Kintsugi, métaphore de la résilience

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Kintsugi, métaphore de la résilience

Message par Kolam le Jeu 17 Mai - 20:47

Rappel du premier message :




Kintsugi


Au Japon des artistes réparent notamment les céramiques cassées et mettent en exergue les parties endommagées en remplissant d’or les fractures.

Selon cette tradition, les japonais soutiennent que lorsque quelque chose a subi un dommage, un traumatisme, un accident, il a une histoire et en devient plus beau.

L’art traditionnel japonais de la réparation de la céramique cassée à base d’une colle et de poussière d’or s’appelle Kintsugi.




Non seulement la céramique est réparée mais elle en devient plus résistante notamment aux endroits des anciennes cassures et fêlures. Plutôt que de tenter vainement de dissimuler les défauts, les crevasses, cet art les célèbre puisque ces accidents deviennent partie intégrante de l’objet et renforcent son identité et sa singularité.

Cette démarche s’appelle le Kintsukuroi qui se comprend comme un embellissement de l’objet après qu’il ait été brisé puis restauré.

Et si nous entendions cette métaphore comme une remarquable opportunité à nous appliquer à nous même ?

Et si nous considérions toute thérapie ou psychanalyse éthiques comme une occasion que nous nous donnons de mettre en exergue ce qui nous singularise et fait de nous l’être unique que nous sommes ? C’est précisément à la faveur de contingences et de malencontres que nous nous construisons et apprenons tout d’abord comment s’exprime notre symptôme mais surtout ensuite, dans quelle direction nous devons aller pour aller à la rencontre de notre propre désir.

http://www.therapiepsyparis.com/reconstruction-et-traumatisme-la-resilience/



Kintsugi/Kintsukuroi ou la valeur de la fêlure:

(...)
Le kintsugi serait apparu lorsque, à la fin du xve siècle, le shogun Ashikaga Yoshimasa a renvoyé en Chine un bol de thé chinois endommagé pour le faire réparer. Le bol étant revenu réparé avec de vilaines agrafes métalliques, les artisans japonais auraient cherché un moyen de réparation plus esthétique. Cela relève d’une philosophie qui prend en compte le passé de l’objet, son histoire et donc les accidents éventuels qu’il a pu connaitre. La casse d’une céramique ne signifie plus sa fin ou sa mise au rebut, mais un renouveau, le début d’un autre cycle et une continuité dans son utilisation. Il ne s’agit donc pas de cacher les réparations, mais de mettre celles-ci en avant.


https://www.julie-goulet.com/actualites/le-kintsugi-metaphore-de-la-resilience





Kintsugi head, Sculpture de Sally Hanreck. Australie.
avatar
Kolam
Modératrice

Buffle
Messages : 771
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas


Re: Kintsugi, métaphore de la résilience

Message par Kolam le Mar 5 Juin - 10:54


sunny



"Tout chemin est d’abord enfoui en soi avant de se décliner
sous les pas, il mène à soi avant de mener
à une destination particulière.
Et parfois il ouvre la porte étroite qui aboutit à la transformation heureuse de soi."

David Le Breton

Ext. Kintsugi - Un voyage initiatique au coeur de l'être, Marilou Brousseau. (Chapitre 1 - À l’état de rêve)
http://docplayer.fr/51807716-Kintsugi-marilou-brousseau.html




https://www.alain-collet.com/nepal/Kang/Kang08.html




Préface (Extraits), par Jacques Bonhomme, psychophonologue et formateur en expression vocale:


"Le papillon monte au ciel en titubant comme un ivrogne. C'est la bonne façon."

Cette phrase de Christian Bobin illustre bien, quant à moi, cette magnifique histoire de quête. Pour aller à la rencontre de soi-même, prendre le chemin de l'Himalaya, ne faut-il pas passer par des endroits parfois sinueux ?
(...)

J'ai beaucoup lu et cherché pour me retrouver nu au cœur de mes faiblesses. Je ressens ainsi que la quête du véritable savoir ne se situe pas tellement dans la quantité de mes expériences, mais dans la nudité de mes doutes et de mes blessures intérieures.
Dans cette faiblesse et cette fragilité réside peut-être le nectar bien caché de la réalisation de ce que je suis véritablement. Alors, pareillement à Paul de Tarse, je peux dire que si je me glorifie, c'est de ma faiblesse dont je me glorifierai.
Cette recherche de Kintsugi, c'est donc un peu moi, un peu chacun de nous avec ses blessures.

Khalil Gibran écrivait:
"Ce qui semble être le plus faible et le plus égaré en vous est le plus fort et le plus déterminé."
C'est de cette faiblesse qui pousse à la quête de moi-même que me parle cette histoire.
Le symbole du vase cassé, réparé par des coulis d'or, est absolument magnifique. Quant à l'image du coulis, représenté par des mots prononcés avec justesse et dans une écoute authentique, demeure pour moi d'une grande exactitude.
Sans les mots, certains de mes maux n'auraient pu évoluer et se transformer. Le mot n'est-il pas tantôt évocation, invocation, convocation ou provocation ?
Dans l'espace de ce monastère, le mot résonne d'un silence prêt à l'accueillir.
Accueillir le mot évoquant, mais aussi le chant invoquant.


"Ce que le cri déchire, le chant recoud", disait Carole Martinez dans son magnifique livre "Du domaine des murmures". C'est là tout le sens du mantra: une répétition qui recoud, qui répare, qui invoque.
De la répétition inconsciente des schémas à la répétition consciente des mantras, il y a seulement transformation de l'énergie par l'émergence de la conscience réparatrice.
La libération des mémoires enfouies jusque dans la matière corporelle peut alors s effectuer doucement, l'espace d'un chant répété.
Il me suffit de demeurer à l'écoute et de me laisser trouver par Kintsugi, car mes pérégrinations personnelles comme professionnelles m'ont appris que l'égo ne peut rien chercher d'autre que lui-même et qu'au bout du bout, mes blessures m'invitent à me laisser trouver.
C'est là qu'elles prennent tout leur sens, et cette conscience est le coulis qui répare.

Alors oui ! Oṃ maṇi padme hūṃ, ce mantra de la compassion peut éveiller ce joyau dans le lotus qui est peut-être ce moi véritable, cet Himalaya de l'intérieur qui ne m'a jamais quitté, mais que mes souffrances m'ont permis de rencontrer.
De la quête du passé à la quête de l'être, ce voyage initiatique, celui de Marilou comme celui de chacun d'entre nous, nous amène à nous interroger sur la notion même de voyage.

Chaque instant mène au but, car Kintsugi se trouve dans chaque pas.
Maître Eckhart nous rappelle que pour celui qui voyage horizontalement les murs sont des obstacles et que pour celui qui voyage verticalement les murs sont des chemins.
Ce voyage orchestré par Marilou Brousseau est une invitation à cette verticalité qui transforme la blessure et répare le vase que nos existences incertaines et nos histoires en apparence insensées ont ébréché.

J'aime la façon dont Marilou Brousseau raconte cette histoire, car elle lui ressemble dans sa simplicité et son élan vital. La voix est présente dans cet ouvrage à travers les dialogues, les silences sous-jacents et les introspections. Elle est aussi présente par les mantras. Il faut quelquefois répéter volontairement pour cesser de répéter automatiquement ce que dictent les vieilles mémoires.
Ce livre me met en résonance et m'invite à chanter et me rappeler qu'à travers le chant, l'homme cherche à célébrer et à se réparer.
Kintsugi est peut-être aussi ce chant qui nous cherche de l'intérieur et qui ne cesse de pousser en nous. Autant que les mots qu'elle porte, la voix est ce coulis réparateur. Cette voix, je la retrouve dans le silence de ce monastère comme un onguent. C'est à travers elle que j'ai bâti mon métier. Elle est devenue un objet à travers lequel s'effectue en moi la quête de l'essentiel.

Elle est pour moi réparation des blessures et des non-dits de l'enfance. Elle est cet entre-deux du corps et de l'esprit. Je pratique entre autres le mantra à travers mes animations et je sais combien cette répétition 'volontaire' draine la matière émotionnelle et devient passage vers la transparence à l'être". (...)

J. Bonhomme

Kolam
Modératrice

Messages : 771
Date d'inscription : 11/05/2018


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kintsugi, métaphore de la résilience

Message par Rose le Mar 5 Juin - 12:51

Merci Kolam pour cette préface
de J. Bonhomme.

Pour moi, beaucoup d'étapes
de la résilience sont dites ici.
J'imagine le chant
émergeant au sommet
de l'Himalaya
et devenant support
à l'observation.

avatar
Rose
Phoebe

Rat
Messages : 304
Date d'inscription : 14/05/2018

Localisation : J'y vais

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kintsugi, métaphore de la résilience

Message par Kouen le Mar 5 Juin - 12:58

Merci pour le partage  I love you
avatar
Kouen
Mimas

Coq
Messages : 526
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Charente Tarot XVII

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kintsugi, métaphore de la résilience

Message par tangolinos le Mar 5 Juin - 18:23

Salut Kolam

je trouve succulent le choix des citations que tu brandis.

Dans ton dernier message, j’ y ai dégusté celle-ci=
‘’Maître Eckhart nous rappelle que pour celui qui voyage horizontalement les murs sont des obstacles et que pour celui qui voyage verticalement les murs sont des chemins.’’

On pourrait dire alors que Kintsugi est une invitation à grimper les murs en s’ appuyant sur les cicatrices…
avatar
tangolinos
Amalthée

Dragon
Messages : 252
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : landes
Humeur : aléatoire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kintsugi, métaphore de la résilience

Message par Kouen le Mer 6 Juin - 8:26

@tangolinos a écrit:

On pourrait dire alors que Kintsugi est une invitation à grimper les murs en s’ appuyant sur les cicatrices…

en sorte..elles deviennent un support de "force"
( mais faut qu'elles soient bien cicatrisées )  





I love you
avatar
Kouen
Mimas

Coq
Messages : 526
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Charente Tarot XVII

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kintsugi, métaphore de la résilience

Message par porte le Mer 6 Juin - 11:53

@tangolinos a écrit:Salut Kolam

je trouve succulent le choix des citations que tu brandis.

Dans ton dernier message, j’ y ai dégusté celle-ci=
‘’Maître Eckhart nous rappelle que pour celui qui voyage horizontalement les murs sont des obstacles et que pour celui qui voyage verticalement les murs sont des chemins.’’

On pourrait dire alors que Kintsugi est une invitation à grimper les murs en s’ appuyant sur les cicatrices…


Et paradoxalement, les murs nous indiquent la verticalité et le chemin à l’horizontalité. D’autre part, un mur étant une construction, soit on le contourne et la verticalité est évitée et donc remise, soit autant nous l’avons construit, autant nous pouvons le déconstruire, une autre alternative se présente, escalader ce mur et monter par conséquent plus haut.

En tout ceci, la déconstruction est une voie transcendante, car elle envisage de se délester de ce qui n’a plus lieu d’être et de ne plus voir les expériences comme des obstacles, épreuves ou autres qualificatifs dérivatifs donc, mais des opportunités de grandir.

Les cicatrices, les blessures, nos failles, nos faiblesses peuvent être associées aux fêlures, aux failles dans le mur et qu’elles sont le début de cette déconstruction, dissolutions d’illusions par des « je crois que ». Le début d’une nouvelle conscience qui prend en compte la vie dans la VIE.

« La vie ne vaut que si elle est partagée ».

Fraternellement I love you
avatar
porte
Amalthée

Serpent
Messages : 286
Date d'inscription : 14/05/2018

Localisation : Pays de la Loire
Humeur : paix aimante

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kintsugi, métaphore de la résilience

Message par Totem le Mer 6 Juin - 13:33

Déconstruction dites vous?. Wink



avatar
Totem
Dioné

Chèvre
Messages : 1121
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kintsugi, métaphore de la résilience

Message par porte le Sam 14 Juil - 20:03

@Totem a écrit:Déconstruction dites vous?. Wink




Ce qu’en moi-même je traverse et qui se manifeste en l’extériorisant modifie mon environnement. Ce reflet me dit ce qui doit être changer dans les variations de potentiels exprimés et que dans la grâce du courant de Vie de l’Esprit, je puis puiser ce qui me permet de grandir en Lui et à travers Lui : Le présent de ce que nous sommes en Réalité.

Ce travail est le jeu de la Shakti et ses déclinaisons... drunken

Fraternellement  I love you Merci du partage.  
avatar
porte
Amalthée

Serpent
Messages : 286
Date d'inscription : 14/05/2018

Localisation : Pays de la Loire
Humeur : paix aimante

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kintsugi, métaphore de la résilience

Message par Kolam le Dim 15 Juil - 15:43

@tangolinos a écrit:Salut Kolam

je trouve succulent le choix des citations que tu brandis.

Dans ton dernier message, j’y ai dégusté celle-ci:

‘’Maître Eckhart nous rappelle que pour celui qui voyage horizontalement les murs sont des obstacles et que pour celui qui voyage verticalement les murs sont des chemins.’’

On pourrait dire alors que Kintsugi est une invitation à grimper les murs en s’ appuyant sur les cicatrices…

Oui; faire de ses cicatrices une force, un appui.

Selon mon regard, cette phrase de Maître Eckhart décrit une posture intérieure, une manière de percevoir et d’appréhender l'existence et son cheminement.
Posture intérieure et manière de percevoir rejoignent directement la notion de "regard"; le regard sur la Vie, autrui, le monde qui nous entoure... et donc les épreuves et blessures passées;
Le changement de regard: le début de la résilience sans doute...
avatar
Kolam
Modératrice

Buffle
Messages : 771
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kintsugi, métaphore de la résilience

Message par Invité le Dim 15 Juil - 19:12

Namasté Namasté,

Ce n'est qu'à compter du XIXe siècle que les progrès de la chirurgie ont permis des opérations sur les os du squelette humain ; avant cela, rares étaient les interventions sur les fractures ouvertes qui s'infectaient. Les fractures fermées, quant à elles, étaient juste guéries par immobilisation du membre jusqu'à formation d'un cal osseux... bien plus solide que le reste de l'os.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kintsugi, métaphore de la résilience

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum