout, de vivre le moment présent, le Ici et Maintenant. Nous sommes tous des étincelles de la lumière divine et nous venons de la même Source…Oui, Isidora aimerait de toutes ses forces que la Terre tourne encore et encore… Pour ce faire, il faudrait que chacun de nous essaie de se connaître d’abord lui-même pour apprendre à s’aimer. Si nous ne nous aimons pas, comment savoir aller vers son prochain, le découvrir, oublier la couleur de sa peau, sa religion et ses rites, l’apprécier avec ses défauts et ses qualités, le respecter et… enfin l’aimer !
Cette jeune femme silencieuse m’interpelle fortement et une étrange télépathie s’instaure entre nous. Sûrement parce que nous avons le même idéal, une envie utopique de changer le monde. Elle me parle de Gaïa, de sa force, son énergie, sa puissance et en même temps, de sa colère envers les humains… Gaïa, déesse de la terre ne comprend pas comment nous avons laissé la terre péricliter : Gaïa sait sa vulnérabilité, la menace qui pèse sur elle ; donc sur nous. Isidora me rappelle que pourtant, elle tourne ! Elle tourne malgré le réchauffement de la planète, de la pollution, de la détérioration rapide de nos écosystèmes, de la haine que les humains déversent sur leurs pays voisins engendrant guerres et racisme… Oui, elle tourne encore. Mais jusqu’à quand ? A nous de faire en sorte qu’elle ne cesse jamais de tourner ! Alors, je crois que les yeux d’Isidora, déjà lumineux, brilleront encore plus et éclaireront d’une lumière très particulière sa physionomie froide en apparence. Son visage prendra vie, un sourire radieux transformera ses traits et son âme rayonnante se reconnaîtra, c’est sûr, telle que je la devine depuis que ma vue s’est posée sur ce tableau.
Gaïa, la Mère de tout ce qui est terrestre, est une compagne et une amie fidèle. Elle a encore pleine de ressource et d’ingéniosité et elle arrivera à ouvrir nos cœurs et nos âmes pour nous amener à réaliser qu’une nouvelle ère se prépare. La Terre en a assez de cette disharmonie et cette souffrance qu’on lui inflige. Gaïa est là pour nous montrer le chemin que nous devons suivre ; elle a préparé la voie qui nous mènera à sauver notre planète… A nous de savoir la suivre. Gaïa est apte à réveiller nos consciences et préparer pour la génération montante une terre nouvelle où il fera bon vivre dans la paix, la joie et l’amour…
Je sais qu’Isidora a voulu me transmettre ce message. Par delà les siècles, elle m’a choisie, moi, sœur de cœur, pour distribuer à travers l’Univers, des milliers d’étoiles lumineuses pour apporter aux humains, sagesse, espoir et détermination. Ce sera grâce à notre volonté, énergie et courage que nous sauverons notre Mère le Terre… Car elle doit poursuivre le déroulement de la vie, retrouver un équilibre perdu… A nous de savoir choisir sagement comment la restructurer et la restaurer…
Jamais je n’aurais cru qu’un seul tableau représentant un portrait du siècle des Antonins eût pu m’éclairer sur ce que nous vivons présentement et ce que nous espérons vivre dans les années à venir. Grâce à lui, des pensées créatrices ont germé dans mon esprit :
Un voile s’est levé. Un voile qui était complètement opaque et qui m’empêchait de voir. Oh ! Pas avec les yeux, mais avec le cœur et l’âme. Ce voile s’est déchiré pour m’apporter la lumière que je croyais vraiment connaître, alors que ce n’était que l’illusion de cette lumière. Pourtant, mon cœur a toujours été plein d’amour que j’aimais à partager avec tout ce qui vit et vibre dans l’Univers… Mais à présent, cette lumière qui est en moi, qui rayonne autour de moi, qui fait battre mon cœur, illumine mon âme, cette Lumière, c’est la vraie, la puissante, celle qui éclaire mon chemin même lorsque des ténèbres veulent m’étouffer, me faire replonger… Elle m’entoure, m’enveloppe ; elle s’élargit, m’inonde de lueurs insondables mais combien lumineuses… Cette lumière apporte en moi la paix que j’ai tant cherchée, augmente la douceur que je ressens… Elle a ouvert un petit point qui n’attendait qu’à grandir, à s’étendre, à se déverser encore plus sur mon prochain, le lointain, l’inconnu, mais vers qui vont mon empathie, mon affection, mon amour.
Alors, merci à ce peintre qui m’a fait découvrir Isidora, m’a fait imaginer une partie de sa vie et surtout m’a fait entrevoir tout ce qui nous reste à faire, nous les habitants de la Terre, la respecter, l’honorer et l’aimer…

Reïna
Protée

Buffle
Messages : 634
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : TOULON
Emploi/loisirs : Retraitée
Humeur : Comme l'air du temps

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) Empty Re: Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Message par Reïna le Dim 20 Mai - 14:39



Le Génie


Bientôt 2009 va se terminer. Une petite fête est organisée au Café Culture où une surprise nous est annoncée. Dans une ambiance chaleureuse, et après avoir partagé gourmandises et boissons, le silence est demandé par le Président qui nous présente, ô émerveillement, le Génie du Café Culture. Des « Oh », des « Ah » fusent de tous côtés puis le calme se rétablit. Le Génie décide d’accorder trois vœux à chacun de nous, mais ces vœux ne doivent pas être formulés pour nous-mêmes. Lorsqu’arrive mon tour, je lui expose ce qui me tient à cœur :
- Mon bon Génie, mes vœux vont te paraître utopiques et difficiles à réaliser, mais tu dois être apte à me les accorder ».
Un sourire amical et amusé en même temps se dessine sur ses lèvres.
- Je suis tout ouïe
- Bon ! Alors voilà…
Premièrement, j’aimerais que les gens vivant sur notre planète, apprennent à vivre en bonne intelligence. Parce que vois-tu, nous oublions trop souvent à apprendre à nous connaître nous-mêmes, donc à nous aimer. Et si nous ne nous aimons pas, comment alors, savoir aller vers son prochain, le découvrir, l’apprécier, le respecter pour enfin l’aimer ! Si nous arrivons à accepter les défauts et les qualités de chacun sans porter de jugement, chacun de nous se portera mieux et une meilleure entente régnera.
Ensuite, mon deuxième vœu, va dans le sens de la continuité du premier, je te prie, d’avance, de m’en excuser. Il faudrait que les Hommes avec un « H » majuscule, regardent leurs voisins en oubliant la couleur de sa peau, sa religion, sa race, ses rites et coutumes, car ils ne cherchent pas à comprendre que nous venons de la même Source et que nous retournerons dans notre Maison commune. Ce faisant, les guerres diminueraient grandement, je n’ose pas dire disparaîtraient, bien que ce soit mon désir, et le racisme n’existerait plus.
Mon troisième vœu, concernent les personnes âgées ou handicapées qui sont seules, et /ou malades. Ces personnes se sentent oubliées, rejetées, voire inutiles ou méprisées. Il suffirait d’un sourire, de quelques mots chaleureux, d’une aide bénévole, d’une présence amicale de temps en temps pour qu’ils sachent qu’eux aussi existent comme tout un chacun, qu’ils font partie de la Société et qu’ils nous apportent avec leur handicap, quel qu’il soit, une richesse qui est en eux et dont ils nous font profiter.
- Ouf, je croyais que tu ne terminerais jamais d’énoncer tes vœux. Adjugé, je vais les exaucer ! Et oui, tu ouvres de grands yeux ébahis, mais ce soir tout est possible ; et puis ne suis-je pas un Génie, le Génie du Café Culture ? »

Le temps a passé. Apparemment, le Génie a tenu parole. Je m’en rends compte déjà simplement en croisant mes voisins dans l’ascenseur ou dans les Supers Marchés. Ils proposent d’acheter le pain ou de rapporter son journal à celui ou celle qui a de la difficulté à se déplacer. Certains, vont tenir compagnie à des personnes sans famille, font la lecture à un mal voyant ou une malade qui n’a pas la force de tenir son livre. De plus en plus de réunions amicales où nous retrouvons différentes ethnies se mettent en place. Chacun apporte son savoir et sa disponibilité.
Les gens ont appris ce que le mot « Aimer » voulait dire ; et respecter l’autre est entré dans les mœurs. Les guerres disparaissent peu à peu… A présent, il fait bon vivre sur notre bonne vieille mère, la Terre. C’est Gaia qui doit être heureuse de ce changement quasi miraculeux… Et mon bon Génie aussi, puisqu’il me propose à présent d’exaucer un vœu pour moi-même. Je suis bien embarrassée ! A mon âge, que demander ? Mes enfants et petits-enfants ont eux également profité de mes précédents vœux et vivent en harmonie. Le Génie me fixe, un brin impatient. Il faut que je me décide :
« Voilà, je suis née avec une maladie génétique, dite « orpheline » qui m’a empêché de faire ce dont j’avais envie, hormis lire et écrire, mes passions qui m’ont aidée à porter le poids de mes maux. Or, avec l’âge, ces douleurs s’amplifient et parfois une révolte gronde en moi. Souvent, je n’arrive plus à supporter cette souffrance et je culpabilise de ne pas toujours accepter ce pourquoi je suis née. Alors, si par exemple, ne serait-ce que pendant trois mois, je n’avais plus aucune douleur, si je pouvais me déplacer seule, réaliser mon rêve de faire une croisière pour voyager, non pas dans mon fauteuil grâce à mes livres, mais pour de bon, je te dirais un grand merci.
En déposant un baiser sur mon front, le Génie disparut. Et depuis six mois, je suis une autre femme. Je ne souffre ni le jour, ni la nuit. J’ai pu apprendre à faire des claquettes, et oui, c’est miraculeux, non ; à jouer de la harpe. Mes doigts ne sont plus engourdis, mes mains ne sont plus crispées. Et la croisière dont je rêvais, s’est accomplie. J’adore le bateau. Oh, je ne suis pas partie toute seule, car je ne peux me séparer de mon mari. Je voulais qu’il ait lui aussi sa part de bonheur. Se laisser bercer par les vagues et le roulis du bateau ; aller danser après le dîner ; descendre à chaque escale pour visiter les villes, leurs monuments, rencontrer les habitants. Sentir le parfum de leurs fleurs ou de leurs épices ; apprendre un peu de leurs coutumes ; bavarder avec les indigènes même par signes si nous n’avons pas la même langue…
Que de souvenirs j’ai emmagasinés de cette croisière, qu’elle joie qui monte de mon cœur de me sentir légère, vivante…
J’avais demandé trois mois et le Génie m’en a offerts six. Ces six mois touchent à leur fin, mais je sais qu’ils resteront toujours dans mes souvenirs les plus heureux. Les douleurs vont reprendre, mais il me suffira de repenser à ces mois magiques pour les supporter et continuer à aller vers mon crépuscule qui m’amènera vers la Lumière.
Vous voyez, nous pouvons voyager par la pensée ; rêver sans nous déplacer ; respirer l’odeur de la vie… Qui a dit ? « Si vous n’avez pas ce que vous aimez, aimez ce que vous avez… »

Reïna
Protée

Buffle
Messages : 634
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : TOULON
Emploi/loisirs : Retraitée
Humeur : Comme l'air du temps

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) Empty Re: Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Message par Reïna le Mer 23 Mai - 13:47

Toi, mon Amie…

J’ai rêvé de toi hier soir.
Tu riais et dansais dans les près :
Ta robe blanche garnie de dentelles,
Ton chapeau de paille d’Italie,
Tes gants qui te faisaient encore de plus petites mains.
Tétais gaie, tu respirais la vie
Tes yeux pétillaient de malice
Du bout des doigts, tu m’envoyais quelques baisers.
Où t’en es-tu allée, mon amie si chère ?
Une pirouette, un pied de nez et tu as disparu.
Avais-tu assez vécu ? Notre amitié ne te suffisait plus ?
Pourtant tu étais une autre moi-même !
Que de confidences avons-nous échangées…
Que de fous rires avons-nous partagés…
Combien de fois as-tu séché mes larmes ?
Combien de fois t’ai-je grondée affectueusement ?
Nous nous comprenions d’un regard
Nous avons grandi ensemble
Partagée par le même besoin d’aimer
Par un même idéal
Par une soif de bonheur.
Nous ne nous ressemblions pas
Et pourtant, on nous appelait « les jumelles »
On ne nous voyait jamais l’une sans l’autre
Toi, la grande aux longs cheveux blonds
Des yeux noisette un peu bridés ;
Moi, plus petite à la chevelure courte, d’un noir bleuté
Des yeux profonds au regard noir mystérieux…
Tu es partie, sans crier gare
Un jour, soudain, foudroyée par une brutale maladie
Nous n’avons même pas eu le temps de nous dire au T u m’as laissé seule avec ma peine, avec mon désarroi
Où es-tu à présent ?
J’espère que tu baignes dans la lumière
Et qu’un jour je te retrouverai.
Peut-être de là-haut me fais-tu un clin d’œil !
Peut-être est-ce là, l’explication de mon rêve.
J’aurais voulu m’approcher, te toucher…
Mais j’étais comme paralysée
Heureuse de te revoir après tout ce temps
Retenant ma respiration de crainte que tu ne repartes trop vite.
Nous n’avons fait que nous repaître de nos visages
Evitant de parler mais imaginant mille choses que nous aurions aimé dire.
Je savais que je rêvais
Je n’aurais pas voulu me réveiller…
Toi, ma douce amie
Es-tu venue dans mon sommeil
Me délivrer un message ?
As-tu voulu apaiser mon chagrin ?
Ta photo, sur ma table de nuit
Tu sais, celle où tu tiens dans tes bras Minette,
Celle où tu ne fixes pas l’objectif,
Mais où ton regard semble lointain ;
Je crois que tu étais déjà ailleurs
Avec ce sourire indéfinissable aux lèvres.
Même lorsque je serai une petite vieille
Notre amitié sera toujours dans mon cœur
Et j’aurai une très belle histoire à raconter à mes petits-enfants.

Bijou
Janvier 2006

Reïna
Protée

Buffle
Messages : 634
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : TOULON
Emploi/loisirs : Retraitée
Humeur : Comme l'air du temps

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) Empty Re: Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Message par Reïna le Lun 4 Juin - 9:21







Doux message,







Un message...
Des milliers d’étoiles dansent devant mes yeux. Elles brillent et scintillent m’apportant joie et amour. Puis des fleurs multicolores ouvrent grand leurs corolles et leur parfum enivrant me font légèrement tourner la tête. C’est une sensation délicieuse, une condition nouvelle pour moi ! Pourquoi actuellement des changements se produisent ainsi en moi ? Pourquoi est-ce que je reçois cette plénitude, cette paix. C’est comme si un message venu d’ailleurs, arrive jusqu’à moi pour me donner chaleur et humilité. Car, tout ce que je ressens actuellement, je le reçois humblement, les mains ouvertes vers le ciel, (ceci étant bien sûr une image) et attendant presque que ces étoiles et ces fleurs apparaissent vraiment là, tout de suite.
Je sais qu’elles sont dans mon cœur et je veux en faire un immense bouquet pour pouvoir envoyer à chacun et chacune de vous une brassée remplie de tendresse et de fraternité.

Reïna
Protée

Buffle
Messages : 634
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : TOULON
Emploi/loisirs : Retraitée
Humeur : Comme l'air du temps

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) Empty Re: Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Message par Reïna le Dim 10 Juin - 17:55

SERENITE de « A » à « Z »


Aujourd'hui, le soleil se lève dans un ciel
Bleu et lance sur la terre ses
Chauds et réconfortants rayons.
Dans la maisonnée encore endormie,
Enfants et parents savourent ce dimanche de repos.
Flâner et paresser au lit,
Grands et petits en rêvent chaque jour de la semaine...
Henri, époux et père bien-aimé se lève le premier.
Il prépare un copieux petit déjeuner:
Jus de fruits, céréales, chocolat chaud et tartines.
KA qui domine sur la cheminée, tutélaire,
Les protègera tout au long de la journée.
Maman, souriante dès le réveil,
Ne tarde pas à rejoindre la vaste cuisine
Où toute la famille a l'habitude de se réunir
Pour déguster ensemble, ce premier repas dominical,
Qui les incite à bavarder, détendus et complices.
Rien ne vient troubler cette atmosphère
Sereine et chaleureuse qui règne
Tout au long de ce déjeuner.
Une confidence fuse, des sourires se dessinent, des regards
Vigilants et tendres s'échangent.
Week-end calme, joyeux, ravit chaque membre de la famille.
Xénophiles sincères, leurs cœurs s'ouvrent à tous.
Youp, youpi, la joie brille dans leurs yeux. Être
Zen, fait de leur vie un chemin d'amour...
2013


Reïna
Protée

Buffle
Messages : 634
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : TOULON
Emploi/loisirs : Retraitée
Humeur : Comme l'air du temps

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) Empty Re: Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Message par Invité le Dim 10 Juin - 20:15

Merci      Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) 2057484367  douce Reïna

pour ces petits bouts de toi...

... tout plein de fraîcheur et de poésie  Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) 1027381557

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) 1388378083

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) Empty Re: Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Message par Starchild*Light le Lun 11 Juin - 7:07

Un moment remplit de tendresse,
à lire ta vibrante plume,
et à me laisser transporter par ton écriture,

Gratitude Chère Reïna Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) 312990806 .

♥️♥️♥️
Starchild*Light
Starchild*Light
Mithra

Tigre
Messages : 18
Date d'inscription : 24/05/2018

Localisation : Source Éternelle ♥♥♥

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) Empty Re: Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Message par Reïna le Lun 11 Juin - 9:52

Merci à vous, à ceux qui prennent un peu de leur temps pour me lire. Bonne journée.11.06.2018 sunny
Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) 3590558165

Reïna
Protée

Buffle
Messages : 634
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : TOULON
Emploi/loisirs : Retraitée
Humeur : Comme l'air du temps

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) Empty Re: Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Message par Invité le Lun 11 Juin - 10:34

Bonjour Reïna,

Merci pour ces textes porteurs de douceur,
de tendresse et d'amour. Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) Empty Re: Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Message par Reïna le Mer 13 Juin - 13:51

Bisous Annalou...

J’écoute mon cœur battre
J’entends le silence qui m’entoure
Je t’appelle et TU me réponds
D’un signe, un mouvement, un frôlement
Chaque jour je TE prie
Chaque jour une même communion nous unit
TU es là au fond de mon cœur
Lumière qui éclaire et mon chemin et ma vie
TU sais ce qui est bon pour moi
TU me connais
TU m’apprends à devenir chaque jour meilleure
A accepter les chagrins comme je me réjouis des joies
TU es la voix qui guide ma voie
TU es présent à chaque instant de mon existence
TU m’aides à me relever quand parfois je trébuche
TU veilles sur mon sommeil
Peuplé parfois de rêves qui m’interpellent
TU m’as appris à aimer tout ce qui m’entoure
Les êtres et les bêtes
Le ciel et les champs de fleurs
Les abeilles qui butinent laborieusement
Le murmure des feuilles dans les arbres
L’enfant qu’il faut consoler
Le passant qui répond à mon sourire
Le malade à qui je tiens la main
Et tout cet amour éclate aux quatre vents
Il s’éparpille pour aller de-ci, delà
Apporter ton message
Un message d’amour, de paix, de joie…
A TOI qui fais partie de moi
A TOI qui es celui qui EST
Un doux merci monte de mon cœur
Jusqu’à mes lèvres

Reïna
Protée

Buffle
Messages : 634
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : TOULON
Emploi/loisirs : Retraitée
Humeur : Comme l'air du temps

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) Empty Re: Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Message par Reïna le Mar 6 Aoû - 17:14

Un conte: La Chatte noire...

C’est un petit village perché au haut d’une colline. Peu d’habitants. Un lieu trop solitaire pour celle qui rêvait depuis sa petite enfance d’espace, de bruits… Et puis comment réaliser son vœu le plus cher, devenir sage-femme ? Ici, dans cet endroit qui l’avait vue naître aucune possibilité de faire de longues études. Elle travaillait bien et mettre au monde des bébés, ce serait pour elle un émerveillement toujours renouvelé.
Un jour, ou plutôt un soir, elle décida de quitter sa vielle mère en lui laissant juste quelques mots d’explications et, sa valise à la main, elle se mit en route. Il faisait nuit et elle devait traverser une forêt épaisse avant d’arriver à la ville voisine, là où elle pourrait poursuivre ses études. Elle avançait courageusement, mais le moindre bruit, un oiseau qui s’envolait, un lapin qui décampait, la faisait sursauter. Alors, elle s’arrêtait, tendait l’oreille, respirait un grand coup et reprenait sa route. Soudain, dans une clairière, une ombre se dressa devant elle. Terrifiée, son cœur battant la chamade, elle s’arrêta.
- Où cours-tu ainsi, seule et à cette heure ?
- Je veux rejoindre la ville car dans mon village, je ne peux continuer les études désirées, répondit-elle, d’une voix tremblante.
- Si tu me promets de ne jamais faire mention de notre rencontre, je désire encourager tes projets et tu peux formuler un vœu, mais un seul, celui qui te tient le plus à cœur.
- J’aimerais avoir juste suffisamment d’argent pour terminer mes études et obtenir le diplôme que je désire.
- Voilà qui me plaît : ambitieuse, déterminée, volontaire. Voici une pierre ronde toute lisse. A chaque fois que tu auras besoin d’argent, tu n’auras qu’à passer trois fois la main sur elle et ton vœu se réalisera. Mais attention, ce ne sera que de modestes sommes pour t’aider à aller au bout de ton diplôme ».
Elle n’eut pas le temps de remercier que déjà l’ombre avait disparu. Elle se dit que la fatigue lui avait fait imaginer tout ça. Mais non, dans sa main, une belle pierre ronde brillait dans la nuit. Elle continua d’avancer malgré sa fatigue et au petit matin elle arriva à la ville. Un bistrot venait d’ouvrir. Elle y pénétra, commanda un café et deux croissants qu’elle avala goulument et s’endormit brusquement tant elle était épuisée. Le patron du bar, ému, la laissa dormir. Peu à peu le café se remplit et le bruit réveilla notre belle inconnue qui, discrètement caressa sa pierre et paya ses consommations.
Elle trouva où se loger dans un studio minuscule et put s’inscrire aux cours dont elle rêvait depuis si longtemps. A chaque fois, la jolie pierre ronde subvenait à ses besoins.
Son assiduité, sa persévérance et sa volonté lui firent obtenir son diplôme. Elle commença à exercer avec bonheur et cacha la pierre ronde sous une pile de linge, puisqu’à présent elle était apte à gagner sa vie. Le temps passa. Un soir, à minuit, elle entendit de grands coups frappés à sa porte. Elle sauta du lit et regarda par l’œil de bœuf. Une ombre gigantesque toute vêtue de noir lui cria : « dépêchez-vous, c’est pour un accouchement !
- Mais je ne vous connais pas !
- Peu importe, exécutez-vous et suivez-moi.
- Allez à l’hôpital…
- Ne me forcez pas à défoncer cette porte, je vous dis qu’on a besoin de vous ».
Tétanisée, elle mit son manteau, prit sa trousse et ouvrit la porte. Elle semblait sous l’emprise de cette forme dont elle ne voyait pas le visage. Ils marchèrent quelques instants sans parler et l’ombre s’arrêta devant une bouche d’égout dont il souleva la grille. « Nous descendons dit-il ».
Docile, dans un état second, elle se trouva dans les égouts où une grosse chatte noire gémissait.
« Voilà, aidez-là à mettre bas » murmura la voix caverneuse. C’est un cauchemar se dit-elle, je vais me réveiller. Mais non, elle dut obéir à cet ordre et mit au monde cinq beaux chatons.
Lorsque tout fut terminé, elle transpirait à grosses gouttes de l’effort fourni mais surtout d’une peur incontrôlable. L’ombre noire lui remit une pièce d’or et l’aida à remonter puis il disparut. Arrivée à l’air libre et en ouvrant sa main, elle se rendit compte que la pièce d’or s’était transformée en un morceau de charbon…
Elle courut jusqu’à sa demeure et se jeta tout habillée sur son lit. Tous ses membres tremblaient. Lorsqu’elle arriva à se calmer, elle s’écria à haute voix : « jamais, jamais plus je ne ferai ce métier ».
Sa phrase était à peine terminée, qu’apparut celui qui lui avait remis la pierre ronde : « c’est comme ça que tu nous remercies ma pierre et moi ? Sans nous, aurais-tu réalisé ton vœu ?
- Mais si vous saviez ce qui m’est arrivé ! De ma vie, je n’oublierai.
- Je le sais et comment peux-tu t’arrêter à une première expérience malheureuse. Tu n’as pas été étonnée lorsque je t’ai offert mon aide et tu tremble à cause de cet épisode, diabolique, je te le concède. Mais si tu as pu croire au mystère bénéfique il y a plusieurs années, tu dois accepter cette épreuve de cette nuit. Nous sommes quittes et tu dois reprendre ta profession avec la même énergie et la même foi qu’auparavant. Les mêmes choses ne se reproduisent pas deux fois ».
Avant qu’il ne disparaisse à nouveau, elle alla prendre la pierre, la lui tendit en disant, apaisée : « elle pourra servir à quelqu’un d’autre ».


Reïna
Protée

Buffle
Messages : 634
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : TOULON
Emploi/loisirs : Retraitée
Humeur : Comme l'air du temps

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) Empty Re: Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Message par Totem le Mar 6 Aoû - 19:50

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) 2450762705

Très beau ce conte Reina... Il est de toi.? Wink
Totem
Totem
Neptune

Chèvre
Messages : 4134
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) Empty Re: Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Message par Reïna le Jeu 15 Aoû - 14:49

Bonjour Totem;

Je suis restée en panne d'internet et cela n'a été réparé qu'hier...
Ce conte n'est pas de moi, mais appartient à une de mes ancêtres qui le disait véridique... Cette sage-femme serait de ma famille. Je le laisse au conditionnel puisque je ne peux plus avoir de réponse.

Merci de continuer à me lire malgré mes petits passages... Je n'ai pas trop le moral, mais lorsque je
viens lire ou écrire je me sens mieux, bien que cela ne dure pas.
Bon après-midi. Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) 1388378083

Reïna
Protée

Buffle
Messages : 634
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : TOULON
Emploi/loisirs : Retraitée
Humeur : Comme l'air du temps

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) Empty Re: Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Message par Azaël le Jeu 15 Aoû - 14:51

Azaël
Azaël
Rhéa

Rat
Messages : 1391
Date d'inscription : 31/03/2019

Localisation : Devant son écran

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) Empty Re: Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Message par Totem le Ven 16 Aoû - 2:21

@Reïna a écrit:Bonjour Totem;

Je suis restée en panne d'internet et cela n'a été réparé qu'hier...
Ce conte n'est pas de moi, mais appartient à une de mes ancêtres qui le disait véridique... Cette sage-femme serait de ma famille. Je le laisse au conditionnel puisque je ne peux plus avoir de réponse.

Merci de continuer à me lire malgré mes petits passages... Je n'ai pas trop le moral, mais lorsque je
viens lire ou écrire je me sens mieux, bien que cela ne dure pas.

Bon après-midi. Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) 1388378083

Coucou Reina,

Si tu te sens mieux en venant passer quelque temps ici ça veut dire que l'on te fait cadeau d'un peu de notre énergie, même si ça ne dure pas...
Quand à ce poème même s'il n'est pas de toi, j'y ai senti quand même un peu de toi mais comme tu dis qu'il vient d'une de tes ancêtre ça peut expliquer ce ressenti. Je pense que d'une génération à l'autre il y a une transmission des savoirs pour peu qu'on s'en rende compte..

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) 1388378083 et Bonne nuit. Sleep
Totem
Totem
Neptune

Chèvre
Messages : 4134
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna) Empty Re: Nouvelles, poèmes libres, autres... (Reïna)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum