Moïse, une imposture?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Moïse, une imposture?

Message par eole le Mar 5 Fév - 9:01

.
Le récit de la naissance de Moïse fut vraisemblablement mis par écrit à Jérusalem sous le règne du roi Josias au 7e siècle av. J.-C. Or, même si certains chercheurs maximalistes proposent une rédaction plus ancienne, dans le royaume du nord (Israël) au 9e siècle av. J.-C., la Bible n’est pas à l’origine du scénario de l’enfant en danger de mort emporté sur une rivière pour éventuellement connaître un fabuleux destin.

En effet, une tablette d’argile mésopotamienne datant du début du 3e millénaire avant J.-C. relate l’histoire d’un nouveau-né, fils d’une prêtresse, qui fut déposé dans un panier et envoyé sur l’Euphrate. Il est repêché et élevé par un puiseur d’eau et, aimé de la déesse Inanna, devint roi et régna pendant 65 ans.
Il s’agit de la légende du roi Sargon (v. 2334-2284 av. J.-C.), le grand fondateur de l’empire akkadien. Une tablette du 7e siècle av. J.-C., retrouvée dans la bibliothèque d’Assurbanipal en 1867 par l’archéologue Sir Henry Rawlinson, relate l’épisode au complet :

« Sargon, le puissant roi, roi d’Agade, je suis. Ma mère était grande prêtresse. Mon père, je ne le connais pas. Les frères de mon père campent dans la montagne. Ma ville natale est Azupiranu [« ville du safran »], sur les bords de l’Euphrate. Ma mère, la grande prêtresse, me conçut et m’enfanta en secret.
Elle me déposa dans une corbeille de roseaux, dont elle scella l’ouverture avec du bitume. Elle me lança sur le fleuve sans que je puisse m’échapper.
Le fleuve me porta ; il m’emporta jusque chez Aqqi, le puiseur d’eau. Aqqi le puiseur d’eau me retira [du fleuve] en plongeant son seau.
Aqqi le puiseur d’eau m’adopta comme son fils et m’éleva. Aqqi le puiseur d’eau m’enseigna son métier de jardinier. Alors que j’étais jardinier, la déesse Ishtar se prit d’amour pour moi et ainsi j’ai exercé la royauté pendant 65 ans. »


Les parallèles avec le texte biblique sont nombreux : l’enfantement en secret, le panier de roseaux couvert de bitume, l’envoi sur le fleuve, l’éducation par des étrangers, etc. Les auteurs du livre de l’Exode connaissaient assurément la légende du roi Sargon et s’en sont inspirés pour leur récit de la naissance de Moïse.

Que Moïse ait véritablement été déposé sur le Nil ou non est de peu d’importance. Le message que les auteurs de la Bible désirent véhiculer par cet emprunt est que Moïse est destiné à un avenir prometteur. Tout comme Sargon, il deviendra un grand leader et, sans devenir roi, sera à l’origine d’une importante institution : l’alliance entre Dieu et le peuple hébreu.

Le récit de la naissance de Sargon faisait aussi ressortir ses humbles origines. Les rois de la période des dynasties archaïques (env. 2900-2340 av. J.-C.) qui avaient précédé Sargon assuraient leur autorité en établissant leur origine aristocratique, mais ne parvenaient pas à unir la région. Ce n’est pas le cas de Sargon qui, par le récit de sa naissance, se présentait comme un homme du peuple. On estime d’ailleurs que cette stratégie fut bénéfique pour Sargon puisque la majorité de la population du sud de la Mésopotamie était pauvre et put s’identifier au roi ascendant.

De la même manière, les auteurs de la Bible présentent Moïse comme un homme d’humble origine. S’il réussira à libérer le peuple de l’esclavage d’Égypte, ce n’est pas en raison d’origines nobles, ni en raison de ses qualités personnelles, mais parce Dieu l’envoie.
C’est Dieu qui libère son peuple d’Égypte en non pas Moïse. Remarquons finalement le choix opéré par Dieu. Pour libérer son peuple, il ne sélectionne pas un puissant guerrier, ni un grand sage, ni un leader charismatique, mais un bébé seul flottant sur un cours d’eau.

Alors, si, lors de vos prochaines vacances, vous voyez un bébé passer dans un panier sur un cours d’eau, assurez-vous de le repêcher!
Qui sait? Peut-être pourrez-vous ainsi participer à son grand destin?


http://www.socabi.org/bible-et-cinema/

Moïse, une imposture? 2266821770

eole
Épiméthée

Chat
Messages : 219
Date d'inscription : 26/05/2018

Localisation : Dordogne
Emploi/loisirs : explorateur de la vi

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par Invité le Mar 5 Fév - 9:10

Peut-être que toutes les grandes traditions racontent la même histoire ? Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par Invité le Mar 5 Fév - 11:54

Vu le titre, on s'attendait à lire un passage du traité des 3 imposteurs, mais c'est finalement plus soft, ça rappelle les parallèles Gilgamesh/Noé...etc.
Merci pour la lecture.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par Professeur X le Mar 5 Fév - 14:05

Hum , si ça se trouve cette légende qu'on attribue à Moïse et avant à Sargon est bien plus ancienne qu'on le suppose car elle à pu être transmise oralement pendant très longtemps avant les premières traces d'écriture , la connaissance antique est toujours sous forme de légendes de récits et de métaphores et toujours sous formes de chants , c'est une caractéristique des anciens écrits .

La connaissance ancienne était chantée lors de cérémonie et la connaissance était sacrée , nous sommes tellement saturé de savoir et d'écrits et l'information est le propre de ce siècle , dans l'antiquité les légendes étaient la seule science , science que l'on n'arrive plus à décrypter aujourd'hui , on trouve normal qu'un savant reprenne les travaux d'un autre et éclaire un aspect d'une découverte qui n'avait pas été mise en lumière .

Einstein n'aurait jamais pu faire cette avancée scientifique qu'on lui connait si il n'avait pas repris les travaux de ses pairs ; l'a t'on accusé d'avoir copier Kepler , Maxwell ou Hertz , Moïse ne reprend pas littéralement le récit qui nous préoccupe ici et dont nous avons perdu la teneur et la symbolique , il reprend une connaissance surement bien plus ancienne que la version mésopotamienne et il s'en sert pour introduire ses propres découvertes dont nous ignorons aussi le contenu faute de pouvoir les rendre intelligibles , love .
Professeur X
Professeur X
Titan

Chien
Messages : 3188
Date d'inscription : 12/05/2018

Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par mikael le Mar 5 Fév - 19:05

Liens entre Moïse, Akhenaton et Oedipe

en fait les vérités peuvent surprendre et faire peur .....qui étaient,en fait ,ce nouveau "peuple" ???? ils sont devenus les "Israéliens"....alors qu'ils étaient Egyptiens ...40 ans dans le désert ,et tout les anciens ont disparus ....ont change les "têtes".......
mikael
mikael
Hypérion

Chat
Messages : 445
Date d'inscription : 27/11/2018

Localisation : gironde

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par mikael le Mar 5 Fév - 19:07

le lien n'a pas fonctionné , a vous d'y aller ...ou pas !!!!
mikael
mikael
Hypérion

Chat
Messages : 445
Date d'inscription : 27/11/2018

Localisation : gironde

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par Totem le Mar 5 Fév - 19:45

Est ce lien.? Wink

http://antique.mrugala.net/Egypte/Pharaons/Amenophis%204/Akhenaton%20-%20Moise%20-%20Oedipe.htm
Totem
Totem
Uranus

Chèvre
Messages : 4452
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par mikael le Mar 5 Fév - 23:03

juste ça..

oedipe et akenaton...et tu trouves le lien....exact.....mieux que moi.. Very Happy
mikael
mikael
Hypérion

Chat
Messages : 445
Date d'inscription : 27/11/2018

Localisation : gironde

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par mikael le Mar 5 Fév - 23:14

"notre" histoire réserve bien d'autres surprises , trop "chaudes" encore pour "nos" tenants de l'histoire sans vague ,qui suffit a faire "dormir" les "moutons"....car ces preuves existent et sont encore "au chaud"....
mikael
mikael
Hypérion

Chat
Messages : 445
Date d'inscription : 27/11/2018

Localisation : gironde

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par Totem le Mer 6 Fév - 2:56

@mikael a écrit:"notre" histoire réserve bien d'autres surprises , trop "chaudes" encore pour "nos" tenants de l'histoire sans vague ,qui suffit a faire "dormir" les "moutons"....car ces preuves existent et sont encore "au chaud"....


Spoiler:
Légende sur le mensonge et la vérité

La légende raconte qu'un jour la vérité et le Mensonge se sont croisés.
- Bonjour, a dit le Mensonge.
- Bonjour, a dit la Vérité.
- Belle journée, a continué le Mensonge.
Alors la Vérité est allée voir si c'était vrai. Ça l'était.
- Belle journée, a alors répondu la vérité.
- Le lac est encore plus beau, a dit le mensonge avec un joli sourire.
Alors la Vérité a regardé vers le lac et a vu que le mensonge disait la vérité et a hoché la tête.
Le Mensonge a couru vers l'eau et a lancé ...
- L'eau est encore plus belle et tiède. Allons nager !
La vérité a touché l'eau avec ses doigts et elle était vraiment belle et tiède. Alors la Vérité a fait confiance au mensonge. Les deux ont enlevé leurs vêtements et ont nagé tranquillement.

Un peu plus tard, le mensonge est sorti, il s'est habillé avec les vêtements de la vérité et il est parti.
La vérité, incapable de porter les habits du mensonge a commencé à marcher sans vêtements et tout le monde s'est éloigné en la voyant nue. Attristée, abandonnée, la Vérité se réfugia au fond d'un puits. C'est ainsi que depuis lors les gens préfèrent accepter le Mensonge déguisé en vérité que la Vérité nue.


La vérité finira par sortir du puits... Razz
Totem
Totem
Uranus

Chèvre
Messages : 4452
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par mikael le Jeu 7 Fév - 15:53

il faut la cacher sous des oripeaux...elle éloigne les "mécréants"....
mikael
mikael
Hypérion

Chat
Messages : 445
Date d'inscription : 27/11/2018

Localisation : gironde

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par Invité le Lun 4 Mar - 13:00

@mikael a écrit:

en fait les vérités peuvent surprendre et faire peur .....qui étaient,en fait ,ce nouveau "peuple" ???? ils sont devenus les "Israéliens"....alors qu'ils étaient Egyptiens ...40 ans dans le désert ,et tout les anciens ont disparus ....ont change les "têtes".......
Peuple Juif.
Le nom de Moïse serait plutôt une paronomase.
@Totem a écrit:... C'est ainsi que depuis lors les gens préfèrent accepter le Mensonge déguisé en vérité que la Vérité nue.
"Un célèbre midrash raconte qu'un jour Moïse, jouant sur les genoux du pharaon, lui dérobe sa couronne. Y voyant un mauvais présage, les mages du monarque suggèrent à celui-ci la mise à mort immédiate de l'enfant. Cependant, Jethro, prêtre de Madian, propose de mettre à l'épreuve ce qui n'était peut-être que jeu d'enfant, et fait placer Moïse devant un plateau de diamants et de braises ardentes. Moïse se précipite vers le plateau de diamants, mais trébuche (à la suite de l'intervention de Gabriel) vers les braises ardentes. Dans sa frayeur, il porte ses doigts à la bouche et se brûle la langue et les lèvres. C'est de là que vient le bégaiement de Moïse. Quant à sa bouche, un pansement y est mis. Quand celui-ci est retiré, il perd un morceau important de sa lèvre. Moïse est désormais « lourd de bouche et lourd de langue » (Ex 4,10-11), ce qui incitera Yahvé à associer son frère Aaron comme porte-parole de Dieu "
wiki

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par Invité le Lun 4 Mar - 15:33

Il n'y a rien de décevant à ce que Moïse, peut-être, ne soit qu'un songe : ce qui existe et nous conduit, ce n'est pas la nuée, mais Dieu qui est dedans.

D. Decoin

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par Hakaan le Lun 4 Mar - 16:01

La Bible une imposture, Moise une imposture, on dirait que tu vas chercher tes sources au même endroit,
est ce que ces histoires ne parlent pas simplement de l'âme humaine ?
Hakaan
Hakaan
Admin

Rat
Messages : 4629
Date d'inscription : 07/05/2018

Localisation : N-E
Humeur : pessimisme de la lucidité, optimisme de la volonté

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par mikael le Jeu 2 Mai - 13:35


Patrice Hernu a publié un article.
Akhenaton, Moïse et la Cité du Soleil... (variation éclairant d'autres textes)

La vérité est souvent plus extraordinaire que les inventions des faux prophètes. Elle se construit dans la discrètion et collectivemment tout à fois. A condition de la digérer à petite lampée. Car comme le dit une personne très chère qui vient de l'afficher sur son mur "Les gens n'aiment pas la Vérité mais heureusement, celle-ci s'en fout"

Picatrix est le nom utilisé aujourd'hui, et historiquement en Europe chrétienne, pour un grimoire écrit en arabe intitulé غاية الحكيم Gayat al- Hakim , dont la plupart des chercheurs supposent qu'il a été écrit au milieu du 11ème siècle, mais un argument milite pour une composition dans la première moitié du 10ème siècle. Le titre en arabe a été traduit par « Le but de la Sagesse » ou « Le but du Sage ». L'œuvre originale en arabe a été traduit en espagnol puis en latin au 13e siècle, puis en Hébreu lorsque François 1er fit restaurer l'Hébreu et créer une chaire en Sorbonne. Le nom «Picatrix" est aussi parfois utilisé pour faire référence à l'auteur, sans doute à son prénom.


Picatrix est une œuvre composite, qui synthétise des travaux plus anciens sur la magie et l'astrologie. L'une des interprétations les plus courantes suggère qu'il doit être considéré comme un «manuel de magie talismanique». Un autre chercheur le résume comme «l'exposition la plus complète de la magie céleste en arabe", en indiquant que ses sources sont « des textes arabes sur l'hermétisme , le Sabianisme (les Sabéens), l'ismaélisme , l'astrologie , l'alchimie et la magie telle qu'elle était pratiquée au Proche-Orient aux neuvième et dixième siècles ».

Pour les hauts initiés, " en réalité, la version latine de la Picatrix est aussi indispensable que le Corpus Hermeticum ou les écrits de Albumasar pour la compréhension de la production de la Renaissance, y compris les arts figuratifs. Il a influencé de façon significative la pensée magique et symbolique de Europe de l'Ouest" du 15e siècle jusqu'à Thomas Campanella au 17ème siècle.

Selon le prologue de la traduction latine, Picatrix a été traduit en espagnol de l'arabe sur l'ordre d'Alphonse X de Castille quelque part entre 1256 et 1258. La version latine a été produite un peu plus tard, en se fondant sur la traduction des manuscrits espagnols . Elle a été attribuée à Maslama ibn Ahmad al-Majriti (un mathématicien Andalou ), mais beaucoup ont mis en question cette attribution. Du coup, l'auteur est parfois mentionnée comme "pseudo-Majriti". La version hébraïque a été commandée par François 1er.

Les versions espagnole, latine puis hébraïque étaient les seules connues jusqu'à ce que le spécialiste occidental Wilhelm Printz découvre une version arabe vers 1920. Elle montre que les traductions avaient légèrement modifié certains passages.

L'ouvrage est divisé en quatre livres, qui se caractérisent par l'absence d'exposé systématique. Jean Seznec a observé : "Picatrix indique quels termes doivent être utilisé dans l'invocation des étoiles"

A titre d'exemple, Seznec reproduit une prière à Saturne, soulignant que cette invocation présente "l'accent et les termes mêmes de la prière grecque astrologique pour Kronos. Ainsi de nombreux éléments attestent que les sources de la kabbale et celles de cet art divinatoire (nombres, lettres, astres) sont en grande partie directement tirées de sources hellénistiques :


Ô Maître du nom sublime et grande puissance, Maître suprême, ô Maître Saturne :
Toi, le froid, le stérile, le triste, le pernicieux ;
Toi, dont la vie est sincère et dont la parole sûre :
Toi, le Sage et solitaire, l'impénétrable ,
Toi, dont les promesses sont tenues, toi qui es faible et fatigué, toi qui as te soucie plus que tout autre,
"Vous" qui savez ni plaisir ni joie,
Toi, le vieux et rusé, maître de tout artifice, fourbe, sage et judicieux ;
Toi qui apportes la prospérité ou la ruine des hommes, condius à être heureux ou malheureux !
Je te conjure, ô Dieu supême, mon Père, par ta grande bienveillance et ta bonté généreuse, de faire pour moi ce que je demande [...]


Selon le prologue du Picatrix, l'auteur aura rassemblé plus de deux cents œuvres pour cette recherche compilatoire.

Parmi les éléments d'une version plus proche de l'originale, il en est un qui intéresse nos travaux sur Akénaton, Moïse et le Christianisme et qu'il faut rapprocher d'une toute récente confirmation génétique. Il y est fait mention de la Ville d'Adocentyn, Ado comme Adon ou Aton, et il est fait allusion à la parenté de Moïse et d'Akhénaton avec cette ville qui apparaît assez clairement comme celle d'Akhet-Aton, devenue El Amarna, ou la ville de la rivière de Yusseph, comme elle s'appelait avant qu'elle ne soit choisie par Amenophis IV comme nouvelle capitale. Car ce lieu n'était jusque là consacré à aucun totem (dieu). Or, les premiers chrétiens et les Pères de l'Église, St Augustin notamment, vénéraient ou vantaient les mérites de la cité idéale, Utopia avant la lettre, une cité solaire bâtie par un pharaon monothéiste bâtisseur, que Lactance appelle également l'Architecte.


Une oeuvre philosophique connue reprendra la description de la cité du Soleil ( italien : La città del Sole ) dans cette invention de l'Utopie : l'Italien dominicain Tommaso Campanella .

Ce livrr a été écrit en italien en 1602, peu de temps après l'emprisonnement de Campanella pour hérésie et tentative de de sédition.

Aucune description de photo disponible.La cité du soleil chez les Mayas. Ne me demandez pas (encore) pourquoi cette illustration est dans cet article. Tout vient en son heure si chacun concourt à l'avènement de la Vérité !


La Cité du Soleil est présentée comme un dialogue entre un grand maître des Hospitaliers héritiers du Temple et une génoise capitaine des mers apparemment informée des vérités cachées outre Atlantique. Inspiré également par la République de Platon et la description de l'Atlantide dans le Timée , il décrit une société théocratique où les biens, les femmes et les enfants sont détenus en commun. La cité fait clairement référence et ressemble trait pour trait à la Ville d'Adocentyn décrite dans le Picatrix , ce grimoire héllenistico-arabe de magie astrologique.

Or dans la dernière partie de l'ouvrage, Campanella prophétise à mots à peine couverts, compte tenu de sa situation, que les rois d'Espagne, en alliance avec le Pape, sont les instruments d'un plan divin dont ils ne pourront s'échapper : la victoire finale de la vraie foi et la diffusion de la vérité d'avant le Livre dans le monde entier, une vérité qui, comme dans Sophocle, se trouve dans la Cité du Soleil et le destin de ses exilés.

J'ai déjà expliqué que les exilés d'Akhet-Aten ne se retrouvèrent ni au Sinaï malgré la persistance d'un des temples contruits par Moïse-Akhenaton (cf. le temple du Tabernacle), ni en Israël ou à Jérusalem, une bourgade créée et nommée par Ramsès II, mais qu'ils ont pris la mer pour fonder tant la nouvelle Aten, Atenaï, Athènes que la Thèbes grecque. Ce que développe Sophocle de manière à peine voilée et qu'il apparaît que les hermétistes du Moyen-Âge n'ignoraient pas, ni les Templiers, ni les Cathares, ni Campanella, ni surtout les kabbalistes musulmans et surtout perses. La voie de la vérité aura mis plus de temps à cheminer.

Il y a quelques mois, l'ADN de toute la XVIIIème dynastie était étudié (Cf. résumé dans Sc. & Vie) , révélant des vérités pourtant constestées jusque là, bien qu'annoncées par certains égyptologues critiques et que même le conservateur du musée du Caire a admises devant l'évidence.

KV 55 est un tombeau situé dans la vallée des rois, dans la nécropole thébaine sur la rive ouest du Nil face à Louxor en Égypte. Découvert en 1907 par Edward Russell Ayrton, il faut attendre 1992-1993 pour que des fouilles plus complètes reprennent.

Ce tombeau est probablement un des plus énigmatiques jamais découvert en Égypte. Il semble qu'il servit aussi de cachette pour des restes d'équipement funéraire de la nécropole royale d'Aten (la ville créée par Mosis, le fils ainsi nommé "de et par" Amenophis III). Il contient les restes de l'équipement funéraire de la reine Tiyi (épouse d'Amenhotep III), d'Akhénaton, et d'autres membres de la famille royale de la XVIIIe dynastie. On y a trouvé des restes d'une chapelle en bois doré appartenant à la reine Tiyi, un cercueil, à l'origine fait pour Smenkhkarê ou Ânkh-Khéperourê, admirablement construit et incrusté d'or et de pierres précieuses, qui contenait la momie.

Dans le tombeau ont été trouvés également quatre vases canopes (les vases qui contiennent les oraganes retirés du corps pendant la momification), divers petits objets façonnés, principalement avec les noms d'Amenhotep III et de Tiyi, mais aussi ceux de Kiya (l'épouse d'Akhénaton), Akhénaton lui-même et Satamon (l'épouse d'Amenhotep III) que j'ai nommée Sitamun dans mes écrits. Malheureusement, tous ces éléments ont subi des destructions en raison des inondations qui ont rendu difficile une identification certaine.

En février 2010 , des analyses ADN avaient pu prouver qu'il s'agissait bien des restes du pharaon Akhénaton ou d'un parent immédiat. Le squelette appartient en effet à un très proche parent masculin de Toutânkhamon. Il est celui d'un homme qui mourut après l'âge de soixante ans, ce qui paraît confirmer, s'il s'agit bien d'Akhenaton, que la vie d'Akhenaton après sa fuite pourrait bien être celle du Moïse de la Bible dont la parenté porte dans la Bible les noms hébraïsés des parents d'Akhenaton, arabisés dans le Coran. Dans le Coran précisément, notamment dans la sourate III, le père de Moïse est clairement désigné comme AmonRa, donc Aménophis III même si les exégètes se sont évertués à n'y voir qu'une référence symbolique. Ceci confirme également implicitement qu'Akhenation-Moïse n'aura pas été laissé pourrir indifiniement dans la montagne où Séti 1er lui avait crevé les yeux et que son corps fut assez rapidement ramené dans la Vallée des Rois bien qu'il fut banni par les futurs Ramsessides qui tiraient une part de leur légitimité de sa descendance. Ainsi l'un des comploteurs, succédant à Toutankhamon, épousa rituellement sa femme. Ceci implique également que Moïse n'est pas Hiram et qu'il faut plutôt chercher dans l'androgynat divin qui lui est lié...

La similitude très étroite du crâne de cette momie avec celui du célèbre pharaon mort à l'âge de 19 ans, dont le tombeau magiquement protégé de toute profanation comme l'avait théatralisé Sophocle, la stricte identité du groupe sanguin (A2MN) et un ADN apparenté, indiquent qu'ils étaient bien parents, et vraisemblablement père et fls. Or les analyses complètes viennent de tomber par croisement, notamment avec les autres ADN de la famille (Kiya et ses deux petites filles, l'une morte née, l'autre également morte, retrouvées auprès de la momie de Toutankhamon) : la momie est bien celle du père de Toutankhamon et compte tenu des autres recoupements (analyse croisée avec Amenophis III et matériel funéraire de KV55), elle est celle de Mosis dit Amenophis IV dit encore Akhenaton.

Avec la momie de Moïse, celle de la Yuchebed (ou Yukabar, la Glorieuse) et une bonne partie du personnel biblique, la vérité est marche.

Quelle vérité ? Nous y reviendrons car d'autres questions se posent dont, en réalité nous avons déjà les réponses.

Qui est Smenkharé ? Qui a tué Hiram (Horus) ? Quel rôle joue exactement Nefertiti peut-être (sans doute) la vraie reine et prêtesse de Thèbes ? Comment la tradition mosaïque exilée à Athènes, puis éventuellement réimplantée sur les lieux mêmes de l'ancienne Akhet Aten sous le vocable suggéré par Sophocle de Ville (Polis) d'Hermès, pourquoi et comment cette tradition va être reprise par les prêtres hébreux au contact des Perses et des Grecs lorsqu'ils vont rédiger le Tanak ?

Et bien, réfléchissons ensemble !

mikael
mikael
Hypérion

Chat
Messages : 445
Date d'inscription : 27/11/2018

Localisation : gironde

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par Professeur X le Jeu 2 Mai - 14:54

Hum , le culte solaire d'Aton-Ré si il s'apparente dans la forme par certains détails au monothéisme Judaïque n'a dans le fond absolument rien à voir avec celui-ci et les multiples tortures chronologiques qu'on inflige à l'égyptologie ne saurait rapprocher Moïse d’Akhenaton , le Dieu d'Abraham n'est certes pas le soleil ni son disque orné de mains nous apportant la source de vie , pour Moïse et les hébreux le soleil n'est qu'un astre comme un autre de la création .

Le " monothéisme " c'est à dire l'idée d'un Dieu unique est apparue dans de nombreuses civilisations , elle s'apparentait souvent à une vision totalitaire dans un fondement polythéiste , si le culte d'Aton est un bouleversement imposé par un pharaon il n'a pas fait long feu , il ne suffit pas de quelques similitudes théologiques pour crier aux faux prophètes , surtout dans une extrapolation temporelle qui ne tient pas la route , il faut se demander plutôt qu'est-ce qui pousse à ces micmacs idéologiques qui veulent prouver que le Judaïsme est une imposture , qu'on en appel au Égyptiens ou aux Mésopotamiens , les juifs de l'antiquité ne seraient qu'un ramassis de voleurs sans imagination qui ont pillé les autres cultures de leurs croyances , love .
Professeur X
Professeur X
Titan

Chien
Messages : 3188
Date d'inscription : 12/05/2018

Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par Totem le Jeu 2 Mai - 17:38

DE L'ISRAÉLISME AU JUDAÏSME

https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/histoire-des-israelites.html

« Le jour du Sabbat, les hommes suspendant tout travail avaient le loisir d'être tout à la Déesse aimée ; c'était le jour con-sacré. La Religion ainsi comprise était vraiment humaine et morale. En même temps, elle était simple comme toutes les conceptions féminines, sans apparat, sans exagération, sans rien de surnaturel. Le régime social qui en résultait était basé sur la justice intégrale, sur des mœurs pures, sur une vraie fraternité. Telle fut la forme de la primitive religion Israélite.
« Les sacerdotes lui substituèrent le Judaïsme, culte impie dans lequel la « Divinité unique » du Sépher est cachée dans le silence, couverte d'un voile mystérieux. »

« Entre l'homme et Dieu il n'y a que l'orgueil »
(Joseph de Maistre)

En 1916, un professeur de Paris a dit cette phrase prophétique : « La question d'exégèse domine la question religieuse. La question religieuse domine la question philosophique. La question philosophique domine la science, laquelle domine la sociologie, qui domine l'Etat.
« Donc, tout doit partir de l'exégèse. »




Passage sur la légende de Moïse dans ce lien.
Spoiler:

"
LA LÉGENDE DE MOÏSE
C'est Philon d'Alexandrie qui, quelques années avant notre ère écrivit la légende de Moïse, telle que nous la connaissons.
Son livre intitulé « De vita Mosis » était un roman sans aucune base historique et dans lequel il avait introduit les mœurs nées du Droit romain.
Ce récit mensonger donna à l'homme glorifié sous le nom de Moïse une consécration et le fit entrer dans l'histoire.
L'histoire de la sortie d'Egypte telle qu'on nous la raconte est remplie de contradictions, d'inexactitudes, et de miracles. On n'en connaît pas la date, on donne des noms différents au prétendu Pharaon qui aurait asservi, puis poursuivi les Hébreux.
Ce roi serait Ramesses-Meïmun, le 4ème du nom de Ramsès. Mais on oublie que la royauté n'existait pas à cette époque et que ces prétendus rois n'étaient que des chefs de parti, des Ak.
A la sortie d'Egypte, la version grecque nous dit que « Moise chanta un cantique à l'Eternel pour lui rendre grâce ».
La version hébraïque dit : « Marie et ses jeunes compagnes les Almah, chantèrent des cantiques au passage de la Mer Rouge en s'accompagnant du tambourin. »
Et Renan, à propos de ce fait, dit : « Une prétendue sœur de Moïse prenait dès lors, dans la légende de la sortie d'Egypte, un rôle dont l'état actuel des textes ne laisse peut-être pas apercevoir toute la portée ».
Cette femme que la Bible appelle « la Prophétesse Marie » était appelée Myriam en hébreu ; c'est elle que les Catholiques ont désignée sous le nom de « Marie l'Egyptienne ».
Il est bien évident que c'est cette femme qui dirigeait l'expédition et que cette fuite avait pour objet de se soustraire à la servitude que les Egyptiens voulaient imposer aux femmes.
Une politique cruelle envahissait l'État, s'appesantissait sur les faibles, leur enlevait toute sécurité et leur refusait la liberté de retourner dans leur pays d'origine. On les arrachait à leurs foyers, on les condamnait aux travaux les plus durs.
Voici ce que dit l'Exode : « Et le service qu'on exigeait des Hébreux était plein de rigueur... Et les exacteurs les pressaient et on leur criaient : « Pourquoi n'avez-vous pas achevé votre tâche en faisant des briques aujourd'hui comme auparavant ? Et les commissaires des enfants d'Israël crièrent au Pharaon de ce qu'ils étaient battus. »
Seraient-ce des hommes qui se seraient laissé ainsi battre par d'autres hommes ?
Mais, du passage de l'Exode que nous venons de citer, il ressort un fait probable : les Israélites étaient maltraités.
Qu'entend-on par Israélites ? Le nom d'Israël signifie « soldat d'une Divinité féminine », soldat qui combat dans « les guerres de Hévah ».
Avant d'en venir à la fuite, il y a eu des tentatives de conciliation. Et suppliant « le Pharaon » de faire cesser une servitude trop pesante pour elles, ce roi (?) donna, au contraire, l'ordre d'aggraver leurs travaux afin qu'elles ne s'amusassent plus à écouter des paroles de révolte.
C'est alors qu'en masse les Israélites quittèrent l'Egypte. Et c'est Myriam (Marie) qui conduit le mouvement.
Ils étaient 600.000 d'après le Pentateuque ; 240.000 d'après Manéthon ; enfin 6.000 d'après Volney. C'est plus probable et c'est peut-être même encore exagéré. Si nous supprimons encore un zéro et mettons 600, nous serons peut-être plus près de la vérité.
Le passage de la Mer Rouge que Myriam fit effectuer à ses compagnes à marée basse loin des côtes aurait fait périr les Égyptiens qui les poursuivaient, parce que, arrivant 5 ou 6 heures après et ne connaissant pas le passage, ils furent surpris et entraînés par la marée haute.
A peine sur l'autre rive, en sûreté, un cri d'allégresse, de soulagement, s'échappe de la poitrine de ces femmes libérées et s'exhale en un chant poétique qui nous a été conservé. Ce chant commence par ces mots : « Je chanterai un cantique à l’Éternel, car il s'est hautement élevé, il a jeté dans la mer le cheval et celui qui le montait. »
Il ne s'agit donc pas d'une armée, mais d'un seul homme. Du reste, les Égyptiens n'avaient pas de cavalerie.
La Mer Rouge s'appelait alors la mer de Suf ; on l'appelait aussi Madian. Elle prit le nom de Mer Rouge depuis cet événement parce que la couleur rouge était celle de l'étendard féministe.
Le Dr Ebers, qui a écrit un ouvrage sur le Mont Sinaï, nous apprend que, dans une inscription antique, on désigne cette mer en ces termes : « les eaux du pays rouge ».
Toute l'antiquité a dû connaître cet événement, car nous en trouvons le récit, sous forme de légende, dans l'Encyclopédie japonaise.
Et parlant des Japonais, M. Cailleux dit : « Ces peuples reconnaissent un ancien législateur qui, venu de loin, leur donna les éléments de leur culte. Il se nommait Mousa, il avait pour emblème le soleil rayonnant qui est resté jusqu'aujourd'hui dans les armes du Japon. ».
Les Celtes firent de Myriam le nom de la Marjolaine, et des légendes existent aussi, chez eux, perpétuant le souvenir de cette grande femme.

MYRIAM
Myriam, c'est la grande femme dont le nom brille dans l'histoire du peuple d'Israël, comme une resplendissante lumière qui éclaire plus de dix siècles ; c'est elle qui est l'auteur d'un livre de science, le Sépher, qui servira à faire le premier Livre de la Bible, la Genèse, qui en sera la caricature.
C'est la grande prophétesse dont on fera une sœur de Moïse, quand on inventera Moïse pour la cacher, ne pouvant pas la supprimer tout à fait.
Mais que de contradictions dans cette histoire, conséquence naturelle du mensonge !
Ainsi, d'abord, pour les uns elle est la sœur d'Aaron, pour d'autres elle est sa femme. Et, en effet, il est formellement dit qu'Aaron est le « sacrificateur » de Mocé. Ce mot, si nous voulions lui donner une signification moderne, ne pourrait être rendu que par le mot « amant ». Du reste, quel homme aurait joué un si grand rôle auprès d'une femme s'il n'avait été plus que son frère ?
Il faut se rappeler, du reste, que dans les temps gynécocratiques, la femme appelait « frère » celui que dans les temps modernes elle appelle son « mari ».
Le nom de Myriam servit, dans l'antiquité, à former différents mots se rapportant à son œuvre et à sa grande action dans le monde de son époque. C'est ainsi que de Myriam on fait mystique, qui veut dire « initié à la doctrine cachée ». Ce mot, qui est d'abord un titre glorieux, deviendra, pour les adversaires de la Vérité, une épithète avilissante. Cependant, les doctrines successives s'en emparèrent, et nous verrons ce mot servir alors à désigner toutes sortes d'erreurs.
Mais, primitivement, la mystagogie égyptienne, c'est le « mystère de la Femme » divulgué dans le Sépher, et cela crée une époque si brillante que ce mot sert à donner un nom nouveau au pays : Misraïm (1).
Mais il fallut cacher la doctrine pour éviter la colère des hommes ; alors de mystique on fit mystère (en grec, mustêrion viendra de mustes, muein, serrer, fermer).
Il fallut se taire sur les lois de la Nature dont on ne pouvait plus parler sans danger. C'est pourquoi on fit, de cette même racine, le mot mutisme, d'où muet (mutus latin).
Mais cette lutte créait une solidarité entre les persécutés, ce qui fit dériver le mot mutualité du mot mutisme.
La lutte s'étendant et devenant universelle, on créa des armées, et les défenseurs de Myriam furent appelés Myria (dix mille). Ce sont « les armées d'Israël ».
Mais les adversaires aussi créaient des mots, ou, du moins, donnaient une signification tout autre aux vocables déjà existants. C'est ainsi que, cherchant à couvrir de ridicule tout ce qui venait de la femme et dévoilait des vérités gênantes, on fit de mystique le mot mystification. Et, en face des « initiés » qui gardaient la connaissance des lois de la Nature, apparurent les « mystificateurs » qui leur donnaient une signification renversée.
Les femmes étaient considérées comme ayant échappé au déluge allégorique (l'eau, symbole de l'ignorance et de l'erreur, éteint l'Esprit représenté par le feu). On montrait les Déesses planant au-dessus des eaux ; Myriam, comme Aphrodite, sortait de l'onde amère, était figurée comme « sauvée des eaux ».
La légende représente Marie l’Égyptienne traversant le Nil en marchant sur les eaux. Catulle Mendès, rappelant cette légende, appelle Myriam, dans une indiscrétion de poète, « Madame Dieu ».
L'évolution des idées nous montre, plus tard, Moïse marchant sur les eaux, et nous voyons cette même idée introduite dans la vie de Jésus.
Quand l'homme prend ainsi la place de la Déesse, que devient la Femme ?
Elle est mystifiée, et alors, pendant qu'on donne à l'homme le rôle de la Femme, on donne à la Femme le rôle de l'homme pour la narguer, c'est ainsi qu'on donne à Myriam, le jour de sa fête, le 1er avril, un poisson (le poisson d'avril), symbole de l'homme dans l'eau (les eaux de l'ignorance et de l'erreur).
Si, dans la légende écrite par Philon, on fait de Moïse un enfant « sauvé des eaux », c'est pour rappeler ce symbolisme.
Du reste, tous les grands hommes étaient présentés comme « sauvés des eaux » : tels sont Romulus, Cyrus, Œdipe. Le panier d'osier de Moïse, c'est la corbeille de roseaux dans laquelle le jeune Horus flotte au milieu des fleurs de lotus.
La lettre M, première du nom de Myriam, est une lettre mystique, sacrée dans toutes les langues orientales et occidentales de l'antiquité.
Quand on fit surgir Myriam de l'onde, cette lettre servit de glyphe pour représenter les ondes.
C'est la lettre initiale du mot grec Métis ou sagesse divine, de Mimra, le Verbe ou Logos (d'où le Memrah de Haveh), de Mâyâ, la Mère ; en Egypte Mout, en Grèce Minerve, de Myrrha, la mère du Logos chrétien.
(1) Misraïm est le nom sémitique de l'Egypte


Totem
Totem
Uranus

Chèvre
Messages : 4452
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par mikael le Jeu 2 Mai - 18:42

1372 Aménophis IV tente de supprimer le culte d'Amon pour le remplacer par le culte d'Aton
Il change son nom en Akhénaton "Pieux envers Aton".
Il fonde la grande fraternité blanche et "invente" ou rend public le modèle monothéiste.

Attention il convient de rappeller l'imprécision des dates. Si bien que Aknenaton et Moïse ont pu être contemporain ou bien que Moise a pu être initié selon les mystères égyptiens ( de même qu'Akhénaton, en tout cas leur proximité historique et l'affirmation du monothéisme par eux deux mérite quelques instants de réflexion voir de sérieuses recherches. L'existence d'une école de mystères égyptienne est un fait historique et pour ces écoles de mystère le monothéisme était une bonne imagerie pour chasser le culte des idoles mais n'était pas la théologie des initiés . Ont il reçu la mission d'agir en direction de tous pour faire évoluer les conceptions de l'ensemble de l'humanité.

Hermes trismegistus (le trois fois trois fois grand) est moise=Akhenaton=Oedipe
Akhenaton

Ankh anime 2.gif (2641 octets)
LE MYSTERE :
Hermes trismegistus (le trois fois trois fois grand) est-il moise=Akhenaton=Oedipe?
d'après www.akhnaton.com/PremEd/(site fermé)

Un des plus grands defis de la comprehension de la scene humaine s'exerce dans L'acquis d'informations credibles, qui puisse donner de notre histoire un tableau convainquant. Par l'etude et la recherche dans les domaines de la mythologie, de l'histoire, de la litterature, de l'archeologie, de la theologie et de la psychologie, un nouveau savoir est a notre portee, offrant une mise-a-jour majeure de notre heritage Occidental.

Durant le Moyen-Age, nos notions d'histoire sont restees basees sur des mythes et des legendes. Un mythe, par exemple, etait celui d'Oedipe, un symbole ou un fantasme qui n'avait peut-etre pas existe. un exemple de legende etait Moise, un heros ou un ideal qui aurait existe en tant que personne humaine.
En 1800, la Revolution Francaise fut le berceau d'une science nouvelle: l'egyptologie. Elle a depuis lors, rendu compte d'une serie de decouvertes qui eclairent un ancien et profond mystere:
A partir de 1900, les egyptologues redecouvrent un Pharaon, nomme Akhenaton.
Aux alentours de 1930, cette decouverte menait de grands penseurs, tel Sigmund Freud, a soupconner une relation proche entre Akhenaton et Moise.
En 1960, un astronome controversé, mais intuitif historien, Immanuel Velikovsky, identifia dans le theatre de Sophocle, des pieces historiques qui decrivaient le pharaon actuellement connu comme Akhenaton, comme Oedipe, a l'epoque.
En 1990, la reconnaissance approfondie de la relation de stricte identite entre Akhenaton et Moise etait publiee par l'egyptologue Ahmed Osman.

Durant ce temps, William Theaux passait vingt annees a dechiffrer les trois stades de la vie d'Akhenaton: pharaon d'Egypte, prophete des Hebreux, et finalement initiateur en Grece.

A notre epoque, la mystere d'Akhenaton semble etre scientifiquement resolu. Nous ne pouvons cependant pas imaginer l'impact que cette decouverte aura sur notre civilisation. C'est ici que le vrai mystere commence.

Avec le livre qu'il travailla durant plus de vingt ans, Sigmund Freud etablit L'hypothese que Moise aurait ete le disciple d'un pharaon -Akhenaton- dont le regne et l'histoire etaient alors decouverts par les egyptologues. Mais il ne parut pas realiser que son hypothese n'excluait pas La possibilite que Moise avait pu etre - non seulement un disciple d'Akhenaton - mais ce pharaon de 1300 av JC lui-meme.

En marge de l'hypothese de Freud, un autre scientifique, Immanuel Velikovsky A montre que les trois pieces relatives a Oedipe que Sophocle ecrivit vers les 400 av JC, decrivaient avec precision la vie d'Akhenaton. Si velikovsky eut raison, la piece Oedipe a Colone decrit l'exil d'Akhenaton et son influence sur Athenes.

Dans ce cas, Akhenaton ayant ete oblige de fuir hors d'Egypte, aurait laisse sa marque sur le Sinai ou il initia les Hebreux avec une ecriture et un certain nombre de lois, puis de nouveau fuit plus loin, ainsi que la piece le decrit, pour initier Thesee le fondateur d'Athenes.

En vue d'explorer cette hypothese frappante, Unefpe lance une investigation collective, employant l'outils www pour exprimer la connaissance collective a ce Sujet.

Il donne aussi acces a une information de pointe; a commencer par une conference que vous pouvez commander, prononcee a l'Organisation des Nations Unies le lundi 24 Avril 1995 (SEAT - "Societe pour les Lumieres et la Transformation"). Vous pouvez Aussi auparavant trouver plus de details ici-meme, en parcourant les pages Suivantes.
entre -1400 et -1200: LES FAITS EGYPTOLOGIQUES

Les fouilles egyptologiques ont decouvert un certain nombre de personnalites puissantes, qui vont etre introduites ici-meme, et d'autres qui le seront au fur et A mesure du devoilement du mystere.

AMENOPHIS 3 Le plus riche Pharaon d'Egypte
NEFERTITI Une des plus belles et populaires reine d'Egypte
TOUTANKHAMON La seule tombe decouverte intacte par l'egyptologie
RAMSES 2 Le plus connu et glorifie des Pharaons guerriers/politiciens

Tous ces personnages ont vecu entre 1400 av JC et 1200 av JC, une periode tumultueuse et riche en changement, en Egypte ainsi que dans les regions voisines. c'est un creneau etroit au milieu des 3000 ans de l'ere egyptienne. Il est rapidement suivit a proximite de l'Egypte, par les instaurations du royaume de David (Israel) et de la Ligue de Delos (Athenes). Pour l'Egypte, c'est une periode d'eclat final avant un long declin continu jusqu'a l'extinction mille ans plus tard.

Au centre de cette periode on trouve le pharaon AKHENATON

Amenophis 3 etait son père, Néfertiti sa femme, Toutankhamon son fils.

Et Ramses 2 qui succeda a la famille d'Akhenaton, se consacra à la destruction et à l'effacement de toutes traces de la periode Akhenatonienne.

Templin3.gif
© William Theaux 1949-1999

Akhenaton qui initia une nouvelle religion monotheiste et promut une revolution Sociale, disparut au bord de l'echec, soudain et mysterieusement. Sa tombe inutilisee se redouble de l'effacement de sa memoire par son successeur Ramses 2. AKHENATON fut elimine de tous les documents historiques et, durant tout le declin de l'Egypte, il etait interdit de prononcer son nom. Au meme moment MOISE apparaissait sur la scene historique, sur le Sinai (vers 1300 av JC).

Les ecrits d'Akhenaton recemment decouverts coincident avec des textes majeurs de la Bible attribues a Moise et de nombreux indices revelent qu'Akhenaton quitta L'Egypte. Toutefois le lien Akhenaton-Moise demeura estompe, et la disparition elle-meme de Moise resta un secret aussi longtemps que le temoignage d'Athenes fut retenu.

C'est un millenaire plus tard, que Sophocle divulgua le secret Athenien avec son histoire d'OEDIPE qui revele qu'Akhenaton-Moise initia Thesee, Le fondateur d'Athenes. Sophocle fut si precis qu'il put meme decrire la politique qui devait preserver la tombe de Toutankhamon. Sa decouverte au 20em siecle indique La puissance du tabou qui marquait la scene originelle de notre histoire contemporaine.
ENQUETE SUR L'HERMETISME

Il est clair que de 1300 av JC jusqu'en 300 av JC, l'histoire d'Akhenaton fut deliberement eliminee de toutes les archives en Egypte. Durant ce meme millenaire, la puissance Egyptienne declina regulierement, tandis qu'Israel Apparaissait et devenait une puissance moyenne du Proche-Orient, en meme temps qu'Athenes en Grece, qui devint, elle, plus puissante. Alors qu'elle etait a son Apogee, Athenes s'effondra (Socrate), mais toutefois s'etendit, avec Alexandre qui etablit une dynastie Grecque (Ptolemeenne) en Egypte.

A partir de ce moment (300 av JC), les historiens Egyptiens commencerent a reveler que Moise, le prophete de leurs voisins israeliens, avait ete un Pharaon (depeint avec les elements qui correspondent a l'"Akhenaton" que nous connaissons Aujourd'hui), tandis qu'etait etablie Hermopolis Magna (la ville du Culte d'Hermes, Le Messager) sur la rive du Nil faisant face a la vieille cite detruite d'Akhenaton.

En 30 av JC, la derniere des Ptolemees, Cleopatre, fut defaite par Rome qui etait devenue puissante depuis 300 av JC, et qui combattait les Greco-Egyptiens pour La domination de la Mediterranee. La librairie d'Alexandrie fut detruite, et tous Signes de l'influence culturelle de l'Egypte sur la region et dans l'histoire furent elimines de nouveau.

A ce moment, le jeune Jesus de Nazareth, apres un sejour en Egypte, enseigne en Israel. Il revela lors de la Scene de la Transfiguration son but, de Lever le voile couvrant l'identite de Moise pour le peuple d'Israel. Mais son message ne se repandit finalement que parmi les Gentils, et au debut du christianisme, les Peres de l'Eglise celebrerent le Roi Egyptien Monotheiste qu'ils Appelaient Hermes Trismegiste (Triplex, Triple Maitre ou Trois fois Grand - aussi hermes Thoth).

Ce savoir fut perpetre autour du bassin mediterraneen et en Europe durant le moyen-Age au titre de l'Hermetisme qui se reclamait d'anciens textes sacres (Hermetica). A la Renaissance, de nouveaux documents venus d'Orient appuyerent L'idee que le Triplex etait Moise (et non pas son initiateur), rememore en Grece comme Orphee. Un grave conflit opposa les historiens. L'indice Orphique etait faible et en 1600 ap JC, l'Inquisition usa finalement d'une these (dite Datation de casaubon) pour discrediter et detruire le souvenir du Triplex.

Au vingtieme siecle, la decouverte des manuscrits de Nag Hammadi en Egypte invalide la Datation de Casaubon. De plus, l'egyptologie decouvre Akhenaton qui repond a toutes les caracteristiques du Triplex (Chretien) et du roi Egyptien (Ptolemeen).

Tandis que par d'autres voies encore l'egyptologie montre que Moise etait un Roi Egyptien Monotheiste, Akhenaton, la croyance en Hermes Trismegiste peut par consequent etre reconsiderée - d'autant plus que la reference Orphique est renforcee sous les traits d'Oedipe (Freud, Velikovsky), tandis que le passage d'Orphee à Oedipe est explicitee par l'initie francais Jean Cocteau (Orphee, Le Testament d'Orphee).

En conclusion, la coincidence de l'histoire d'Oedipe avec la vie d'Akhenaton, et la coincidence de la vie d'Akhenaton avec la legende de Moise, permet aux historiens de suspecter que les trois noms disent l'histoire du meme homme. de plus nous connaissons a present l'histoire du souvenir lui-meme, decouverte sous La reference d'Hermes Trismegiste, permettant aux psycho-historiens de reveler l'origine unique de notre civilisation "plurielle".

Trois auteurs contemporains participent a l'identification de l'Akhenaton historique:

Diagdec.gif
mikael
mikael
Hypérion

Chat
Messages : 445
Date d'inscription : 27/11/2018

Localisation : gironde

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par mikael le Jeu 2 Mai - 18:55

salut..mon seul but,est d'essayer de montrer que nous pouvons être manipulé ,par ,des dogmes,des politiques , des religions, alors qu'au départ ,tous les hommes auraient du n'avoir que la même vision ... Des hommes ont "disparus" de la scenes humaine,car ils dérangeaient l'ordre crée par d'autres.. ayant eu entre les mains et "reçu" ces "preuves" ,je voulais les faire partager ..c'est tout ....que ceux qui doute de tout, n'en tiennent pas compte ...je n'interviendrais plus ici, car je perturbe certaines visions.. a plus
mikael
mikael
Hypérion

Chat
Messages : 445
Date d'inscription : 27/11/2018

Localisation : gironde

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par Sod le Dim 5 Mai - 12:07

"Moïse fut instruit dans toute la sagesse des Egyptiens,
et il était puissant en paroles et en oeuvres. "


Actes 7 - 22

Salut Mik,

Je ne fais pas partie des gens perturbé par ces infos. Very Happy
Et j'avais déjà entendu parlé de ce "Moïse l'initié égyptien" même si c'est juste par ouïe dire. Je crois que j'ai entendu ça chez certains franc maçons ou bien Rose Croix, je ne sais plus, mais disons dans l'ésotérisme chrétien, car c'est là seulement qu'on trouve des gens qui comprennent a peu près ce que c'est un initié au sens extrême du mot, et donc qui trouvent normal que les récits mythiques racontent souvent les mêmes histoires a propos des héros de toutes les sortes puisque le scénario raconte des processus initiatique.

Par contre pour ce qui est d'essayer de déduire de l'Histoire ( celle des des historiens) a partir de tout ça, comme le font les auteurs des articles que t'as posté, là dessus je ne peut pas les suivre, même si je ne nie pas qu'il peut y avoir un fond historique a tout ça, mais pas celui qu'on croit. Comme avec jésus : il a réellement existé mais l'évangile raconte un processus initiatique.

Par contre il y a juste un truc qui me fait tiqué dans tes infos, c'est ça :

"L'indice Orphique etait faible et en 1600 ap JC, l'Inquisition usa finalement d'une these (dite Datation de casaubon) pour discrediter et detruire le souvenir du Triplex. Au vingtieme siecle, la decouverte des manuscrits de Nag Hammadi en Egypte invalide la Datation de Casaubon."

Je connais un peu cette histoire de la datation par Isaac Casaubon.
Mais dans l'état actuel de mes informations sur cette affaire, il y a une erreur dans cette info que tu relaye, et c'est un peu annexe par rapport au sujet de ce topic, mais je ne vois pas comment la datation de Casaubon pourrait être invalidé par Nag hammadi.
J'ai donc essayé de trouver la source en copiant "Diagdec.gif" dans goggle mais je n'ai rien trouvé.
Sod
Sod
Triton

Serpent
Messages : 2181
Date d'inscription : 31/08/2018

Localisation : inconnue

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par Loryan le Lun 6 Mai - 0:54

Ce sujet aurait pu prendre bien des noms pour discuter des méandres de l'histoires, des histoires qui se transmettent depuis des millénaires sous une forme ou une autre, dans une langue ou une autre, dans une civilisation ou une autre.

Mais non !
Il fallait que ce soit "Moïse une imposture !"... des mots forts, un biais émotionnel certain, pour obéir à l'air du temps où toute discussion n'a vocation qu'à la polémique et le buzz. Après la polémique russe sur Jeanne Calment qui aurait été sa fille, voici Moïse qui n'aurait pas été Moïse.
La problématique de cette imposture millénaire, c'est qu'elle manque cruellement d'imposteurs. Car la logique d'un titre aussi brillant imposerai quand même bien un "qui est derrière tout ça ?". Moïse s'éliminant lui même puisque si il avait été l'imposteur, il n'aurait pu exister.
Dès lors il est dommage de confondre l'imposture avec l'histoire vivante, car oui elle est vivante et change sans cesse, n'en déplaise à la volonté de vérité absolue.
Aujourd'hui encore il ne se passe pas une année sans que l'histoire de la seconde guerre mondiale se modifie, alors que nombre de gens l'ayant vécue sont encore vivants. Quand sera-t-il dans 1000 ans ? elle aura peut-être eu lieu en Chine.

La vérité fait partie de ces absolus qui n'existe pas, mais que l'on tend à approcher continuellement, et dont on trouvera bien des versions tout aussi valables selon l'angle de vue.
La vérité historique est une chimère, alors pourquoi s'en prendre à ce pauvre Moïse au sens de l'imposture ?
Comme si "ON" nous avait menti depuis longtemps, alors que la vérité serait plus proche du "NOUS" avons bien voulu croire ce qu'on voulait.
Il y a de plus dans ce genre de parti pris sur le sens de l'histoire une chose qui m'a toujours gêné, celle de vouloir interpréter sans précaution avec le cadre de référence d'une civilisation, d'une langue, et d'une époque actuelle qui n'a le plus souvent que peu de connexion avec l'environnement historique.
Par exemple, on n'oublie trop souvent à notre époque d'écriture et d'enregistrement, que notre passé à fait la part belle à la parole et aux histoire orale. Que savoir lire et écrire n'était en rien un fait commun.
Pourquoi s'étonner qu'une histoire puisse passer d'Est en Ouest en ayant habillé un même fond de plusieurs formes propre à chaque culture ?
C'est un principe de traduction assez commun, si l'on veut faire comprendre une sens, on adapte le contenu en fonction de l'interlocuteur.
D'ailleurs les prénoms sont la preuve même de cela, puisqu'il passe d'une civilisation à une autre avec des orthographes et des sonorité fort différente. On confond même certains personnages historiques avec d'autres tant ici leurs noms ou leurs histoires vont se ressembler.

Imposture... quelle horrible mot pour ne pas dire "tien si on discutait de la véracité historique de Moïse".
Bah non c'est tellement plus percutant...avec un peu de chance on va réussir à blesser un dévot de la version "officielle" de Moïse qui va se trouver tout perturbé de cette révélation impostapocalyptique.
C'est d’ailleurs assez cocasse d'avoir choisi ce mot d'imposture quand on choisi soit même d'être un peu l'imposteur du dieu grec du vent, car bien sur ce n'est pas lui qui a initié ce débat mais quelqu'un d'autre qui a choisi de s'en attribué le nom. Joli choix cependant.
Ce petit trait d'humour pour relativiser, car au sens strict nous sommes tous l'imposture de quelque chose, ne serait-ce par tout ce mimétisme inconscient qui fait de nous des êtres uniques à partir d'histoires qui ne sont que rarement les nôtres à 100%

Et pour en revenir à Moïse, il est difficile de savoir quel est son degré d'existence réel.
Un chose est au moins sure, si il a existé nous ne savons quasi rien de sa réalité au regard du peu de sources que nous avons pour toute une vie.

Mais nous avons à travers son histoire un sens, qu'il est propre à chacun de faire sien.
Ce qui est important c'est de se connecter au sens de cette histoire, de cette lignée d'histoire.
Les personnages, événements et écrits historiques ne sont que l'habillage de quelque chose de plus profond, un peu comme si tout tournait autour du même concept un sens/âme qui s’habille de forme/incarnation multiples et variées.

Loryan
Phoebe

Chien
Messages : 320
Date d'inscription : 13/05/2018

Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par Sod le Lun 6 Mai - 7:19

@Loryan a écrit:Et pour en revenir à Moïse, il est difficile de savoir quel est son degré d'existence réel.

Salut Loryan je te sens énervé là non ?
ça va mieux depuis hier ?
Qu'est ce que tu deviens on ne te voyait plus ...

Ceci dit restons dans le sujet :

Le titre du topic se termine par un point d'interrogation.

(J'espère me tromper, mais je ne crois pas que ce point d'interrogation soit très sincère de la part de notre ami Eole, je crois qu'il a déjà sa réponse mais ça c'est son affaire, et ça ne regarde pas.)

Si lui pense avoir déjà la réponse, libre a ceux que ça intéresse de demeurer dans la question : c'est qui ce mec dont tout le monde a entendu parler ? (un petit peu comme Tintin quoi)

Une chose est déjà sure, dans l'état actuel de mes informations, (faut-il repréciser cette évidence) : pour les Historiens de métier le dossier "Moïse" est vide.
Totalement vide, encore pire que celui de Jésus.

Par contre, pour l'historien des religions - qui est une branche de l'Histoire de la littérature - le dossier est bien fournit.

D'où le pataquès que font ceux qui ne distinguent pas les deux sortes d'Histoires, et voudraient essayer de déduire l'une de l'autre, comme les auteurs des articles postés par Mik, du moins me semblait-il.

Alors restons dans le domaine ou nous ici nous sommes tous compétant, celui de la spiritualité, car Historien c'est un métier et si ils disent que le dossier est vide, comme ça c'est clair, c'est plus simple que si il y avait quelque chose dedans.
Sod
Sod
Triton

Serpent
Messages : 2181
Date d'inscription : 31/08/2018

Localisation : inconnue

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par Cogitop le Lun 6 Mai - 20:36

Lors d’une croisière en Égypte en 2008, j’avais emporté comme livre de lecture «  le pharaon juif » de Roger Sabbah

https://books.google.fr/books/about/Le_Pharaon_juif.html?id=ZgJbC4SOkvEC&printsec=frontcover&source=kp_read_button&redir_esc=y

Une vision magique de l’histoire, en parallèle d’une croisière fabuleuse, avec des synchronicités extra ordinaires notamment sur l’île de Philea...

J’ai tout oublié depuis, mais cela m’a montré que la vérité était ailleurs, bien loin de tout ce qu’on peut en dire.

study
Cogitop
Cogitop
Téthys

Chien
Messages : 1032
Date d'inscription : 22/08/2018

Localisation : Broceliande
Emploi/loisirs : Chamane médecin
Humeur : En miroir

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par domi-Krist-All le Lun 6 Mai - 21:13

@mikael a écrit:Aménophis IV tente de supprimer le culte d'Amon pour le remplacer par le culte d'Aton

AMON (AIR-EAU-TERRE) devient ATON (AIR-EAU-TERRE-FEU) quand il entre dans toute sa gloire… le soleil au zénith... Il devient AMON-RE ou AMON-RÂ (reçus ce matin au réveil)

Moïse, une imposture? Aton-symbole

Domi Moïse, une imposture? 2112798134


Dernière édition par domi-Krist-All le Mar 7 Mai - 8:11, édité 2 fois
domi-Krist-All
domi-Krist-All
Amalthée

Coq
Messages : 250
Date d'inscription : 21/12/2018

Localisation : saint Père

https://kristall.pagesperso-orange.fr/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par Totem le Lun 6 Mai - 23:25

@Cogitop a écrit:

J’ai tout oublié depuis, mais cela m’a montré que la vérité était ailleurs, bien loin de tout ce qu’on peut en dire.

study

Tout à fait....
Totem
Totem
Uranus

Chèvre
Messages : 4452
Date d'inscription : 11/05/2018

Localisation : Voie Lactée

Revenir en haut Aller en bas

Moïse, une imposture? Empty Re: Moïse, une imposture?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum